Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Coffret 2 CD : Debbie / Jours étranges

Damien Saez CD


Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.


Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Damien Saez

Discographie

Image de l'album de Damien Saez

Photos

Image de Damien Saez
Visitez la Page Artiste Damien Saez
9 albums, 3 photos, discussions, et plus.

Détails sur le produit


Disque : 1
1. Debbie
2. En travers les neons
3. Céleste
4. Marie ou marylin
5. J'hallucine
6. Autour de moi les fous
7. Dans le bleu de l'absinthe
8. Comme une ombre
9. Marta
10. Clandestins
Voir les 11 titres de ce disque
Disque : 2
1. Jeune et con
2. Sauver cette étoile
3. Jours etranges
4. J'veux m'en aller - Damien Saez
5. Hallelujah
6. Crépuscule
7. Soleil 2000
8. Amandine II
9. Rock'n'roll star
10. My funny valentine
Voir les 12 titres de ce disque

Descriptions du produit

Critique

Jours Etranges, dont le titre passe pour une référence ou un emprunt aux Doors (Strange Days), est à certains égards un disque emblématique de la fin du vingtième siècle. D’abord par ce qu’avec son rock à guitares post-grunge agrémenté d’éléments électroniques et de claviers discrets, Saez annonce, au côté de groupes tels que Radiohead, Placebo ou Muse, le métissage electro/rock qui va dominer les années 2000. Ensuite, parce qu’à travers ses paroles, Saez est symptomatique de l’époque, faisant écho – non sans une naïveté souvent agaçante – aux révoltes et angoisses d’une « génération » (mot récurrent dans ses paroles) devenue adulte après l’effondrement du bloc soviétique, alors que la « mort des idéologies » proclamée par les élites entraînait un fatalisme politique et économique grandissant. De fait, les textes de Damien Saez font écho au mouvement altermondialiste, né en réaction à ce fatalisme et qui prend forme à la même époque, notamment avec le Forum social de Seattle qui a lieu cette même année 1999.   C’est donc sans grande surprise que le succès est si immédiat : porté par le carton de l’hymnique single « Jeune et con », qui ouvre l’album, Jours Etranges devient double disque d’or. Le morceau, dont les premières secondes rappellent le « Supersonic » d’Oasis, donne le ton : un rock nerveux d’inspiration britpop et un chant théâtral et emporté. Mais surtout – et c’est là le hic – des paroles naïves (ce que revendique le chanteur) et grandiloquentes (à l’image de « Amandine », où le chanteur se lamente comme un lycéen : « J’ai perdu l’amour de ma vie ») et cousues de lieux communs. Convoquant tous les symboles éculés du romantisme (l’étoile, la lune, la mer, le soleil, les anges, la mort, les colombes, etc.), Saez passe du sentiment politique de révolte au désœuvrement plaintif ou au rêve d’ailleurs (« Demain je m’en irai peut-être », dans la chanson-titre ou bien encore « Je veux m’en aller »). Ce qui donne des passages comme : « Nous sommes jeunes encore / Mais l’avenir est mort / Et nos ailes sont brisées / Reste la drogue encore / Pour nous enfuir / Alors on reste là / Pauvre génération / Sans but et sans pourquoi / Dis-moi où est l’horizon… » (« Soleil 2000 »).   Or, c’est là que le bât blesse, car chez Saez, pas une once d’ironie et les paroles – soulignées par l’afféterie du chant – ont le sérieux arrogant du post-adolescent qui veut la jouer prophète. C’est dommage, tant les qualités de compositeur du jeune homme sont évidentes, qu’il s’agisse des riffs bien sentis de « Jeune et con » et « Sauver cette étoile » ou des arrangements divers (cordes, bruitages, samples, beats électroniques, distorsions du chant…) qui donnent de l’envergure aux morceaux. Si l’influence du rock britannique (U2, Oasis, Radiohead…) est certaine, la musique de Saez va cependant au-delà du plagiat et réserve même quelques surprises – dont la reprise du standard smooth jazz « My Funny Valentine ».   Jours Etranges est avant tout un disque de rock adolescent, naïf et par instants touchant. S’il en ressort un sentiment mitigé, entre agacement et enchantement, il semble augurer de belles choses. Ce premier disque laisse même espérer que ce petit Musset du rock français, encore engoncé dans ses mythes et dans les lieux communs, deviendra plus mature et qu’il se débarrassera de ses tics d’écriture et de chant tout en affirmerant plus avant une patte musicale tout à fait convaincante. 



Mikaël Faujour - Copyright 2012 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?