Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 13,30

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Correspondance 1925-1941 [Broché]

Zweig Stephan , Mann Klaus
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
Prix : EUR 17,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le vendredi 24 octobre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez des millions de livres dans notre boutique dédiée.

Description de l'ouvrage

13 mars 2014 Littérature étrangère
L'un Klaus Mann, le plus jeune, est fils d'un prix Nobel de littérature. La critique l'éreinte régulièrement, ne voit en lui qu'un dandy superficiel, un fils à papa et un écrivain médiocre.
L'autre Stefan Zweig est un auteur célébré dans le monde entier.
Leur correspondance échangée entre décembre 1925 et décembre 1941 illustre parfaitement les attitudes plutôt opposées que ces deux hommes de grand talent pouvaient prendre face à l'engagement. Là où Stefan Zweig témoigne d'une indulgence coupable à l'égard d'une jeunesse attirée par les sirènes du nationalisme, Klaus Mann, très tôt conscient du danger que représente le nazisme, se montre sans pitié pour les atermoiements de son prestigieux aîné.
Voici l'édition la plus complète existant à ce jour de cette correspondance. Elle rassemble 82 lettres, dont douze inédites de Stefan Zweig, et cinq de Klaus Mann.
Un dialogue exceptionnel entre deux intelligences hors du commun à l'heure où une civilisation s'enfonce dans les ténèbres.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Correspondance 1925-1941 + Correspondance
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Correspondance EUR 25,00

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Né le 28 novembre 1881 à Vienne, Stefan Zweig fit partie de l'intelligentsia juive de la capitale autrichienne jusqu'en 1934. Réfugié à Londres, il y poursuivit une uvre de biographe (Joseph Fouché, Marie Antoinette, Érasme) et surtout d'auteur de romans et nouvelles (Amok, La Pitié dangereuse, La Confusion des sentiments). Il posta le manuscrit de son autobiographie (Le Monde d'hier, Souvenirs d'un européen) la veille de son suicide le 22 février 1942 à Petrópolis au Brésil.

Klaus Mann est né le 18 novembre 1906 à Munich. Adversaire du nazisme, il quitte l'Allemagne en 1934 et est déchu de sa nationalité en 1935. Son talent s'est aussi bien exprimé dans le roman (Méphisto, Le Volcan, Alexandre, suivi de Ludwig) que dans l'essai (Contre la barbarie, Phébus, 2009), le théâtre et l'autobiographie (Le Tournant). Il se suicide à Cannes le 21 mai 1949.

Détails sur le produit

  • Broché: 128 pages
  • Editeur : PHEBUS EDITIONS (13 mars 2014)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2752907745
  • ISBN-13: 978-2752907745
  • Dimensions du produit: 20,4 x 14 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 205.037 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

5 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Stefan Zweig et Klaus Mann... 10 juin 2014
Par Denis Urval COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 50 COMMENTATEURS
Format:Broché|Achat vérifié
... ont partagé le même amour des lettres, la même culture cosmopolite (celle de deux francophiles), le même exil dû aux mêmes circonstances. Tous deux se sont suicidés : le premier, au Brésil, le 22 février 1942, le second, à Cannes, le 21 mai 1949.

Pourtant tout oppose dans la personnalité et l’attitude devant le monde l’écrivain autrichien immensément célèbre, et son cadet, fils du prix Nobel de littérature Thomas Mann, lui-même écrivain, mais dont l’œuvre ne devait être vraiment lue et appréciée qu’après sa mort.

L’essai « Jeunesse et radicalisme » (publié ici en annexe) nous présente Klaus Mann à son plus incisif : lorsque Zweig parle en 1930 à propos de la progression des nationaux-socialistes aux élections de « révolte de la jeunesse » (tous nos résistants du surlendemain auraient-ils été bien plus perspicaces ?), Klaus Mann, du haut de ses 24 ans, lui répond vertement : non, la « jeunesse » n’a pas forcément raison, si l’Europe de la SDN est lente et un peu ridicule avec ses institutions impuissantes, ses détracteurs n’en sont pas plus respectables pour autant. « Le radicalisme ne peut être à lui seul quelque chose de positif », écrit Klaus Mann, qui voit violence, aveuglement et manipulation là où Zweig veut encore voir une forme d’impatience légitime. « Comprendre » les nationaux-socialistes ? Il faut les combattre, non les comprendre.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?