undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Clara Haskil joue Beethoven
 
Agrandissez cette image
 

Clara Haskil joue Beethoven

18 janvier 2010 | Format : MP3

EUR 5,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 7,05 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
17:35
30
2
5:11
30
3
9:53
30
4
5:46
30
5
4:36
30
6
3:34
30
7
4:21
30
8
8:27
30
9
13:39
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 18 janvier 2010
  • Date de sortie: 18 janvier 2010
  • Label: Andromeda
  • Durée totale: 1:13:02
  • Genres:
  • ASIN: B00371NAC4
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 293.664 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Savinien COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 13 juin 2010
Format: CD Achat vérifié
Accablée par un destin tragique, Clara Haskil sut transformer sa faiblesse physique en atout majeur, devenant l'archange de la douceur. Dans le concerto n°4 de Beethoven, capté lors d'un concert à Vienne en 1952, elle nous propose comme à son habitude un jeu fait de délicatesse et d'humanité, allant chercher là un rubato des plus naturels, ici un pianissimo rare, qui confère à son interprétation une émotivité toute spontanée. Karajan, très attentif, cisèle avec le Symphoniker de Vienne un univers orchestral répondant aux sonorités éthérées et aux phrasés satinés de sa pianiste. La Sonate op.31/3, captée à Munich en 1952, est un modèle de sincérité et de transparence. Quand à la Sonate op.111, enregistrée à Ludwigsburg en 1953 et jouée presque sans pédale, elle prend une dimension humaine d'une rare intensité.
Evidemment, la qualité technique est plutôt précaire, et le souffle bien présent (ce qui gène par exemple la si sublime phrase initiale du concerto). L'ensemble est également parsemé de fautes techniques, qui en feront certainement fuir plus d'un. Toutefois, même les accrocs qui peuvent certes heurter les oreilles n'entachent pas l'émotion d'un jeu aussi confondant de naturel.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique