Ajoutez à votre liste d'envies
Bruckner: Symphony No.5 in B flat
 
Agrandissez cette image
 

Bruckner: Symphony No.5 in B flat

10 janvier 1996 | Format : MP3

EUR 10,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
30
1
19:31
30
2
16:33
30
3
12:09
30
4
23:29

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Label: Deutsche Grammophon (DG)
  • Copyright: (C) 1995 Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:11:42
  • Genres:
  • ASIN: B0025H4804
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 53.555 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par earthlingonfire TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 27 décembre 2008
Format: CD Achat vérifié
La 5° symphonie de Bruckner réussit bien à la direction claire et assez objective d'Abbado. Plus que par la spéculation sur le sens du texte, le chef italien est intéressé par l'éclairage de sa lettre. Il se concentre sur l'organisation de l'écriture sans insister trop lourdement sur ses qualités architectoniques. Il met davantage en évidence le parcours arachnéen des thèmes, la dimension verticale semblant naître spontanément à partir du plan horizontal. Les accents sur les appuis sont d'ailleurs moins appuyés qu'illuminés de l'intérieur. Peu de noirceur chthonienne ici, peu de conflit aussi, et c'est la limite de la lecture d'Abbado comparée à celles d'autres grands chefs, mais une progression à la fois logique et vivante de la musique. Tournant le dos aux effets de masse et au style "grandes orgues", Abbado semble au contraire accomplir un allègement remarquable, qui aboutit à une coda en apesanteur où la claire répartition des accents crée la sensation que le chemin le plus court, la solution la plus simple ont été trouvés : le mouvement n'est pas celui de la charrue (voir Thielemann) mais de la flèche.
Jochum résiste, mais ce disque, avec ceux de Wand, Harnoncourt et Chailly, a considérablement renouvelé la discographie de la Cinquième.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique