undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
 

Daniel Barenboim


Top albums (Voir les 248)


Voir les 248 albums de Daniel Barenboim

Daniel Barenboim : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 4055
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Vidéos


Image de Daniel Barenboim
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet


Biographie

Daniel Barenboim est né à Buenos Aires (Argentine) le 15 novembre 1942 de parents juifs d'origine russe. Enfant précoce, il donne son premier concert au piano à l'âge de 7 ans.

En 1952, sa famille s'installe en Israël. Il collabore avec Edwin Fischer pour le piano, débute son apprentissage de chef d'orchestre avec Igor Markevitch à Salzbourg et la composition avec Nadia Boulanger à Paris. En 1954, Daniel Barenboim enregistre ses premières oeuvres au piano avec des sonates de Mozart et Beethoven avec Otto Klemperer ; Brahms avec John Barbirolli et Bartók avec Pierre Boulez.

De plus en plus ... Lire la suite

Daniel Barenboim est né à Buenos Aires (Argentine) le 15 novembre 1942 de parents juifs d'origine russe. Enfant précoce, il donne son premier concert au piano à l'âge de 7 ans.

En 1952, sa famille s'installe en Israël. Il collabore avec Edwin Fischer pour le piano, débute son apprentissage de chef d'orchestre avec Igor Markevitch à Salzbourg et la composition avec Nadia Boulanger à Paris. En 1954, Daniel Barenboim enregistre ses premières oeuvres au piano avec des sonates de Mozart et Beethoven avec Otto Klemperer ; Brahms avec John Barbirolli et Bartók avec Pierre Boulez.

De plus en plus attiré par la direction, le pianiste va prendre celle de l'English Chamber Orchestra de 1965 à 1975. Cette première collaboration va lui permettre de diriger un grand nombre d'orchestres avant d'obtenir la direction de l'Orchestre de Paris de 1975 à 1989. Une collaboration marquée par un choix très prononcé pour les compositeurs contemporains comme Pierre Boulez, Henri Dutilleux, Witold Lutostawski... Il dirige son premier opéra, Don Giovanni de Mozart, en 1973. En 1981, il fait ses débuts au festival de Bayreuth, place qu'il occupera avec la Tétralogie, Tristan und Isolde, Parsifal et Die Meistersinger (Les Maîtres chanteurs) pendant 20 ans.

Daniel Barenboim est aussi très prolifique en musique de chambre. Il joue avec Gregor Piatigorsky, Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et son épouse la violoncelliste Jacqueline du Pré en 1967, qui décédera en 1987. Le chef quitte Paris pour la direction de l'Orchestre Symphonique de Chicago en 1991. Une collaboration de 15 ans qui lui vaut le titre honorifique de musicien de chef d'orchestre honoraire à vie. Sur-actif, il mènera à partir de 1992 la direction musicale du Deutsche Staatsoper de Berlin dont il occupe depuis 2000 le poste de chef d'orchestre à vie. Depuis 2006, il est nommé Maestro Scaligero de la Scala de Milan. Il dirige régulièrement les orchestres de Vienne ou de Berlin. En 2012, Daniel Barenboim entame une intégrale Beethoven par les faces symphoniques et concertantes parues cet été sous l'intitulé générique Beethoven for All (Beethoven pour tous).

Parmi la centaine d'oeuvres enregistrées, on retient La Truite de Schubert avec Zubin Mehta à la contrebasse, l'intégrale des Concertos de Mozart avec Daniel Barenboim au piano et à la direction et les Lieder de Mozart avec Dietrich Fischer-Dieskau.

Artiste militant, il fonde en 1999, après sa rencontre avec l'écrivain Edward Saïd, le West Eastern Divan Orchestra. Cette association a pour but de propager la paix grâce à la musique classique au Proche-Orient. Ce projet aboutira en 2000 à différents concerts et masterclasses. À la mort d'Edward Saïd, la Saïd Foundation Barenboim est créée pour financer le projet qui s'est installé à Séville. Son militantisme pour un rapprochement d'Israël et de la Palestine lui procure en 2008 un passeport palestinien, lui qui a déjà la double nationalité argentine et israélienne. Le projet au long cours Beethoven for All à l'été 2012 et la Symphonie fantastique de Berlioz (enregistrée lors des BBC Proms en 2009) accompagnent les premiers pas de l'orchestre. Enfin, le maître multiplie les masterclasses et consacre du temps à la formation. Deux de ses anciens élèves, Lang Lang et Hélène Grimaud, sont aujourd'hui des stars de la musique classique. En janvier 2014, après une première en 2009, Daniel Barenboim dirige pour la seconde fois le Concert du Nouvel An, mettant en lumière les oeuvres de Josef Strauss, Josef Hellmesberger, Richard Strauss et Léo Delibes. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Daniel Barenboim est né à Buenos Aires (Argentine) le 15 novembre 1942 de parents juifs d'origine russe. Enfant précoce, il donne son premier concert au piano à l'âge de 7 ans.

En 1952, sa famille s'installe en Israël. Il collabore avec Edwin Fischer pour le piano, débute son apprentissage de chef d'orchestre avec Igor Markevitch à Salzbourg et la composition avec Nadia Boulanger à Paris. En 1954, Daniel Barenboim enregistre ses premières oeuvres au piano avec des sonates de Mozart et Beethoven avec Otto Klemperer ; Brahms avec John Barbirolli et Bartók avec Pierre Boulez.

De plus en plus attiré par la direction, le pianiste va prendre celle de l'English Chamber Orchestra de 1965 à 1975. Cette première collaboration va lui permettre de diriger un grand nombre d'orchestres avant d'obtenir la direction de l'Orchestre de Paris de 1975 à 1989. Une collaboration marquée par un choix très prononcé pour les compositeurs contemporains comme Pierre Boulez, Henri Dutilleux, Witold Lutostawski... Il dirige son premier opéra, Don Giovanni de Mozart, en 1973. En 1981, il fait ses débuts au festival de Bayreuth, place qu'il occupera avec la Tétralogie, Tristan und Isolde, Parsifal et Die Meistersinger (Les Maîtres chanteurs) pendant 20 ans.

Daniel Barenboim est aussi très prolifique en musique de chambre. Il joue avec Gregor Piatigorsky, Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et son épouse la violoncelliste Jacqueline du Pré en 1967, qui décédera en 1987. Le chef quitte Paris pour la direction de l'Orchestre Symphonique de Chicago en 1991. Une collaboration de 15 ans qui lui vaut le titre honorifique de musicien de chef d'orchestre honoraire à vie. Sur-actif, il mènera à partir de 1992 la direction musicale du Deutsche Staatsoper de Berlin dont il occupe depuis 2000 le poste de chef d'orchestre à vie. Depuis 2006, il est nommé Maestro Scaligero de la Scala de Milan. Il dirige régulièrement les orchestres de Vienne ou de Berlin. En 2012, Daniel Barenboim entame une intégrale Beethoven par les faces symphoniques et concertantes parues cet été sous l'intitulé générique Beethoven for All (Beethoven pour tous).

Parmi la centaine d'oeuvres enregistrées, on retient La Truite de Schubert avec Zubin Mehta à la contrebasse, l'intégrale des Concertos de Mozart avec Daniel Barenboim au piano et à la direction et les Lieder de Mozart avec Dietrich Fischer-Dieskau.

Artiste militant, il fonde en 1999, après sa rencontre avec l'écrivain Edward Saïd, le West Eastern Divan Orchestra. Cette association a pour but de propager la paix grâce à la musique classique au Proche-Orient. Ce projet aboutira en 2000 à différents concerts et masterclasses. À la mort d'Edward Saïd, la Saïd Foundation Barenboim est créée pour financer le projet qui s'est installé à Séville. Son militantisme pour un rapprochement d'Israël et de la Palestine lui procure en 2008 un passeport palestinien, lui qui a déjà la double nationalité argentine et israélienne. Le projet au long cours Beethoven for All à l'été 2012 et la Symphonie fantastique de Berlioz (enregistrée lors des BBC Proms en 2009) accompagnent les premiers pas de l'orchestre. Enfin, le maître multiplie les masterclasses et consacre du temps à la formation. Deux de ses anciens élèves, Lang Lang et Hélène Grimaud, sont aujourd'hui des stars de la musique classique. En janvier 2014, après une première en 2009, Daniel Barenboim dirige pour la seconde fois le Concert du Nouvel An, mettant en lumière les oeuvres de Josef Strauss, Josef Hellmesberger, Richard Strauss et Léo Delibes. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Daniel Barenboim est né à Buenos Aires (Argentine) le 15 novembre 1942 de parents juifs d'origine russe. Enfant précoce, il donne son premier concert au piano à l'âge de 7 ans.

En 1952, sa famille s'installe en Israël. Il collabore avec Edwin Fischer pour le piano, débute son apprentissage de chef d'orchestre avec Igor Markevitch à Salzbourg et la composition avec Nadia Boulanger à Paris. En 1954, Daniel Barenboim enregistre ses premières oeuvres au piano avec des sonates de Mozart et Beethoven avec Otto Klemperer ; Brahms avec John Barbirolli et Bartók avec Pierre Boulez.

De plus en plus attiré par la direction, le pianiste va prendre celle de l'English Chamber Orchestra de 1965 à 1975. Cette première collaboration va lui permettre de diriger un grand nombre d'orchestres avant d'obtenir la direction de l'Orchestre de Paris de 1975 à 1989. Une collaboration marquée par un choix très prononcé pour les compositeurs contemporains comme Pierre Boulez, Henri Dutilleux, Witold Lutostawski... Il dirige son premier opéra, Don Giovanni de Mozart, en 1973. En 1981, il fait ses débuts au festival de Bayreuth, place qu'il occupera avec la Tétralogie, Tristan und Isolde, Parsifal et Die Meistersinger (Les Maîtres chanteurs) pendant 20 ans.

Daniel Barenboim est aussi très prolifique en musique de chambre. Il joue avec Gregor Piatigorsky, Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et son épouse la violoncelliste Jacqueline du Pré en 1967, qui décédera en 1987. Le chef quitte Paris pour la direction de l'Orchestre Symphonique de Chicago en 1991. Une collaboration de 15 ans qui lui vaut le titre honorifique de musicien de chef d'orchestre honoraire à vie. Sur-actif, il mènera à partir de 1992 la direction musicale du Deutsche Staatsoper de Berlin dont il occupe depuis 2000 le poste de chef d'orchestre à vie. Depuis 2006, il est nommé Maestro Scaligero de la Scala de Milan. Il dirige régulièrement les orchestres de Vienne ou de Berlin. En 2012, Daniel Barenboim entame une intégrale Beethoven par les faces symphoniques et concertantes parues cet été sous l'intitulé générique Beethoven for All (Beethoven pour tous).

Parmi la centaine d'oeuvres enregistrées, on retient La Truite de Schubert avec Zubin Mehta à la contrebasse, l'intégrale des Concertos de Mozart avec Daniel Barenboim au piano et à la direction et les Lieder de Mozart avec Dietrich Fischer-Dieskau.

Artiste militant, il fonde en 1999, après sa rencontre avec l'écrivain Edward Saïd, le West Eastern Divan Orchestra. Cette association a pour but de propager la paix grâce à la musique classique au Proche-Orient. Ce projet aboutira en 2000 à différents concerts et masterclasses. À la mort d'Edward Saïd, la Saïd Foundation Barenboim est créée pour financer le projet qui s'est installé à Séville. Son militantisme pour un rapprochement d'Israël et de la Palestine lui procure en 2008 un passeport palestinien, lui qui a déjà la double nationalité argentine et israélienne. Le projet au long cours Beethoven for All à l'été 2012 et la Symphonie fantastique de Berlioz (enregistrée lors des BBC Proms en 2009) accompagnent les premiers pas de l'orchestre. Enfin, le maître multiplie les masterclasses et consacre du temps à la formation. Deux de ses anciens élèves, Lang Lang et Hélène Grimaud, sont aujourd'hui des stars de la musique classique. En janvier 2014, après une première en 2009, Daniel Barenboim dirige pour la seconde fois le Concert du Nouvel An, mettant en lumière les oeuvres de Josef Strauss, Josef Hellmesberger, Richard Strauss et Léo Delibes. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.