Plus d'options
D. Scarlatti : Sonatas
 
Agrandissez cette image
 

D. Scarlatti : Sonatas

24 janvier 2011 | Format : MP3

EUR 5,29 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:36
30
2
4:15
30
3
2:03
30
4
4:54
30
5
4:33
30
6
7:38
30
7
3:17
30
8
4:16
30
9
5:56
30
10
2:34
30
11
1:59
30
12
2:47
30
13
3:37
30
14
3:34
30
15
2:31
30
16
5:22
30
17
0:44
30
18
4:18
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Composers: Domenico Scarlatti
  • Date de sortie d'origine : 24 janvier 2011
  • Date de sortie: 24 janvier 2011
  • Label: Erato/Warner Classics
  • Copyright: (C) 2011 Erato/Warner Classics, Warner Music UK Ltd. A Warner Music Group Company
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:07:54
  • Genres:
  • ASIN: B004JLTKTS
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (26 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 16.648 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Francois Pallud le 20 mai 2012
Format: CD
interprétation subtile,sensible,tres maitrisée,mais un peu "en dedans" bien sur cela est subjectif mais pour ceux qui aiment particulierement ces pieces ,je conseille d'écoutez Sokolov,c'est magique,envoutant
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par MATHONNET STÉPHANE TOP 500 COMMENTATEURS le 3 mai 2011
Format: CD Achat vérifié
Chaque nouveau disque du pianiste Alexandre Tharaud est un événement discographique. Le désormais jeune quadragénaire nous prouve que jouer Domenico Scarlatti sur un piano moderne n'est pas nécessairement un contresens historique et/ou esthétique surtout lorsque la maîtrise du toucher et de la respiration se situe à ce niveau de qualité. La technique très pianistique de l'interprète rend justice au caractère éblouissant de l'écriture. Il nous rend les détails d'articulation, l'ornementation et la découpe irrégulière de la phrase qui caractérise ces sonates.

La sélection est rigoureusement construite, variée dans ses transitions d'affetti. Le format des sonates étant sensiblement le même, Alexandre Tharaud et ses éditeurs ont tenté de les diversifier au maximum. La sonate K 239 qui ouvre l'album est ainsi inspirée de la musique populaire espagnole et du flamenco. La suite du programme s'articule entre sonates virtuoses et introspectives voire sensibles (et ce sans la moindre trace d'affectation). CHACUNE EST AINSI DIFFÉRENTE DE LA PRÉCÉDENTE ET DE LA SUIVANTE. J'ai particulièrement apprécié, dans des registres évidemment différents, la tension qui domine la sonate K 141, la frénésie de la K 8 et la mélancolie qui habite la K 132 (qui est pour moi la plus belle de l'album). C'est ici que l'usage d'un clavecin ôte aux sonates lentes une bonne partie de leur charme, la seule ressource restant souvent un rubato alétoire.
On ne s'ennuie pas une minute à l'audition de ce très bel album : ce discours très subtil est susceptible de séduire aussi bien le sarlattiste averti que le visiteur de passage.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jd Marchand le 12 février 2011
Format: CD
les sonates interprétées sur ce cd je ne les ai jusqu'alors jamais entendues parées de tant de charge émotive et de tant de beauté (la 208 notamment). Je me prends à rêver d'une intégrale Scarlatti au piano par Alexandre Tharaud....
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
34 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile  Par H. PILA TOP 500 COMMENTATEURS le 26 janvier 2011
Format: CD Achat vérifié
Tous les nouveaux enregistrements d'Alexandre Tharaud sont des événements et quand j'ai su qu'il allait sortir un spécial Scarlatti, mon sang n'a fait qu'un tour. j'ai adoré le Couperin, voila que j'ai le coup de foudre pour le Scarlatti. Que les clavecinistes se rassurent, jamais un Piano n'a autant sonné comme un instrument à cordes pincées ! la prise de son peut-être ? quoique le jeu du pianiste y soit sans doute pour quelque chose.

A. Tharaud aborde ce corpus magnifique avec bonheur et il nous le communique ! Loin des Horowitz et des Zacharias, voila un Scarlatti plus humble, qui coule naturellement comme une source pure et profonde. Le jeu est d'une beauté surprenante, on retrouve le geste du disque couperin. Au fur et à mesure des enregistrements, ce pianiste confirme son style si élégant, à la française, qui biensûr sied à Rameau, mais également à Scarlatti dans ces sonates tantôt élégiaques tantôt ibériques. D'ailleurs l'agencement des sonates en font un album équilibré et agréable à écouter de bout en bout. Comme il serait bon d'avoir une intégrale à la
...Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
22 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile  Par droopy le 3 mars 2011
Format: CD
Un des commentaires évoque la magnifique sonate K 208. S'il s'agit d'en connaître la tendre mélancolie, l'abandon ému, Racha Arodaky est la référence, ainsi que pour son choix de sonates. Tharaud semble être passé à côté de ses intentions : nulle trace, ou bien peu, du Scarlatti sanguin et solaire qu'il souhaitait. La beauté demeure froide, quelque peu figée, en dépit des qualités pianistiques, indéniables. Un enregistrement honorable, mais probablement surévalué par la critique, et disposant d'un marketing sans faille...
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gilles-Daniel PERCET VOIX VINE le 27 mars 2011
Format: CD
D'abord, que Tharaud se méfie de la grosse artillerie marketing, dont a été victime Hélène Grimaud. Qu'il reste ce qu'il est, un excellent pianiste, qui nous a donné notamment de merveilleux Rameau (et Couperin). Ici, déjà, on peut s'étonner que certains découvrent la lune (tant mieux pour eux, même si ici c'est très beau en ce sens que c'est très/trop propre, trop contrôlé), comme si c'était lui qui nous révélait Scarlatti au piano, alors même qu'on croule sous les références avant lui, d'Horowitz à Zacharias (et ma discothèque comprend déjà, facile, plus d'une centaine de CD de ces sonates, dont je suis fou...). Qu'il nous épargne aussi, dans ses commentaires publicitaires, lapalissades, poncifs et portes ouvertes, par exemple quand il nous bassine avec ce que tout le monde sait et ressent depuis longtemps, la marque ibérique sur ces oeuvres. Quelle originale découverte, quelle puissante révélation! Et enfin, justement, pourquoi alors les jouer si analytiquement, sans trop d'engagement, sans un peu de malice et de folie, "à la française" dans le mauvais sens de l'expression? Tout cela fait un peu poisson froid (et je partage ici le point de vue de Droopy)... et un poisson qui, en l'occurrence, manque d'arêtes. Un peu de verve, un peu de fantaisie, que diable! Tharaud - qui, finalement, ne nous apporte scarlattiquement pas grand chose - aurait eu intérêt, par exemple, à écouter d'abord son confrère Christian Zacharias : c'est là qu'est le vrai charme aujourd'hui de Scarlatti. Finalement, pour tenter une comparaison, le bon interprète ici doit être à ces sonates ce que fut de si vivifiant (car un tout petit peu déboutonné) Ignaz Friedman aux mazurkas de Chopin (certains me comprendront).
13 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique