ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 11,24
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Code de la copropriété, 2012 [Relié]

Jean-Marc Roux , Jacques Lafond
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix conseillé : EUR 55,80
Prix : EUR 53,01 LIVRAISON GRATUITE En savoir plus.
Économisez : EUR 2,79 (5%)
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Habituellement expédié sous 11 à 13 jours.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Il y a une édition plus récente de cet article:
Code de la copropriété 2014 Code de la copropriété 2014
EUR 56,05
En stock.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez toutes les nouveautés en précommande à -5% et livrées gratuitement.

Description de l'ouvrage

17 novembre 2011 Codes Bleus
Code de la copropriété
16e édition à jour au 1er septembre 2011

Pratique et complet, ce code réunit toutes les règles régissant l'organisation et le fonctionnement des copropriétés. Il est l'outil de travail de référence des professionnels (syndics de copropriété, notaires, avocats, géomètres-experts, etc.), comme des particuliers impliqués dans l'administration ou la gestion d'un immeuble.

Contenu
° la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété et son décret d'application du 17 mars 1967 ;
° les recommandations de la Commission relative à la copropriété ;
° trente-huit annexes commentées abordant notamment les thèmes suivants antennes, ascenseurs, associations syndicales, bruit, chauffage, clauses abusives, comptabilité, compteurs d'eau, etc. ;
° un appendice reprenant le texte de la loi du 10 juillet 1965 et du décret du 17 mars 1967 dans son intégralité (sans commentaires ni annotations).

Parmi les nouveautés
° le décret du 25 juillet 2011 relatif aux installations permettant la recharge dans les bâtiments des véhicules électriques ou hybrides et aux infrastructures pour le stationnement des vélos ;
° le décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis ;
° la loi du 17 mai 2011 réformant les diagnostics «plomb» et «termites» ;
° la recommandation n° 13 bis relative au conseil syndical (les cas particuliers).

Les auteurs

Jacques Lafond, docteur en droit, avocat honoraire au barreau de Paris ;
Jean-Marc Roux, docteur en droit, maître de conférences à l'université Paul-Cézanne d'Aix-Marseille, pour les parties relatives au syndic et au conseil syndical.

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

DU CODE CIVIL À LA LOI DU 10 JUILLET 1965
° Le Code civil ne consacrait qu'un seul article aux immeubles divisés par étages : l'article 664. Pour les rédacteurs du code, il s'agissait de prendre acte de situations de fait qui leur préexistaient (les immeubles divisés par étages ou par appartements existaient déjà dans l'ancien droit dans de nombreuses villes, particulièrement Grenoble, Rennes, Lyon...), mais nullement de promouvoir une forme de propriété collective à laquelle ils étaient hostiles. Aussi, la copropriété fut-elle traitée comme une simple superposition de propriétés individuelles, la loi se contentant de régler la question des dépenses de «réparation et reconstruction». Mais en analysant la copropriété comme une indivision forcée, la doctrine et la jurisprudence devaient donner à ce texte une portée dépassant largement celle que les rédacteurs du code lui avaient assignée. Les praticiens vinrent à la rescousse en élaborant pour combler les lacunes de la loi des «règlements de copropriété» destinés à donner un cadre juridique aux rapports entre copropriétaires.

Sous la pression des faits, s'impose peu à peu la nécessité de donner à la copropriété un statut : ce fut la loi du 28 juin 1938 qui abrogea l'article 664 du Code civil (sur cette évolution, V. Hébraud, À propos d'une tonne particulière de copropriété, la copropriété par appartements : RTD civ. 1938, p. 23 et s.).

Le nouveau texte ne comportait que 12 articles, ce qui était peu. Mais, fait important, le chapitre I de la loi, en créant des sociétés de construction, instrument facilitant sur le plan juridique la construction collective d'un immeuble par ses futurs copropriétaires, devait être à l'origine d'un nouvel essor de la copropriété (sur les sociétés de construction, V. l'ouvrage de Pierre Walet, Les sociétés de construction, éd. Joly, 1981). Un autre facteur devait contribuer à cet essor : le fait que la jurisprudence ait finalement admis, après d'âpres controverses (en matière de partages successoraux) que la division par appartements pouvait être considérée comme un

véritable partage en nature et donc comme un moyen valable de sortir de l'indivision (Cass. civ., 17 janv. 1958 : Gaz. Pal. 1958, 2, 108 et 19 janv. 1960 : AJPI 1960, 2, 30). À cela s'ajoutèrent les effets funestes de la loi du 1er septembre 1948 : les immeubles anciens loués devenant insuffisamment rentables, les propriétaires arrivaient à ne plus pouvoir supporter le coût élevé des réparations et se trouvaient contraints de les vendre par appartements.

Avec le succès de la formule, se révélèrent vite les insuffisances et les lacunes de la loi du 28 juin 1938. Le domaine d'application de la loi posait problème : en particulier, rien n'avait été prévu en ce qui concerne la copropriété horizontale. On reprochait aussi à ce texte d'exiger l'unanimité des copropriétaires pour toute amélioration, de répartir les charges de façon peu équitable et d'être essentiellement supplétif... Aussi parla-t-on de nouveau de la nécessité d'une réforme (V. Cabanac, Faut-il réviser la loi de 1938 relative à la copropriété ? : MPI 1952, p. 129 et s. et Cabanac, La loi de 1938 après 23 années d'application : AJPI 1962, p. 2 et s.).

° Ainsi naquit la loi du 10 juillet 1965, complétée par le décret d'application du 17 mars 1967.

Biographie de l'auteur

Jacques Lafond est docteur en droit, avocat honoraire au
barreau de Paris ; Jean-Marc Roux est docteur en droit, maître
de conférences à l'université Paul-Cézanne d'Aix-Marseille,
pour les parties relatives au syndic et au conseil syndical.

Détails sur le produit

  • Relié: 1177 pages
  • Editeur : Lexis Nexis; Édition : 16e édition (17 novembre 2011)
  • Collection : Codes Bleus
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2711015076
  • ISBN-13: 978-2711015078
  • Dimensions du produit: 19,2 x 15,2 x 4,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 280.867 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Henri ORQUERA TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Relié|Achat authentifié par Amazon
Presque chaque année, j'achetai l'édition de Dalloz, connaissant cette marque depuis mes études de Droit.
J'avais consulté l'édition Lexis Nexis chez un syndic, et elle m'avait semblé plus pratique.
Donc cette année cette édition que j'ai acheté. Je ne regrette pas.

Ce Lexis Nexis est au moins aussi complet que le Dalloz, mais surtout plus facile à consulter car la typographie et la présentation sont nettement plus claires.
Adopté pour les prochaines années.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Par mornet
Format:Relié|Achat authentifié par Amazon
Si vous souhaitez, sans être juriste, appuyer une démarche ou argumenter un litige, vous trouvez facilement les bases juridiques de votre recherche.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xbeb5e3cc)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?