• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Correspondance 1925-1941 a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par romain13
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Correspondance 1925-1941 Broché – 13 mars 2014

4 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 17,00 EUR 9,50

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Correspondance 1925-1941
  • +
  • Correspondance : 1910-1919
Prix total: EUR 47,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Né le 28 novembre 1881 à Vienne, Stefan Zweig fit partie de l'intelligentsia juive de la capitale autrichienne jusqu'en 1934. Réfugié à Londres, il y poursuivit une uvre de biographe (Joseph Fouché, Marie Antoinette, Érasme) et surtout d'auteur de romans et nouvelles (Amok, La Pitié dangereuse, La Confusion des sentiments). Il posta le manuscrit de son autobiographie (Le Monde d'hier, Souvenirs d'un européen) la veille de son suicide le 22 février 1942 à Petrópolis au Brésil.

Klaus Mann est né le 18 novembre 1906 à Munich. Adversaire du nazisme, il quitte l'Allemagne en 1934 et est déchu de sa nationalité en 1935. Son talent s'est aussi bien exprimé dans le roman (Méphisto, Le Volcan, Alexandre, suivi de Ludwig) que dans l'essai (Contre la barbarie, Phébus, 2009), le théâtre et l'autobiographie (Le Tournant). Il se suicide à Cannes le 21 mai 1949.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Denis Urval COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 10 juin 2014
Format: Broché Achat vérifié
... ont partagé le même amour des lettres, la même culture cosmopolite (celle de deux francophiles), le même exil dû aux mêmes circonstances. Tous deux se sont suicidés : le premier, au Brésil, le 22 février 1942, le second, à Cannes, le 21 mai 1949.

Pourtant tout oppose dans la personnalité et l’attitude devant le monde l’écrivain autrichien immensément célèbre, et son cadet, fils du prix Nobel de littérature Thomas Mann, lui-même écrivain, mais dont l’œuvre ne devait être vraiment lue et appréciée qu’après sa mort.

L’essai « Jeunesse et radicalisme » (publié ici en annexe) nous présente Klaus Mann à son plus incisif : lorsque Zweig parle en 1930 à propos de la progression des nationaux-socialistes aux élections de « révolte de la jeunesse » (tous nos résistants du surlendemain auraient-ils été bien plus perspicaces ?), Klaus Mann, du haut de ses 24 ans, lui répond vertement : non, la « jeunesse » n’a pas forcément raison, si l’Europe de la SDN est lente et un peu ridicule avec ses institutions impuissantes, ses détracteurs n’en sont pas plus respectables pour autant. « Le radicalisme ne peut être à lui seul quelque chose de positif », écrit Klaus Mann, qui voit violence, aveuglement et manipulation là où Zweig veut encore voir une forme d’impatience légitime. « Comprendre » les nationaux-socialistes ? Il faut les combattre, non les comprendre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?