Bush

Les clients ont également acheté des articles de

Royal Republic
Soul Asylum
Silverchair
Garbage
Audioslave
Pearl Jam
Live
Rival Sons

Top albums (Voir les 78)


Voir les 78 albums de Bush

Bush : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 187
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Bush


Biographie

Gavin Rossdale (né le 30 octobre 1965 à Londres) a bien failli devenir footballeur professionnel. Passionné de musique autant que de ballon rond, il jouait à l'époque dans un groupe londonien nommé Midnight, mais devant le manque de succès du groupe, il choisi de le quitter, et de former Bush à la fin de l'année 1992.

Gavin Rossdale forme Bush (d'abord nommé Future Primitive) avec un guitariste nommé Nigel Pulsford (né le 11 avril 1963 à Newport, Pays de Galles). Tous deux, ils recrutent le batteur Robin Goodridge (né le 10 septembre 1966 à Crawley, West Sussex, Angleterre) et Dave Parsons ... Lire la suite

Gavin Rossdale (né le 30 octobre 1965 à Londres) a bien failli devenir footballeur professionnel. Passionné de musique autant que de ballon rond, il jouait à l'époque dans un groupe londonien nommé Midnight, mais devant le manque de succès du groupe, il choisi de le quitter, et de former Bush à la fin de l'année 1992.

Gavin Rossdale forme Bush (d'abord nommé Future Primitive) avec un guitariste nommé Nigel Pulsford (né le 11 avril 1963 à Newport, Pays de Galles). Tous deux, ils recrutent le batteur Robin Goodridge (né le 10 septembre 1966 à Crawley, West Sussex, Angleterre) et Dave Parsons (né le 2 juillet 1966 à Londres), qui officiait jusqu'alors au sein de groupe The Partisans.

Le point commun entre ces quatre hommes ? Ils sont fortement influencés par la scène grunge et post-grunge américaine et ne jurent que par Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden. C'est de ce postulat que naît leur son. La voix gutturale, rocailleuse de Gavin Rossdale jure alors avec les codes du rock anglais, plus policés, plus pop. Et les riffs enragés de Rossdale et Pulsford n'ont rien à envier - a priori - à ceux d'un Stone Gossard (Pearl Jam) ou d'un Kurt Cobain.

Leur premier album Sixteen Stone sort le 5 décembre 1994, alors que le monde se remet à peine de la mort de Kurt Cobain, et de fait, du sort jeté au grunge. Produit par Clive Langer et Alan Winstanley (Elvis Costello, Madness), Sixteen Stone est un pur disque post grunge, énergique, torturé et dense. Le potentiel commercial du disque est assuré par les singles en puissance que sont « Everything Zen », « Little Things », « Comedown » ou encore le lancinant « Glycerine ».

Les charts rock américains et MTV font déjà les yeux doux à ce groupe qu'on jurerait venir de Seattle (de par leur son, leur attitude). D'ailleurs, certains fans ne sont absolument pas au courant des origines anglaises du groupe... Les perles mélodiques que sont les singles précités permettent à Bush de placer plusieurs titres en même temps dans le Top 40 du Billboard.

Deux ans plus tard, Bush est très attendu pour son deuxième album. Razorblade Suitcase sort le 19 novembre 1996 et est envoyé aux radios avec le single « Swallowed ». Produit par Steve Albini (Nirvana, PJ Harvey, Pixies...), Razorblade Suitcase caracole dès sa sortie en tête des ventes d'albums aux Etats-Unis, et se place très bien dans les charts européens. Cet album aux accents grunge assumés se vendra, au final, un peu moins bien que Sixteen Stone.

En 1997 sort le bien nommé Deconstucted, un album de remixes de leurs titres, avec notamment Tricky et Goldie s'essayant à l'exercice.

Nous sommes en 1999, Bush va alors commencer à souffrir du désintérêt du public pour le grunge et le rock lourd. The Science of Things, leur troisième album, sort le 26 octobre 1999, sous la houlette de Clive Langer, Alan Winstanley et Tom Elmhirst. Plus orienté vers des sonorités électroniques malgré l'architecture globale toujours très rock, The Science of Things n'est pas un moins bon album que ses prédécesseurs, mais souffre quelque peu de l'absence de vrai single, hormis peut-être le « The Chemicals Between Us », titre galvanisant et entêtant. 

Après de longues tournées, Bush revient le 23 octobre 2001 avec un quatrième album intitulé Golden State, sur Atlantic Records, là où les précédents opus étaient sortis sur Interscope/Universal. Leur premier single « The People That We Love » devait à l'origine s'appeler « Speed Kills », mais le drame du 11 septembre les a fait changer d'avis, par souci de prudence et de respect.

Cet album fut le moins vendu de Bush jusqu'alors. Malgré de bons titres, sans doute un peu moins rugueux qu'à l'accoutumée, Golden State ne parviendra jamais en tête des charts.Devant ses mauvais résultats et un vivier de fans de plus en plus clairsemé, le guitariste Nigel Pulsford quitte le groupe et est remplacé au pied levé par le guitariste de Helmet, Chris Traynor, mais seulement pour une tournée.

Bush se sépare en 2002. Côté vie privée, Gavin Rossdale se marie avec la chanteuse de No Doubt, Gwen Stefani. The Best of Bush: 1994-1999 paraît en avril 2005, reprenant les plus gros tubes du groupe. Puis, Zen X Four, un album live accompagné d'un DVD reprenant des images de tournées et des clips sort en novembre 2005.

A partir de 2003, Gavin Rossdale se consacre à son nouveau groupe, Institute, qui ne connaît qu'un succès d'estime et un album au compteur. En juin 2008, alors en stand-by de son nouveau groupe, il sort un album solo assez dispensable intitulé Wanderlust.

Fin 2008, Gavin Rossdale annonce à la presse qu'il a joint les anciens membres de Bush, et qu'une reformation est prévue courant 2009...

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt

Gavin Rossdale (né le 30 octobre 1965 à Londres) a bien failli devenir footballeur professionnel. Passionné de musique autant que de ballon rond, il jouait à l'époque dans un groupe londonien nommé Midnight, mais devant le manque de succès du groupe, il choisi de le quitter, et de former Bush à la fin de l'année 1992.

Gavin Rossdale forme Bush (d'abord nommé Future Primitive) avec un guitariste nommé Nigel Pulsford (né le 11 avril 1963 à Newport, Pays de Galles). Tous deux, ils recrutent le batteur Robin Goodridge (né le 10 septembre 1966 à Crawley, West Sussex, Angleterre) et Dave Parsons (né le 2 juillet 1966 à Londres), qui officiait jusqu'alors au sein de groupe The Partisans.

Le point commun entre ces quatre hommes ? Ils sont fortement influencés par la scène grunge et post-grunge américaine et ne jurent que par Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden. C'est de ce postulat que naît leur son. La voix gutturale, rocailleuse de Gavin Rossdale jure alors avec les codes du rock anglais, plus policés, plus pop. Et les riffs enragés de Rossdale et Pulsford n'ont rien à envier - a priori - à ceux d'un Stone Gossard (Pearl Jam) ou d'un Kurt Cobain.

Leur premier album Sixteen Stone sort le 5 décembre 1994, alors que le monde se remet à peine de la mort de Kurt Cobain, et de fait, du sort jeté au grunge. Produit par Clive Langer et Alan Winstanley (Elvis Costello, Madness), Sixteen Stone est un pur disque post grunge, énergique, torturé et dense. Le potentiel commercial du disque est assuré par les singles en puissance que sont « Everything Zen », « Little Things », « Comedown » ou encore le lancinant « Glycerine ».

Les charts rock américains et MTV font déjà les yeux doux à ce groupe qu'on jurerait venir de Seattle (de par leur son, leur attitude). D'ailleurs, certains fans ne sont absolument pas au courant des origines anglaises du groupe... Les perles mélodiques que sont les singles précités permettent à Bush de placer plusieurs titres en même temps dans le Top 40 du Billboard.

Deux ans plus tard, Bush est très attendu pour son deuxième album. Razorblade Suitcase sort le 19 novembre 1996 et est envoyé aux radios avec le single « Swallowed ». Produit par Steve Albini (Nirvana, PJ Harvey, Pixies...), Razorblade Suitcase caracole dès sa sortie en tête des ventes d'albums aux Etats-Unis, et se place très bien dans les charts européens. Cet album aux accents grunge assumés se vendra, au final, un peu moins bien que Sixteen Stone.

En 1997 sort le bien nommé Deconstucted, un album de remixes de leurs titres, avec notamment Tricky et Goldie s'essayant à l'exercice.

Nous sommes en 1999, Bush va alors commencer à souffrir du désintérêt du public pour le grunge et le rock lourd. The Science of Things, leur troisième album, sort le 26 octobre 1999, sous la houlette de Clive Langer, Alan Winstanley et Tom Elmhirst. Plus orienté vers des sonorités électroniques malgré l'architecture globale toujours très rock, The Science of Things n'est pas un moins bon album que ses prédécesseurs, mais souffre quelque peu de l'absence de vrai single, hormis peut-être le « The Chemicals Between Us », titre galvanisant et entêtant. 

Après de longues tournées, Bush revient le 23 octobre 2001 avec un quatrième album intitulé Golden State, sur Atlantic Records, là où les précédents opus étaient sortis sur Interscope/Universal. Leur premier single « The People That We Love » devait à l'origine s'appeler « Speed Kills », mais le drame du 11 septembre les a fait changer d'avis, par souci de prudence et de respect.

Cet album fut le moins vendu de Bush jusqu'alors. Malgré de bons titres, sans doute un peu moins rugueux qu'à l'accoutumée, Golden State ne parviendra jamais en tête des charts.Devant ses mauvais résultats et un vivier de fans de plus en plus clairsemé, le guitariste Nigel Pulsford quitte le groupe et est remplacé au pied levé par le guitariste de Helmet, Chris Traynor, mais seulement pour une tournée.

Bush se sépare en 2002. Côté vie privée, Gavin Rossdale se marie avec la chanteuse de No Doubt, Gwen Stefani. The Best of Bush: 1994-1999 paraît en avril 2005, reprenant les plus gros tubes du groupe. Puis, Zen X Four, un album live accompagné d'un DVD reprenant des images de tournées et des clips sort en novembre 2005.

A partir de 2003, Gavin Rossdale se consacre à son nouveau groupe, Institute, qui ne connaît qu'un succès d'estime et un album au compteur. En juin 2008, alors en stand-by de son nouveau groupe, il sort un album solo assez dispensable intitulé Wanderlust.

Fin 2008, Gavin Rossdale annonce à la presse qu'il a joint les anciens membres de Bush, et qu'une reformation est prévue courant 2009...

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt

Gavin Rossdale (né le 30 octobre 1965 à Londres) a bien failli devenir footballeur professionnel. Passionné de musique autant que de ballon rond, il jouait à l'époque dans un groupe londonien nommé Midnight, mais devant le manque de succès du groupe, il choisi de le quitter, et de former Bush à la fin de l'année 1992.

Gavin Rossdale forme Bush (d'abord nommé Future Primitive) avec un guitariste nommé Nigel Pulsford (né le 11 avril 1963 à Newport, Pays de Galles). Tous deux, ils recrutent le batteur Robin Goodridge (né le 10 septembre 1966 à Crawley, West Sussex, Angleterre) et Dave Parsons (né le 2 juillet 1966 à Londres), qui officiait jusqu'alors au sein de groupe The Partisans.

Le point commun entre ces quatre hommes ? Ils sont fortement influencés par la scène grunge et post-grunge américaine et ne jurent que par Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden. C'est de ce postulat que naît leur son. La voix gutturale, rocailleuse de Gavin Rossdale jure alors avec les codes du rock anglais, plus policés, plus pop. Et les riffs enragés de Rossdale et Pulsford n'ont rien à envier - a priori - à ceux d'un Stone Gossard (Pearl Jam) ou d'un Kurt Cobain.

Leur premier album Sixteen Stone sort le 5 décembre 1994, alors que le monde se remet à peine de la mort de Kurt Cobain, et de fait, du sort jeté au grunge. Produit par Clive Langer et Alan Winstanley (Elvis Costello, Madness), Sixteen Stone est un pur disque post grunge, énergique, torturé et dense. Le potentiel commercial du disque est assuré par les singles en puissance que sont « Everything Zen », « Little Things », « Comedown » ou encore le lancinant « Glycerine ».

Les charts rock américains et MTV font déjà les yeux doux à ce groupe qu'on jurerait venir de Seattle (de par leur son, leur attitude). D'ailleurs, certains fans ne sont absolument pas au courant des origines anglaises du groupe... Les perles mélodiques que sont les singles précités permettent à Bush de placer plusieurs titres en même temps dans le Top 40 du Billboard.

Deux ans plus tard, Bush est très attendu pour son deuxième album. Razorblade Suitcase sort le 19 novembre 1996 et est envoyé aux radios avec le single « Swallowed ». Produit par Steve Albini (Nirvana, PJ Harvey, Pixies...), Razorblade Suitcase caracole dès sa sortie en tête des ventes d'albums aux Etats-Unis, et se place très bien dans les charts européens. Cet album aux accents grunge assumés se vendra, au final, un peu moins bien que Sixteen Stone.

En 1997 sort le bien nommé Deconstucted, un album de remixes de leurs titres, avec notamment Tricky et Goldie s'essayant à l'exercice.

Nous sommes en 1999, Bush va alors commencer à souffrir du désintérêt du public pour le grunge et le rock lourd. The Science of Things, leur troisième album, sort le 26 octobre 1999, sous la houlette de Clive Langer, Alan Winstanley et Tom Elmhirst. Plus orienté vers des sonorités électroniques malgré l'architecture globale toujours très rock, The Science of Things n'est pas un moins bon album que ses prédécesseurs, mais souffre quelque peu de l'absence de vrai single, hormis peut-être le « The Chemicals Between Us », titre galvanisant et entêtant. 

Après de longues tournées, Bush revient le 23 octobre 2001 avec un quatrième album intitulé Golden State, sur Atlantic Records, là où les précédents opus étaient sortis sur Interscope/Universal. Leur premier single « The People That We Love » devait à l'origine s'appeler « Speed Kills », mais le drame du 11 septembre les a fait changer d'avis, par souci de prudence et de respect.

Cet album fut le moins vendu de Bush jusqu'alors. Malgré de bons titres, sans doute un peu moins rugueux qu'à l'accoutumée, Golden State ne parviendra jamais en tête des charts.Devant ses mauvais résultats et un vivier de fans de plus en plus clairsemé, le guitariste Nigel Pulsford quitte le groupe et est remplacé au pied levé par le guitariste de Helmet, Chris Traynor, mais seulement pour une tournée.

Bush se sépare en 2002. Côté vie privée, Gavin Rossdale se marie avec la chanteuse de No Doubt, Gwen Stefani. The Best of Bush: 1994-1999 paraît en avril 2005, reprenant les plus gros tubes du groupe. Puis, Zen X Four, un album live accompagné d'un DVD reprenant des images de tournées et des clips sort en novembre 2005.

A partir de 2003, Gavin Rossdale se consacre à son nouveau groupe, Institute, qui ne connaît qu'un succès d'estime et un album au compteur. En juin 2008, alors en stand-by de son nouveau groupe, il sort un album solo assez dispensable intitulé Wanderlust.

Fin 2008, Gavin Rossdale annonce à la presse qu'il a joint les anciens membres de Bush, et qu'une reformation est prévue courant 2009...

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page