Quantité :1
Bringing It All Back Home a été ajouté à votre Panier
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par ZOverstocksFR
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Entièrement garanti. Expédié à partir du Royaume-Uni, veuillez noter que les délais de livraison peuvent atteindre 18 jours.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,19

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Bringing It All Back Home
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Bringing It All Back Home


Prix conseillé : EUR 6,98
Prix : EUR 6,38 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 0,60 (9%)
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
31 neufs à partir de EUR 3,94 10 d'occasion à partir de EUR 2,97

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan

Discographie

Image de l'album de Bob Dylan

Photos

Image de Bob Dylan

Biographie

Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est né le 24 mai 1941 à Duluth (Minnesota). Adolescent, il trompe son ennui par l'initiation au piano et à l'harmonica, et dans la découverte des chanteurs de blues et de country, notamment Hank Williams. Il devient fan d'Elvis Presley et joue dans les Jokers, puis les Golden Chords, et s'approprie ... Plus de détails sur la Page Artiste Bob Dylan

Visitez la Page Artiste Bob Dylan
425 albums, 24 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Bringing It All Back Home + Highway 61 Revisited + The Freewheelin' Bob Dylan
Prix pour les trois: EUR 20,36

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (22 mars 2004)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Columbia
  • ASIN : B0001M0KF2
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 843 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Disque 1 piste 1
2. Disque 1 piste 2
3. Disque 1 piste 3
4. Disque 1 piste 4
5. Disque 1 piste 5
6. Disque 1 piste 6
7. Disque 1 piste 7
8. Disque 1 piste 8
9. Disque 1 piste 9
10. Disque 1 piste 10
11. Disque 1 piste 11
12. Subterranean homesick blues
13. She belongs to me
14. Maggie's farm
15. Love minus zéro
16. Outlaw blues
17. On the road again
18. Bob dylan's 115th dream
19. Mr. tambourine man
20. Gates of eden
Voir les 22 titres de ce disque

Descriptions du produit

Descriptions du produit

Remastered Acoustic/Electric album from 1965. Feat "Maggies Farm", "She Belongs To Me" & "Mr. Tambourine Man"

Critique

N’écoutant que son désir, Bob Dylan franchit le cap de l’électricité avec Bringing It All Back Home en mars 1965. Les puristes du folk lâchent les chiens mais l’aura de Bob Dylan ne cessera de croître avec cette nouvelle orientation. Le rock est une vieille histoire pour lui, puisque adolescent, il vibrait aux sons d’Elvis Presley et de Little Richard et en joua dans ses premiers groupes. Mais sur cet album, c’est un rock mutant qui fait des œillades au blues électrique de Chicago sur des textes puisant à la fois dans Rimbaud, Verlaine et la « beat generation ». Avant l’écoute, le ton est déjà donné par la photo de pochette, révélatrice du changement, toute en symboles ; le président des USA sur la couverture de Time, ennemi n°1 de la contre culture américaine, des pochettes de 33t (son précédent album, et Robert Johnson, ou le premier abum de son ami Eric Von Schmidt), un panneau routier -indiquant le danger d’une chute- en train de tomber, une brune écarlate vautrée dans un fauteuil (Sally Grossman, l’épouse de son manager) et le regard menaçant du chanteur.

« Subterranean Lovesick Blues » est un manifeste fascinant, sorte de proto rap où Dylan mitraille ses mots comme jamais. La structure est inspirée du standard folk « Talking It Easy » de Woody Guthrie et Pete Seeger, mais le sujet semble être le monde de la drogue avec ses dealers, et ses consommateurs malades et paranoïaques. Les sujets politiques s’expriment au détour de slogans dévastateurs et d’images violentes.

Dans ce style, on trouve « Maggie’s Farm », rock mené tambour battant, basé sur un vieux morceau de Pete Seeger à propos d’un fermier cruel qui exploite ses employés. Chez Dylan, la ferme est prétexte à caricaturer les institutions américaines à travers des personnages grotesques.

Deux chansons d’amour, « She Belongs To Me » et « Love Minus Zero / No Limit » viennent calmer ce rythme endiablé. L’auteur dresse des portraits féminins qui hésitent entre l’hommage et la discrète mise en boîte. La première est celle qui semble le plus se focaliser sur Joan Baez : l’image « Egyptian Ring » se réfère à un bijou que Bob Dylan lui avait offert, et « She Don’t Look Back » donnera son titre au documentaire de D.A. Pennebaker Dont Look Back, où dans une scène, on voit Joan Baez quitter une pièce sans se retourner…. « Love Minus Zero / No Limit » qui peint une jeune femme sereine et diaphane évoque Sara sa nouvelle campagne au regard alangui et triste.

Dans une veine plus délirante à la « I Shall Be Free », « On The Road Again» et le paranoïaque « Bob Dylan’s 113th Dream » sont des rocks surréalistes inventifs à l’humour dévastateur. Pour le dernier, il est décidé de garder le faux départ où tout le groupe éclate de rire afin de rajouter encore plus du dynamisme.

La face acoustique est curieusement aussi révolutionnaire car chaque chanson est un monde à elle seule. Toutes sont d’un très haut niveau artistique et notamment la première, « Mr Tambourine Man » qui deviendra un immense succès pour les Byrds. Réactualisation exubérante du thème du poète et sa muse, ce titre aux images psychédéliques peut aussi bien parler de drogue (certains la considèrent comme la plus belle chanson jamais écrite sur le sujet) que de transcendance spirituelle. C’est avant tout un hommage à la liberté de l’artiste et à sa quête d’une poésie qui abolit tous repères traditionnels.

« Gates Of Eden » est plus troublante encore : dans cet Eden, les traces du paradis sont parties en fumée remplacées par des pièges multiples et pervers. Le débit tranchant et haletant accentue l’angoisse déjà palpable sur «Subterranean Lovesick Blues » et transforme « Gates Of Eden » en complainte macabre.

Autre avalanche d’images, « It’s Alright Ma, », double allusion à son « Don’t Think Twice » et au « That’s Allright Mama » de Elvis Presley, est une charge contre la culture américaine. Evoquant le Zéro et l’infini d’Arthur Koestler, critique acerbe du communisme, Bob Dylan s’attaque aux ravages du capitalisme : un système qui selon lui combine consumérisme aveugle et absence de sens. La chanson, une des favorites de l’auteur, sera souvent reprise sur scène et notamment durant la tournée de 1974 où la phrase sur « le président qui se sent tout nu » fera sensation en plein Watergate.

« It’s All Over Now Baby Blue » l’admirable titre final, est une des chansons les plus reprises de Bob Dylan. La mélodie gracieuse, le texte à sens multiples (un au revoir à la scène folk ou un appel au changement personnel ?) font de ce morceau une borne du Dylan de l’époque. Ce n’est pas par hasard qu’il la chantera au festival folk de Newport au final après de longues huées succédant à son concert électrique.

Le chanteur, quelques mois plus tard, surpassera les tentatives  rock de Bringing It All Back Home avec Highway 61 Revisited.

François Bellion - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Yannis51 le 31 janvier 2008
Format: CD
Bringing It All Back Home (1965) est un disque de Bob Dylan, auteur-compositeur-interprète américain de folk-rock. Il est souvent considéré comme le premier album de folk-rock. Des instruments électrifiés sont utilisés pour la première fois sur la première face de l'album ( ce que certains considèreront comme une trahison...Mais c'est çà Dylan : sans cesse se renouveler ...), alors qu'il y a quatre chansons de musique acoustique et en solo sur la deuxième face.
L'album commence par Subterranean Homesick Blues, qui a été un hit pour Dylan.
Mr. Tambourine Man sera popularisée par le groupe The Byrds, son titre est lié au fait que le guitariste Bruce Langhorne possédait un grand tambourin et que Tom Wilson lui avait demandé de l'apporter pour un enregistrement. Cela a inspiré Dylan lorsqu'il a vu le tambourin géant : Il y délaisse ses musiciens pour se retrouver seul face au micro, là encore, les paroles ne sont pas explicitement contestatrices, et pourtant, elles regorgent de trésors qui ne seront jamais totalement explorés.
It's Alright Ma (I'm Only Bleeding) est une longue diatribe de plus de sept minutes contre le système.
Bob Dylan's 115th Dream, longue fresque épique et surréaliste, dépeint une Amérique absurde au travers des aventures du Capitaine Arab et de ses marins. La compagnie met le pied sur un nouveau continent que Dylan décide de nommer « Amérique », puis se fait arrêter pour port de harpon.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par STEFAN COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 1 février 2015
Format: CD
Moins révolutionnaire qu'Highway 61 Revisited, vous savez l'album du passage à l'électricité, Bringing It All Back Home, album transitoire s'il en fut, ouvre de nouvelles pistes à un Bob Dylan qui s'est, jusque là, contenté d'être sagement folk et protestataire, exactement ce que son auditoire d'alors attend de lui.
Mais Bob a d'autres idées en tête et commence sérieusement de se sentir à l'étroit dans le cadre limité d'une expression purement acoustique de son art, il a aussi d'autres ambitions textuelles que d'être un baladin pour la cause du jour. Du coup, sept petits mois après un universellement acclamé Another Side Of Bob Dylan, un album où le Zim' est encore seul à bord, l'artiste se prend-il de l'envie de s'entourer d'autres instrumentistes et, pourquoi pas puisque la technique lui permet encore d'étendre son spectre, d'y ajouter un soupçon d'électricité. Pas de quoi faire fuir le folk chaland cependant, on reste, à de rares exceptions près, dans la continuité de ce que produisait Bob seul. Mais bon, le germe est là qui ne fera que se développer majestueusement dans l'opus à venir, bientôt, dans cinq mois seulement (ha ! les sixties et leur rythme effréné !).
Le germe est là, la qualité aussi.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Le gras et la tache le 2 février 2012
Format: CD
Cet album marque le début d'une nouvelle période dans la carrière de Bob Dylan. Après 4 albums réellement folk, Dylan passe "du côté obscur" (pour les amoureux du folk) en changeant radicalement sa patte musicale. Très sincèrement, ce n'est pas mon album préféré, par contre, je ne peux qu'applaudir des 2 mains ce tout jeune chanteur (à l'époque bien sûr!) qui voulait surtout ne pas se laisser enfermer dans un seul registre (il avait déjà effectué un sacré virage dans l'album précédent Another Side Of Bob Dylan en laissant tomber la "protest song", ici, il franchit carrément le Rubicond au risque de perdre tous ces fans de la première heure). Il n'empêche que dans la version originale (c'est-à-dire vinyle pour ceux qui n'ont toujours connu que le CD ou le MP3), l'une des faces seulement était résolument électro, l'autre étant de facture "classique", dont le fameux "Mr Tambourine Man", qui reste pour moi le meilleur titre de l'album. Pour conclure, un bon album, mais pas le pur génie auquel il nous a parfois habitué.
NB: Cet album s'appelle tantôt "Bringing it all back home" (version US), tantôt "Subterranean Homesick blues" (version Europe), mais en fait, c'est bien le même album.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Dr. Rock TOP 1000 COMMENTATEURS le 25 février 2014
Format: CD
Et la foudre devint lave... Porté par une génération entière, adulé, respecté, attendu comme le messie à chaque album, le petit homme n’aura de cesse que de se débarrasser des oripeaux que d’autres veulent lui faire porter pour endosser ceux que lui seul a choisi. Fan d’Elvis, sa rencontre avec les Beatles a laissé des traces : c’est décidé, Bob Dylan va devenir un groupe pop-rock ! La levée de boucliers que ce choix artistique a provoqué est inimaginable aujourd’hui. Pourtant, la mutation n’est qu’amorcée avec ce disque, sans plus.
Ouvrant l’album avec un rock surpuissant (SUBTERRANEAN HOMESICK BLUES), Dylan fausse les pistes. Une moitié du recueil est composé sur ce modèle (que l’on ne tardera pas à nommer folk-rock) et comporte encore quelques textes politisés (MAGGIE'S FARM), tandis que l’autre, forgée à l’ancien style (guitare/harmonica), prend la voie d’une introspection plus personnelle. Ce sont quatre morceaux renversants, à la beauté mélodique quasi gothique (GATES OF EDEN), aux paroles sanglantes (IT'S ALRIGHT MA), morbides (IT'S ALL OVER NOW BABY BLUE). Et puis MR. TAMBOURINE MAN (déjà un hit pour les Byrds), qui enfoncera un peu plus les clous du cercueil de ceux qui l’ont enterré trop vite et qui sont passés à côté de la mutation d’un vrai génie.
Tops : SUBTERRANEAN HOMESICK BLUES, MR. TAMBOURINE MAN, SHE BELONGS TO ME, IT'S ALRIGHT MA
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?