undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles7
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 juillet 2012
Un Roman qui termine les aventures de Célestin, une fin correcte mais sans plus, sans doute difficile de terminer ce cycle d'aventures. C'est courageux de l'avoir fait et le résultat est agréable à lire.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2014
dommage que la série se termine ! très bon roman de cet auteur comme tous les autres d'ailleurs ! n'y aurait-il pas moyen de forcer l'auteur sous la contrainte de reprendre sa plume ?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2014
Comme d'habitude, excellent roman plein de rebondissements dans la lignée des précédents, mais, annonçant la fin de la série...quel dommage!
Je recommande sans modérations.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2015
Très bon roman. C'est toujours avec plaisir que je retrouve Célestin Louise. Mine de rien, cinq ans ont passé depuis "La Cote 512" ! Sauf que ces années ont double, sinon triple. Là, c'est un Célestin meurtri qui mène une enquête qui le conduit jusqu'en Allemagne, tout juste vaincue. Au fil des pages, on découvre qu'il ne retrouve pas ses marques dans ce monde en paix. Ce qu'on pressentait dans les volumes précédents est arrivé et même sa liaison avec Jeanne ne lui apporte pas l'équilibre auquel il aspire. Cela ne le rend que plus humain. Foin des héros trop lisses !
Célestin avec ses fêlures n'en reste pas moins un limier de première force, qui va au fond des choses, quitte à mettre au jour les pires bassesses. Le tout, sans laisser son mal-être prendre le dessus. Au contraire, il veut garder le contrôle de sa vie, puisqu'à la fin, il part. Loin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2015
Excellent polar historique. Avis aux amateurs de la première guerre mondiale et qui suivent avec plaisir les enquêtes de Célestin Louise.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà maintenant dix ans qu'est sorti le premier roman qui créait le personnage du flic / soldat Célestin Louise ("La Cote 512"). Le livre brillait à l'époque par une restitution historique minutieuse et surtout ce héros magnifiquement croqué par l'auteur, enrôlé dans un conflit dont personne ne comprenait réellement les enjeux, et qui parvenait à insuffler un minimum d'humanité dans ce déluge guerrier. Depuis, les quatre tomes qui avaient suivi étaient en dent-de-scie, alternant le bon et le nettement moins bon, sans jamais réussir à retrouver l'excellence du début. Mais grâce à un personnage simplement génialissime et à une écriture simple mais jamais paresseuse, Bourcy a su drainer ses lecteurs d'aventures en aventures.

C'est donc avec un mélange de fébrilité et d'impatience que je me suis rué sur ce "Crime de l'Albatros" qui voit notre inspecteur des Brigades du Tigre enquêter sur le meurtre d'un nouveau riche producteur de cinéma russe ayant servi sur le front en qualité de brancardier. L'histoire part très bien, avec une multitude d'hypothèses quant au possible coupable de ce crime. On découvre en parallèle un inspecteur Louise qui a changé, moins éternellement bienveillant envers le genre humain, la faute à la guerre. Ce glissement de la personnalité du héros était risqué, étant donné qu'il constituait l'essentiel de la série. Mais Thierry Bourcy le fait intelligemment, sans que rien de totalement absurde n'apparaisse brutalement.

Si l'ensemble tient bien la route, on regrettera néanmoins que l'enquête sur le meurtre finisse par passer trop longtemps au second plan, au profit d'une dernière "virée" (là encore bien écrite et emprunte d'une belle humanité) sur ce qu'il reste du front une fois la guerre finie, l'occupation de l'Allemagne, etc. Du coup, quand le coupable apparaît, le suspense n'avait déjà plus vraiment lieu d'être depuis pas mal de pages. Ca ne gâche rien, Bourcy s'étant permis de nous livrer un joli best-of des personnages rencontrées dans les précédents opus, permettant ainsi au lecteur assidu d'effectuer lui aussi une revue d'ensemble des troupes. Et ce, d'autant plus que l'auteur nous emmène gentiment (avec une rencontre fortuite un poil forcée quand même !) vers la suite des aventures de ce brave Célestin, désormais loin du front et de la France (et dans un premier temps sur un paquebot pour la traversée de l’Atlantique qui ne se passera pas sans encombres à en juger par le titre du dernier opus de Bourcy).

Voilà donc là une jolie manière de boucler la boucle, excepté le petit reproche quant à la légèreté avec laquelle l'intrigue policière à proprement parler est menée. Les nouveaux lecteurs pourront être quelque peu déçus par ce parti-pris. Les amateurs de la série en revanche finiront l'ouvrage pied au plancher, prêts pour le suivant !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 janvier 2016
Dans les mois qui suivent l'armistice de 1918, Célestin Louise enquête sur le meurtre d'Alexandre Mekinoff : cet ancien russe blanc émigré devenu producteur de cinéma est retrouvé assassiné dans les studios de l’Albatros .
C'est l’occasion de dresser un portrait sommaire de cette France meurtrie aux nombreux mutilés et aux paysages dévastés par la guerre des tranchées. Célestin Louise va croiser des soldats encore mobilisés chargés d’inhumer les cadavres et des veuves qui recherchent le corps de leur maris… Son enquête le conduira même en Rhur dans cette partie Allemagne occupée par une armée française revancharde.
Je n'avais pas aimé "la côte 512" la première enquête de Célestin Louise, force est de constater que ce cinquième roman ne m'a pas davantage plu.
L'enquête sans réels rebondissements est trop linéaire pour être palpitante. Bref, on s’y ennuie ferme... tout comme le héros, d'ailleurs, qui décide d’arrêter les enquêtes policières pour partir faire de la mécanique aux Etats Unis.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)