undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Je croyais la série terminée sur "Diplomatic immunity" et son happy ending à la : "ils se marièrent et ils eurent beaucoup d'enfants".
La perspective de retrouver Miles fut cependant suffisamment alléchante pour que je me précipite sur "Cryoburn" dès sa sortie.

Si vous êtes parmi ceux qui ont préféré les aventures de jeunesse de Miles, bien avant qu'il ne se range, vous serez sans doute un peu déçu par ce tome-là.
En effet, si la famille de Miles reste en arrière plan, puisqu'il en est séparé durant toute la durée de l'épisode (il en est à 4 enfants, au fait, les aînés n'ont pas 6 ans, ouf), l'ambiance à un net côté familial et quelques romances planent...
L'intrigue tourne autour de l'économie de la planète de Kibou-daini, qui pratique allègrement la cryocongélation des vivants (en général des personnes âgées ou malades), qui souhaitent être mis entre parenthèses le temps que la science découvre un traitement approprié et aussi, pendant qu'on y est, la pierre philosophale et la vie éternelle.
Cette volonté de "finir" ainsi ses jours n'est pas anecdotique, mais au contraire pleinement généralisée sur cette planète, les réfractaires appartenant ainsi à de petits groupuscules plus ou moins réactionnaires.

Un soupçon levé par un indicateur de Barrayar (la planète de Miles) va conduire Gregor à envoyer Miles - son Auditeur Impérial préféré - sur Kibou-dainai sous couvert d'assister à un consortium. L'empereur a en effet de bonnes raisons de penser qu'un grand groupe de froid de Kibou-daini darde un regard concupiscent sur la planète de Komarr, l'une des trois planètes impériales. Bien entendu, l'avenir lui donnera raison...
Très vite, les choses s'enchaînent et, non content de trouver et régler le problème sous-jacent, Miles s'empresse d'en trouver un autre, compliquant le tout comme à plaisir, pour débrouiller finalement l'ensemble sous quelques regards ébahis.

Mis à part un début inquiétant, ne vous attendez pas à trouver Miles en très mauvaise posture : cet épisode, bien que riche en rebondissements, demeure assez "tame", dans l'ambiance des derniers de la série.
Le personnage central est un jeune garçon de 12 ans, Jin, involontairement plongé au cœur d'une impitoyable bataille d'intérêts des énormes consortiums de cryocongélation, et une grande partie de l'histoire est vu à travers les yeux de cet enfant, pour un résultat très réussi, très drôle et parfois émouvant.
Roïc, l'Armsman de Miles, tient également la vedette, et le lecteur profite pleinement du regard mi-exaspéré, mi-résigné que celui-ci pose sur "M'lord". Mark joue également un rôle et quelques souvenirs et personnages du passé sont évoqués de temps à autre.

Si vous aimez Miles, les imbroglios économico-politiques, mais aussi les comédies domestiques (il y a plein d'animaux de tout poils, dont l'étonnante Néfertiti), vous serez comblé.
La tonalité de ce livre est plutôt légère, malgré la réflexion de fond permanente sur la peur de mourir, dans l'esprit d'une routine qui se corse, mais le plaisir de lecture de ce livre m'a poussé à lui accorder 5étoiles sans hésiter.
Attention cependant, les cyniques ne seront pas convaincus, l'ambiance est à l'optimisme et prône le réconfort des valeurs familiales !

L'histoire bouclée se termine sur un coup de théâtre qui, j'espère, indique une suite...
66 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2010
Après plusieurs années d'absence, Bujold est revenue aux Vorkosigan... Plus axé sur des éléments de science-fiction que les précédents, cet opus,
suit la mission de Miles en tant qu'Auditeur impérial sur une planète dont toute l'économie tourne autour de gigantesques groupes spécialisés dans la préservation de la vie humaine au delà de son temps naturel.

Une bonne aventure de Miles qui pose quelques questions sur la condition mortelle des humains et l'économie de marché. Ce n'est pas le meilleur de l'auteur (la nouvelle Mountains of Mourning tient ce rôle pour moi) mais l'intrigue est bien menée et on a plaisir à retrouver Miles et Roic (Ivan manque à l'appel par contre). La fin est également très émouvante dans sa sécheresse même et j'ai apprécié les relations fraternelles, empreintes de rivalité affectueuse et ironique, entre Miles et Mark. Une bonne lecture au final !
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2012
Ce livre n''est peut être pas équivalent aux meilleurs moments de la Vorkorsigan Saga (je pense à « Barrayar », « Brother in Arms »... '), mais c''est un agréable récit qui permet de renouer avec les personnages favoris et de suivre leur développement. Je ne recommanderais pas ce livre à quelqu''un qui n''aurait jamais lu de livre de la Saga, il y a trop d''allusion au passé de Miles. Qui n''a pas lu « A Civil Canpaign » n''appréciera pas à leurs justes valeurs les nombreuses allusions. Par contre pour qui a lu toute la Saga, ce livre et plein de charme jusqu'à la dernière ligne de l''avant-dernier paragraphe. Et le dernier paragraphe... ' Faites moi confiance ne cherchez pas à le lire avant son heure. Il est différent dans son style et dans son ton. Il rend « CryoBurn » une lecture indispensable dans le cadre de la Saga.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2012
Le livre commence fort, et là, on se dit "chouette, Diplomatic immunity c'était très bien, qu'est-ce qu'il va se passer...!!?". Et puis, l'action ne décolle jamais, Miles est quasiment au second rang de l'aventure, qui se focalise sur la relation entre Jin et ses bêbêtes. Plutôt que d'être dans la tête du gamin, on préfère être dans celle de Miles, bon sang ! Hors, on n'y est même pas la moitié du roman. Aucun rebondissement, aucune intelligence dans l'"adversaire".
Le scénario est tellement lisible que jusqu'au bout je me suis dit "il doit y avoir un gros truc, c'est pas possible : Cetaganda, Jackson whole ...?" et plouf...rien...le soufflé n'a même pas décollé, aucun mystère, aucune enquête à tiroir (contrairement à l'excellent Diplomatic immunity). Je me suis ennuyé, chose incroyable dans un roman du monde de Barrayar.

On cherche effectivement Ivan qui aurait un peu relevé le plateau, ou bien d'ancien Dendarii. Hélàs, non....Roic tient son rôle sans en faire de trop. Même l'arrivée de Mark est anecdotique, et seul l'épilogue donne effectivement un coup de fouet. .

Bref, je dois le relire car je ne comprends pas ce qui s'est passé: un manque d'imagination total chez Lois Mc Master Bujold ? Pourtant le sujet et le cadre étaient un superbe terrain de jeu. Là, c'est quasiment du "Huis clos" en déambulateur.

Vite (ou en tout cas, assez vite), une dernière chance de faire renaître la flamme pour notre Auditeur Impérial préféré.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2013
On retrouve notre héros presque seul, rejoint ensuite par son jumeau, et quelques personnages récurrents, mais il manque le petit brin de folie ou de nouveauté. Pour les aficionados seulement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus