undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Cloud Drive Photos

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles51
3,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 mars 2010
Des tambours guerriers qui fulminent et vous prennent aux tripes dès le début pour ne plus vous quitter même une fois le film terminé. Milius nous présente un Conan certes plus pataud que l'original, mais tellement charismatique qu'on pardonne vite cet écart. Outre des sompteux décors, des joutes sanglantes et des instants intensément épiques, c'est bien la symphonie détonnante de Poledouris qui nous transporte merveilleusement dans ce monde emplit de magie et de fureur. Les notes du maître fusionnent littéralement avec les images pour nous offrir une oeuvre en parfaite osmose qu'il sera difficile d'égaler.

Loin, très loin devant les autres films du genre.

NB : Une bonne édition, seulement il manque quelques parties audio sur la piste française et la scène ajoutée sensibilise un peu trop le cimmérien.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2013
CE film est culte pour moi, un chef d'oeuvre du genre, musique exceptionnelle, visuels exceptionnels, je viens de découvrir le film en Bluray, c'était du pur bonheur jusqu' à la scène mythiqque des combats dans les dunes vers la fin...

Je connais bien ce film, très bien même.

Qu'est ce que c'est que ce montage????? Une grande partie des scènes de cascades avec les chevaux viennent de disparaitre!!!!! En clair la musique se répète (!)pour combler les manques, elle est coupée et réduite voire certaines séquences se suivent avec des plans MANQUANTS! c'est HORRIBLE! Qu'avez vous fait donc là messieurs de la 20th Century fox???????????

Un exemple, Rexor arrivant à cheval au galop vers Conan, ce dernier simule de couper les jambes de l'animal, dans le montage d'origine nous pouvons voir une cascade en plan large de profil ou Rexor et sa monture chutent entre les dollmens...Ici on passe directement de Conan à Rexor à terre! C'est quoi cette blague?

Même chose avec Subotai qui tire plusieurs flèches dans le montage d'origine. Ici il tire UNE SEULE FOIS et nous ne voyons qu'un cascadeur rouler dans les dunes...Les autres sont passés à la trappe, chevaux y compris....De qui se moque t on?

Faites la comparaison avec le DVD sur ce passage dans les dunes...Vous verrez l'arnaque maladroite au possible.

Aucun cheval n'a été blessé durant ce tournage, le cascadeur en chef est une pointure :Vic Armtrong (Indiana Jones...il y a des chevaux aussi non?)Là on est au cinéma!

Autant j'étais aux anges durant toute la première partie, autant ce combat m'a gâché la cohérence de l'ensemble...Et c'est certainement pas Milius qui a réalisé ces coupes grossières!

Autre chose, les bandes sonores de Basil Poledouris sont disponibles, une partie de la musique passe en mono durant le film(!) pourquoi ne pas les avoir étalonnées cette fois?????

De nombreuses scènes coupées sont manquantes, des images making-of rares et inédites existent ailleurs aussi. J'en possède un certain nombre.

Bref si vous souhaiter un vrai spécialiste, réalisez une VRAIE édition qui respecte et aime LE FILM, je suis votre homme....Par CROM!
88 commentaires|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2013
je me dois d'écrire un commentaire à propos du DVD : mais quelle audace ! mais quel outrage ! quel scandale ! quelle insolence ! quelle arrogance !
Oui vous l'aurez compris cette version DVD n'est pas la bienvenue. A propos des commentaires, que vous regardiez les commentaires pour les DVDs (celui-là ou un autre) ou les Blu-Rays de Conan le Barbare, ils sont tous mélangés. Donc comment se rendre compte de la satisfaction des acheteurs sur l'article que vous souhaitez vous procurer ? Bref.
Donc, sur mon DVD j'ai une qualité d'image vraiment mauvaise (pour être poli), je peux même affirmer que c'est pas bien mieux que de regarder la VHS. Après cet achat, j'ai envie de me remettre au magnétoscope, je vous jure. En +, le ponpon (qui s'écrit pompon) c'est que l'on dirait que l'on a affaire à une bande son française bidouillée : il manque des doublages par rapport à la version que je regardais dans les années 80 (je prend pour exemple la scène dans la tour du serpent où pour fuir, Valéria se jette dans le bassin en disant : "Vous croyez qu'on vit éternellement ? " et ben non, on ne l'entend pas...), ensuite, il y a comme des effets audio sur certains passages de la musique (on croirait entendre du mp3, sur le thème Anvil of Crom en +, je dit que c'est une insulte à Basil Poledouris et cette musique de film qui restera gravée dans l'histoire pendant probablement encore quelques siècles) pour donner l'impression de stéréo : c'est n'importe quoi, l'oeuvre originale est en mono. Ensuite il y a les scènes rajoutées qui font tâche, et on se demande pourquoi certaines scènes supplémentaires on été incluses et d'autres non. Le résultat est que ça défigure la version cinéma d'époque, version que j'aurais aimé retrouver à l'identique avec bien sûr une image venant du master. Mais manifestement ça ne doit pas être possible, pour des raisons de droits ou parce que ça demande trop d'investissement par rapport à ce que ça va rapporter financièrement. Si quelqu'un a en DVD une version française semblable à celle des années 80, qu'il me fasse signe pour je puisse mettre la main sur une version authentique. Pour conclure, je met la note de zéro (mais c'est pas possible donc ce sera 1/5) mais ça concerne le DVD et sa qualité scandaleuse ; le film quand à lui mérite la note maximale, mais ça tout le monde le sait (à part ceux qui ne sont pas sensibles à la fantasy, et qui ne connaissent pas R.E. Howard).
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2010
Le film est très bon, sans aucun doute.

Mais où sont donc les bonus promis au verso du boitier ? Ce n'est pas une édition "Collector", contrairement à ce qui est dit. Pas de documentaire ni making-off, pas de bandes-annonces... Juste un commentaire audio du réalisateur. Il existe beaucoup de versions de ce film en DVD, celle là est décevante en raison du manque de contenu additionnel (et surtout, on nous ment sur son contenu).
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2012
Pour avoir comparé ce blu-ray avec l'ancienne version, je pense pouvoir affirmer qu'il n'y a pas de comparaison possible : Cette version renvoie la précédente, épouvantable, à la poubelle ! L'image est encore loin d'être parfaite mais elle est tout de même cent fois plus belle. Les scènes filmées originellement avec du grain souffrent évidemment du transfert HD, mais ça, c'est le lot de tous les anciens films. Les extrémistes vous diront que cette image aurait pu être encore nettement améliorée, ce qui est vrai, mais franchement cette édition est très satisfaisante. Les couleurs flamboient et la lumière est superbe, avec de très beaux reliefs sur le grain de la peau. Le son est à tomber ! On en prend plein les oreilles, un régal, par Crom !
Les bonus de l'ancienne version ont été préservés (scènes coupées, commentaires audio, making-of, clip sur les effets spéciaux, galerie d'images, bandes annonces) et viennent s'y ajouter plusieurs autres, dont un documentaire sur l'art de créer des épées aujourd'hui (pas de quoi grimper au plafond), un autre sur le mythe de Conan et son influence sur plusieurs auteurs actuels, ainsi qu'un florilège d'interviews d'époque, restées perdues jusqu'alors.

Avant ce film, Conan a fait l'objet de plusieurs adaptations, d'abord sous la forme de peintures avec les célèbres toiles de frank frazetta, puis sous la forme d'une série de comics, écrits pas le scénariste Roy Thomas et dessinés par les grands noms de l'époque, notamment John Buscema, sous la bannière des éditons Marvel.
En créant le personnage de Conan le Cimmérien, Robert E. Howard avait donné le ton : Il y décrivait un mélange fascinant de ténèbres vénéneuses, inhérentes à cet âge oublié où l'homme sort de la préhistoire, et d'héroïsme barbare, à mille lieues de l'heroic fantasy manichéenne et enfantine telle qu'elle sera trop souvent popularisée par la suite, le tout saupoudré d'un zest d'érotisme. Il y règne une atmosphère poisseuse, glauque et viscérale, baignée dans la chair et le sang. Dans les années 60, Frank Frazetta commence à illustrer les couvertures des recueils réunissant les aventures de Conan le barbare. La puissance de ses images (des peintures à l'huile sur toile) est telle que les ouvrages se vendent comme des petits pains ! On peut considérer aujourd'hui sans peine que le succès de Conan incombe en majeure partie à Frazetta. Il parvient à saisir l'essence même des écrits de Robert E Howard : Son Conan est une montagne de muscles aux yeux de braise et à l'allure sauvage. Les décors paraissent immémoriaux et se dressent au dessus d'un amas d'ossements et de corps putréfiés. Toute l'atmosphère crasseuse et vénéneuse des écrits d'Howard est retranscrite, sans oublier la dimension érotique.
Dans les comics, Roy Thomas et ses collaborateurs développent l'univers visuel du barbare. Leur travail est dans la droite lignée d'Howard et Frazetta. Le "comic-code" les oblige à édulcorer un peu cet univers puissamment violent et érotique mais ils parviennent tout de même, notamment à travers la série "Savage Sword Of Conan", à imposer la dimension iconique et viscérale de "l'âge Hyborien". Tous les archétypes du genre ont été entérinés dans les pages de ces comics légendaires. L'étape vers le grand écran sera la suivante...

Comme par miracle, la première adaptation cinématographique de Conan le barbare, ici présente, va parvenir à lier tous les acquis de cet héritage. Le film de John Milius, qui sort en 1982, a la force des nouvelles d'Howard, le look des peintures de Frazetta et le parfum des comics de Thomas et Buscema. Arnold Schwarzenegger apparaît instantanément comme une réussite de casting historique (au même titre que Christopher Reeves dans le rôle de "Superman"). Milius ne cache pas ses sources d'inspiration : Il idolâtre Howard, avoue avoir recherché pendant des mois le sosie du Conan de Buscema et désire utiliser une illustration de Frazetta ("The Barbarian" - 1966) pour l'affiche de son film ! Il possède une vision claire de son projet et son film marque une note d'intention très forte en s'ouvrant sur une citation de Nietzche : "Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort". Le Conan de Milius se dressera sous le signe de la quête initiatique. IL sera lyrique ou ne sera pas.
Sous les traits de "Schwarzy", Conan le barbare est une bête qui évolue tout au long de sa vie. Muet durant toute sa jeunesse, il devient esclave, gladiateur, étudiant, reproducteur (!), voleur et conquérant. Le script d'Oliver Stone et John Milius (fraîchement auréolé de celui de "Apocalypse Now" !) insiste sur une quête intrinsèque de l'esprit et de la matière. L'Homme, qui a évolué en créant des outils et plus tard des armes pour survivre dans un monde cruel, n'est entier que si l'esprit fait corps avec la matière, avec la chair et l'acier, sa plus belle création. Conan et son épée ne font qu'un. Ils symbolisent cette évolution où la matière et l'esprit se sont liés au service d'une évolution dévouée à la survie. Ça vaut ce que ça vaut, mais ce fil conducteur élève le débat d'une histoire qui, autrement, n'aurait pu se résumer qu'à une série de péripéties aventurières.

A l'époque de sa sortie et même encore aujourd'hui, de nombreux admirateurs de l'œuvre d'Howard reprochent au film de ne pas être suffisamment fidèle à ses livres. Certains osent même, à présent, prétendre que le remake réalisé par Marcus Nispel en 2010 est nettement plus fidèle ! Je trouve cette discussion assez énervante parce qu'elle nie tout simplement le principe même d'une adaptation. En choisissant de ne pas coller à la "biographie" du personnage telle qu'elle est décrite dans les livres, John Milius et Oliver Stone faisaient le choix d'en préserver davantage l'esprit que la lettre. Ainsi, bien que l'histoire de leur Conan se distingue de celle narrée par Howard, ils en retranscrivent fidèlement la moelle, le parfum et l'atmosphère. En termes d'adaptation, c'est quand même bien plus intéressant que le pâle navet lisse et impersonnel produit en 2010. Si ce dernier reprend la chronologie des nouvelles d'Howard avec plus de fidélité, ça ne l'empêche pas, au final, de massacrer sa mythologie à l'aune d'un scénario inodore et d'une esthétique "jeu-vidéo" sentant le vu et revu à plein nez !
Au contraire, la réalisation du film de 1982 fera date. Milius n'oublie pas ce qui a fait la force des œuvres précédemment citées. A chaque fois, que ce soit à travers Howard, Frazetta, Thomas et Buscema, le public découvrait quelque chose de l'ordre du "jamais vu". Le film ne déroge pas à cette règle : Les combats, les décors, les armes et accessoires, la violence et la dimension érotique, la photographie, tout est de l'ordre du jamais vu sur un écran. Le ton est lyrique à l'extrême, le scénario évolue tel un opéra composé en plusieurs tableaux (la jeunesse, la vie de voleur, la vengeance). La dramaturgie est intense. Les personnages s'aiment et meurent de manière tragique et viscérale, la plus-part du temps sans dialogues, sous la seule force des images. Milius visait une dimension Wagnérienne et il y a mis tout son cœur, bien aidé par un casting exceptionnel, les acteurs dégageant tous un charisme incandescent !
Etrangement, la réalisation du film, qui subit plusieurs aléas, notamment à cause du producteur Dino de Laurentiis qui ne cesse de revoir le budget à la baisse, va tirer sa force de ces déconvenues. Par exemple, les somptueux décors prévus par Ron Cobb ne pouvant être finalisés, ils sont laissés à l'état de reliquat et filmés comme tels. Le résultat est inattendu : Inachevés, ils apparaissent d'une crédibilité absolue, à l'opposé des décors en carton pâte de beaucoup de films d'époque ! Pour l'anecdote, ce genre de bonne surprise avait eu lieu deux ans auparavant sur le tournage du film L'empire contre-attaque. L'équipe chargée des décors n'arrivant pas à cacher les dizaines de mètres de fils électriques parsemant les plateaux de la base de Dagobah, décida de les laisser trainer et ainsi, donnèrent à la base un aspect réaliste incomparable !

Pour terminer, la bande son vient parachever l'immense réussite du projet : Le compositeur Basil Poledouris crée une composition unanimement célébrée comme une des plus belles de l'histoire du cinéma ! Le temps a fait son office : Conan le barbare version 1982 est aujourd'hui un chef d'œuvre !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2006
J'ai vu conan le barbare à l'âge de 8 ans.J'ai fait un raffut de tous les diables pour que mon père m'emmène au cinéma;Ce film m'est apparu au delà de toutes mes espérances et trés vite il est devenu cultissime.Avant de l'avoir en dvd je l'ai eu en k7 vidéo et les années ont beau passées le film ne vieillit pas.Conan le Barbare possède un souffle épique,un excellent scénario que n'aurait pas renié son créateur Robert E.Howard,une maestria dans les combats,une musique signée Basil Poledouris qui reste parmi les plus belles B.O jamais composées,bref c'est l'un des films qui compte le plus pour moi.

Aux jeunes cinéphiles qui se pâment devant la trilogie du seigneur des anneaux-à juste titre d'ailleurs-affirmant que c'est le must absolu dans le genre de l'héroîc Fantasy,je voudrais leur conseiller de regarder ce BIJOU.

CONAN LE BARBARE a créé l'héroîc Fantasy!

Comme on dit chez moi"Conan gloria a te".
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attendu comme le grâle en HD par de nombreux fans dont je fais partie pour avoir vu l'oeuvre de Milius en salle à une époque reculée, ce pilier du film d'aventure fantasy arrive enfin en blu ray. La Fox sort cette édition française un peu en avance en Belgique (disque identique) ce qui me permet de me jeter sans filet sur l'objet. Le transfert était à haut risque avec ses scènes sombres, ces brumes, les paysages enneigés... (tant de paramètres qui ont souvent tendance à générer grain et bruit vidéo sur certains films) et puis surtout, le film date tout de même de 1981. Ne laissons pas planer le suspens plus longtemps, le transfert se place au delà de mes espérances (j'avais de grosses craintes après l'édition DVD au rendu vidéo très peu convainquant et criblé de défauts de pellicule). Bien entendu, le transfert Hd a fait l'objet d'un lissage bien palpable pour répondre aux problèmes susmentionnés mais tout cela a été fait dans le respect de l'oeuvre originale et en conservant un grain argentique souvent présent et bien visible dans les ciels et quelques aplats de même que sur les quelques plans neigeux. Le grain argentique est assez bien géré : Souvent lissé quand il le faut et conservé (et bien maîtrisé)pour garder l'aspect cinéma et maintenir du détail sur les plans larges. Le transfert transpire la HD sur de nombreux plans. Dans l'ensemble, la définition se montre relativement offensive sur la majorité des plans. Certains gros plans sont stupéfiants de netteté et le film se voit désormais sous un nouveaux jour avec des détails jusqu'alors inconnus (le grain des peaux, les fourrures portées, les armures...) La définition bénéficie également à de nombreux plans larges souvent bien précis avec une profondeur de champ sur les paysages tout à fait remarquable. Les villes traversées, les décors, chaque fois que Conan prend son cheval (ou son chameau) c'est pas mal du tout. De nombreux paysages extérieurs et en plein jour peuvent se montrer très probants pour un film de cette époque. Plusieurs séquences sont extrêmement plaisantes à regarder et l'on se perd à admirer moultes informations visuelles que permet ce pressage HD : l'antre du serpent géant, les édifices, les huttes, la procession à 01:08 ... Inutile de tenter de tout citer, il y en a beaucoup. Bien entendu il y a également des plans plus doux lissage oblige. Tâchons en effet de ne pas perdre de vue qu'il s'agit d'un film du début des années 80 et qu'il faut tout de même se garder de le comparer avec des grosses productions récentes. Conan n'est bien entendu pas une démo HD et Conan garde son identité mais se dévoile en blu ray comme jamais. Ce qui m'amène à parler d'une réserve notable concernant l'image : Outre le lissage, on ne peut pas décemment passer sous silence quelques plans sensiblement flous parfois même assez remarquables. De même, le définition n'embrasse pas toujours la totalité de l'écran (le long des barres longitudinales en haut en en bas de l'écran surtout). S'agit-il du transfert (baisse de régime, emploi de filtres) ou de problème de focal? Sans doute un peu des deux en fonction du cas, à 00:55' la séquence chez le roi Osric est superbe, le gros plan du roi est très détaillé permettant d'admirer la texture de sa peau ou les poils de sa barbe mais lorsque son visage s'approche un peu de la caméra, il se "floute" légèrement. On parlera sans toute dans ce cas de mise au point. Par contre, certains plans sont bien flous ce qui semble être difficilement imputable à la captation d'origine. Voilà pour les réserves qui ne peuvent dans l'ensemble pas entacher l'excellent travail sur ce transfert sachant que les belles images sont majoritaires sur l'ensemble. Là où ce transfert se montre impeccable, c'est sur les difficiles scènes sombres, quelle satisfaction de constater l'absence quasi totale de bruit vidéo et un fourmillement très limité. Les scènes sombres bénéficient d'un grand soin et sont toujours parfaitement lisibles avec un niveau de noir correct qui reste toutefois en retrait du noir des barres longitudinales du ratio 2.35:1. Autre point positif : le traitement des couleurs, là encore très bon sans excès et toujours dans le respect du matériaux d'origine: Le bleu électrique des parois de la tour du serpent lors du sacrifice tranchent admirablement, les flammes de l'âtre de la sorcière... Et les ciels d'un bleu qui peut se montrer extrêmement intense et quelques fois pratiquement sans aucun fourmillement. Tout cela est mis à la disposition d'un master ayant subi une véritable cure de jouvence et où subsistent que de rares petites tâches et un ou deux scratch (à 1:07:53). Voilà pour la qualité de l'image à mon sens très positive et qui malgré quelques plans inégaux côté définition fait de cette édition blu ray un must have pour tous les amateurs de l'œuvre. Cette édition blu ray se place de toute manière nettement devant l'édition DVD en terme d'image. Difficile de dire s'il était possible de mieux faire avec le matériaux d'origine.
Les encodages audio sont de bonne qualité avec une VF de bonne facture en DTS et une VO qui gagne encore en présence grâce à l'encodage DTS HDMA (et des dialogues bien entendu plus dans le ton). Quel bonheur que de pouvoir écouter dans ces conditions la magnifique BO du film pleine d'emphase qui n'a comme le film (et contrairement à d'autres films de cette époque) pris aucune ride. Concernant la VF DTS 5.1. Les éditions DVD de 2002 et 2005 étaient entachées d'un problème technique de son entre 46' et 47' lors de la fuite de Conan et ses comparses de l'antre du serpent géant. Sachez que sur le blu ray, les phrases manquantes des DVD "Tuez-les" et "Crois tu qu'on vive éternellement" lancé juste avant le saut de la guerrière de la tour, sont désormais bien présentes sur l'édition blu ray. Les amateurs de VF s'en réjouiront. par contre, j'ai regardé tout le film en VOSTF et quelques passages en VF pour voir si les phrases perdues des DVD dans la tour du serpent avaient été récupérées en VF pour cette édition blu ray. Elles le sont et l'erreur a été corrigée. Mais, suite à la demande d'un internaute, je viens de vérifier une étrangeté : à 1:44' et durant deux minutes environ (pendant les préparatifs de la bataille finale), la VF bascule subitement en VO. D'un côté on récupère des dialogues et d'un autre ils basculent en VO. Dommage.
Bonus : commentaires audio de Milius et Arnold, docu art of the blade (SD), Conan from the vault (SD), Conan Unchained (SD), The rise of the fantasy legend (SD), The Conan archives (SD) scènes inédites, mosaïque effets spéciaux (SD) et bande annonce cinéma. Une nouvelle fois, il est un peu regrettable que le packaging ne soit pas à la hauteur de cette sortie.
2525 commentaires|35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2007
Bien sûr, il est facile de rigoler face à ce film. Le copain Schwarzie étant mis très en avant, on peut croire qu'il s'agit d'un simple étalage de muscles. Ce serais une grande erreur. Effectivement, si Schwarzenegger est impressionant (qui d'autre aurais pû jouer Conan?), on oublie un peu le rôle du metteur en scène, John Milius. Dans la confrérie des Francis Coppola, George Lucas, Martin Scorsese et autres Steven Spielberg, Milius est l'allumé notoire obsédé par l'ultra-violence qui nous offrit le script d'Appocalypse Now (rien que ça!), quelques répliques typique de l'inspecteur Harry, le monologue facsinant de Quint à propos du naufrage de l'US Indianapolis dans les Dents de la Mer ou, plus récement, la fabuleuse série Rome. Mais le chef-d'oeuvre de Milius est bel et bien Conan le barbare, cette fresque épique, furieuse et hystérique, où Milius défouraille sans le moindre complexe, étalant sa vison de l'ubermench de Nietzsche (dont la citation en début de film est parfaite : "ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts", ce qu'illustre l'histoire de Conan qui, en survivant dès son plus jeune âge à des epreuves qui auraient tué tout autre devient un véritable Hércule). Conan n'est pas ce qu'on peut appeler un héros, il ne combat pas pour "la vérité, la justice et l'idéal humain" comme Superman. C'est une machine de guerre obsedée par la vengance, et prêt à sacrifier ses compagnons sans la moindre hésitation pour atteindre son but. Inutile de résumer l'histoires, d'autres l'ont déjà fait, pareil pour la qualité de ce dvd (irréprochable). Je souligne juste ce fait un peu négligé : ce film, s'il a ouvert les portes du succès à Shwarzie, reste avant tout l'oeuvre de Milius. Quand on ajoute à ça des seconds rôles trop souvent injustement critiqués (à commencer par James Earl Jones, impressionant en demi-dieu démoniaque), une musique fabuleuse de Poledouris et un scénario de Oliver Stone comme base de départ, on comprends vite que ce film a trop souvent été relegué dans la catégorie série B alors qu'on a affaire ici à un monstre quelque part entre le Seigneur des Anneaux et Gladiator.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2002
Conan le barbare, tout le monde connait.
Mais personne ne l'a vu avec une telle image et un tel son.
Les musiques vous transportent et les images vous eblouissent.
Ce film est un chef d'oeuvre qu'on ne se lasse pas de revoir. Les bonus sont une mine d'informations. A ACHETER D'URGENCE!
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2004
ENFIN UNE ADAPTATION DE QUALITE POUR CE MOMUMENT DU CINEMA.
UNE IMAGE AU TOP ET LE SON ... UN REGAL .VRAIMENT UNE REUSSITE A TOUS LE NIVEAUX.
A RECOMMANDER DE TOUTE URGENCE.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)