Brian Eno


Brian Eno : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 215
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Brian Eno
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Celui que l'on surnomme aussi One Brain est né Brian Peter Georges St John le Baptiste de la Salle Eno, le 15 Mai 1948 à Woodbridge (Suffolk.) Diplômé d'Art (école des Beaux-Arts de Winchester), c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la musique - « j'ai commencé la musique parce que ça me semblait le meilleur moyen de peindre» - l'oeil et l'oreille ayant chez lui d'étroites affinités et la créativité, d'obliques cheminements.

Non-musicien délibéré, privilégiant l'idée à la technique, il est un temps instrumentiste (percussion, clarinette...) et manipulateur de bandes au sein du ... Lire la suite

Celui que l'on surnomme aussi One Brain est né Brian Peter Georges St John le Baptiste de la Salle Eno, le 15 Mai 1948 à Woodbridge (Suffolk.) Diplômé d'Art (école des Beaux-Arts de Winchester), c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la musique - « j'ai commencé la musique parce que ça me semblait le meilleur moyen de peindre» - l'oeil et l'oreille ayant chez lui d'étroites affinités et la créativité, d'obliques cheminements.

Non-musicien délibéré, privilégiant l'idée à la technique, il est un temps instrumentiste (percussion, clarinette...) et manipulateur de bandes au sein du Merchant Taylor's Simultaneous Cabinet, des Maxwell Demon ou de l'expérimental Cardew's Scratch Orchestra, mais c'est en 1971 que sa personnalité aventureuse trouve à s'employer plus pleinement avec Roxy Music qu'il intègre en tant qu'ingénieur du son ; ses interventions au synthétiseur (les gazouillis du légendaire VCS3), son utilisation des bandes magnétiques, sa conception du studio comme super-instrument entrent pour une bonne part dans la coloration des chansons de Brian Ferry, le temps de deux albums et de conflits grandissants de personnalités qui aboutissent à son départ  (1973.)

Dès lors, une alternance régulière de collaborations (commencées avec Robert Fripp sur No Pussyfooting), de projets solo et de productions va lui permettre d'approfondir et de  parfaire sa non-technique, mélange d'habileté à tirer parti des ressources du studio et de flair pour s'entourer des meilleurs instrumentistes, qu'il dirige à sa manière, très peu conventionnelle mais toujours efficace.

Sous son nom paraissent Here Comes the Warm Jets en 1973, classé un temps dans le top 30, et Taking Tigger Mountain (by Strategy ) en 1974, enregistré au terme d'une longue convalescence ; s'entourant de musiciens choisis (Robert Wyatt, Fripp...). Il commence d'expérimenter des alliages de timbres et des climats sonores, une peinture pour l'oreille qui va durablement  conduire son travail et le tirer vers une approche atmosphérique des sons, dans un format qui reste encore celui de la chanson rock (Another Green World en 1975.)

Créateur du label Obscure Records, qui accueille un peu du minimalisme anglais (Gavin Bryars, Michael Nyman) ou américain (Harold Budd), il y édite Discreet Music en 1975, jalon important dans sa discographie : manipulant des bandes enregistrées d'un canon de Pachelbel, il y prend ses aises avec le temps, ralentit la lecture, superpose les pistes et s'écarte de la pop pour rejoindre les premières réussites de Steve Reich (« It's Gonna Rain », sa grande influence). Une nouvelle collaboration avec Robert Fripp (Evening Star) propose des plages étirées, des climats impressionnistes ; on le retrouve par ailleurs préposé aux « enossifications» chez Genesis (The Lamb Lies Down on Broadway , toujours en 1975).

Ses collaborations se multiplient: avec Robert Wyatt, avec Cluster (grand nom du Krautrock) qui pose déjà les bases d'une musique ambiante, avec Bowie pour la fameuse trilogie berlinoise ( Low en 1976, Heroes en 1977, Lodger en 1978) et ses instrumentaux à l'apparente froideur travaillée par un lyrisme souterrain, avec Nico et  John Cale, ses références du temps du Velvet Underground. Il a le temps de signer un nouveau disque, Before and After the Science en 1977, où l'on peut entendre, au milieu d'un line-up fourni, le performer dada Kurt Schwitters, alors nonagénaire.

Peinture sonore, musique à voir : les essais et réussites passés le mènent à une réflexion  poussée sur une musique qui serait conçue  pour un environnement déterminé, des moments précis de la journée, génératrice de climats propres à « induire du calme et de l'espace pour penser » ; c'est alors qu'il propose le terme générique d'ambient  pour justifier Music for Airports, paru en 1978. S'il n'est pas le premier à penser l'espace et le climat dans la musique (il connaît John Cage, Reich et, dans une veine plus pragmatique, les arrangements neutres de la Musak Inc .), le terme fera recette et ses réalisations postérieures imposeront son style (Music for Films, la même année, Apollo, plus tard, en 1983).

Son ouverture, son énergie et son esprit non routinier le mettent à l'abri de la grande lessive des années punks, qu'il accompagne à sa façon , compilant quelques figures de la scène no wave (No New York en 1977), produisant Devo et Talking Heads (78,79 et 80) : avec le leader de ces derniers, David Byrne, il poursuit, sur la lancée de Remain in Light son exploration du collage Afrique/Occident, préfigurant avec ses magnétophones le Sampling pour habiller des prises vocales diverses (séances d'exorcisme, mélopées orientales, émissions de radio...) de sonorités mêlant percussions et électronique (l'inégalé My Life In The Bush of Ghosts en 1981).

La généralisation du format CD et sa lecture continue lui inspirent Thursday Afternoon en 1985, avec lequel il débute une série de musiques de circonstances (expositions, etc .) Un prenant Wrong Way Up scelle ses retrouvailles avec John Cale (1990), tandis que Nerve Net (1992) et Spinner (1995)  le rapprochent des textures dub/drum n' bass.

On le retrouvera encore à l'origine du succès mondial et bruyant de U2 ; ses productions recherchées lui vaudront d'ailleurs deux distinctions aux Brit Awards (1994 et 1996) et le titre de producteur n°1, décerné par le magazine Recording Musicien (les Neville Brothers, Paul Simon bénéficieront encore de ses services). En 2005, après des Equatorial Stars soignées mais sans surprises (avec Robert Fripp), Another Day On Earth suscite l'étonnement : sur des arrangements très épurés, c'est sa voix qui est à l'honneur, seule ou multipliée,naturelle ou bénéficiant d'un traitement léger au vocoder, dans un  écrin de chansons aussi familières qu'étranges et souvent lumineuses.

Ses activités débordant le champ de la seule musique, il a  publié un journal intime couvrant son année 1995, écrit des chroniques pour The Observer, exposé (biennales de Lyon, de Venise), dispensé des cours d'art en tant que professeur invité (Royal College of Art), adhéré à la Long Now Foundation ( pour laquelle il écrit Bell Studies en 2003, carillon d'une horloge de 10 000 ans) ;  participé, pour revenir au domaine musical, au développement du logiciel de musique algorithmique Koan, signé un tube planétaire (la musique de démarrage de Windows 95, réalisée comme il se doit sur ordinateur... Apple), créé avec Peter Gabriel le site Mudda de vente par les musiciens eux-même de leurs productions (2004)...  

Enfin, ce passionné de création, qui en connaît toutes les difficultés, a conçu avec l'artiste Peter Schmidt un jeu de cent cartes, les Stratégies Obliques, censé débloquer par le hasard les situations de travail crispées, à l'aide de phrases à la saveur ineffable : « il ne s'agit pas de faire un mur mais de construire une brique », « c'est tout à fait possible, après tout », « courage ! » ou encore, « manque-t-il quelque chose ? ».

Confronté aux nouveaux défis technologiques des années 2010, Brian Eno apporte ses propres réponses sous forme d'albums hétéroclites. Le superbe Another Day on Earth (2005) le voit arpenter de nouveaux territoires world et postmodernes, tandis que le paisible Everything That Happens Will Happen Today (2008), en compagnie de David Byrne, s'avère à l'opposé de leur précédente collaboration.

Fin 2010, Brian Eno atterrit en toute logique sur le label Warp, connu pour avoir défriché les territoires electro des années 1990 sur la base de son travail. Le résultat est à la hauteur des espérances avec Small Craft on a Milk Sea, concocté avec le guitariste Leo Abrahams et le pianiste Jon Hopkins. Il est suivi six mois plus tard d'un projet mené depuis dix ans avec le poète Rick Holland, Drums Between the Bells. Le suivant Lux paru en 2012 est un nouveau proet personnel du producteur de U2 et de Coldplay. Brian Eno s'associe ensuite à l'ancien leader d'Underworld, Karl Hyde, pour l'album Someday World publié en mai 2014 et comprenant également le batteur de Coldplay, Will Champion, John Reynolds et son ami de toujours, le saxophoniste de Roxy Music, Andy Mackay. Copyright 2014 Music Story Bruno Roy

Celui que l'on surnomme aussi One Brain est né Brian Peter Georges St John le Baptiste de la Salle Eno, le 15 Mai 1948 à Woodbridge (Suffolk.) Diplômé d'Art (école des Beaux-Arts de Winchester), c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la musique - « j'ai commencé la musique parce que ça me semblait le meilleur moyen de peindre» - l'oeil et l'oreille ayant chez lui d'étroites affinités et la créativité, d'obliques cheminements.

Non-musicien délibéré, privilégiant l'idée à la technique, il est un temps instrumentiste (percussion, clarinette...) et manipulateur de bandes au sein du Merchant Taylor's Simultaneous Cabinet, des Maxwell Demon ou de l'expérimental Cardew's Scratch Orchestra, mais c'est en 1971 que sa personnalité aventureuse trouve à s'employer plus pleinement avec Roxy Music qu'il intègre en tant qu'ingénieur du son ; ses interventions au synthétiseur (les gazouillis du légendaire VCS3), son utilisation des bandes magnétiques, sa conception du studio comme super-instrument entrent pour une bonne part dans la coloration des chansons de Brian Ferry, le temps de deux albums et de conflits grandissants de personnalités qui aboutissent à son départ  (1973.)

Dès lors, une alternance régulière de collaborations (commencées avec Robert Fripp sur No Pussyfooting), de projets solo et de productions va lui permettre d'approfondir et de  parfaire sa non-technique, mélange d'habileté à tirer parti des ressources du studio et de flair pour s'entourer des meilleurs instrumentistes, qu'il dirige à sa manière, très peu conventionnelle mais toujours efficace.

Sous son nom paraissent Here Comes the Warm Jets en 1973, classé un temps dans le top 30, et Taking Tigger Mountain (by Strategy ) en 1974, enregistré au terme d'une longue convalescence ; s'entourant de musiciens choisis (Robert Wyatt, Fripp...). Il commence d'expérimenter des alliages de timbres et des climats sonores, une peinture pour l'oreille qui va durablement  conduire son travail et le tirer vers une approche atmosphérique des sons, dans un format qui reste encore celui de la chanson rock (Another Green World en 1975.)

Créateur du label Obscure Records, qui accueille un peu du minimalisme anglais (Gavin Bryars, Michael Nyman) ou américain (Harold Budd), il y édite Discreet Music en 1975, jalon important dans sa discographie : manipulant des bandes enregistrées d'un canon de Pachelbel, il y prend ses aises avec le temps, ralentit la lecture, superpose les pistes et s'écarte de la pop pour rejoindre les premières réussites de Steve Reich (« It's Gonna Rain », sa grande influence). Une nouvelle collaboration avec Robert Fripp (Evening Star) propose des plages étirées, des climats impressionnistes ; on le retrouve par ailleurs préposé aux « enossifications» chez Genesis (The Lamb Lies Down on Broadway , toujours en 1975).

Ses collaborations se multiplient: avec Robert Wyatt, avec Cluster (grand nom du Krautrock) qui pose déjà les bases d'une musique ambiante, avec Bowie pour la fameuse trilogie berlinoise ( Low en 1976, Heroes en 1977, Lodger en 1978) et ses instrumentaux à l'apparente froideur travaillée par un lyrisme souterrain, avec Nico et  John Cale, ses références du temps du Velvet Underground. Il a le temps de signer un nouveau disque, Before and After the Science en 1977, où l'on peut entendre, au milieu d'un line-up fourni, le performer dada Kurt Schwitters, alors nonagénaire.

Peinture sonore, musique à voir : les essais et réussites passés le mènent à une réflexion  poussée sur une musique qui serait conçue  pour un environnement déterminé, des moments précis de la journée, génératrice de climats propres à « induire du calme et de l'espace pour penser » ; c'est alors qu'il propose le terme générique d'ambient  pour justifier Music for Airports, paru en 1978. S'il n'est pas le premier à penser l'espace et le climat dans la musique (il connaît John Cage, Reich et, dans une veine plus pragmatique, les arrangements neutres de la Musak Inc .), le terme fera recette et ses réalisations postérieures imposeront son style (Music for Films, la même année, Apollo, plus tard, en 1983).

Son ouverture, son énergie et son esprit non routinier le mettent à l'abri de la grande lessive des années punks, qu'il accompagne à sa façon , compilant quelques figures de la scène no wave (No New York en 1977), produisant Devo et Talking Heads (78,79 et 80) : avec le leader de ces derniers, David Byrne, il poursuit, sur la lancée de Remain in Light son exploration du collage Afrique/Occident, préfigurant avec ses magnétophones le Sampling pour habiller des prises vocales diverses (séances d'exorcisme, mélopées orientales, émissions de radio...) de sonorités mêlant percussions et électronique (l'inégalé My Life In The Bush of Ghosts en 1981).

La généralisation du format CD et sa lecture continue lui inspirent Thursday Afternoon en 1985, avec lequel il débute une série de musiques de circonstances (expositions, etc .) Un prenant Wrong Way Up scelle ses retrouvailles avec John Cale (1990), tandis que Nerve Net (1992) et Spinner (1995)  le rapprochent des textures dub/drum n' bass.

On le retrouvera encore à l'origine du succès mondial et bruyant de U2 ; ses productions recherchées lui vaudront d'ailleurs deux distinctions aux Brit Awards (1994 et 1996) et le titre de producteur n°1, décerné par le magazine Recording Musicien (les Neville Brothers, Paul Simon bénéficieront encore de ses services). En 2005, après des Equatorial Stars soignées mais sans surprises (avec Robert Fripp), Another Day On Earth suscite l'étonnement : sur des arrangements très épurés, c'est sa voix qui est à l'honneur, seule ou multipliée,naturelle ou bénéficiant d'un traitement léger au vocoder, dans un  écrin de chansons aussi familières qu'étranges et souvent lumineuses.

Ses activités débordant le champ de la seule musique, il a  publié un journal intime couvrant son année 1995, écrit des chroniques pour The Observer, exposé (biennales de Lyon, de Venise), dispensé des cours d'art en tant que professeur invité (Royal College of Art), adhéré à la Long Now Foundation ( pour laquelle il écrit Bell Studies en 2003, carillon d'une horloge de 10 000 ans) ;  participé, pour revenir au domaine musical, au développement du logiciel de musique algorithmique Koan, signé un tube planétaire (la musique de démarrage de Windows 95, réalisée comme il se doit sur ordinateur... Apple), créé avec Peter Gabriel le site Mudda de vente par les musiciens eux-même de leurs productions (2004)...  

Enfin, ce passionné de création, qui en connaît toutes les difficultés, a conçu avec l'artiste Peter Schmidt un jeu de cent cartes, les Stratégies Obliques, censé débloquer par le hasard les situations de travail crispées, à l'aide de phrases à la saveur ineffable : « il ne s'agit pas de faire un mur mais de construire une brique », « c'est tout à fait possible, après tout », « courage ! » ou encore, « manque-t-il quelque chose ? ».

Confronté aux nouveaux défis technologiques des années 2010, Brian Eno apporte ses propres réponses sous forme d'albums hétéroclites. Le superbe Another Day on Earth (2005) le voit arpenter de nouveaux territoires world et postmodernes, tandis que le paisible Everything That Happens Will Happen Today (2008), en compagnie de David Byrne, s'avère à l'opposé de leur précédente collaboration.

Fin 2010, Brian Eno atterrit en toute logique sur le label Warp, connu pour avoir défriché les territoires electro des années 1990 sur la base de son travail. Le résultat est à la hauteur des espérances avec Small Craft on a Milk Sea, concocté avec le guitariste Leo Abrahams et le pianiste Jon Hopkins. Il est suivi six mois plus tard d'un projet mené depuis dix ans avec le poète Rick Holland, Drums Between the Bells. Le suivant Lux paru en 2012 est un nouveau proet personnel du producteur de U2 et de Coldplay. Brian Eno s'associe ensuite à l'ancien leader d'Underworld, Karl Hyde, pour l'album Someday World publié en mai 2014 et comprenant également le batteur de Coldplay, Will Champion, John Reynolds et son ami de toujours, le saxophoniste de Roxy Music, Andy Mackay. Copyright 2014 Music Story Bruno Roy

Celui que l'on surnomme aussi One Brain est né Brian Peter Georges St John le Baptiste de la Salle Eno, le 15 Mai 1948 à Woodbridge (Suffolk.) Diplômé d'Art (école des Beaux-Arts de Winchester), c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la musique - « j'ai commencé la musique parce que ça me semblait le meilleur moyen de peindre» - l'oeil et l'oreille ayant chez lui d'étroites affinités et la créativité, d'obliques cheminements.

Non-musicien délibéré, privilégiant l'idée à la technique, il est un temps instrumentiste (percussion, clarinette...) et manipulateur de bandes au sein du Merchant Taylor's Simultaneous Cabinet, des Maxwell Demon ou de l'expérimental Cardew's Scratch Orchestra, mais c'est en 1971 que sa personnalité aventureuse trouve à s'employer plus pleinement avec Roxy Music qu'il intègre en tant qu'ingénieur du son ; ses interventions au synthétiseur (les gazouillis du légendaire VCS3), son utilisation des bandes magnétiques, sa conception du studio comme super-instrument entrent pour une bonne part dans la coloration des chansons de Brian Ferry, le temps de deux albums et de conflits grandissants de personnalités qui aboutissent à son départ  (1973.)

Dès lors, une alternance régulière de collaborations (commencées avec Robert Fripp sur No Pussyfooting), de projets solo et de productions va lui permettre d'approfondir et de  parfaire sa non-technique, mélange d'habileté à tirer parti des ressources du studio et de flair pour s'entourer des meilleurs instrumentistes, qu'il dirige à sa manière, très peu conventionnelle mais toujours efficace.

Sous son nom paraissent Here Comes the Warm Jets en 1973, classé un temps dans le top 30, et Taking Tigger Mountain (by Strategy ) en 1974, enregistré au terme d'une longue convalescence ; s'entourant de musiciens choisis (Robert Wyatt, Fripp...). Il commence d'expérimenter des alliages de timbres et des climats sonores, une peinture pour l'oreille qui va durablement  conduire son travail et le tirer vers une approche atmosphérique des sons, dans un format qui reste encore celui de la chanson rock (Another Green World en 1975.)

Créateur du label Obscure Records, qui accueille un peu du minimalisme anglais (Gavin Bryars, Michael Nyman) ou américain (Harold Budd), il y édite Discreet Music en 1975, jalon important dans sa discographie : manipulant des bandes enregistrées d'un canon de Pachelbel, il y prend ses aises avec le temps, ralentit la lecture, superpose les pistes et s'écarte de la pop pour rejoindre les premières réussites de Steve Reich (« It's Gonna Rain », sa grande influence). Une nouvelle collaboration avec Robert Fripp (Evening Star) propose des plages étirées, des climats impressionnistes ; on le retrouve par ailleurs préposé aux « enossifications» chez Genesis (The Lamb Lies Down on Broadway , toujours en 1975).

Ses collaborations se multiplient: avec Robert Wyatt, avec Cluster (grand nom du Krautrock) qui pose déjà les bases d'une musique ambiante, avec Bowie pour la fameuse trilogie berlinoise ( Low en 1976, Heroes en 1977, Lodger en 1978) et ses instrumentaux à l'apparente froideur travaillée par un lyrisme souterrain, avec Nico et  John Cale, ses références du temps du Velvet Underground. Il a le temps de signer un nouveau disque, Before and After the Science en 1977, où l'on peut entendre, au milieu d'un line-up fourni, le performer dada Kurt Schwitters, alors nonagénaire.

Peinture sonore, musique à voir : les essais et réussites passés le mènent à une réflexion  poussée sur une musique qui serait conçue  pour un environnement déterminé, des moments précis de la journée, génératrice de climats propres à « induire du calme et de l'espace pour penser » ; c'est alors qu'il propose le terme générique d'ambient  pour justifier Music for Airports, paru en 1978. S'il n'est pas le premier à penser l'espace et le climat dans la musique (il connaît John Cage, Reich et, dans une veine plus pragmatique, les arrangements neutres de la Musak Inc .), le terme fera recette et ses réalisations postérieures imposeront son style (Music for Films, la même année, Apollo, plus tard, en 1983).

Son ouverture, son énergie et son esprit non routinier le mettent à l'abri de la grande lessive des années punks, qu'il accompagne à sa façon , compilant quelques figures de la scène no wave (No New York en 1977), produisant Devo et Talking Heads (78,79 et 80) : avec le leader de ces derniers, David Byrne, il poursuit, sur la lancée de Remain in Light son exploration du collage Afrique/Occident, préfigurant avec ses magnétophones le Sampling pour habiller des prises vocales diverses (séances d'exorcisme, mélopées orientales, émissions de radio...) de sonorités mêlant percussions et électronique (l'inégalé My Life In The Bush of Ghosts en 1981).

La généralisation du format CD et sa lecture continue lui inspirent Thursday Afternoon en 1985, avec lequel il débute une série de musiques de circonstances (expositions, etc .) Un prenant Wrong Way Up scelle ses retrouvailles avec John Cale (1990), tandis que Nerve Net (1992) et Spinner (1995)  le rapprochent des textures dub/drum n' bass.

On le retrouvera encore à l'origine du succès mondial et bruyant de U2 ; ses productions recherchées lui vaudront d'ailleurs deux distinctions aux Brit Awards (1994 et 1996) et le titre de producteur n°1, décerné par le magazine Recording Musicien (les Neville Brothers, Paul Simon bénéficieront encore de ses services). En 2005, après des Equatorial Stars soignées mais sans surprises (avec Robert Fripp), Another Day On Earth suscite l'étonnement : sur des arrangements très épurés, c'est sa voix qui est à l'honneur, seule ou multipliée,naturelle ou bénéficiant d'un traitement léger au vocoder, dans un  écrin de chansons aussi familières qu'étranges et souvent lumineuses.

Ses activités débordant le champ de la seule musique, il a  publié un journal intime couvrant son année 1995, écrit des chroniques pour The Observer, exposé (biennales de Lyon, de Venise), dispensé des cours d'art en tant que professeur invité (Royal College of Art), adhéré à la Long Now Foundation ( pour laquelle il écrit Bell Studies en 2003, carillon d'une horloge de 10 000 ans) ;  participé, pour revenir au domaine musical, au développement du logiciel de musique algorithmique Koan, signé un tube planétaire (la musique de démarrage de Windows 95, réalisée comme il se doit sur ordinateur... Apple), créé avec Peter Gabriel le site Mudda de vente par les musiciens eux-même de leurs productions (2004)...  

Enfin, ce passionné de création, qui en connaît toutes les difficultés, a conçu avec l'artiste Peter Schmidt un jeu de cent cartes, les Stratégies Obliques, censé débloquer par le hasard les situations de travail crispées, à l'aide de phrases à la saveur ineffable : « il ne s'agit pas de faire un mur mais de construire une brique », « c'est tout à fait possible, après tout », « courage ! » ou encore, « manque-t-il quelque chose ? ».

Confronté aux nouveaux défis technologiques des années 2010, Brian Eno apporte ses propres réponses sous forme d'albums hétéroclites. Le superbe Another Day on Earth (2005) le voit arpenter de nouveaux territoires world et postmodernes, tandis que le paisible Everything That Happens Will Happen Today (2008), en compagnie de David Byrne, s'avère à l'opposé de leur précédente collaboration.

Fin 2010, Brian Eno atterrit en toute logique sur le label Warp, connu pour avoir défriché les territoires electro des années 1990 sur la base de son travail. Le résultat est à la hauteur des espérances avec Small Craft on a Milk Sea, concocté avec le guitariste Leo Abrahams et le pianiste Jon Hopkins. Il est suivi six mois plus tard d'un projet mené depuis dix ans avec le poète Rick Holland, Drums Between the Bells. Le suivant Lux paru en 2012 est un nouveau proet personnel du producteur de U2 et de Coldplay. Brian Eno s'associe ensuite à l'ancien leader d'Underworld, Karl Hyde, pour l'album Someday World publié en mai 2014 et comprenant également le batteur de Coldplay, Will Champion, John Reynolds et son ami de toujours, le saxophoniste de Roxy Music, Andy Mackay. Copyright 2014 Music Story Bruno Roy


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page