Carl Perkins (pianist)

Les clients ont également acheté des articles de

Randy Weston

Top albums



Carl Perkins : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 8724
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

« Sans Carl Perkins, il n'y aurait pas eu The Beatles ». Paul McCartney
C'est à Tiptonville (Tennessee) et le 9 avril 1932 que naît Carl Lee Perkings (selon une erreur figurant sur son acte de naissance). Il est le fils de Fonie Buck et Louise (née Brantley), seule famille de métayers blancs d'une plantation de coton, et a deux frères, Jay B. et Clayton. C'est la misère qui règne alors : la famille s'ébroue dans une cabane, et survit grâce à la solidarité du voisinage. Toute son enfance, Carl Perkins portera les vêtements usés de ses copains d'école.

Le petit garçon s'initie très précocement ... Lire la suite

« Sans Carl Perkins, il n'y aurait pas eu The Beatles ». Paul McCartney
C'est à Tiptonville (Tennessee) et le 9 avril 1932 que naît Carl Lee Perkings (selon une erreur figurant sur son acte de naissance). Il est le fils de Fonie Buck et Louise (née Brantley), seule famille de métayers blancs d'une plantation de coton, et a deux frères, Jay B. et Clayton. C'est la misère qui règne alors : la famille s'ébroue dans une cabane, et survit grâce à la solidarité du voisinage. Toute son enfance, Carl Perkins portera les vêtements usés de ses copains d'école.

Le petit garçon s'initie très précocement à la guitare (mêlant picking et électricité) et à la composition, subissant les influences croisées du blues et de la country, et remportant dès treize ans les radio-crochets de la région avec ses frères, sous le nom des Perkins Brothers.

Après un déménagement à Bemis (Tennessee, encore), où il apparaît que les poumons déficients de Buck lui interdisent de travailler dans les filatures de coton, la famille retourne à Jackson (Tennessee, toujours), et retrouve les joies du métayage.

Carl travaille alors dans une boulangerie industrielle (le jour), et chante au sein des Perkins Bros (auxquels s'est adjoint le batteur W.B. Holland) la nuit.

Le 24 juin 1953, le jeune homme épouse Valda Crider, originaire du Mississippi, avec laquelle il s'attache dès les premiers jours de leur union à avoir des enfants.

Premier contrat

Le 25 juin 1955, Carl signe un contrat avec un label subsidiaire des mythiques Sun Records : son premier disque, « Movie Magg » (composé à quatorze ans), se vend modestement, mais Perkins s'aguerrit en tournant aux côtés d'Elvis Presley et Johnny Cash.

Au mois de décembre de la même année, une interjection captée sur une piste de danse de l'Arkansas lui inspire son plus grand succès : « Blue Suede Shoes » est enregistré le 1er janvier 1956. Le disque se vend peu.

Des chaussures en daim bleu dorées sur tranche

Mais les concerts incessants, le bouche-à-oreille, finissent par séduire les amateurs de musique country, puis ceux de rhythm and blues, puis les adolescents, puis le pays tout entier.

Le 4 décembre 1956, une session historique (The Million Dollar Quartet) réunit Jerry Lee Lewis, Johnny Cash, Elvis Presley, et Perkins : les bandes ne seront publiées qu'après la mort d'Elvis. Le jeune Perkins est alors avec Scotty Moore (accompagnateur de Presley) le plus grand guitariste du rock and roll blanc.

Drame

C'est donc une star (Sam Phillips, patron du label, parie alors sur lui pour remplacer Presley, parti chez RCA), qui se rend par la route à la célèbre émission de télévision new-yorkaise du Ed Sullivan Show. Mais le chauffeur du véhicule s'endort au volant, et l'accident est terrible : le conducteur est tué sur le coup, Jay est paralysé, et Carl très gravement blessé, souffrant entre autres d'une fracture du crâne. Ce drame porte une atteinte terrible à la carrière de Perkins.

Pour les autres

Simultanément, la version de « Blue Suede Shoes » devient le troisième hit d'Elvis Presley. S'il ne recouvre jamais la notoriété planétaire de son premier tube, Perkins enregistre néanmoins d'autres grandes chansons : « Dixie Fried » (très inspirée par le Sud), « Boppin' The Blues » (chanté par Ricky Nelson), « Your True Love », « Honey Don't », « Matchbox » - inspiré d'un refrain du bluesman noir Blind Lemon Jefferson, et dans laquelle Jerry Lee Lewis assure la partie de piano - et « Everybody's Trying To Be My Baby » (ces trois dernières mélodies reprises par The Beatles).

Alcool, fans et amis

Au mois de janvier 1958, Jay décède des séquelles de l'accident, et d'une tumeur au cerveau. Carl se consacre alors à la composition pour le compte d'autres artistes (Everly Brothers), puis revient vers son berceau originel, la country music. Il sombre également dans l'alcoolisme.

En 1964, il lâche la bouteille pour une tournée britannique, où il est accueilli comme un dieu vivant par toute une génération de jeunes groupes qui ont grandi à l'ombre de sa musique.

A partir de 1965, il suit Johnny Cash sur la route une décennie durant, composant quelques succès de l'homme en noir (« Daddy Sang Bass »). Son frère Clayton décède en 1974, et Carl se produit alors avec ses fils Stan et Gregg.

Souvenirs et hommages

En 1982, le chanteur rejoint Johnny Cash et Jerry Lee Lewis pour l'enregistrement de The Survivors Live.

En 1986, Perkins participe à Class Of '55, hommage à Presley, en compagnie de Roy Orbison, Jerry Lee Lewis et Johnny Cash.

En 1987, Carl Perkins est honoré par le Rock and Roll Hall Of Fame.

En 1991, on diagnostique chez lui un cancer de la gorge : la chimiothérapie, et une phase de rémission, lui permet de se consacrer à une fondation pour l'enfance maltraitée.

Son dernier album, Go Cat Go, est enregistré en 1996 avec Bono (U2), John Fogerty et Paul Simon.

Carl Perkins est vaincu par la maladie le 19 janvier 1998. Il repose désormais au cimetière de Jackson (Tennessee). Et, là-haut dans le ciel du rock and roll, il se tient à la droite du dieu Presley.

Copyright 2014 Music Story Christian Larrède

« Sans Carl Perkins, il n'y aurait pas eu The Beatles ». Paul McCartney
C'est à Tiptonville (Tennessee) et le 9 avril 1932 que naît Carl Lee Perkings (selon une erreur figurant sur son acte de naissance). Il est le fils de Fonie Buck et Louise (née Brantley), seule famille de métayers blancs d'une plantation de coton, et a deux frères, Jay B. et Clayton. C'est la misère qui règne alors : la famille s'ébroue dans une cabane, et survit grâce à la solidarité du voisinage. Toute son enfance, Carl Perkins portera les vêtements usés de ses copains d'école.

Le petit garçon s'initie très précocement à la guitare (mêlant picking et électricité) et à la composition, subissant les influences croisées du blues et de la country, et remportant dès treize ans les radio-crochets de la région avec ses frères, sous le nom des Perkins Brothers.

Après un déménagement à Bemis (Tennessee, encore), où il apparaît que les poumons déficients de Buck lui interdisent de travailler dans les filatures de coton, la famille retourne à Jackson (Tennessee, toujours), et retrouve les joies du métayage.

Carl travaille alors dans une boulangerie industrielle (le jour), et chante au sein des Perkins Bros (auxquels s'est adjoint le batteur W.B. Holland) la nuit.

Le 24 juin 1953, le jeune homme épouse Valda Crider, originaire du Mississippi, avec laquelle il s'attache dès les premiers jours de leur union à avoir des enfants.

Premier contrat

Le 25 juin 1955, Carl signe un contrat avec un label subsidiaire des mythiques Sun Records : son premier disque, « Movie Magg » (composé à quatorze ans), se vend modestement, mais Perkins s'aguerrit en tournant aux côtés d'Elvis Presley et Johnny Cash.

Au mois de décembre de la même année, une interjection captée sur une piste de danse de l'Arkansas lui inspire son plus grand succès : « Blue Suede Shoes » est enregistré le 1er janvier 1956. Le disque se vend peu.

Des chaussures en daim bleu dorées sur tranche

Mais les concerts incessants, le bouche-à-oreille, finissent par séduire les amateurs de musique country, puis ceux de rhythm and blues, puis les adolescents, puis le pays tout entier.

Le 4 décembre 1956, une session historique (The Million Dollar Quartet) réunit Jerry Lee Lewis, Johnny Cash, Elvis Presley, et Perkins : les bandes ne seront publiées qu'après la mort d'Elvis. Le jeune Perkins est alors avec Scotty Moore (accompagnateur de Presley) le plus grand guitariste du rock and roll blanc.

Drame

C'est donc une star (Sam Phillips, patron du label, parie alors sur lui pour remplacer Presley, parti chez RCA), qui se rend par la route à la célèbre émission de télévision new-yorkaise du Ed Sullivan Show. Mais le chauffeur du véhicule s'endort au volant, et l'accident est terrible : le conducteur est tué sur le coup, Jay est paralysé, et Carl très gravement blessé, souffrant entre autres d'une fracture du crâne. Ce drame porte une atteinte terrible à la carrière de Perkins.

Pour les autres

Simultanément, la version de « Blue Suede Shoes » devient le troisième hit d'Elvis Presley. S'il ne recouvre jamais la notoriété planétaire de son premier tube, Perkins enregistre néanmoins d'autres grandes chansons : « Dixie Fried » (très inspirée par le Sud), « Boppin' The Blues » (chanté par Ricky Nelson), « Your True Love », « Honey Don't », « Matchbox » - inspiré d'un refrain du bluesman noir Blind Lemon Jefferson, et dans laquelle Jerry Lee Lewis assure la partie de piano - et « Everybody's Trying To Be My Baby » (ces trois dernières mélodies reprises par The Beatles).

Alcool, fans et amis

Au mois de janvier 1958, Jay décède des séquelles de l'accident, et d'une tumeur au cerveau. Carl se consacre alors à la composition pour le compte d'autres artistes (Everly Brothers), puis revient vers son berceau originel, la country music. Il sombre également dans l'alcoolisme.

En 1964, il lâche la bouteille pour une tournée britannique, où il est accueilli comme un dieu vivant par toute une génération de jeunes groupes qui ont grandi à l'ombre de sa musique.

A partir de 1965, il suit Johnny Cash sur la route une décennie durant, composant quelques succès de l'homme en noir (« Daddy Sang Bass »). Son frère Clayton décède en 1974, et Carl se produit alors avec ses fils Stan et Gregg.

Souvenirs et hommages

En 1982, le chanteur rejoint Johnny Cash et Jerry Lee Lewis pour l'enregistrement de The Survivors Live.

En 1986, Perkins participe à Class Of '55, hommage à Presley, en compagnie de Roy Orbison, Jerry Lee Lewis et Johnny Cash.

En 1987, Carl Perkins est honoré par le Rock and Roll Hall Of Fame.

En 1991, on diagnostique chez lui un cancer de la gorge : la chimiothérapie, et une phase de rémission, lui permet de se consacrer à une fondation pour l'enfance maltraitée.

Son dernier album, Go Cat Go, est enregistré en 1996 avec Bono (U2), John Fogerty et Paul Simon.

Carl Perkins est vaincu par la maladie le 19 janvier 1998. Il repose désormais au cimetière de Jackson (Tennessee). Et, là-haut dans le ciel du rock and roll, il se tient à la droite du dieu Presley.

Copyright 2014 Music Story Christian Larrède

« Sans Carl Perkins, il n'y aurait pas eu The Beatles ». Paul McCartney
C'est à Tiptonville (Tennessee) et le 9 avril 1932 que naît Carl Lee Perkings (selon une erreur figurant sur son acte de naissance). Il est le fils de Fonie Buck et Louise (née Brantley), seule famille de métayers blancs d'une plantation de coton, et a deux frères, Jay B. et Clayton. C'est la misère qui règne alors : la famille s'ébroue dans une cabane, et survit grâce à la solidarité du voisinage. Toute son enfance, Carl Perkins portera les vêtements usés de ses copains d'école.

Le petit garçon s'initie très précocement à la guitare (mêlant picking et électricité) et à la composition, subissant les influences croisées du blues et de la country, et remportant dès treize ans les radio-crochets de la région avec ses frères, sous le nom des Perkins Brothers.

Après un déménagement à Bemis (Tennessee, encore), où il apparaît que les poumons déficients de Buck lui interdisent de travailler dans les filatures de coton, la famille retourne à Jackson (Tennessee, toujours), et retrouve les joies du métayage.

Carl travaille alors dans une boulangerie industrielle (le jour), et chante au sein des Perkins Bros (auxquels s'est adjoint le batteur W.B. Holland) la nuit.

Le 24 juin 1953, le jeune homme épouse Valda Crider, originaire du Mississippi, avec laquelle il s'attache dès les premiers jours de leur union à avoir des enfants.

Premier contrat

Le 25 juin 1955, Carl signe un contrat avec un label subsidiaire des mythiques Sun Records : son premier disque, « Movie Magg » (composé à quatorze ans), se vend modestement, mais Perkins s'aguerrit en tournant aux côtés d'Elvis Presley et Johnny Cash.

Au mois de décembre de la même année, une interjection captée sur une piste de danse de l'Arkansas lui inspire son plus grand succès : « Blue Suede Shoes » est enregistré le 1er janvier 1956. Le disque se vend peu.

Des chaussures en daim bleu dorées sur tranche

Mais les concerts incessants, le bouche-à-oreille, finissent par séduire les amateurs de musique country, puis ceux de rhythm and blues, puis les adolescents, puis le pays tout entier.

Le 4 décembre 1956, une session historique (The Million Dollar Quartet) réunit Jerry Lee Lewis, Johnny Cash, Elvis Presley, et Perkins : les bandes ne seront publiées qu'après la mort d'Elvis. Le jeune Perkins est alors avec Scotty Moore (accompagnateur de Presley) le plus grand guitariste du rock and roll blanc.

Drame

C'est donc une star (Sam Phillips, patron du label, parie alors sur lui pour remplacer Presley, parti chez RCA), qui se rend par la route à la célèbre émission de télévision new-yorkaise du Ed Sullivan Show. Mais le chauffeur du véhicule s'endort au volant, et l'accident est terrible : le conducteur est tué sur le coup, Jay est paralysé, et Carl très gravement blessé, souffrant entre autres d'une fracture du crâne. Ce drame porte une atteinte terrible à la carrière de Perkins.

Pour les autres

Simultanément, la version de « Blue Suede Shoes » devient le troisième hit d'Elvis Presley. S'il ne recouvre jamais la notoriété planétaire de son premier tube, Perkins enregistre néanmoins d'autres grandes chansons : « Dixie Fried » (très inspirée par le Sud), « Boppin' The Blues » (chanté par Ricky Nelson), « Your True Love », « Honey Don't », « Matchbox » - inspiré d'un refrain du bluesman noir Blind Lemon Jefferson, et dans laquelle Jerry Lee Lewis assure la partie de piano - et « Everybody's Trying To Be My Baby » (ces trois dernières mélodies reprises par The Beatles).

Alcool, fans et amis

Au mois de janvier 1958, Jay décède des séquelles de l'accident, et d'une tumeur au cerveau. Carl se consacre alors à la composition pour le compte d'autres artistes (Everly Brothers), puis revient vers son berceau originel, la country music. Il sombre également dans l'alcoolisme.

En 1964, il lâche la bouteille pour une tournée britannique, où il est accueilli comme un dieu vivant par toute une génération de jeunes groupes qui ont grandi à l'ombre de sa musique.

A partir de 1965, il suit Johnny Cash sur la route une décennie durant, composant quelques succès de l'homme en noir (« Daddy Sang Bass »). Son frère Clayton décède en 1974, et Carl se produit alors avec ses fils Stan et Gregg.

Souvenirs et hommages

En 1982, le chanteur rejoint Johnny Cash et Jerry Lee Lewis pour l'enregistrement de The Survivors Live.

En 1986, Perkins participe à Class Of '55, hommage à Presley, en compagnie de Roy Orbison, Jerry Lee Lewis et Johnny Cash.

En 1987, Carl Perkins est honoré par le Rock and Roll Hall Of Fame.

En 1991, on diagnostique chez lui un cancer de la gorge : la chimiothérapie, et une phase de rémission, lui permet de se consacrer à une fondation pour l'enfance maltraitée.

Son dernier album, Go Cat Go, est enregistré en 1996 avec Bono (U2), John Fogerty et Paul Simon.

Carl Perkins est vaincu par la maladie le 19 janvier 1998. Il repose désormais au cimetière de Jackson (Tennessee). Et, là-haut dans le ciel du rock and roll, il se tient à la droite du dieu Presley.

Copyright 2014 Music Story Christian Larrède


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page