EUR 22,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Claustria Broché – 12 janvier 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,20
EUR 4,22 EUR 2,27

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Claustria + La ballade de Rikers Island
Prix pour les deux : EUR 43,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Né en 1955, Régis Jauffret est l’auteur de nombreux romans, dont Clémence Picot, Univers, univers (Verticales), Asiles de fous, Microfictions, Lacrimosa (Gallimard), Sévère, Tibère et Marjorie (Seuil).


Détails sur le produit

  • Broché: 544 pages
  • Editeur : Seuil (12 janvier 2012)
  • Collection : Cadre rouge
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 202102251X
  • ISBN-13: 978-2021022513
  • Dimensions du produit: 22 x 3,4 x 14,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 174.209 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Né en 1955, Régis Jauffret est l'auteur de nombreux romans, dont Clémence Picot, Univers, univers (Verticales), Asiles de fous, Microfictions, Lacrimosa (Gallimard) et Tibère et Marjorie (Seuil).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Kerbrat TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 3 mars 2012
Format: Broché
C'est un livre particulier en ce sens que c'est une réelle fiction qui se fonde sur une histoire vraie celle de Fritzl qui a séquestré sa fille pendant 24 ans et qui en a eu 6 enfants. C'est donc l'histoire de cette séquestration.

Ce qui est très dérangeant c'est effectivement ce mélange entre fiction et réalité voire de projection dans le futur puisque l'auteur n'hésite pas à se projeter quasiment à la fin de vie des enfants étant nés de cette union contre nature. C'est un livre qui est plutôt proche du voyeurisme que du livre de fond et c'est cela qui m'a plutôt dérangé. L'écriture est fluide et l'on est quasiment proche du reportage plus que de la littérature. Certains personnages sont bien décrits, d'autres à peine dessinés comme certaines situations qui auraient pu être développées comme le procès. C'est donc un livre dont la plume se porte comme une caméra dans des endroits sombres à tous les niveaux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par KALIBAN TOP 1000 COMMENTATEURS sur 29 décembre 2012
Format: Broché
Le sujet de CLAUSTRIA est ce fait divers particulièrement atroce qui fit la une des journaux en 2008 à savoir la séquestration pendant 24 ans d’une jeune Autrichienne qui a subi les viols incestueux de la part de son père.

Régis JAUFFRET raconte s’être rendu en Autriche à la rencontre des témoins ou des protagonistes de l’affaire. Il réussit à visiter l’effroyable cave et tente d’approcher un des enfants séquestrés mais à de nombreuses reprises il se heurte à de nombreux refus. Il y a, dans le roman, quelques phrases cinglants à l'encontre de l'Autriche et des Autrichiens qui ont d’ailleurs fait polémique. Comment expliquer que cette séquestration ait pu durer autant de temps ? Régis JAUFFRET se moque beaucoup et ridiculise l’avocat de Fritzl.
CLAUSTRIA est un roman à la fois poignant et glauque. C’est le récit épouvantable du calvaire d’Angelika: séquestrée,violée et battue, elle accoucha seule de plusieurs enfants. Certains lui furent enlevés et vécurent au-dessus d’elle avec sa mère AnneLiese, vraie-fausse complice du monstre. D’autres grandirent, à quatre pattes, dans cette pénombre vivant dans la peur d’être privé de nourriture, d’eau ou d’électricité par Fritzl, ce père omnipotent tout à tour bienveillant et abject.
Mais CLAUSTRIA n’est pas uniquement le récit de ce fait divers épouvantable. En effet, Régis JAUFFRET réussit (et c’est là toute la part fictionnelle du roman) à introduire dans cette cave empuantie, une certaine humanité, des lueurs d’espoir voir même un peu de rêve.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
31 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bigot sur 21 janvier 2012
Format: Broché
Claustria est le récit librement inspiré de l'affaire Fritzl, du nom de cet Autrichien qui séquestra et viola sa fille dans la cave de sa maison pendant 24 ans. De cette histoire très médiatisée mais en fin de compte assez nébuleuse, Régis Jauffret garde le cadre, mais il la remplit à sa guise. Il imagine un avenir aux enfants nés de cet inceste, réécrit le passé de cette bête de Fritzl, suppute l'existence de cette drôle de famille dans leur claustration immonde. L'exercice n'est pas facile, et le résultat est peu convaincant. En voulant se dissocier du réel, Jauffret tombe dans l'exagération. Fritzl fanfaronne trop, sa femme - même si on peut imaginer qu'elle n'était pas très maligne - est une caricature de femme soumise, l'avocat est d'une complaisance trop suspecte.
Le narrateur se met en scène dans une enquête sur les lieux du crime qui permet au lecteur de plonger dans l'ambiance. L'idée est bonne mais là aussi le résultat pêche par l'excès de caricature. Peut être est-ce voulu, on est dans un roman après tout. Ou peut être Jauffret s'approche t'il d'une réalité si ignoble qu l'Autriche a voulu la mettre sous cloche. Malgré tout, c'est là tout l'intérêt de ce roman qui nous fait osciller entre le réel, le possible ou l'improbable. Le lecteur ne sait jamais dans quelle réalité il est, le romanesque se mélangeant au réel dans une drôle de sarabande, avec au final une certitude : une flopée de petites victimes et au moins un monstre très ordinaire qui reste énigmatique et haïssable.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Garcin Marie-Thérèse sur 17 mai 2013
Format: Broché Achat vérifié
J'ai commencé le livre mais ne l'ai pas terminé, je n'ai pas accroché!
Je n'ai pas fait le bon choix de lecture
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Monika sur 11 mars 2012
Format: Broché Achat vérifié
En s'emparant d'un fait divers, ("Durant 8516 jours, du 28 août 1984 au 26 avril 2008, Josef Fritzl a tenu sa fille enfermée dans une cave, sous la maison familiale d'Amstetten en Basse-Autriche; il lui a fait au fil des années sept enfants, dont trois auront connu le sort captif de leur mère") Régis Jauffret va se confronter au Mal absolu. Une épreuve à la fois littéraire et humaine. Littéraire: comment rendre compte de la durée et de l'atrocité d'une claustration dans une aeuvre de fiction? Humaine, l'auteur a non seulement "enquêté", mais il a cogné son corps aux portes du Mal dont il a ouvert la trappe. Expérience dont le lecteur ne peut sortir indemne...
D'emblée le romancier donne à ce fait divers une dimension mythologique. Il compare en effet les habitants de la cave aux prisonniers de la caverne de Platon. qui n'ont jamais rien vu d'autre, "et il y avait les ombres portées puisqu'il y avait la télévision. Platon, au fond, parlait de ça . La télévision - "le personnage principal". Sans elle, ils n'auraient peut-être pas survécu. Sans elle, je n'aurais pas pu écrire".
Dès lors vont s'enchevêtrer en une chronologie éclatée trois vérités, trois points de vue: Il y a la "vérité" des faits; un factuel médiatisé et que n'importe quel lecteur a encore en mémoire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?