undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

DEADPOOL MAX T01 UN PENCHANT POUR LA VIOLENCE Broché – 14 mars 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 50,00 EUR 49,00

Top Nouveautés BD Top Nouveautés BD


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Né en 1970 aux Etats-Unis, David Lapham est l'un des
scénaristes les plus appréciés de sa génération. entame sa
carrière grâce à deux maisons d'édition indépendantes, Valiant
et Defiant Comics, collaborai à des titres comme Harbinger et
Warriors of Plasm. Il se fait remarquer par la critique et
obtient deux Eisn Awards grâce à StrayBullets, l'une des séries
d'auteur les plus intéressantes des années 90 qu'il écrit, de sine
et publie lui-même. À partir de 2005, il attire l'attention des
principaux éditeurs américains, réalisar entre autres, The
Darkness pour Top Cow et Batman: City of Crime pour DC
Comics. Pour Marvel, il prodL la mini-série Daredevil Vs.
Punisher (qu'il écrit et dessine), quelques numéros de
Wolverine et la mini-sér Terrorinc. Après un passage chez
Vertigo, où il signe le Graphic Novel Silverfish et la mini-
série Young Liai il s'occupe de Crossed: Family Values pour
Avatar. DeadpoolMAX est son dernier travail en date. Kyle
Baker débute comme stagiaire pour Marvel à l'âge de 17 ans.
En 1988, il publie son premier Graphic Novel, Cowboy Wally,
puis il signe The Shadow et Justice, Inc pour DC. Dans les
années 90, il réalise Why l Flote Saturn et l'adaptation en BD
du film Dick Tracy, ainsi que des strips pour Entertainment
Weekly, The New York Times et Rolling Stone. Plus
récemment, il a illustré la mini-série The Truth pour Marvel.
Après avoir offert son talent à Deadpool Corps, il travaille
actuellement sur DeadpoolMAX.



Détails sur le produit

  • Broché: 150 pages
  • Editeur : Panini (14 mars 2012)
  • Collection : PAN.MAX
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2809423334
  • ISBN-13: 978-2809423334
  • Dimensions du produit: 26 x 1 x 17 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 246.601 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Tornado le 2 avril 2012
Format: Broché
Ce recueil regroupe les 6 premiers épisodes de la série "Deadpool MAX", tous réalisés en 2010 par le scénariste David Lapham et l'illustrateur Kyle baker.
Le concept de la série repose sur une version du personnage hors-continuité, réservée à un public averti, beaucoup plus trash et jusqu'auboutiste que la série originelle.
Les six épisodes sont relativement indépendants et forment une sorte d'ensemble hétérogène, possédant plus un fil conducteur qu'une réelle histoire, au sens narratif du terme. Ces épisodes forment tout de même une trame linéaire qui apporte peu à peu des indications sur l'univers des personnages principaux. En refermant le livre, le lecteur aura appris les origines du personnage (version MAX !) et l'aura suivi au cœur de six missions très spéciales, surréalistes et particulièrement scabreuses...
Le but des auteurs est d'offrir au lecteur une relecture fraiche et originale du personnage de Deadpool, et par là-même de l'univers Marvel en réinterprétant certaines de ses figures, comme "l'Hydra", Le "Maître de corvée", le "Baron Zemo", "Hammerhead", "Domino" et "Cable". Parallèlement, ils désirent mener cet univers au départ assez déjanté au delà des limites du genre, en usant et abusant de la provocation et du mauvais goût les plus débridés.
Lapham en profite pour proposer une vision de notre monde extrême et radicale, mettant l'accent sur sa cruauté et sa violence. Je trouve qu'il s'agit là du côté le plus réussi de la série.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Biggy TOP 1000 COMMENTATEURS le 19 janvier 2014
Format: Broché
J’ai envie de dire : ENFIN !!
Enfin du Deadpool qui me fait rire !
Enfin du Deadpool violent !
Enfin du Deadpool dérangeant !
Bref ENFIN du Deadpool.
Car il faut bien avouer que jusqu’à maintenant, hormis « Il faut soigner le soldat Deadpool », les revues Deadpool que l’on me proposait chez Panini ne me plaisait pas en 100% Marvel. Et je ne parle pas du kiosque, qui est un supplice à lire.
L'agent Bob de la CIA a une mission impossible : brider la folie e Wade Wilson, alias Deadpool, pour l'envoyer faire le sale boulot. Mais que peut-il faire quand le mercenaire déjanté profite de l'infiltration de la forteresse d'un parrain de la mafia pour s'acoquiner avec la cuisinière ?
On assiste ici à une relecture de l’univers de Deadpool. L’Hydra n’existe pas, Bob bosse pour la CIA, Cable également, bref on est hors continuité et cela n’en est que plus plaisant à lire. David Lapham se permet tout ce qu’il veut.
C’est violent, c’est plein d’humour (souvent très noir), c’est sexuel et c’est bourré d’action. Bref c’est complètement barré et c’est cela qu’on attend de Deadpool.
Que dire des personnages autour, comme Zemo en chef nazis extrémiste du KKK complètement dingue, de Bob en agent de la CIA complètement lourdé et dépressif. Et je garde le meilleur pour la fin avec Inez/Domino, nymphomane psychotique aux multiples personnalités ne cherchant qu’un homme pour ses nuits.
Le tout est tordu mais cohérent à lire. Les histoires défilent avec un petit fil rouge malgré tout et on ne voit pas le temps passé.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Topper Harley le 27 février 2014
Format: Broché Achat vérifié
Deadpool déjanté dans un univers complètement trash, comme je l'aime ! Le dessin, qui risque de surprendre, colle pourtant parfaitement bien à l'univers dépeint. Un must have avec "Deadpool : Il faut soigner le soldat Wilson".
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Présence TOP 50 COMMENTATEURS le 14 mars 2012
Format: Broché
Ce tome comprend les épisodes 1 à 6 de la série ayant commencé en 2010, avec un scénario de David Lapham et des illustrations de Kyle Baker.

L'officier Bob travaille pour une organisation américaine gouvernementale d'espionnage. Il doit "superviser" les interventions de Wade Wilson, un malade mental qui se promène toujours en costume rouge et noir avec sa cagoule, en se faisant appeler Deadpool. L'histoire commence avec Bob rendant compte à sa hiérarchie par internet. Pour cette mission (assassiner Hammerhead), Bob devait infiltrer l'immeuble duquel Hammerhead dirige ses opérations criminelles. Pour ce faire, il s'est fait embaucher comme homme à tout faire, et a accepté les avances du chef (un homme) de la sécurité d'Hammerhead. Par le biais de ses faveurs sexuelles assez douloureuses, il a pu réaliser le moulage d'une clef d'accès (dans un excrément) et faire pénétrer Deadpool dans ce bâtiment sous très haute surveillance. Le jeu du chat et de la souris peut commencer jusqu'à l'exécution finale. Les missions suivantes impliquent une séance de psychothérapie pour Deadpool dans une clinique qui se livre au trafic d'organes, le démantèlement d'une résurgence du Ku Klux Klan, l'assassinat d'un baron de la drogue ne quittant pas son île privée, la protection d'un sénateur et la délivrance d'un agent du renseignement.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?