Comment je suis devenu stupide et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Comment je suis devenu st... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Comment je suis devenu stupide Poche – 17 juillet 2003


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,50
EUR 4,50 EUR 0,51

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 4,50 Livraison à EUR 0,01. En stock. Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Comment je suis devenu stupide + La mauvaise habitude d'être soi + Une parfaite journée parfaite
Prix pour les trois: EUR 15,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

L'intelligence ne fait pas le bonheur… Antoine, vingt-cinq ans, cultivé, fin et bardé de diplômes aussi exotiques qu'inutiles en fait l'amère constatation. Loin de le rendre heureux, son sens aigu de l'observation et sa fâcheuse tendance à l'analyse ont fait son malheur. Une bonne dose de stupidité l'aiderait sans aucun doute à davantage "participer à la vie". Notre doux-dingue décide donc de se noyer dans les vapeurs de l'alcool. Non sans s'être au préalable copieusement documenté et s'être choisi un professeur expérimenté. Devenir alcoolique d'accord, mais intelligemment et méthodiquement. Comme on ne peut pas être génial en tout, Antoine échoue lamentablement. Il faut se rendre à l'évidence, l'alcoolisme n'est pas son rayon, pas plus que le suicide. La solution, car il y en a une, s'appelle Heurozac : deux petites pilules par jour et l'apprenti stupide peut ingurgiter des Big Mac, s'enrichir en boursicotant, s'offrir un loft branché et une grosse voiture sans culpabiliser. Bref, la vraie vie, enfin ! À trop tenter le diable, Antoine le rêveur ne sombrera-t-il pas doucement mais sûrement dans la bêtise et la médiocrité ?

Emboîtant avec humour le pas de son Candide moderne, Martin Page nous offre avec Comment je suis devenu stupide un livre frais et léger où lobotomie et société de consommation font bon ménage. Un premier roman qui, malgré son propos, évite de se prendre au sérieux. Et c'est tant mieux ! --Laurence Demurger --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Férocement drôle, ce petit ouvrage retrace la vie d’Antoine, un jeune homme brillant, bardé de diplômes, et néanmoins farouchement malheureux. A force de vouloir tout comprendre, tout analyser, tout saisir, Antoine ne parvient pas à vivre spontanément. Après de vaines tentatives pour devenir alcoolique - les spiritueux lui semblent un bon remède contre l’intelligence - et se suicider, il décide alors de devenir stupide.
Une entreprise déroutante à laquelle Antoine va, comme dans le reste, exceller. S’ensuivent quelques pages jubilatoires où notre héros plonge progressivement dans le puits sans fond de la bêtise. Pour l’idiotie et la suffisance, il n’y a, semble-t-il, point de contre-indications, mais de nombreux effets secondaires... «Son coeur et son cerveau débordaient de chamallows multicolores», nous dit-il, béat de satisfaction. Antoine s’émerveille de ce «stupidland», ses courtiers sûrs d’eux, ses gadgets techno-idiots et sa télé abêtissante.
L’auteur fait ici plus qu’un pamphlet contre l’abrutissement de la vie moderne. Il pose aussi la question de la bêtise de l’intellectualisme qui juge, exclut.
Précis sans jamais être précieux, à mots choisis sans être verbeux, Martin Page nous conte une drôle de petite histoire, imaginative, pleine de bons mots et de situations cocasses. Comment je suis devenu stupide est rafraîchissant et terriblement ironique. Bref, intelligent. --Chloé S.-- -- Urbuz.com --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Poche: 124 pages
  • Editeur : J'ai lu (17 juillet 2003)
  • Collection : Roman
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290319872
  • ISBN-13: 978-2290319871
  • Dimensions du produit: 18 x 11,3 x 0,9 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (65 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.597 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

35 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nathalie le 22 octobre 2002
Format: Poche
Comment mener une réflexion sur l’intelligence et sur la société sans tomber dans le récit soporifique et amer ? La recette semble connue de Martin Page, comme il le prouve dans ce roman drôle et profond, moqueur et désespéré. Première preuve d’intelligence que ce mélange des genres a priori périlleux.
Antoine est brillant, et ce depuis l’enfance, mais ce statut l’empêche de passer inaperçu, de se sentir réellement intégré dans une société qu’il analyse et décortique sans arrêt. Malgré ses nombreux diplômes et la multiplicité de disciplines qu’il maîtrise, il ne comprend rien, mais rien, aux aspirations de ses contemporains. Plusieurs tentatives avortées d’auto-mise en marges de la société lui font parvenir à la conclusion que son bonheur réside dans sa potentielle stupidité. Une qualité qu’il va lui falloir travailler très durement, à l’aide de quelques médicaments et de fréquentations stupides, comme de bien entendu.
Tout le monde est quelque peu égratigné au passage dans ce roman, qui montre que l’intelligence s’efface derrière la consommation, l’uniformisation des idées, le lissage opéré par une société supportant très mal les différences. Il est bon de le savoir, et il est encore meilleur de le lire, sous la plume talentueuse de Martin Page.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Poucette TOP 500 COMMENTATEURS le 9 janvier 2013
Format: Poche
J'ai adoré ce livre, c'est un bijou d'intelligence, tant sur le fond que sur la forme. Le ton est parfois cynique, désabusé, mais quel humour!! J'ai ri plus d'une fois. Portrait au vitriol de notre société de consommation panurgique. Un livre dont on se souvient longtemps et qui fait réfléchir. De plus, les gens diagnostiqués comme surdoués, en raison de leurs capacités cognitives, leur hypersensibilité, et leur cerveau qui mouline sans arrêt, se reconnaitront dans de nombreux aspects de ce livre, du plus drôle au plus dramatique, comme par exemple la dépression ou pire, la tentation morbide du suicide pour en finir avec ce sentiment de décalage permanent avec la société. Martin Page appelle un chat un chat, et c'est fort. Livre plein d'espoir malgré tout!! et qui parle de l'amitié indéfectible, ce qui fait du bien.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par batman VOIX VINE le 2 février 2004
Format: Poche Achat vérifié
Antoine est un français un peu atypique, enfant d'un père Birman et d'une mère Bretonne. Brillant, il a suivi des cours de tout et n'importe quoi, accumulant les unités de valeur, mais peu de diplômes, et encore moins de diplômes débouchant sur un travail. Car Antoine choisit ses matières, comme ses amis, ses livres, ses vêtements, etc… : en fonction de ses goûts, de ses envies, avec honnêteté, sans considération d’intérêt.
Antoine est malheureux, il pense toujours, il pense trop, à l’injustice, aux malheurs du monde… Sa première tentative pour résoudre ce problème sera l’alcoolisme. Il se trouve un professeur d’alcoolisme, mais hélas ! il n’a pas le don, et se sera un échec. Deuxième tentative : le suicide, qu’il abandonne très vite.
Il ne lui reste donc plus qu’à devenir stupide, afin de devenir un imbécile heureux.
Attention ! ce livre n’est pas une fable, il n’y a pas de morale ou de jugement, même si par moment on ne peut pas s’empêcher de se dire : « il a raison !! ». C’est un livre drôle et décalé, bien écrit, court et au rythme enlevé : impeccable pour passer une bonne soirée.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 14 juillet 2003
Format: Broché
J'avais bien entendu été attirée par le titre, et la présentation. Et je trouve beaucoup de côtés positifs dans ce petit livre : beaucoup d'humour, un style (souvent pas toujours) léger, et un détachement qui en font une lecture amusante Quelques critiques plus profondes, malheureusement : les idées philosophiques de base et autres concepts sont présentés à la va-vite, de façon un peu arbitraire. Et la vision du réel un peu schématisée. Chez moi, on appelle ça "pseudo" : il ne suffit pas de vouloir jeter certains stéréotypes, il faut encore prendre garde à ne pas tomber dans ceux qui leur font face. Et c'est un peu le problème avec ce livre de M. Page. Cela reste une bonne lecture, cependant. Et avant de critiquer, il faut le lire...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par "raphmed" le 30 avril 2001
Format: Broché
Hillarant, incisif, subtil et surtout très réaliste, le livre de Martin Page est une bouffée d'oxygène. Il est vrai que l'intelligence est une tare. Elle conditionne, emprisonne et affecte la vie. La vision de Martin Page est absolument géniale. Qui n'aimerait pas être un Golden Boy stupide, plein aux as, et affublé d'une superficialité grandiose? Le passage sur le pourquoi du suicide est parfait. La diatribe de l'initiatrice est très fine et si douloureuse. L'histoire agrémentée de passages tout aussi loufoques que cruels, est un hymne à la société d'aujourd'hui et à la condition des gens... intelligents. Merci.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?