undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Clutching At Straws
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

Clutching At Straws

18 août 2008 | Format : MP3

EUR 10,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 7,00 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:35
30
2
4:25
30
3
5:59
30
4
2:47
30
5
3:09
30
6
6:26
30
7
5:15
30
8
4:05
30
9
4:42
30
10
5:46
30
11
5:58
Disc 2
30
1
5:57
30
2
5:13
30
3
2:48
30
4
4:51
30
5
6:47
30
6
2:07
30
7
4:21
30
8
2:59
30
9
3:30
30
10
5:29
30
11
6:16
30
12
5:55
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 12 juin 1987
  • Date de sortie: 18 août 2008
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Parlophone UK
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:48:20
  • Genres:
  • ASIN: B0024NUY8Y
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 20 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 28.027 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
17 août 1985. 70 000 mélomanes célèbrent la fin de l'été sur la pelouse de Castle Donington à l'occasion de la sixième édition des Monsters of Rock. L'affiche : Magnum, Ratt, Metallica, Bon Jovi, Marillion et ZZ Top.

Six semaines plus tôt, le groupe de Steve Rothery est entré directement en tête des charts anglais avec l'ambitieux album "Childhood's End", incitant les organisateurs à programmer pour la première fois dans l'histoire du festival un groupe de Rock progressif au milieu des combos Hard Rock.

Un choix qui n'est pas du goût de la frange du public vêtue de jeans destroy ornés de cartouchières et chaussée de baskets montantes délacées. Venus exclusivement pour se fracasser les cervicales sur le rythme effréné déjà typique de la baie de San Francisco, les jeunes thrashers, une fois le set de Metallica terminé, s'emploient à digérer la puissance alors sans égale dégagée par le gang californien : il faudra à chacun d'entre eux plusieurs litres de bière bon marché pour raconter à sa bande de potes telle anecdote sur les soli de Kirk, les baskets de Jamz ou le furieux headbanging de Cliff.

Pendant ce temps, Bon Jovi finit son set sur le nerveux "Get Ready". Turnover sur la pelouse. C'est maintenant une déferlante de jeunes avantageusement moulés dans des spandex improbables qui prend d'assaut les buvettes ou sort des sacs US les indispensables bouteilles de Jack dont une énorme rasade est engloutie avant même que l'eye-liner dégoulinant de sueur ne soit réajusté.
Lire la suite ›
2 commentaires 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomania COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 28 juin 2015
Format: CD
Deux ans plus tôt, ils ont triomphé avec un concept album qui reste une des références du rock progressif des années 80, Misplaced Childhood. Deux ans plus tard, une pression de dingue sur leurs (pas si) frêles épaules, les cinq Marillion remettent le couvert avec, encore !, un concept album mais, aussi, une énième redéfinition de leur son. C'est 1987, c'est Clutching at Straws.
Enième redéfinition parce que Marillion, en trois albums, est passé d'un progressisme absolument revivaliste (Script For a Jester's Tear), à un grand plongeon dans le années 80 pour le son mais pas la manière (Fugazi), à une préciosité prog-pop "au goût du jour" qu'on ne leur connaissait que fugitivement auparavant (Misplaced Childhood), à, donc, une sorte de "stadium prog" taillée pour leur nouvelle popularité et les salle de plus en plus grandes qui les accueillent, une sorte d'hybride entre le Simple Minds du milieu des 80s et ce qu'ils avaient eux-mêmes produit précédemment.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST AOUT 1987 N°229 Page 84/85
5° Album 1987 33T Réf : EMI 240 785-1
L'émotion. L'émotion pure. Ce quatrième album studio de Marillion n'est ni plus ni moins qu'un vaste courant d'émotion absolue, qui vous emporte et vous charrie bien plus loin encore que vous ne l'imagineriez. Cette priorité à l'émotion par rapport à tout autre donnée, musicale ou autre, est la source même de l'intense magie de "Clutching At Straws" à la singulière pochette. Et comme l'émotion fait le chef-d'oeuvre, Fish et sa bande d'esthètes peuvent mettre celui-ci à leur actif.
Un de plus. Mais différent des autres, et de façon assez sensible. "Script" séduisait par la résurrection progressiste très inattendue qu'il offrait. "Fugazi" s'imposait par sa sophistication, ses effets sonores, sa complexité musicale. "Misplaced Childhood" emportait par la force de son concept et l'ambition de son projet.
Ce nouvel album, lui, a choisi pour s'exprimer un certain dénuement de la musique pour mieux révéler au travers de flatteuses mélodies dépourvues d'apparat la pure incandescence des sentiments. Comme Fish l'avait annoncé, Marillion sonne ici en toute simplicité, avec les sons de base des instruments, tels que le groupe pourrait les utiliser en live. L'artifice n'est pas de la fête. Pourtant, ceci ne dévalue en rien Marillion, bien au contraire, puisque cette facture dépouillée permet de mieux révéler un contenu émotionnel énorme. C'est bien évidemment au talent de Fish que ce disque doit alors l'essentiel de son impact.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique