EUR 7,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Carnets de guerre : De Mo... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Carnets de guerre : De Moscou à Berlin, 1941-1945 Poche – 5 mars 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,60
EUR 7,49 EUR 3,61

bonnes résolutions 2015 bonnes résolutions 2015


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Carnets de guerre : De Moscou à Berlin, 1941-1945 + Pour une juste cause + Vie et destin
Prix pour les trois: EUR 31,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

La " Grande Guerre patriotique " - celle qui débuta en URSS en 1941 par une déroute et se termina, quatre ans plus tard, au prix de sacrifices inouïs, le drapeau rouge flottant sur le toit du Reichstag -, Vassili Grossman l'a vue de près. Correspondant de guerre pour Krasnaïa Zvezda (L'Étoile rouge), le quotidien officiel de l'Armée rouge, il a été sur tous les fronts : la défense de Moscou, Stalingrad, bien sûr - expérience qui lui inspira son inoubliable roman Vie et destin -, la libération des camps de la mort en Pologne, l'entrée dans Varsovie, la chute de Berlin. Il a couché sur le papier ce qu'il appelle " la vérité impitoyable de la guerre ". Ses carnets, par leur liberté de ton, différaient sensiblement de ses dépêches publiées dans L'Étoile rouge. Aujourd'hui, l'historien Antony Beevor nous en propose des morceaux choisis, reliés entre eux par des indications précieuses sur le déroulement de la guerre, le contexte politique et le cheminement personnel de Grossman, ex-communiste désenchanté, juif athée, et avant tout écrivain...

Biographie de l'auteur

Vassili Grossman (1905-1964), écrivain de langue russe, est un communiste fervent jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où il se détourne du stalinisme. Son chef-d'œuvre, Vie et Destin, écrit de 1952 à 1960, est tenu pour le " Guerre et Paix du XXe siècle ". Interdit par le KGB, il est publié en 1980 en Occident. Il faudra attendre 1989 pour qu'il le soit en Russie.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Carnets de guerre : De Moscou à Berlin, 1941-1945 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 510 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (5 mars 2008)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253122491
  • ISBN-13: 978-2253122494
  • Dimensions du produit: 10,9 x 2,8 x 17,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 31.149 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

21 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch...., dit "Dupond" TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 21 juin 2009
Format: Poche Achat vérifié
On aurait pu s'attendre à de la propagande: c'est tout le contraire. Vassili Grossman fait une description pointilleuse de la vie dans les régiments soviétiques, depuis le début de la guerre et la débâcle jusqu'aux marches du Reichstag.
Les commentaires d'Antony Beevor sont justes et permettent de resituer le contexte de l'action.
On y découvre le sentiment des Russes dans la "Grande guerre patriotique": ils croyaient tous que l'après-guerre verrait la disparition des purges, du NKVD, de Béria.. et que s'instaurerait un communisme pacifié.
On découvre la sauvagerie des nationalistes ukrainiens qui se sont massivement alliés aux nazis, alors que les nationalistes polonais (tout aussi anti-communistes) les ont combattus.
On est plongé dans l'ambiance de ce patriotisme russe, fondé sur la poésie et l'amour de la terre, de la mère patrie, qui se transforme en fureur invincible quand elle est envahie. On comprend comme cette guerre a pu être gagnée par l'héroïsme du soldat russe, malgré une infériorité mécanique au début.
Grossman n'est pas complaisant face aux dérives, notamment les viols durant la prise de Berlin, tout en comprenant le besoin de vengeance des soldats russes. Rappelons que seulement 5% des soldats de 1941 sont encore vivants en 1945!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Behier Bruno sur 17 juin 2008
Format: Poche
Passionné par l'histoire et bon connaisseur de la seconde guerre mondiale, j'ai découvert, grâce à ce livre, un auteur humain, écrivain juif, correspondant de guerre soviétique, Vassili Grossman, dont le témoignage unique sur ces années de folie de la guerre à l'Est m'a profondément touché. Antony Beevor et Luba Vinogradova donnent quelques éléments biographiques sur la vie de Vassili Grossman mais l'essentiel de leur travail a consisté à compiler et remettre en perspective les notes prises sur le vif, sur le front ou à l'arrière, du correspondant de guerre dont les carnets de guerre furent en partie sauvés et transmis à sa fille. Je ne citerai qu'un extrait pour encourager chacun à découvrir cette oeuvre: "Et soudain, je me suis souvenu de la petite lettre écrite d'une main enfantine, la lettre qui gisait près du mort dans un abri de soldat. "Bonjour et peut-être bonsoir. Coucou, petit papa. Sans vous je m'ennuie ferme. Revenez, mon petit papa, parce que sans vous on rentre à la maison comme si c'était une autre maison. Venez, que je puisse vous voir, ne serait-ce qu'une heure. J'écris et mes larmes coulent à flots. [...]Signé: votre fille, Nina."
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pascale sur 19 février 2012
Format: Poche Achat vérifié
Vassili Grossman a couvert la guerre comme correspondant au sein de plusieurs unités de l'armée rouge. Le livre présentes de extraits de ses articles et de notes de travail. Quelques photos au milieu. Un témoignage humain, qui fait vivre tous ces hommes et femmes, acteurs de la guerre, ou civils pris dedans. Des notations sur la vie quotidienne des civils dans les zones de front, des soldats. Le chapitre sur Treblinka m'a particulièrement touchée : dès 1945, Vassili Grossman avait écrit l'essentiel. En fait, toutes les notes et articles sont ordonnés par l'historien Anthony Beevor, il y a deux niveaux de texte qui se distinguent par la taille des caractères : le texte de Beevor, qui donne des contextes, dates, etc..., et celui de Grossman, d'époque. Il ne s'agit pas des "carnets de guerre" bruts de Vassili Grossman, ils ont été retravaillés.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par pierre scalliet sur 1 février 2013
Format: Poche Achat vérifié
Je connaissais V Grossman par son roman Vie et Destin que j'ai lu dans les années 80.
Les carnets sont passionnants et d'une humanité étonnante; sa liberté de ton dans un environnement soviétique est tout à fait inattendue. La mise en perspective par LE spécialiste de la 2e guerre mondiale est proche de la perfection. Un must pour touts lecteurs.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par David Derisbourg sur 11 septembre 2008
Format: Poche Achat vérifié
Ce livre que je souhaite définir comme collectif malgré la présence d'une principale source d'information est mis en forme par de grands écrivains. Une seule critique à la lecture, le fait de citer régulièrement les passages réels de Vassili Grossman change le ton, ralenti la lecture et destine ce livre à un public averti. Les passages sont réels, la qualité des récits est certaine et le réalisme du terrain est retransmis avec émotions
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par REVERSE sur 2 décembre 2012
Format: Poche Achat vérifié
Je reprends en guise de titre une des dernières phrases de cet ouvrage tant elle correspond au destin de Grossman, écrivain et journaliste ukrainien, juif de confession dont les carnets de guerre sont reproduit ici, brillamment commentés par Antony Beevor et Luba Vinogradova.

Avec notre prisme occidental et la chape de plomb de la Guerre Froide qui a immédiatement succédé à la Seconde Guerre Mondiale, le théâtre du Front Est nous est souvent peu connu et on s'image mal la sauvagerie, la bestialité de l'affrontement qui s'est déroulé entre les armées soviétiques et nazies. Ces carnets de guerre nous plongent au coeur de cette horreur qui a abouti au massacre absurde de 20 millions de personnes.

Là où on aurait pu attendre de ces carnets - qui servaient de support à un des journaux de l'Armée Rouge - des écrits fortement imprégnés de la propagande communiste du régime soviétique, il n'en est rien et nous avons le témoignage précieux d'un homme certes fier de sa patrie mais qui parle avant tout de la guerre, de ses atrocités mais aussi de ses rares moments de répit.

Plongé dans les combats du début de l'agression nazie à la chute de Berlin, Grossman nous livre un témoignage indispensable, bouleversant, remarquablement écrit.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?