Cannibal Corpse

Les clients ont également acheté des articles de

Death
Deicide
Mayhem
Amon Amarth
Darkthrone
Morbid Angel
Sepultura
Hail of Bullets

Cannibal Corpse : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 228
Titre Album  

Image de Cannibal Corpse

Dernier Tweet


Biographie

Cannibal Corpse se forme en 1988 à Buffalo (New York) avec Chris Barnes (chant), Jack Owen (guitare), Paul Mazurkiewicz (batterie), Alex Webster (basse), et Bob Rusay (guitare), tous issus de groupes locaux de death metal. En 1989, Cannibal Corpse donne son premier concert et enregistre une démo de cinq titres. C'est assez pour convaincre le label Metal Blade Records de signer Cannibal Corpse. Le groupe sort son premier album Eaten Back to Life en 1991, et se signale d'entrée par un death metal particulièrement brutal.

ce premier essai somme toute mitigé est éclipsé en 1991 par Butchered at ... Lire la suite

Cannibal Corpse se forme en 1988 à Buffalo (New York) avec Chris Barnes (chant), Jack Owen (guitare), Paul Mazurkiewicz (batterie), Alex Webster (basse), et Bob Rusay (guitare), tous issus de groupes locaux de death metal. En 1989, Cannibal Corpse donne son premier concert et enregistre une démo de cinq titres. C'est assez pour convaincre le label Metal Blade Records de signer Cannibal Corpse. Le groupe sort son premier album Eaten Back to Life en 1991, et se signale d'entrée par un death metal particulièrement brutal.

ce premier essai somme toute mitigé est éclipsé en 1991 par Butchered at Birth, qui s'impose comme un album majeur du death metal. Cannibal Corpse est alors lancé à pleine vitesse et envoie coup sur coup Tomb of the Mutilated (1992), et The Bleeding (1994). Chris Barnes est alors prié d'aller exercer ses talents ailleurs et est remplacé par George Fisher. Vile en 1996 montre que ce changement n'altère en rien la puissance et la sauvagerie de Cannibal Corpse. Il en va autrement de Gallery of suicide (1998), et Bloodthurst (1999) où Cannibal Corpse donne l'impression de tourner en rond, tel un pauvre zombie en quête de nourriture.

Le réveil est forcément violent avec Gore Obsessed en 2002. Ensuite, le succès de Cannibal Corpse va aller croissant. Le groupe devient le plus gros vendeur d'un genre souvent confidentiel, et connaît des chiffres de ventes dignes d'artistes pop rock ou R&B. The Wretched Spawn en 2004 participe à cette montée en puissance malgré une qualité relative. Ce n'est pas le cas de Kill (2006) et Evisceration Plague (2009), qui poussent le son de Cannibal Corpse dans ses retranchements les plus ignobles. Si un groupe est sans pitié, c'est bien Cannibal Corpse, totalement obsédé par une musique que l'on peut sans exagérer qualifier de gore. Torture en 2012 est le digne successeur d'une lignée d'albums qui s'ils se ressemblent, restent cependant comme les plus achevés du death metal. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Cannibal Corpse se forme en 1988 à Buffalo (New York) avec Chris Barnes (chant), Jack Owen (guitare), Paul Mazurkiewicz (batterie), Alex Webster (basse), et Bob Rusay (guitare), tous issus de groupes locaux de death metal. En 1989, Cannibal Corpse donne son premier concert et enregistre une démo de cinq titres. C'est assez pour convaincre le label Metal Blade Records de signer Cannibal Corpse. Le groupe sort son premier album Eaten Back to Life en 1991, et se signale d'entrée par un death metal particulièrement brutal.

ce premier essai somme toute mitigé est éclipsé en 1991 par Butchered at Birth, qui s'impose comme un album majeur du death metal. Cannibal Corpse est alors lancé à pleine vitesse et envoie coup sur coup Tomb of the Mutilated (1992), et The Bleeding (1994). Chris Barnes est alors prié d'aller exercer ses talents ailleurs et est remplacé par George Fisher. Vile en 1996 montre que ce changement n'altère en rien la puissance et la sauvagerie de Cannibal Corpse. Il en va autrement de Gallery of suicide (1998), et Bloodthurst (1999) où Cannibal Corpse donne l'impression de tourner en rond, tel un pauvre zombie en quête de nourriture.

Le réveil est forcément violent avec Gore Obsessed en 2002. Ensuite, le succès de Cannibal Corpse va aller croissant. Le groupe devient le plus gros vendeur d'un genre souvent confidentiel, et connaît des chiffres de ventes dignes d'artistes pop rock ou R&B. The Wretched Spawn en 2004 participe à cette montée en puissance malgré une qualité relative. Ce n'est pas le cas de Kill (2006) et Evisceration Plague (2009), qui poussent le son de Cannibal Corpse dans ses retranchements les plus ignobles. Si un groupe est sans pitié, c'est bien Cannibal Corpse, totalement obsédé par une musique que l'on peut sans exagérer qualifier de gore. Torture en 2012 est le digne successeur d'une lignée d'albums qui s'ils se ressemblent, restent cependant comme les plus achevés du death metal. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Cannibal Corpse se forme en 1988 à Buffalo (New York) avec Chris Barnes (chant), Jack Owen (guitare), Paul Mazurkiewicz (batterie), Alex Webster (basse), et Bob Rusay (guitare), tous issus de groupes locaux de death metal. En 1989, Cannibal Corpse donne son premier concert et enregistre une démo de cinq titres. C'est assez pour convaincre le label Metal Blade Records de signer Cannibal Corpse. Le groupe sort son premier album Eaten Back to Life en 1991, et se signale d'entrée par un death metal particulièrement brutal.

ce premier essai somme toute mitigé est éclipsé en 1991 par Butchered at Birth, qui s'impose comme un album majeur du death metal. Cannibal Corpse est alors lancé à pleine vitesse et envoie coup sur coup Tomb of the Mutilated (1992), et The Bleeding (1994). Chris Barnes est alors prié d'aller exercer ses talents ailleurs et est remplacé par George Fisher. Vile en 1996 montre que ce changement n'altère en rien la puissance et la sauvagerie de Cannibal Corpse. Il en va autrement de Gallery of suicide (1998), et Bloodthurst (1999) où Cannibal Corpse donne l'impression de tourner en rond, tel un pauvre zombie en quête de nourriture.

Le réveil est forcément violent avec Gore Obsessed en 2002. Ensuite, le succès de Cannibal Corpse va aller croissant. Le groupe devient le plus gros vendeur d'un genre souvent confidentiel, et connaît des chiffres de ventes dignes d'artistes pop rock ou R&B. The Wretched Spawn en 2004 participe à cette montée en puissance malgré une qualité relative. Ce n'est pas le cas de Kill (2006) et Evisceration Plague (2009), qui poussent le son de Cannibal Corpse dans ses retranchements les plus ignobles. Si un groupe est sans pitié, c'est bien Cannibal Corpse, totalement obsédé par une musique que l'on peut sans exagérer qualifier de gore. Torture en 2012 est le digne successeur d'une lignée d'albums qui s'ils se ressemblent, restent cependant comme les plus achevés du death metal. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page