Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
Bruckner: Symphony No.4 in E flat major - "Romantic"
 
Agrandissez cette image
 

Bruckner: Symphony No.4 in E flat major - "Romantic"

5 mars 2007 | Format : MP3

EUR 5,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 10,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
1
20:14
2
15:34
3
11:09
4
21:13


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 5 mars 2007
  • Label: Universal Music Division Classics Jazz
  • Copyright: (C) 2007 Decca Music Group Limited
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:08:10
  • Genres:
  • ASIN: B0025C2SVA
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 59.084 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Knoploch Michel on 1 juin 2007
Format: CD Achat vérifié
C'est une interpretation luxueuse et lumineuse que nous convie Karl Böhm et son cher Wiener Philharmoniker. Chaque pupitre (cuivres en tête) est détaillé avec minutie. La prise de son fort réussie contribue largement à la réussite de cette gravure déjà parue dans la série DECCA LEGENDS. A réévaluer en bien impérativement. Somptueux !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Rofrano on 22 novembre 2011
Format: CD Achat vérifié
Herr Doktor Karl Boehm enregistra ce disque en 1973, bien avant que nous soyons submergés par la déferlante brucknerienne arrivée en 1996 avec le centenaire de sa mort. Car en France on fait toujours toute chose avec excès. Avant, on ignorait, voire on « méprisait » un peu ce musicien considéré comme un pâle imitateur du grand Richard. Après, ce n'étaient plus qu'éloges dithyrambiques et commentaires superlatifs comme pour faire oublier tout ce qui avait été dit précédemment. Et c'est ainsi que fut jugé le présent disque à l'occasion de sa ré-édition. En fait cette exécution est l'exemple classique d'une interprétation permettant à la musique de parler d'elle-même. On n'y trouve ni « interprétation » imposée, ni conception personnelle particulière, mais une restitution minutieuse et fidèle de la partition. Rien de moins et rien de plus (sinon quelques grognements du maestro audibles aux points culminants mais quelque peu gommés par la présente re-masterisation). Le « Herr Professor » dont on connait le naturel sérieux et le sens de l'humour totalement inexistant, était associé depuis les années Trente avec le philarmonie viennoise. Et cette exécution est le fruit de quarante années de respect et d'admiration mutuels. Tout en valorisant le son d'ensemble de l'orchestre , Boehm incite les instrumentistes à répondre naturellement et créativement , leur permettant une liberté de phrasé particulièrement bienvenue s'agissant notamment des cors et des bois. Cela nous donne un concert à vraiment couper le souffle dans sa majesté car les musiciens jouent merveilleusement bien . Il bénéficie en outre de la légendaire prise de son des ingénieurs de Decca. Alors foncez.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par earthlingonfire TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 19 novembre 2007
Format: CD
C'est en 1973 que Decca enregistre à la Sofiensaal l'Orchestre philharmonique de Vienne dans la version la plus connue de la 4° symphonie de Bruckner sous la direction de Böhm. Böhm est à mon sens un immense brucknérien, en particulier dans la 8°, la plus grande et sublime symhonie du maître de Saint-Florian, mais dans la 4° j'avoue une préférence pour trois versions de Jochum (Berlin, Dresde, Amsterdam), une de Furtwängler (Vienne) et Wand (Berlin). Une sixième place, donc, mais honorable et qui n'ôte finalement rien au lustre de ce disque. Mais avouons que sa séduction est autant le fait du chef, apte, net et profond, que du preneur de son et du mixeur, qui construit une troisième dimension infinie (vous vous souvenez de la maison de Hunding transformée en Galerie des Glaces dans le Ring de Solti), avec des cuivres charnus, massifs, projetés en plein milieu de la pièce où vous écoutez le disque et à des kilomètres des cordes. C'est donc du grand spectacle autant que de la grande musique, et si c'est un attrait de ce disque, c'est aussi sa limite. Mais l'impression de relative superficialité a peu de chances d'apparaître avant la dixième écoute. C'est dire si cette demi-critique doit être relativisée. Trente ans et plus après son enregistrement, ce disque garde sa place, même si la déferlante discographique brucknérienne qui a eu lieu entre-temps a apporté des splendeurs parfois encore plus grandes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pèire Cotó TOP 50 COMMENTATEURS on 28 septembre 2013
Format: CD
Il y a longtemps, cette 4e de Bruckner (édition Nowak, 1953) enregistrée en 1973 à la Sofiensaal de Vienne était considérée par beaucoup de critiques comme "la version de référence". Puis, Hoffelé et Kaminski l'ont fait redescendre de son piédestal. Pour ma part, je préfère éviter les excès dans un sens ou dans l'autre. Si elle ne m'a jamais enthousiasmé sans réserves, je lui trouve de grands mérites que j'ai essayé de préciser en la comparant avec deux autres grandes versions :
- Eugen Jochum, Berliner Philharmoniker, juin 1965 (DGG), édition Nowak, 1953;
- Günter Wand, Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester, 10 10bre 1976, édition Haas, 1936.
A vrai dire, c'est pour Wand que j'ai fait appel aux deux autres, dont les caractères bien saillants sont perceptibles même sans comparaison. Mais un point de repère permet tout de même d'avoir plus de précision. La différence entre les deux éditions est surtout dans le Finale, modifié une nouvelle fois par Bruckner dans l'édition Nowak.

Dans le premier mouvement, c'est surtout à Jochum, étonnamment souple et aérien, d'une dynamique légèreté (avec Berlin, orchestre porté à la massivité !), que Karl Böhm s'oppose. Il y a quelque chose de très tenu, d'une grande stabilité de tempo, net, précis, d'une éclatante clarté, assez monumental, terrestre, peut-être un peu rigide et statique, pesant et compassé.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique