4 neufs & d'occasion à partir de EUR 7,70

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,19

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Comeblack Import


Voir les offres de ces vendeurs.
2 neufs à partir de EUR 8,70 2 d'occasion à partir de EUR 7,70

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Scorpions

Discographie

Image de l'album de Scorpions

Photos

Image de Scorpions

Biographie

Rudolf Schenker (né en 1948) forme une première mouture des Scorpions en 1965 à Hanovre. Guitariste rythmique et chanteur, il est accompagné de Karl Heinz Follmer comme guitariste soliste, Lothar Heimberg comme bassiste et du batteur Wolfgang Dziony. Ils sont bientôt rejoints par Michael Schenker, jeune frère de Rudolf, guitariste soliste incisif et ... Plus de détails sur la Page Artiste Scorpions

Visitez la Page Artiste Scorpions
139 albums, 12 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (7 novembre 2011)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Columbia
  • ASIN : B005SJIP1O
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (28 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 20.821 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Rhythm Of Love
2. No One Like You
3. The Zoo
4. Rock You Like A Hurricane
5. Blackout
6. Still Loving You
7. Wind Of Change
8. Tainted Love (
9. Children Of The Revolution
10. Across The Universe
11. Tin Soldier
12. All Day And All Of The Night
13. Ruby Tuesday

Descriptions du produit

Descriptions du produit

COMEBLACK

Critique

Un dernier pour la route : la tournée d’adieu des Scorpions réchauffe donc l’hiver hexagonal, et plus d’une dizaine de concerts supplémentaires ne sera pas de trop pour saluer l’ultime tour de piste d’un combo, dont la carrière aura été gratifiée de plus d’une centaine de millions d’albums vendus de par le monde, ainsi que d’une foultitude d’hommages internationaux.

Les quatorze titres de Comeblack doivent être en conséquence considérés comme les derniers enregistrements en studio des Allemands, même si on est prêt à parier son premier blouson en cuir que les prestations scéniques mentionnées ci-dessus seront assurément l’objet de l’édition d’un album live. On pardonnera naturellement à ces vieux boucaniers d’avoir consacré leur opus conclusif à un nouvel enregistrement de leurs propres classiques, ainsi qu’à quelques absolus standards de la pop internationale.

Internationale, vite dit, puisque Scorpions nous offrent successivement une version massive et prégnante du « Children of the Revolution » de T. Rex, une visite presque troublante de mimétisme dans l’univers d’ « Across the Universe » des Beatles, ainsi qu’un « Tin Soldier » échappé du royaume des Small Faces et restitué dans une approche particulièrement, hum...virile. Un « All Day and All of the Night » jadis immortalisé par The Kinks (après tout, Van Halen avait en son temps fait un sort au « You Really Got Me » des mêmes), et le « Ruby Tuesday » des Rolling Stones, dont les hard-rockers ont quelque mal à rendre la gracilité, complètent une partie de programme donc tout entière tournée vers la nostalgie du Swingin’ London. Il n’est en effet guère que « Tainted Love » (Gloria Jones, puis, surtout, Soft Cell, avaient fait de ce déhanchement passablement pervers un tube interplanétaire, en 1965 et 1981) pour nous faire franchir l’Atlantique dans cette sélection.

La raison de ce choix de répertoire a été proposée par le groupe lui-même, soucieux à la fois de rendre hommage à quelques groupes qui ont suscité en eux le désir de faire beaucoup de bruit avec des guitares, et à la fois de ravir par cette succession de clins d’yeux la cohorte de fans qui les ont soutenus toutes ces années. Pour le reste, figurent naturellement au menu les trois plus considérables hits de scorpions, et c’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles versions de «Rock You Like A Hurricane », « Winds of Change », et « Still Loving You », tous revitalisés par les couleurs et sonorités de la technologie moderne. La dernière chanson mentionnée a en outre été choisie, spécialement pour le marché français (« Je t’aime encore »), pour conclure l’aventure en un deuxième jet, celui-là alimenté par un duo franco-anglais en compagnie d’Amandine Bourgeois, lauréate de l’édition 2008 de la Nouvelle Star.

Comeblack – intitulé ainsi sans nul doute pour ironiquement tacler toute idée de comeback – résonne donc comme une réunion de copains qui égrènent des souvenirs, feuillettent le fabuleux livre de leurs très riches heures, et en font, pas chiches, profiter leurs millions de fans. Et le disque confirme à chaque mesure que, pour de très prochains retraités, les Scorpions restent encore étonnamment verts.

Christian Larrède - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Walterjovi TOP 1000 COMMENTATEURS sur 21 novembre 2011
Format: CD
Malgré sa mort programmée, Scorpions n'a pas encore rendu les armes! En plus d'un disque live, voici qu'arrive ce "Comeblack" revisitant certains de ses propres classiques ainsi que quelques reprises de vieux standards. Avec un son à la hauteur et une certaine dynamique parfois ("Rythm Of Love", "Blackout", "Ruby Tuesday",...), bienvenue et raffraichissante, Scorpions propose donc quelques-uns de ses hits où la tonalité a été diminué, la faute à un Klaus Meine possédant toujours une aussi belle voix mais malheureusement vieillissante et donc moins apte à atteindre certains aigus (une manière de légitimer ce constat sur scène?). On peut quand même se demander pourquoi enregistrer de nouveaux des tubes comme "Still Loving You" ou "Wind Of Change" tant les versions originales sont ancrées dans les mémoires! Pire, Scorpions s'est mis une balle dans le pied en faisant de "Still Loving You" un duo avec Amandine Bourgeois, gagnante de la Nouvelle Star en 2008, une hérésie épouvantable comme l'avait fait Bonnie Tyler en enregistrant une version revisitée de "Total Eclipse Of The Heart" avec Kareen Antonn! En tout cas, cette version de "Still Loving You" n'est apparemment destinée qu'au marché français. Un bien pour les autres et tant pis pour nous...
Donc, pour les vieilles chansons des Scorps', ce n'est pas vraiment utile mais c'est parfois réussi comme ce "Rythm Of Love" que je trouve groovy tout comme "Big City Nights" (seulement disponible sur certains pressages).
Quant aux reprises, elles n'ont rien de surprenant.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par F. Stephane sur 14 novembre 2011
Format: CD
Scorpions sont en train de nous faire le même coup que Judas "c'est notre dernière tournée mais en fait on va peut-être encore faire des concerts après et aussi des albums pourquoi pas" Priest....
On se fait un peu prendre pour des pigeons, mais si la qualité est là je pardonne.
"Sting in the Tail", bien que sympathique, clôturait tout de même beaucoup moins bien leur carrière que l'ambitieux "Humanity" n'en déplaise aux fans permanentés restés coincés en 84.

Que vaut-il ce Comeblack ? Hé ben il est très bon, mais il n'offre RIEN de nouveau.
Les 7 classiques sont une relecture fidèle avec un son énorme et accordées bien plus bas, ce qui les rend bien heavy (et permet à Klaus de les chanter correctement aussi, ben oui la voix vieillit c'est normal). Je suis d'ailleurs rassuré que la version de "Still loving You" soit entièrement chanté par le nain teuton et non ce duo pathétique avec mademoiselle Bourgeois. Rien que d'y repenser j'en frémis...
Les 6 reprises sont super sympas, mais là aussi sans grande liberté par rapport aux originales, si ce n'est un son pachydermique, ce qui ravit toujours le fan de rock ^_^ que je suis.
Et pourquoi seulement 54 minutes du coup ? Quitte à réenregistrer des classiques qu'ils doivent pourvoir joue en dormant tant ils les connaissent par coeur, pourquoi ne pas gaver la galette de 25 minutes de plus ? J'aurais bien écouté quelques chansons période 70's avec un super son moi !
Marrant cette propension qu'ont les groupes à laisser plein de place quand ils sortent des live ou des best of non ?
A défaut de rendre le disque beaucoup plus intéressant, on aurait au moins eu un peu plus à se mettre sous la dent...
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Voodoo. TOP 500 COMMENTATEURS sur 14 avril 2012
Format: CD Achat vérifié
"Comeblack" est un exercice périlleux mais (finalement) assez réussi. Il est peu évident (en réenregistrant de vieux titres) de restituer (intact) le feeling qui envahissait les productions d'un âge d'or. Les musiciens (s'ils ont forcément vieillis) ont aussi évolués, et les formations sont souvent différentes.
Mais ça le fait, au moins sur "No One Like You" et sur "Rhythm Of Love" à la rythmique plus heavy. On entend bien à l'écoute de ces titres que les préoccupations des Scorpions ne sont plus les mêmes, qu'il n'y a pas de marché en visée qu'ils sont débarrassés des pressions commerciales. A l'aide du duo de producteurs de "Sting In The Tail" (qui leur ont vraiment concocté un gros son), on perçoit que "The Zoo" à quand même perdu un peu de son coté malsain/envoûtant (qui faisait quand même beaucoup dans l'ambiance de ce killer). Une question de feeling qui a évolué, reste que la (grosse) version proposée tue encore. On note que les guitaristes se sont lâchés, multipliant les interventions (souvent judicieuses). "Rock You Like A Hurricane" est doté d'une production avec une vraie batterie. Sur "Blackout" on sent (justement) un Klaus moins agressif que sur l'original, qui n'apparaît pas supérieur à sa version d'origine. "Wind Of Change" est peut-être la reprise la plus dispensable, et figure sans doute ici (plus) pour des histoires de droits. "Still Loving You" n'apparaît pas non plus dans une relecture supérieure à l'original, reste que de bonnes chansons restent de bonnes chansons, et qu'elles s'écoutent avec plaisir ce qui est le principal.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?