undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Album vinyle|Modifier
Prix:17,39 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 décembre 2013
Toujours l'obsession maladive et exclusive des amours malheureuses, cruelles. De la pure goujaterie, du mépris, du cynisme, SG extrait le venin de sa séduction paradoxale, animal mordant avant d'être mordu. Éternel recommencement de la fable du renard et du raisin.

L'intérêt de ce 5e disque période Alain Goraguer-Jazz, c'est ce dépouillement, ces compositions aux orchestrations près de l'os, sans la moindre fioriture. Débarrassées de l'inutilité de devoir plaire et vendre. Par souci de ne pas coûter de l'argent à la maison de disque sans doute aussi, soyons honnêtes, vu le peu de succès des quatre galettes qui précèdent... Guitare jazz (merci Alek Bacsik), contrebasse (Michel Gaudry, sobre), chant. Point. C'est "y a pas d'arrangements avec Goraguer!". Ici, pas besoin de déménageurs de piano, ni de cordes pour se pendre. Que le toucher délicat et l'intelligence élégante de Bacsik, l'assise discrète et rassurante de Gaudry pour sauver les meubles. Du moins l'espère-je, Serge.

Un Gainsbourg rêche, comme atrophié dans la forme mais étonnamment amplifié sur le fond. Gainsbourg solitude. Le contraire absolu du Gainsbarre des années 80. Le pianiste trop approximatif pour jouer sur ces propres disques. Le musicien trop autodidacte pour harmoniser une composition et peaufiner une orchestration seul. Approximatif, brouillon, sans ficelles du métier ; mais le mec a du goût. C'est déjà ça.

Même si Gainsbourg à nu n'est pris en défaut, pas de quoi remplir les salles. Encore moins le compte en banque. SG a bientôt 36 ans et l'art ne paie toujours pas son homme. Le dernier flirt avec le jazz, sans Goraguer donc. Bide absolu : 1500 exemplaires vendus en 1964! C'est à se flinguer...

En 1964 suit le dernier disque avec Goraguer ("Gainsbourg percussions", pas jazz mais "world music"). Puis c'est LE single cinglant qui change la face du Lucien/Serge : "Poupée de cire, poupée de son" chanté par France Gall (Eurovision 1965) et encore arrangé par Goraguer avant la rupture définitive. SG retourne sa veste qui était doublée de vison... Ouf!

Le poète maudit, le Vian au rabais se mue en dandy de grands chemins.

Mais c'est une autre histoire...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un album qui porte bien son nom.Trés intimiste ce "gainsbourg confidentiel" traite des sujets de prédélictions du maitre,tel que la solitude,l'infidélité et les amours perdus.Jouant avec les mots comme personne , serge déverse sur ce disque un torrent de mélancolie aidé d'une rythmique limite rock et de sa voie trés prenante.Sans doute pas le plus connu,mais comme souvent chez cet artiste de génie c'est dans ses disques les plus obscurs que l'auditeur plonge le mieux dans l'esprit torturé de celui qui il y'a 23 ans quittait ce monde,en nous laissant un superbe héritage musical dont ce disque fait sans l'ombre d'un doute parti.18sur20.ps:ça n'a rien à voir,mais une pensée pour mon grand pére qui cette nuit s'est envolé vers les étoiles à son tour...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2012
Les morceaux sont courts, ramassés, sans fioritures, les textes laissent apparaître un personnage de dandy cynique et ne cachant pas une certaine nostalgie. Mais cet album vaut surtout pour les superbes arrangements jazzy, et la présence de l'excellent guitariste Elek Bacsik, qui enrobe les compositions relativement sobres de SG par de discrets accords complexes au son brumeux, collant parfaitement à l'atmosphère générale du disque. Pour moi, une des plus grandes réussites de SG, un de ses sommets discographiques, avec Melody Nelson et L'Homme à la tête de chou. Pour ceux qui aiment cette formation, il existe une concert au théâtre des capucines, avec les mêmes accompagnateurs, et il y aussi des albums d'Elek Bacsik qui valent vraiment le coup.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2001
Une fastueuse cuvée que celle proposée par cet album de Serge gainsbourg, alors au début de sa carrière. En 63, déjà l'homme à la tête de chou fait très fort, et des titres comme Chez les yéyé, La fille au rasoir, Scenic Railway, dévoilent tout le génie de cet artiste d'exception.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2010
Une galette à avoir ABSOLUMENT dans sa collection vinyle pour les Amoureux de Gainsbourg. La qualité audio de ce pressage est purement excellente et le disque fait son poids (180g): c'est pas de la daube!!! Réédition conforme à l'original (chez les yéyé, sait-on jamais où va une femme quand elle vous quitte, le talkie walki, la fille au rasoir, la saison des pluies, elaeudanla téitéia, scenic railway, le temps des yoyo, amour sans amour, no thanks no, maxim's, negative blues) avec ce côté jazzy qui allait si bien au GRAND Serge et des textes divins: bref, FONCEZ!!!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,30 €
9,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)