undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: PocheModifier
Prix:2,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 mai 2012
Tourgueniev semble, dans ce beau petit roman, nous inviter à réapprendre le fantastique...
"Clara Militch" est l'histoire d'un jeune homme, Jacques Aratov, qui vit à Moscou avec sa tante, délaissant les plaisirs et la société de son âge pour s'adonner à la lecture et à la photographie. Son seul ami, Kupfer, va le pousser à quitter son ermitage le temps d'une soirée donnée par une princesse russe. Mal à l'aise, Aratov s'esquive rapidement, avant de se faire à nouveau entraîner, quelques jours plus tard, à un récital organisé par la même personne. Là, il remarque une chanteuse et actrice, Clara Militch, qui semble lui témoigner une attention particulière. Mais la jeune fille ne provoque que le dégoût d'Aratov, qui la repousse maladroitement au cours d'un rendez-vous, avant même que Clara ait pu se confier... Quelques mois plus tard, une terrible nouvelle tombe : la demoiselle s'est empoisonnée sur scène, vraisemblablement suite à une déception amoureuse. Sonné par ce qu'il apprend, Aratov, désireux d'élucider le rôle qu'il a joué dans ce drame, succombe rapidement à la fascination pour cette femme qui lui avait jadis paru si repoussante. Mais quelle est cette passion qui le happe et dévore son âme : la culpabilité ? Un amour post-mortem ? Un ensorcellement de la part de la défunte ? Une fascination morbide ? Des hallucinations liées à sa santé fragile ? Ou sa propre folie ?
Ce bref roman témoigne de toute la maîtrise dont fait preuve Tourgueniev dans le genre fantastique. On sent Aratov glisser insensiblement vers... vers quoi ? Il est impossible d'élucider la source de sa fascination pour la comédienne disparue. Et on note avec délectation le soin que l'auteur a pris de disséminer des indices et des fausses pistes du début à la fin de son histoire : des occupations mystiques du père d'Aratov au secret inconnu de Clara, en passant par le personnage de Kupfer - jusqu'à quel point est-il important dans le drame qui se noue ? Les questions affluent sans cesse et enrichissent la dualité entre surnaturel et rationnel qui fonde le fantastique, car si la fin semble reposer sur ce choix traditionnel, le récit nous pousse à élargir la perspective. Le personnage même d'Aratov, tout naïf, et ne connaissant pas les femmes, peut trouver la justification de son évolution dans cette découverte d'un intérêt pour la gent féminine, qu'il ne connaît que par les récits de Kupfer, le portrait de sa mère, et la présence bienveillante de sa vieille tante. De même pour ses cauchemars, dont la description est saisissante (particulièrement celui qui met en scène le riche propriétaire) : jusqu'à quel point s'insèrent-ils dans le récit ? Pourquoi Kupfer s'éloigne t-il insensiblement de son ami ? Et on notera à quel point Aratov semble fait pour les apparitions, lui qui se passionne pour la photographie... Bref : Tourgueniev se joue de son lectorat plus que de raison, et c'est pour le meilleur. Car "Clara Militch" est intriguant de bout en bout. Si chute il y a, on n'y verra pas le point culminant du roman. C'est dans l'évolution du personnage d'Aratov, si mesuré et rationnel, puis mystique et lunatique, que réside le fil conducteur de l'œuvre. On peut y voir un homme qui se noie dans ses illusions et ses fantasmes, la victime d'un envoutement, ou un homme à qui la culpabilité aura fait perdre la raison. Mais il est impossible d'identifier le moment où le pauvre Aratov "bascule". Tourgueniev a tout fait pour que nous en soyons incapables. Peut-être est-ce pour cette raison que le narrateur se fait volontiers ironique, semant encore le trouble chez le lecteur.
On l'aura compris, "Clara Militch" est un court roman fantastique de grand intérêt. Je ne m'explique pas qu'il soit moins connu que le "Journal d'un homme de trop" par exemple, qui appartient à une catégorie de fiction différente mais qui me semble, dans l'absolu, bien moins réussi. Du moins le style est-il admirable dans l'une et l'autre œuvre : clair et simple sans cesser d'être élégant, le verbe de Tourgueniev sert au mieux son histoire et contribue à l'atmosphère malsaine qui caractérise "Clara Militch".
11 commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2006
C'est une bonne histoire de terreur d'ultratombeau mais avec une fin très déceptionant. C'est une lecture pour les amants de les récits légers.
0Commentaire0 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,05 €
2,00 €
2,00 €
2,55 €