Concerto à la mémoire d'un ange et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 18,25
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Concerto à la mémoire d'un ange Broché – 3 mars 2010


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,25
EUR 9,00 EUR 0,01
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 13,00 EUR 1,99

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Concerto à la mémoire d'un ange + La rêveuse d'Ostende + La femme au miroir
Prix pour les trois: EUR 60,85

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

Et l'on retrouve, dans ces récits au dénouement imprévisible, tout l'art du dramaturge. Si le salaud peut devenir un type bien, l'inverse est également possible : l'homme de bien peut se transformer en une infecte crapule. Qui décide de ce changement ? Nous-mêmes ? Les circonstances ? Le destin ? Toutes ces questions - qui ne sont jamais formulées de façon aussi abrupte - traversent les personnages de ces nouvelles. Pour trouver les réponses, ils devront se confronter à la part la plus sombre d'eux-mêmes et acquiescer à ce que peu d'entre nous acceptent de vivre : suivre le chemin de ce qui nous fait peur plutôt que s'engluer dans un quotidien trop rassurant. Ils découvriront, surtout, que ce ne sont pas nos vies qui sont belles ou terribles mais le regard que nous portons sur elles... (François Busnel - Lire, mars 2010 )

Présentation de l'éditeur

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l'ombre. A chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l'ont reçue, d'autres l'ont refusée, quelques uns ne se sont aperçus de rien. Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ? Pouvons-nous changer ?


Détails sur le produit

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (3 mars 2010)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226195912
  • ISBN-13: 978-2226195913
  • Dimensions du produit: 14 x 2,3 x 20,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (42 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 130.340 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Photo © Catherine Cabrol

Après des études musicales au Conservatoire de Lyon, Eric-Emmanuel Schmitt a suivi un cursus l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm de 1980 à 1985.
Agrégé de philosophie en 1983, il soutient en 1986 sa thèse de doctorat intitulée Diderot et la Métaphysique (Diderot ou la philosophie de la séduction, Albin Michel, 1997).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cassiopée TOP 500 COMMENTATEURS sur 30 mai 2010
Format: Broché
Eric-Emmanuel a eu l'excellente idée de nous surprendre pour ses premiers livres...
Pour moi, ce n'est plus le cas...
Ce recueil de quatre nouvelles m'a malheureusement paru terriblement fade.
Quatre histoires aux ficelles un peu grosses, reliées par un projet commun (comme il l'explique lui-même dans son "journal d'écriture"). Le thème de la rédemption, de la liberté de chacun, de l'influence que nos actes peuvent avoir sur notre vie...
L'idée est séduisante, l'écriture l'est moins.
De la première nouvelle, je ne retiendrai que ces mots: "le sacrifice est la mesure de tout amour"...
La deuxième, et la meilleure à mon sens, part d'une situation ordinaire pour nous entraîner dans une réflexion assez profonde sur les liens familiaux, notre façon de montrer l'amour qu'on ressent pour les siens et comment, parfois, bousculés par un événement, les valeurs essentielles nous sautent aux yeux alors qu'on les avait oubliées...Une phrase à retenir? "Ouvrir la Bible, ce n'est pas lire, c'est réfléchir".
Pour la troisième, rien ne m'a semblé exceptionnel, ça "coule" de clichés et de bons sentiments...
Pour la quatrième nouvelle, j'ai recopié deux phrases: "Il en est des destins comme des livres sacrés: c'est la lecture qui leur donne un sens"; "Le livre clos reste muet; il ne parlera que lorsqu'il sera ouvert; et la langue qu'il emploiera sera celle de celui qui s'y penche, teintée par ses attentes, ses désirs, ses aspirations, ses obsessions, ses violences, ses troubles.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer sur 23 mars 2010
Format: Broché Achat vérifié
Voici un recueil de nouvelles traversées par l'évocation de Ste Rita, patronne des causes désespérées. Justement pour nous inviter à une méditation, mezzo vocce, sur les souffrances de ce monde, celles que nous subissons, celles que nous engendrons, et sur la part de responsabilité de chacun face à son destin.
Point de grands discours philosophiques, non, juste 4 histoires d'hommes et de femmes croisés à un moment éprouvant de leur vie.
Eric Emmanuel Schmitt ici encore ne s'apesantit pas : sa plume reste légère mais il a le don de dessiner sous chaque phrase un puits de réflexions que le lecteur peut à sa guise aller explorer ou bien encore de nous transporter comme l'image de couverture de son livre.
j'ai aimé cette belle envolée au son du concerto d'Alban Berg,sous l'image de Ste Rita, à la rencontre de ces personnages qui ne sont pas si éloignés que cela.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lézabeille sur 11 avril 2010
Format: Broché
Pour une fois je n'ai pas aimé un livre d'Eric Emmanuel Schmitt! Certes, sa façon d'écrire n'est pas remise en question, sa littérature étant toujours aussi délicate; seulement les histoires ne m'ont ni séduite ni transportée...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par lajoie sur 21 février 2013
Format: Poche
Mise à part la quatrième nouvelle - Un amour à l'Elysée - trop tirée par les chevaux, les trois nouvelles sont d'une densité et d'une force extraordinaire. L'empoisonneuse est en soi une pièce de théàtre et on la voit jouée. Le retour est une réflexion sur soi-même et on la voit pensée. Concerto à la mémoire d'un ange est bien mais trop caricaturale. Chacune trouve sa personnalité de style, d'écriture et de réflexion.

Eric-Emmanuel Schmitt a une richess d'écriture et d'imagination qui fait du bien dans un temps où les auteurs répétitifs (Musso, Lévy, Foenkinos, ...)occupent par des trucs d'écriture le haut des ventes. J'ai vu hier au théâtre "Un homme trop facile" qui est un bel exercice de réflexion et d'humour. J'ai déjà vu mieux même si j'en suis sorti très satisfait.

Je ne regrette jamais une lecture de EE Schmitt.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Christelle TOP 500 COMMENTATEURS sur 31 mars 2012
Format: Poche
J'apprécie énormément cet auteur que je "côtoie" depuis plusieurs années (par la lecture), probablement parce que c'est un homme très cultivé, à la fois littéraire et philosophe, qui a le sens de la simplicité (mais non du simplisme), dont le style est limpide, chaleureux et musical. Probablement aussi parce que c'est quelqu'un d'éminemment spirituel, de positif et d'optimiste, à la sensualité forte.

J'ai retrouvé dans ces nouvelles l'écrivain que j'appréciais. Il a su dans un genre plus ramassé, plus concis, celui de la nouvelle, garder l'intensité des émotions vécues. Et c'est chaque fois une belle leçon de vie qu'il nous offre, avec en fond une intense réflexion sur la LIBERTE de l'être humain. Sommes-nous déterminés ou libres? Comme il l'explique dans son journal d'écriture, cette question est plus vraie que ses multiples réponses. Il ajoute qu'il a besoin de croire en cette liberté: "j'ai besoin de croire en la liberté pour des raisons morales: il n'y a ni éthique ni justice fondées si l'homme n'est pas libre, auteur de ses actes, donc responsable; pas de châtiment ni de mérite non plus. (...)Cependant, avoir besoin de la liberté pour des raisons morales, ce n'est pas savoir que la liberté existe."

Dans ce recueil de 4 nouvelles, vous découvrirez la noirceur de l'homme et sa possible rédemption, en souvenir de Ste Rita qui apparaît dans chacune d'elle comme un leitmotiv. Homme ou démon, l'être humain s'en sort honorablement. On ressort vivifié de cette lecture, avec l'espoir d'un monde meilleur en fonction de nos choix.

Un très beau recueil de nouvelles, avec en fond ce "Concerto à la mémoire d'un ange" d'Alban Berg (concerto pour violon) qui donne son titre à l'oeuvre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?