undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
EUR 12,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Croire et détruire... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 1,88 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Croire et détruire: Les intellectuels dans la machine de guerre SS Broché – 26 octobre 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,20
EUR 12,20 EUR 30,00

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Croire et détruire: Les intellectuels dans la machine de guerre SS + Les chasseurs noirs + Des hommes ordinaires : Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne
Prix pour les trois: EUR 30,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Ils étaient quatre-vingts et avaient à peine trente ans lors de l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir. Leurs études universitaires destinaient ces juristes, économistes, linguistes, philosophes ou historiens à de belles carrières. Ils ont choisi de s’engager au sein des organes de répression du Troisième Reich. Ils ont théorisé et planifié l’élimination de vingt millions d’individus de race prétendument « inférieure ». Ils ont organisé et assisté à l’extermination d’un million d’entre eux.
Au long d’une enquête éprouvante dans les archives du SD et de la SS, Christian Ingrao retrace le destin de ces enfants de la Grande Guerre, s’intéresse à leurs réseaux – militants, universitaires ou amicaux –, étudie leurs manières d’envisager la guerre et le « Monde d’ennemis » qui, selon eux, les menace. Apparaissent alors les mécanismes de l’engagement, dans le nazisme puis dans le meurtre de masse. Grâce à cette étude pionnière, on comprend comment ces hommes ont fait pour croire et pour détruire.
Car l’histoire du nazisme est aussi tissée d’expériences personnelles, de ferveur et d’angoisse, d’utopie et de cruauté.

Biographie de l'auteur

Christian Ingrao dirige l'Institut de l'histoire du temps présent. Spécialiste du nazisme et du phénomène guerrier, il enseigne également à Sciences-Po. Son précédent ouvrage, Les Chasseurs noirs, a été un succès en Europe.



Détails sur le produit

  • Broché: 704 pages
  • Editeur : Fayard/Pluriel (26 octobre 2011)
  • Collection : Pluriel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2818501687
  • ISBN-13: 978-2818501689
  • Dimensions du produit: 17,8 x 3,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 31.533 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Julian Morrow le 25 octobre 2011
Format: Broché
Dès avant Les Bienveillantes - Prix Goncourt et Prix du roman de l'Académie française 2006 , de Jonathan Littell, l'idée était déjà commune d'un paradoxe humain, ou inhumain, propre au nazisme : des bourreaux qui pouvaient envisager et mettre en application, les pires actes et puis s'en retourner dans leur salon écouter du Mahler en lisant des poèmes de Schiller. Le même motif littéraire avait déjà été illustré dans le roman de Robert Merle, La mort est mon métier. Quant au paradoxe du bourreau ordinaire, il était déjà étudié par Christopher Browning dans son ouvrage Des hommes ordinaires : Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne
C'est sur la figure historique de l'intellectuel dévoyé dans la machine de guerre et d'extermination nazie que Christian Ingrao a soutenu sa thèse d'histoire. En voici la version éditoriale. S'appuyant sur l'étude minutieuse de documents d'archive, l'auteur suit pas à pas le parcours intellectuel puis politique d'un groupe d'hommes représentant cette génération dévoyée.
Le texte est lisible, fluide, clair. Implacable.
Un document historique de première importance.

Julian Morrow
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Wik le 3 janvier 2012
Format: Broché
Dans l'une des dernières pages de son livre, après évoir évoqué l'après-guerre des intellectuels dont il a suivi la trace tout au long de "Croire et détruire", Christian Ingrao écrit "Né de la mort du IIIème Reich, le renouveau de la démocratie n'impliquait-il pas l'occultation de la mémoire de l'angoisse, au prix de l'incompréhension d'un nazisme qui, dès 1945-1949, était déjà un objet d'histoire".

"Croire et détruire", très précisément, résulte d'une démarche qui cherche à comprendre, analyser et expliquer les mécanismes à la base de l'engagement d'un groupe d'intellectuels et d'universitaires qui vont adhérer au nazisme, à la SS puis intégrer le RSHA, l'office central de la sécurité de l'état nazi, et le grand ordonnateur de la destruction des juifs en Europe. Le livre de Christian Ingrao montre, dans une démarche rigoureuse, implacable mais passionnante, comment ces hommes, enfants au cours de la 1ère Guerre Mondiale, ont vécu une jeunesse tenaillée par l'idée qu'un "monde d'ennemis" entoure l'Allemagne, et veut sa disparition. Cette crainte de la perte d'identité, de la destruction du peuple allemand, Christian Ingrao la tient pour le moteur essentiel de l'engagement vers les thèses volkisch des hommes dont il suit le parcours.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par sulpicia TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 juin 2015
Format: Broché Achat vérifié
Les intellectuels sont influençables ' j'en suis une ' et plus encore lorsqu'ils sont universitaires ' j'en suis une aussi. Si l'on ajoute à cela que les intellectuels universitaires ont en commun une estime de soi souvent en douleur et un narcissisme bien plus endolori encore par une reconnaissance sociale qu'ils estiment en général sans commune mesure avec leurs éminentissimes qualités, il ne faut plus alors s'étonner de voir bon nombre d'entre eux s'enticher de ces idéologies totalitaires qui leur offriraient enfin ce statut que la société s'entête à leur refuser. Lorsque ces idéologies sont bénignes ou trop faiblement implantées pour vraiment nuire, la chose reste sans gravité et l'on peut continuer de sourire de les voir s'enticher de Political Correctness, se faire écologistes fondamentalismes, errer d'un modèle interprétatif à l'autre au gré des modes comme trop d'entre eux l'ont fait du pétainisme, du stalinisme ou du maoïsme. En revanche, lorsque les choses se gâtent, que leur douleur rencontre la force d'État, ils peuvent alors finir en commandants d'Einsatzgruppen ou en chefs de Konzentrationslager.

Christian Ingrao ' universitaire lui-même ' livre une analyse extraordinairement fine, pertinente, passionnante des mécanismes qui ont entrainé les intellectuels allemands dans la SS. Il argumente avec un sens de la preuve qui fait de son livre une véritable leçon de critique historique.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?