Clara Haskil

Top albums (Voir les 53)


Voir les 53 albums de Clara Haskil

Clara Haskil : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1330
Titre Album  


Biographie

Clara Haskil est née à Bucarest le 7 janvier 1895 et meurt le 7 décembre 1960 à Bruxelles. Enfant surdouée, elle commence le piano à 3 ans en reproduisant « à l'oreille » les airs qu'elle entend. Elle intègre à 5 ans le conservatoire de Bucarest après avoir reproduit et retranscrit à l'oreille une
sonate de Mozart.

A 7 ans, elle part étudier le piano et le violon à Vienne avant de rejoindre Paris et son conservatoire en 1905. En 1909, elle remporte le premier prix de violon au concours de l'Union Française mais elle arrête le violon en 1914 suite à une scoliose. L'année suivante, elle ... Lire la suite

Clara Haskil est née à Bucarest le 7 janvier 1895 et meurt le 7 décembre 1960 à Bruxelles. Enfant surdouée, elle commence le piano à 3 ans en reproduisant « à l'oreille » les airs qu'elle entend. Elle intègre à 5 ans le conservatoire de Bucarest après avoir reproduit et retranscrit à l'oreille une
sonate de Mozart.

A 7 ans, elle part étudier le piano et le violon à Vienne avant de rejoindre Paris et son conservatoire en 1905. En 1909, elle remporte le premier prix de violon au concours de l'Union Française mais elle arrête le violon en 1914 suite à une scoliose. L'année suivante, elle remporte le premier prix de piano dans la classe de Lazare Levy. Elle est prise sous l'aile de Gabriel Fauré, directeur du Conservatoire de Paris.

Après la première guerre mondiale, Georges Enesco fait pression sur le gouvernement roumain pour que Clara Haskil puisse finir ses études musicales.
En 1921, elle réalise son premier concert avec l'Orchestre Suisse Romande sous la direction D'Ernest Ansermet. Malgré un trac qui la paralyse, le concert est un succès. Clara Haskil, malgré de nombreux soutiens et mécènes, peine à faire décoller sa carrière. Son trac paralysant et ses obligations familiales auprès de son oncle la privent de temps et de concerts. Elle fera toutefois triomphe avec quelques dates à Bruxelles, New-York et Vienne entre 1924 et 1930.

Pendant la guerre, Clara Haskil fuit en zone libre avant de rejoindre la Suisse. Juive, elle se cache dans le canton de Vaud grâce aux soutiens de ses mécènes qui la prient de les rejoindre. Avec la fin de la guerre commence la reconnaissance. Après plus de 20 ans de lutte contre la maladie (un cancer du nerf optique en plus de sa sclérose) et la difficulté à jouer sur scène, Clara Haskil enchaine les concerts à Londres, Zurich, Genève. Elle obtient la nationalité suisse en 1949. En 1947, elle signe chez Decca et enregistre le quatrième concerto de Beethoven.
En 1956 elle est choisie par l'orchestre philharmonique de Berlin de Herbert Von Karajan pour une tournée en hommage à Mozart.
Elle partage la scène à Boston et à New-York avec Charles Munch et Paul Paray.

La grande Dame de la musique signe avec Phillips et enregistre avec le violoniste Arthur Grumiaux les sonates de Mozart pour piano et violon et l'intégrale des sonates pour piano et violon de Beethoven. Virtuose, Clara Haskil semble subir son corps. Menue, fragile, bossue, elle peine à traverser la scène pour se rentre au piano à chaque concert, un peu à l'image d'Edith Piaf. Pourtant, quand elle s'installe au piano, la virtuosité de son jeu, la puissance et l'émotion qu'elle dégage sont aux antipodes de sa fragile santé. Elle meurt en 1960 à Bruxelles suite à une chute. En 1963, un concours international de piano Clara Haskil est créé. Il a lieu tous les deux ans à Vevey en Suisse. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Clara Haskil est née à Bucarest le 7 janvier 1895 et meurt le 7 décembre 1960 à Bruxelles. Enfant surdouée, elle commence le piano à 3 ans en reproduisant « à l'oreille » les airs qu'elle entend. Elle intègre à 5 ans le conservatoire de Bucarest après avoir reproduit et retranscrit à l'oreille une
sonate de Mozart.

A 7 ans, elle part étudier le piano et le violon à Vienne avant de rejoindre Paris et son conservatoire en 1905. En 1909, elle remporte le premier prix de violon au concours de l'Union Française mais elle arrête le violon en 1914 suite à une scoliose. L'année suivante, elle remporte le premier prix de piano dans la classe de Lazare Levy. Elle est prise sous l'aile de Gabriel Fauré, directeur du Conservatoire de Paris.

Après la première guerre mondiale, Georges Enesco fait pression sur le gouvernement roumain pour que Clara Haskil puisse finir ses études musicales.
En 1921, elle réalise son premier concert avec l'Orchestre Suisse Romande sous la direction D'Ernest Ansermet. Malgré un trac qui la paralyse, le concert est un succès. Clara Haskil, malgré de nombreux soutiens et mécènes, peine à faire décoller sa carrière. Son trac paralysant et ses obligations familiales auprès de son oncle la privent de temps et de concerts. Elle fera toutefois triomphe avec quelques dates à Bruxelles, New-York et Vienne entre 1924 et 1930.

Pendant la guerre, Clara Haskil fuit en zone libre avant de rejoindre la Suisse. Juive, elle se cache dans le canton de Vaud grâce aux soutiens de ses mécènes qui la prient de les rejoindre. Avec la fin de la guerre commence la reconnaissance. Après plus de 20 ans de lutte contre la maladie (un cancer du nerf optique en plus de sa sclérose) et la difficulté à jouer sur scène, Clara Haskil enchaine les concerts à Londres, Zurich, Genève. Elle obtient la nationalité suisse en 1949. En 1947, elle signe chez Decca et enregistre le quatrième concerto de Beethoven.
En 1956 elle est choisie par l'orchestre philharmonique de Berlin de Herbert Von Karajan pour une tournée en hommage à Mozart.
Elle partage la scène à Boston et à New-York avec Charles Munch et Paul Paray.

La grande Dame de la musique signe avec Phillips et enregistre avec le violoniste Arthur Grumiaux les sonates de Mozart pour piano et violon et l'intégrale des sonates pour piano et violon de Beethoven. Virtuose, Clara Haskil semble subir son corps. Menue, fragile, bossue, elle peine à traverser la scène pour se rentre au piano à chaque concert, un peu à l'image d'Edith Piaf. Pourtant, quand elle s'installe au piano, la virtuosité de son jeu, la puissance et l'émotion qu'elle dégage sont aux antipodes de sa fragile santé. Elle meurt en 1960 à Bruxelles suite à une chute. En 1963, un concours international de piano Clara Haskil est créé. Il a lieu tous les deux ans à Vevey en Suisse. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Clara Haskil est née à Bucarest le 7 janvier 1895 et meurt le 7 décembre 1960 à Bruxelles. Enfant surdouée, elle commence le piano à 3 ans en reproduisant « à l'oreille » les airs qu'elle entend. Elle intègre à 5 ans le conservatoire de Bucarest après avoir reproduit et retranscrit à l'oreille une
sonate de Mozart.

A 7 ans, elle part étudier le piano et le violon à Vienne avant de rejoindre Paris et son conservatoire en 1905. En 1909, elle remporte le premier prix de violon au concours de l'Union Française mais elle arrête le violon en 1914 suite à une scoliose. L'année suivante, elle remporte le premier prix de piano dans la classe de Lazare Levy. Elle est prise sous l'aile de Gabriel Fauré, directeur du Conservatoire de Paris.

Après la première guerre mondiale, Georges Enesco fait pression sur le gouvernement roumain pour que Clara Haskil puisse finir ses études musicales.
En 1921, elle réalise son premier concert avec l'Orchestre Suisse Romande sous la direction D'Ernest Ansermet. Malgré un trac qui la paralyse, le concert est un succès. Clara Haskil, malgré de nombreux soutiens et mécènes, peine à faire décoller sa carrière. Son trac paralysant et ses obligations familiales auprès de son oncle la privent de temps et de concerts. Elle fera toutefois triomphe avec quelques dates à Bruxelles, New-York et Vienne entre 1924 et 1930.

Pendant la guerre, Clara Haskil fuit en zone libre avant de rejoindre la Suisse. Juive, elle se cache dans le canton de Vaud grâce aux soutiens de ses mécènes qui la prient de les rejoindre. Avec la fin de la guerre commence la reconnaissance. Après plus de 20 ans de lutte contre la maladie (un cancer du nerf optique en plus de sa sclérose) et la difficulté à jouer sur scène, Clara Haskil enchaine les concerts à Londres, Zurich, Genève. Elle obtient la nationalité suisse en 1949. En 1947, elle signe chez Decca et enregistre le quatrième concerto de Beethoven.
En 1956 elle est choisie par l'orchestre philharmonique de Berlin de Herbert Von Karajan pour une tournée en hommage à Mozart.
Elle partage la scène à Boston et à New-York avec Charles Munch et Paul Paray.

La grande Dame de la musique signe avec Phillips et enregistre avec le violoniste Arthur Grumiaux les sonates de Mozart pour piano et violon et l'intégrale des sonates pour piano et violon de Beethoven. Virtuose, Clara Haskil semble subir son corps. Menue, fragile, bossue, elle peine à traverser la scène pour se rentre au piano à chaque concert, un peu à l'image d'Edith Piaf. Pourtant, quand elle s'installe au piano, la virtuosité de son jeu, la puissance et l'émotion qu'elle dégage sont aux antipodes de sa fragile santé. Elle meurt en 1960 à Bruxelles suite à une chute. En 1963, un concours international de piano Clara Haskil est créé. Il a lieu tous les deux ans à Vevey en Suisse. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page