• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par thebookcommunity_fr.
EUR 34,83 + EUR 2,49 Livraison
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par tousbouquins
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expédié par avion depuis les USA; prévoir une livraison entre 10 à 15 jours ouvrables. Satisfait ou remboursé
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Suite From Le Coq D'Or;Capriccio Espagnol;Russian Easter Overture;Polovtsians Dances Compilation

5 étoiles sur 5 3 commentaires client

3 neufs à partir de EUR 34,83 5 d'occasion à partir de EUR 11,99

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Détails sur le produit

  • Interprète: Antal Doráti
  • Orchestre: London Symphony Orchestra
  • Chef d'orchestre: Antal Doráti
  • Compositeur: Alexander Borodin, Multi-Artistes, Nicolai Rimsky-Korsakov
  • CD (1 juin 1992)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Compilation
  • Label: Mercury
  • ASIN : B0000057LJ
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 3 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 44.204 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Capriccio espanol op 34 - 1. alborada
  2. Capriccio espanol op 34 - 2. variazioni
  3. Capriccio espanol op 34 - 3. alborada
  4. Capriccio espanol op 34 - 4. scena e canto gitano
  5. Capriccio espanol op 34 - 5. fandango asturiano
  6. Le coq d'or - 1. tsar dodon in his palace
  7. Le coq d'or - 2. tsar dodon on campaign
  8. Le coq d'or - 3. tsar dodon as guest of the queen of shemakha
  9. Le coq d'or - 4. the wedding and lamentable end of dodon
  10. - russian easter festival, overture, op.36
  11. - polovtsian dances [prince igor]

Descriptions du produit

Amazon.fr

Quand il écrit des opéras, Rimski-Korsakov n'oublie ni ses origines russes ni ses qualités d'écriture fastueuse. Avec Le Coq d'or, le compositeur touche au génie, tant au plan musical qu'à la conduite de l'histoire théâtrale. On est là en pleine fable. Rimski- Korsakov écrit cet opéra pour de grandes voix, et la partition d'orchestre ne laisse pas beaucoup de place à la poésie pure. Le résultat est d'une richesse incroyable. Antal Dorati met toute son expérience pour porter aux nues cette fable fantastique typiquement slave. --Marc Aigneaux

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Les adjectifs ne manquent pas pour définir cet resplendissant album de musique russe dirigé de main de maître par Antal Dorati ! La firme Mercury nous invite à une véritable fête sonore : voilà quatre purs joyaux qu'il faudrait voir figurer parmi les trésors du Palais de l'Hermitage !

Pétulance virtuose de la clarinette, tambourin frénétique : l'Alborada du "Capriccio espagnol" de Rimsky ne manque certainement pas de duende ! Pulsation implacable, investissement total des musiciens : les Variations dessinent une succession d'époustouflants tableaux vivants. Le temps de passer du deuxième au quatrième mouvement et voilà que le soleil couchant a laissé la place à une nuit à peine tombée. Un solo de harpe hypnotisant nous découvre une gitane encore plus séduisante que la Carmencita ; la Rapsodie espagnole de Ravel n'est certes pas loin, mais le dépaysement est assuré ! Et si vous ne vous êtes pas laissé entièrement griser par la coda concluant le "Fandango asturiano", vous aurez toujours la possibilité de vous demander qui d'Antal Dorati ou de Kirill Kondrachine (RCA) a gravé la plus belle version de cet Opus 34...

Il n'y a guère qu'un pas de l'Espagne de fantaisie du "Capriccio" à l'Orient tout aussi imaginaire de la "Suite du Coq d'Or" (trésor injustement absent de nos salles de concert !)... Et c'est peut-être dans le récit des aventures pitoyables du Roi Dodon que le génie orchestral de Rimsky s'exprime avec le plus d'éclat.
Lire la suite ›
2 commentaires 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 3 mars 2010
Eblouissant : c'est le mot qui s'impose à l'écoute de la "Grande Paque Russe" et du "Capriccio Espagnol" captés en juin 1959. Ouvrant largement la scène sonore, offrant réalisme et matière vivante aux instruments : les micros de Mercury ne trahissent pas leur réputation.
Rebond des cordes, éclat des cuivres : Dorati embrase la célébration cérémonielle et festive de la Résurrection du Christ sans en négliger la ferveur. Voilà une des mes versions préférées, avec la virtuosité pourpre & or de Barenboïm à Chicago (DG, 1977), le supplément d'âme d'Ansermet (Decca, 1959) et l'intelligence visionnaire de Sinopoli (DG, 1992).

Pour l'opus 34, le mordant entrain du London Symphony aveugle dès l'Alborada, et ne se relâche pas pour enfiévrer les « scena e canto gitano ». Le génie d'instrumentation de Rimsky rutile comme jamais !

Enregistrées en 1956, les "Danses polovtsiennes" (avec choeur) s'imposent avec une présence charismatique, voire une brusquerie qui crèvent l'écran.
Dans ce registre, je ne vois guère que la concurrence de Leopold Stokowski (Decca, 1969, avec le Royal Philharmonic), certes un peu artificieuse.

Interprétation hors pair de la Suite du "Coq d'Or" : raffinement, causticité, luxuriance orientaliste : tout y est !
Martelée par une grosse caisse tellurique, la « fin lamentable du Roi Dodon » grimace et fulmine avec une cruauté acerbe qui laisse hébété.
1 commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Que rajouter après l'enthousiasme des deux excellentes appréciations et analyses sur cet enregistrement ENCHANTEUR, texte que l'on goûtera avec délice venant d'oreilles aussi fines et expertes de leurs auteurs !

Prise de son époustouflante de présence de finesse et de clarté, d' espace et d' ampleur, de vie intense qui vous laisse suspendue à chaque 1/10e de seconde au discours d'une musique d' une richesse de timbres que l'on doit au génie de son auteur, formidable orchestrateur et qui eut pour élève entre autre Ottorino RESPIGHI,( voir sa Trilogie Romaine) digne élève de son maître.

Nous conseillons bien évidemment à tout mélomane découvreur de ce génie russe de la peinture musicale, non seulement, ses œuvres orchestrales et concertantes, les chorales et les mélodies, la musique de chambre, mais également le sommet de son œuvre dans ses 13 opéras, de véritables merveilles de bout en bout, avec une ligne de chant tout à fait exceptionnelle qui vous fait tressaillir au plus profond de vous même!

Il est scandaleux que l' intégrale des 13 opéras, éditée en vinyle et interprétée par le talent visionnaire des interprètes russes comme seuls ils peuvent le faire, n'est jamais fait l' objet d'une réédition en CD !!!

Sur WIKIPEDIA on peut consulter une très riche et exemplaire biographie et la liste des œuvres de ce compositeur prolifique, un des génie sublimes et incontestables du Panthéon de ces éclaireurs d'âmes, venues en ce très bas monde pour sensibiliser et élever la bête humaine !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x9e34df6c) étoiles sur 5 8 commentaires
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x9e58a360) étoiles sur 5 SOMETHING TO CROW ABOUT 20 novembre 2002
Par DAVID BRYSON - Publié sur Amazon.com
Achat vérifié
Mercury seem to have been way ahead of the field as recording technicians to judge by this disc and a Rite of Spring (also from Dorati but with the Minneapolis) that I have owned for most of my life. When these recordings were made, the President of the USA was Mr Eisenhower, but their technical quality would be creditable for the third millennium. Rimsky-Korsakoff needs to sound brilliant and vivid -- orchestral tone was as integral to his musical thinking as counterpoint was to that of Bach or Brahms -- but for its age this disc is nothing short of phenomenal, and worth every cent of the price. The London Symphony in its heyday was probably the world's greatest orchestra, and even its lesser performances had an arrogant 'this-is-all-too-easy' assurance that made it something like ideal for Rimsky. The Walthamstow Town Hall was a famous recording venue, and Dorati is a conductor I wish I knew more about. What little I previously had by him (the Rite of Spring and some Haydn symphonies) is superlative. I got this record for the Coq d'Or suite, which is my #1 favourite bit of Rimsky but which has not been easy to find in Europe lately. It has everything I would have wanted from a record cut in 2002, and the other Rimsky pieces are to the same standard. So are the Borodin Polovtsian Dances, which are a worthy successor to my LP version -- by Beecham, no less -- but this is basically a disc for Rimsky-fanatics. If you are no kind of fanatic, here is a chance to be one without harming anybody. If you are the wrong sort of fanatic, here is a better outlet for your impulses.
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0xa2f6c48c) étoiles sur 5 Outstanding sound and performance 3 juin 2011
Par atti - Publié sur Amazon.com
This is a great recording in both performance and fidelity. Dorati makes everything come alive with vigor and force. Everything soars. I can't remember when I've enjoyed Borodin this much. Highly recommended.
10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0xa4336ce4) étoiles sur 5 Dorati and LSO at the Bolshoi 23 juin 2000
Par Un client - Publié sur Amazon.com
These recordings from 1955-61 smell of the theatre which is a great compliment. It might as well be the Bolshoi.The performances are razor-sharp, dramatic, exciting, and gloriously recorded. The LSO under Dorati was a remarkable ensemble, and all these years later, you can still "hear" Dorati in its concerts and recordings.
Walthamstow Town Hall, London, made a superb venue for this standard of music-making, and Wilma Cozart has rehabbed her own recording sessions to remarkable effect.
If you compare these with first edition vinyl, you'll find that the LPs give you more of the characteristic Dorati "gut" in string attacks, but that's not enough to dissuade you getting this disk if your vinyl is in ratty condition.
Wonderful.
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Slow Learner - Publié sur Amazon.com
Achat vérifié
I am soooo happy with this CD!! I have had the record album since the early 1960's and love it. I tried, off and on, for a long time to get it on CD but couldn't find it. Instead, I tried other recordings of Capriccio Espagnol and was always disappointed. Finally, here it is. Wow! Absolute fantastic!! This is THE BEST.
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x9e58a180) étoiles sur 5 Magical 7 février 2009
Par David Saemann - Publié sur Amazon.com
The first thing I want to say, and I am sorry to report this, but this is one of the few Mercury Living Presence CDs with problems with the recording quality. The two selections recorded in 1956, Le Coq d'Or and the Polovetsian Dances, suffer from tape overload in the tuttis. This probably wouldn't have been noticeable on the LP, but on CD it turns the loudest passages somewhat muddy. The other two pieces, recorded in 1959, boast state of the art sound. As for the performances, they simply are superlative. Dorati's pacing and sense of drama is just outstanding. He never rushes the Capriccio Espagnol, but the total effect, with carefully terraced dynamics, is absolutely delightful. Every subtlety in the Coq d'Or suite is brought out. The Russian Easter Overture is alternately thrilling and moving. One can't heap enough praise here onto the London Symphony's brass. The Polovetsian Dances, with chorus, are as exciting as any version I've heard. So, in spite of the sonic limitations, this is an absolutely wonderful disc.
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?