Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
At Carnegie Hall
 
Agrandissez cette image
 

At Carnegie Hall

27 septembre 2005 | Format : MP3

EUR 7,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 16,10 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
7:52
30
2
4:41
30
3
4:26
30
4
5:03
30
5
4:29
30
6
6:31
30
7
9:34
30
8
6:31
30
9
2:24

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 26 septembre 2005
  • Date de sortie: 27 septembre 2005
  • Label: Blue Note Records
  • Copyright: (C) 2005 Blue Note Records
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 51:31
  • Genres:
  • ASIN: B0023CF5WG
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.336 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par frenchjazzfan TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 28 décembre 2005
Format: CD
Enfin, un témoignage sonore de qualité d' une des collaborations les plus fameuses de l' histoire du Jazz.
Et ce disque dépasse toutes les espérances dès ses premières minutes avec un duo sidérant sur "Monk' s Mood".
Le son est véritablement exceptionnel, ce qui nous permet de savourer cette musique d' un niveau extraordinaire.
Pour moi, c' est un des plus grands disques de Monk. Le jeu du pianiste est constamment inspiré avec une prise de risque constante, encore plus présente ici que dans les Live postérieurs avec Charlie Rouse.
Coltrane est impressionnant de présence spirituelle. Il est le seul à dégager ce sentiment mystique à chacun de ses solos.
Un disque qui figure dès maintenant parmi les grands classiques du Jazz.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Thierry TOP 1000 COMMENTATEURS sur 14 avril 2011
Format: CD
Durant cette soirée du 29 novembre 1957 au Carnegie Hall, Thelonious Monk et John Coltrane se sont envolés, ils ont cotoyé les étoiles et nous ont offert ce qui est probablement le plus grand disque de l'histoire du Jazz, peut-être même de la musique.
Leur complicité est ici totale, leur génie atteint son paroxisme, leurs solos sont sidérants.
Les mots me manquent pour décrire cette musique, pour parler de ces sentiments qui me parcourent lorsque j'écoute cet opus. C'est absolument fascinant.

Aucun morceau n'est à sortir du lot, tous sont exceptionnels, inégalables.
Le "Late Show" propose peut-être un Coltrane plus survolté, son solo sur "Sweet and Lovely" est un moment à déguster, propulsé par la partie rythmique, il nous offre un moment purement jouissif.

Ahmed Abdul-Malik à la contrebasse et Shadow Wilson à la batterie sont à la hauteur de l'évènement et permettent aux deux géants de prendre leur essor.

Et dire que ce trésor est resté inconnu jusqu'en 2005, date de sa découverte dans les archives de Voice of America en attente de digitalisation...

Monsieur Monk, Monsieur Coltrane, merci pour ce trésor, merci pour tout, mais diantre que vous nous manquez !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Philomèle TOP 50 COMMENTATEURS sur 9 février 2013
Format: CD
Pour témoigner du compagnonnage et de l'entente remarquables qui existèrent entre ces deux génies du jazz, il ne resta longtemps qu'une poignée de titres en studio et un enregistrement amateur misérable au Five Spot Café (Live At The Five Spot - Discovery!). Ce disque-ci, miraculeusement découvert, vient combler cette lacune, dans une prise de son mono très acceptable : ce concert de l'automne 1957, que le quartet de Monk partageait avec d'autres très grands noms du jazz, confirmait à la fois la reconnaissance publique de Monk et sa merveilleuse complicité avec Coltrane, déjà affirmées au Five Spot pendant l'été. Les morceaux font la part belle au saxophone : Coltrane y fait preuve de l'exceptionnelle fluidité de son phrasé, d'une extrême virtuosité qui sait toujours où elle va sans s'égarer trop loin du thème ni jamais sacrifier le swing, et aussi de sa superbe sonorité. Monk déploie dans ses solos son invention jubilatoire des grand jours, et son accompagnement prolongé des chorus de Coltrane atteste son empathie pour le saxophoniste. A la batterie, Shadow Wilson se révèle plus engagé que parfois, et l'on ne peut que regretter de ne pas mieux entendre la basse d'Ahmed Abdul-Malik, qui excellera au Five Spot l'été suivant. Tous les morceaux sont bons, mais on peut avoir une préférence pour le très beau "Monk's mood", le premier "Epistrophy", "Sweet and lovely" (la plus belle version de la discographie de Monk à notre avis), ainsi que pour un "Blue Monk" au tempo vif et à l'introduction originale.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Alain_B sur 10 juillet 2014
Format: CD
J’ai été très déçu à l’écoute de ce disque. Monk et Coltrane ont fait de bien meilleurs disques (des dizaines) que celui ci, où ils sont l’ombre d’eux mêmes, surtout Monk. De plus la qualité sonore rend l’écoute pénible.

Ces bandes auraient du rester où elles dormaient.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique