Carlo Maria Giulini

Top albums (Voir les 181)


CD: €48.20  |  MP3: €27.99
CD: €6.99  |  MP3: €8.49
CD: €38.23  |  MP3: €17.49
CD: €7.70  |  MP3: €9.99
CD: €13.99  |  MP3: €16.99
CD: €10.99  |  MP3: €12.29
CD: €8.99  |  MP3: €5.99
CD: €23.00  |  MP3: €10.99
CD: €5.24  |  MP3: €10.99
Voir les 181 albums de Carlo Maria Giulini

Carlo Maria Giulini : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1076
Titre Album  

Image de Carlo Maria Giulini
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Carlo Maria Giulini
(1914 - 2005)

À partir de 1930, il étudie à l'Académie Sainte-Cécile à Rome : alto, composition. En 1934, il rentre comme altiste dans l'Orchestre de l'Augusteo. Les grands chefs invités (Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Bruno Walter, Pierre Monteux, Erich Kleiber, Victor de Sabata, Otto Klemperer, Willem Mengelberg ...) l'incitent à s'orienter vers la direction d'orchestre (Molinari, Casella).
À la Libération de Rome (1944), il donne son premier concert puis est nommé (1946) directeur musical de la RAI de Rome.
En 1950, il fonde l'Orchestre de la ... Lire la suite

Carlo Maria Giulini
(1914 - 2005)

À partir de 1930, il étudie à l'Académie Sainte-Cécile à Rome : alto, composition. En 1934, il rentre comme altiste dans l'Orchestre de l'Augusteo. Les grands chefs invités (Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Bruno Walter, Pierre Monteux, Erich Kleiber, Victor de Sabata, Otto Klemperer, Willem Mengelberg ...) l'incitent à s'orienter vers la direction d'orchestre (Molinari, Casella).
À la Libération de Rome (1944), il donne son premier concert puis est nommé (1946) directeur musical de la RAI de Rome.
En 1950, il fonde l'Orchestre de la ... Lire la suite

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Carlo Maria Giulini est né à Barletta le 9 mai 1914 dans les Pouilles, au sud de l'Italie. Il meurt le 14 juin 2005 à Brescia en Lombardie. En 1930, il étudie l'alto et la composition à l'Académie Sainte-Cécile de Rome etdevient en 1934 alto dans l'orchestre Augusteo. Il rencontre Otto Klemperer, Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Pierre Monteux. Le chef Bernardino Molinari lui donne des cours particuliers.

Pendant la guerre, Carlo Maria Giulini est envoyé en République Tchèque. Il déserte et rejoint Rome en 1942. A la fin de la guerre, il donne son premier concert, ... Lire la suite

Carlo Maria Giulini
(1914 - 2005)

À partir de 1930, il étudie à l'Académie Sainte-Cécile à Rome : alto, composition. En 1934, il rentre comme altiste dans l'Orchestre de l'Augusteo. Les grands chefs invités (Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Bruno Walter, Pierre Monteux, Erich Kleiber, Victor de Sabata, Otto Klemperer, Willem Mengelberg ...) l'incitent à s'orienter vers la direction d'orchestre (Molinari, Casella).
À la Libération de Rome (1944), il donne son premier concert puis est nommé (1946) directeur musical de la RAI de Rome.
En 1950, il fonde l'Orchestre de la RAI de Milan. Remarqué par Toscanini, puis par De Sabata, il devient chef attitré de la Scala de Milan (1953-1956). En 1955, la série de représentations de La Traviata de Giuseppe Verdi avec Maria Callas, mise en scène de Luchino Visconti, est devenue mythique. Parallèlement, Giulini fait ses débuts dans les grands festivals (Aix-en-Provence, Édimbourg, Mai musical de Florence, etc.) et commence une carrière internationale en Angleterre et aux États-Unis. En 1968, il décide d'abandonner les représentations lyriques compte tenu des mauvaises conditions de préparation. Il n'y reviendra qu'en 1982 pour un éblouissant Falstaff à Los Angeles. Giulini s'oriente alors vers une carrière de chef symphonique : premier chef invité à l'Orchestre symphonique de Chicago (1969-1978), directeur musical de l'Orchestre symphonique de Vienne (1973-1976) puis directeur de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles (1978-1984).
Il consacre la fin de sa carrière à la tête des plus grandes phalanges européennes à Berlin, Paris, Vienne, Amsterdam, Munich... Giulini a enregistré un grand nombre de disques notamment à la tête de l'Orchestre Philharmonia.
Sa carrière, d'abord consacrée aux grandes œuvres lyriques de Verdi (Falstaff), Rossini, Mozart (Don Giovanni), s'est orientée progressivement aux ouvrages essentiels du répertoire symphonique et sacré (Jean-Sébastien Bach, Mozart, Beethoven, Brahms, Dvorak, Bruckner, Mahler, Debussy, Ravel...). L'élégance de son style, l'engagement et l'élévation spirituelle de ses interprétations ont donné à Giulini une reconnaissance quasi unanime des critiques comme des mélomanes dans le monde entier.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Carlo Maria Giulini
(1914 - 2005)

À partir de 1930, il étudie à l'Académie Sainte-Cécile à Rome : alto, composition. En 1934, il rentre comme altiste dans l'Orchestre de l'Augusteo. Les grands chefs invités (Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Bruno Walter, Pierre Monteux, Erich Kleiber, Victor de Sabata, Otto Klemperer, Willem Mengelberg ...) l'incitent à s'orienter vers la direction d'orchestre (Molinari, Casella).
À la Libération de Rome (1944), il donne son premier concert puis est nommé (1946) directeur musical de la RAI de Rome.
En 1950, il fonde l'Orchestre de la RAI de Milan. Remarqué par Toscanini, puis par De Sabata, il devient chef attitré de la Scala de Milan (1953-1956). En 1955, la série de représentations de La Traviata de Giuseppe Verdi avec Maria Callas, mise en scène de Luchino Visconti, est devenue mythique. Parallèlement, Giulini fait ses débuts dans les grands festivals (Aix-en-Provence, Édimbourg, Mai musical de Florence, etc.) et commence une carrière internationale en Angleterre et aux États-Unis. En 1968, il décide d'abandonner les représentations lyriques compte tenu des mauvaises conditions de préparation. Il n'y reviendra qu'en 1982 pour un éblouissant Falstaff à Los Angeles. Giulini s'oriente alors vers une carrière de chef symphonique : premier chef invité à l'Orchestre symphonique de Chicago (1969-1978), directeur musical de l'Orchestre symphonique de Vienne (1973-1976) puis directeur de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles (1978-1984).
Il consacre la fin de sa carrière à la tête des plus grandes phalanges européennes à Berlin, Paris, Vienne, Amsterdam, Munich... Giulini a enregistré un grand nombre de disques notamment à la tête de l'Orchestre Philharmonia.
Sa carrière, d'abord consacrée aux grandes œuvres lyriques de Verdi (Falstaff), Rossini, Mozart (Don Giovanni), s'est orientée progressivement aux ouvrages essentiels du répertoire symphonique et sacré (Jean-Sébastien Bach, Mozart, Beethoven, Brahms, Dvorak, Bruckner, Mahler, Debussy, Ravel...). L'élégance de son style, l'engagement et l'élévation spirituelle de ses interprétations ont donné à Giulini une reconnaissance quasi unanime des critiques comme des mélomanes dans le monde entier.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Carlo Maria Giulini est né à Barletta le 9 mai 1914 dans les Pouilles, au sud de l'Italie. Il meurt le 14 juin 2005 à Brescia en Lombardie. En 1930, il étudie l'alto et la composition à l'Académie Sainte-Cécile de Rome etdevient en 1934 alto dans l'orchestre Augusteo. Il rencontre Otto Klemperer, Richard Strauss, Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Pierre Monteux. Le chef Bernardino Molinari lui donne des cours particuliers.

Pendant la guerre, Carlo Maria Giulini est envoyé en République Tchèque. Il déserte et rejoint Rome en 1942. A la fin de la guerre, il donne son premier concert, la 4ème Symphonie de Brahms. Il devient en 1946 directeur musical de la RAI à Rome et fonde en 1950 l'Orchestre de la RAI de Milan.
Toscanini entend pour la première fois Carlo Maria Giulini à la radio. Il dirige « Il mondo della luna » de Haydn. Le maestro italien le présente à Victor de Sabata. Carlo Maria Giulini devient son assistant à la Scala de Milan avant d'en prendre la direction de 1953 à 1956.
Il enregistre en 1955 la Traviata de Verdi avec Maria Callas et Renata Tebaldi, mise en scène par Luchino Visconti.

En 1968, las du manque de temps et de préparation, Carlo Maria Giulini arrête le lyrique pour se consacrer aux oeuvres orchestrales et symphoniques.
Debussy, Ravel, Bach, Mozart, Beethoven, Brahms, Dvorak, Bruchner, Mahler... Carlo Maria Giulini va enregistrer de nombreux concertos et symphonies dont la Symphonie n°9 de Dvorak avec l'orchestre philharmonique de Londres et la Symphonie N°9 d'Anton Bruckner avec l'orchestre philharmonique de Vienne en 1988.

Il prend la direction successive de l'orchestre symphonique de Chicago de 1969 à 1978, la direction de l'Orchestre Symphonique de 1973 à 1976 et le poste de directeur musical de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles de 1978 à 1984. C'est à Los Angeles qu'il renouera avec le lyrique avec son interprétation très personnelle de Falstaff de Verdi.

Carlo Maria Giulini s'est éteint le 14 juin 2005 à son domicile, laissant derrière lui une riche discographie symphonique et lyrique. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page