Citizen Kane [Blu-ray] [I... a été ajouté à votre Panier

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Citizen Kane [Blu-ray] [Import USA Zone 1]
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Citizen Kane [Blu-ray] [Import USA Zone 1]


Prix : EUR 60,70 LIVRAISON GRATUITE Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Vendu par Fulfillment Express et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
4 neufs à partir de EUR 57,90 3 d'occasion à partir de EUR 55,00

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.
EUR 60,70 LIVRAISON GRATUITE Détails Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock. Vendu par Fulfillment Express et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés

  • Retrouvez encore plus de titres dans notre boutique Blu-ray !

  • Mises à jour de votre logiciel d'exploitation (firmware): vous rencontrez des problèmes avec votre lecteur ? Certains films ne sont pas lus correctement ? Avez-vous vérifié que le logiciel d’exploitation de votre lecteur Blu-ray est correctement mis à jour? Cliquez ici


Produits fréquemment achetés ensemble

Citizen Kane [Blu-ray] [Import USA Zone 1] + La soif du mal [Blu-ray]
Prix pour les deux : EUR 75,69

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Orson Welles, Joseph Cotten, Dorothy Comingore, Agnes Moorehead, Ruth Warrick
  • Réalisateurs : Orson Welles
  • Scénaristes : Orson Welles, Herman J. Mankiewicz, John Houseman, Mollie Kent, Roger Q. Denny
  • Producteurs : Orson Welles, George Schaefer
  • Format : Edition de collection, DTS stéréo, Enregistrement original remasterisé, Sous-titré, NTSC, Import
  • Audio : Anglais, Espagnol
  • Sous-titres : Tchèque, Anglais, Français, Hongrois, Portugais, Russe, Espagnol
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : Turner Home Ent
  • Date de sortie du DVD : 13 septembre 2011
  • Durée : 119 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (47 commentaires client)
  • ASIN: B0050G3NWG
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 97.816 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Contenu additionnel

Livret illustré de 12 pages
Affiches (dans le livret)
Documentaire : "Image par image", analyse du film (38 min)
Documentaire : "Un rêve de cinéma", coulisses du tournage (10 min)
Bande-annonce (VOST)
Lien Internet (non dynamique)

Descriptions du produit

Description du produit

Disco 1
Ciudadano Kane
En Xanadu, su paraíso, acaba de fallecer Charles Foster Kane. Un noticiario da cuenta de la personalidad del multimillonario, de su imperio económico, su cadena de diarios, emisoras y fábricas. De sus ambiciones políticas, finalmente frustradas. De su vida sentimental con Emily Norton, sobrina del presidente de los Estados Unidos con la que se casó. Y de su idilio con una atractiva cantante, para quien construyó un teatro de la ópera. Todo se sabe de Kane menos una cosa ¿qué significa “Rosebud”, la palabra que pronunció justo antes de morir? Un periodista inicia una investigación al respecto, entrevistado a todas aquellas personas allegadas al fallecido...


Disco 2
RKO 281 : La Batalla por Ciudadano Kane
A principios de los años 40, un joven y ambicioso actor y director llamado Orson Welles, contratado por los estudios RKO, decidió hacer una película inspirándose en el poderoso magnate de la comunicación William Randolph Hearst. El proyecto, que se catalogó como RKO 281, se acabó convirtiendo en “Ciudadano Kane”. Una incursión en los entresijos del gran Hollywood para conocer los conflictos en la gestación de uno de los grandes clásicos del siglo XX. La creación de un mito y un duelo de titanes que tenían mucho en común y a los que enfrentó una película...

Amazon.fr

Orson Welles "aborde chaque film comme s'il était son premier, et devait être aussi son dernier, avec l'enthousiasme d'un homme qui découvre le cinéma et, tout à son émerveillement, le réinvente du même coup". Qu'ajouter aux propos que consacrent les auteurs de l'indispensable 50 ans de cinéma américain, Bertrand Tavernier et Jean Pierre Coursodon, à l'auteur de Citizen Kane ? Chef-d'œuvre d'un jeune homme de vingt-cinq ans qui signe là son premier film, cette biographie (à peine voilée) du magnat de la presse, Randolph Hearst, n'a pas fini de livrer ses secrets. Audace de sa construction en flash-back, polyphonie narrative, culot d'une mise en scène qui élève au rang de plan ultime la moindre profondeur de champ, maîtrise d'un montage qui amplifie les leçons d'Eisenstein, Orson Welles donne avec son grand œuvre tout son génie créatif. Au point de l'épuiser, comme l'atteste sa production ultérieure – 12 films fulgurants, parfois chaotiques et foutraques. Comme si les effets magiques du fameux Rosebud n'avaient duré que le temps d'un film. Et quel film ! Heureux ceux qui n'ont pas encore été touchés par les effluves de ce bouton de rose et qui n'ont pas encore foulé le palais de Xanadu… Car, comme le résumait Jean Gabin à Michel Audiard en découvrant le film vingt ans après sa sortie : "Celui-là, vous avez dû le sentir passer..." --Sylvain Lefort --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

30 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc B. TOP 500 COMMENTATEURS le 1 avril 2008
Format: DVD
C'est François Truffaut qui a dit cela un jour : il y a un avant et un après CITIZEN KANE. On sait toutes les prouesses techniques réunies dans ce film. Pourtant, comme le souligne quelqu'un, le procédé de flash back était déjà utilisé avant, et en France, avec LE JOUR SE LEVE de Carné. La contre plongée aussi était une figure de style que John Ford affectionnait, et LA CHEVAUCHEE FANTASTIQUE (1939) était le film de chevet de Welles pendant le tournage. Mais alors pourquoi CITIZEN KANE donne l'impression d'être si précurseur ? Car Orson Welles a poussé ces procédés jusqu'au paroxysme. Et cela lui venait de ses années de théâtre.

Que voit-on sur une scène de théâtre ? Des acteurs à gauche et à droite, mais aussi à l'avant scène et à l'arrière fond. Des voix qui viennent de tous côtés, se mélangent. Pour le spectateur du premier rang, on voit les cintres, le plafond, et pour ceux du fond ou du balcon, on voit la scène en petit. Pour signifier un changement de lieu, en cours de scène, il suffit de pousser un décor sur roulettes, faire disparaître une chapelle, et apparaître trois arbres en cartons, et vous passez d'une messe à un champs de bataille. Orson Welles a tout simplement voulu filmer l'équivalent, mais en deux dimensions, sur un écran plat.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
67 internautes sur 74 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer le 27 février 2004
Format: DVD
Quand je dis "cinéma américain", j'entends par là celui de Capra, de Mankiewitz, de Coppola, de John Huston ... et non celui de Jerry Bruckheimer. Je parle de l'art du cadrage, de l'utilisation du plan séquence, de la déconstruction narrative, de l'usage mesuré des effets spéciaux (Citizen Kane est l'un des premiers films à avoir fait d'une maison, en l'occurence le palais de Xanadu, un personnage à part entière, nécessitant par conséquent de filmer une maquette et de faire des plans époustoufflants - ah, le plan séquence traversant la véranda ...)... Bref, on parle ici de cinéma et d'un jeune trublion mégalomane de 25 ans qui pensait faire le meilleur film du monde et qui n'était peut-être pas loin d'avoir raison.
Quelque soit l'âge ou le moment où vous verrez CK, vous vous en souviendrez longtemps.
Moi, j'avais 19 ans, c'était au Champollion, salle mythique de Paris avec son plafond façon ciel étoilé, sa vieille ouvreuse polonaise machonnant une cigarette et bougonneuse. Je connaissais pas grand chose au cinéma, je ne comprenais pas bien ce que "mise en scène" voulait dire et ne voyait pas pourquoi il fallait s'extasier sur des mouvements de caméra.
En sortant, j'avais appris deux ou trois trucs sur le cinéma et avais surtout appris à reconnaître les grands films.
Merci Mr Welles!
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Robert Redford le 31 août 2009
Format: DVD
Charles Foster Kane meurt doucement dans son improbable château. Ancien magnat de la presse, milliardaire à la vie riche et remplie, il chuchote avant de rendre l'âme ce dernier mot :"Rosebud". Pourquoi ?

Le film commence sur un plan de Xanadu, l'immense demeure de Charles Foster Kane, sorte de fusion improbable entre le château de Dracula, envahi par la brume, et un temple maya. Il y a une touche fantastique ici, qu'on retrouvera à la fin du film, lorsque l'on visitera un peu ce drôle de château.

L'une des grandes réussites de Citizen Kane est qu'aujourd'hui encore, après 70 ans, il ne se regarde pas comme un classique, mais tout simplement comme un film. Montage, placement de la caméra, c'est aussi dans le jeu naturel des acteurs qu'on se retrouve en tant que spectateur. On est assez loin du "théâtre de cinéma" (expression de mon invention) où les acteurs prennent la pose, déclament, où les gestes significatifs sont accentués comme pour marquer le spectateur.
De même il ne demande pas de culture cinématographique pour s'apprécier. Pas besoin de savoir que tel type d'éclairage est génial car inspiré directement de... Il s'apprécie directement, sans détours.

Le film se déroule comme une enquête. Un reporter, cherchant à faire la lumière sur ce dernier mot émigmatique, va interroger ses anciens collègues et collaborateurs, sa deuxième femme. Ainsi par flash-back, on nous raconte l'histoire de Charles Foster Kane, un homme qui aime le contrôle. Ce qui favorise sa spectaculaire réussite du temps de sa jeunesse l'aliénera progressivement par la suite.
Lire la suite ›
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par "xaaav" le 14 janvier 2003
Format: DVD
Dans toute forme d'art, certains artistes proposent une vision novatrice, sorte de vibration prémonitoire du futur. Dans la forme, ce film contient des techniques et des effets qui ont été photocopiés depuis à l'infini. Dans le sujet, Orson Welles a anticipé notre société médiatisée à l'extrême et la corruption du rêve américain. A juste titre, une référence.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?