Daniel Johnston


Daniel Johnston : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 467
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Daniel Johnston
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Né le 22 janvier 1961 à Sacramento, en Californie (Etats-Unis), Daniel Dale Johnston grandit en Virginie Occidentale.

Pianiste autodidacte et intuitif, il enregistre ses premières cassettes à la fin des années 1970 sur un simple radio-cassette mono, termine ses études artistiques et s'installe à Austin (Texas). Atteint de troubles du comportement qui font de lui un être instable et maniaco-dépressif, Daniel Johnston gagne l'approbation du public local par ses prestations et sort une dizaine d'albums autoproduits sur cassette : Songs of Pain (1981), Don't Be Scared (1982), Yip/Jump Music ... Lire la suite

Né le 22 janvier 1961 à Sacramento, en Californie (Etats-Unis), Daniel Dale Johnston grandit en Virginie Occidentale.

Pianiste autodidacte et intuitif, il enregistre ses premières cassettes à la fin des années 1970 sur un simple radio-cassette mono, termine ses études artistiques et s'installe à Austin (Texas). Atteint de troubles du comportement qui font de lui un être instable et maniaco-dépressif, Daniel Johnston gagne l'approbation du public local par ses prestations et sort une dizaine d'albums autoproduits sur cassette : Songs of Pain (1981), Don't Be Scared (1982), Yip/Jump Music (1983), Hi, How Are You (1983, réédité sur CD en 1989), Respect (1985), Continued Story (1985, réédité en 1991) ou Live at South By Southwest (1990).

Reconnaissance des pairs

Signé par le label Shimmy Disc de Mark Kramer (Bongwater), Daniel Johnston voit ses nouvelles productions distribuées à plus grande échelle. C'est le cas de l'album 1990, réalisé dans un studio professionnel entre deux hospitalisations et issu la même année. Admiré par un fan nommé Kurt Cobain, 1990 est considéré comme l'une de ses oeuvres majeures (« True Love Will Find You in the End » sera repris par Beck et Headless Heroes). En 1994, la major Atlantic distribue Fun, album produit par Paul Leary (Butthole Surfers) qui fait connaître son auteur en Europe (encensé par Les Inrockuptibles). Deux titres de Daniel Johnston sont inclus dans le film Kids sur la génération grunge.

Artiste singulier dessinant lui-même ses pochettes de disques, Johnston tourne en Europe (Why Me? est enregistré à Berlin en 1999) où il présente ses compositions primitives jouées au piano ou à la guitare, et développe un véritable culte autour de sa personnalité et de ses chansons naïves, brutes ou tourmentées.

En 2001 sort Reject Unknown, suivi de Fear Yourself (2003) avec Mark Linkous, de Sparklehorse. En 2004, l'album The Late Great Daniel Johnston lui rendant hommage comprend son comparse Jad Fair - avec qui il a enregistré It's Spooky en 2001 --, Eels, Beck, Mercury Rev, Sparklehorse, The Flaming Lips et Tom Waits.

Ange et démon

En 2005, Daniel Johnston compose la musique du film Speeding Motorcycle, tandis qu'un documentaire de Jeff Fueurzeig qui lui est consacré, The Devil and Daniel Johnston, est primé au festival Sundance. L'année suivante, il sort les inédits de Lost and Found et la compilation Welcome To My World via son label Eternal Yip Eye Music. Le DVD The Angel and Daniel Johnston: Live at the Union Chapel, publié fin 2008, retrace un concert donné à Islington (Angleterre).

En octobre 2009 paraît son dix-septième album Is And Always Was, suivi de Beam Me Up! en 2010. Entre chaque album, l'artiste exposé régulièrement ses oeuvres, surtout des dessins d'inspiration naïve. Un film sur sa vie et son oeuvre est annoncé pour 2011. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né le 22 janvier 1961 à Sacramento, en Californie (Etats-Unis), Daniel Dale Johnston grandit en Virginie Occidentale.

Pianiste autodidacte et intuitif, il enregistre ses premières cassettes à la fin des années 1970 sur un simple radio-cassette mono, termine ses études artistiques et s'installe à Austin (Texas). Atteint de troubles du comportement qui font de lui un être instable et maniaco-dépressif, Daniel Johnston gagne l'approbation du public local par ses prestations et sort une dizaine d'albums autoproduits sur cassette : Songs of Pain (1981), Don't Be Scared (1982), Yip/Jump Music (1983), Hi, How Are You (1983, réédité sur CD en 1989), Respect (1985), Continued Story (1985, réédité en 1991) ou Live at South By Southwest (1990).

Reconnaissance des pairs

Signé par le label Shimmy Disc de Mark Kramer (Bongwater), Daniel Johnston voit ses nouvelles productions distribuées à plus grande échelle. C'est le cas de l'album 1990, réalisé dans un studio professionnel entre deux hospitalisations et issu la même année. Admiré par un fan nommé Kurt Cobain, 1990 est considéré comme l'une de ses oeuvres majeures (« True Love Will Find You in the End » sera repris par Beck et Headless Heroes). En 1994, la major Atlantic distribue Fun, album produit par Paul Leary (Butthole Surfers) qui fait connaître son auteur en Europe (encensé par Les Inrockuptibles). Deux titres de Daniel Johnston sont inclus dans le film Kids sur la génération grunge.

Artiste singulier dessinant lui-même ses pochettes de disques, Johnston tourne en Europe (Why Me? est enregistré à Berlin en 1999) où il présente ses compositions primitives jouées au piano ou à la guitare, et développe un véritable culte autour de sa personnalité et de ses chansons naïves, brutes ou tourmentées.

En 2001 sort Reject Unknown, suivi de Fear Yourself (2003) avec Mark Linkous, de Sparklehorse. En 2004, l'album The Late Great Daniel Johnston lui rendant hommage comprend son comparse Jad Fair - avec qui il a enregistré It's Spooky en 2001 --, Eels, Beck, Mercury Rev, Sparklehorse, The Flaming Lips et Tom Waits.

Ange et démon

En 2005, Daniel Johnston compose la musique du film Speeding Motorcycle, tandis qu'un documentaire de Jeff Fueurzeig qui lui est consacré, The Devil and Daniel Johnston, est primé au festival Sundance. L'année suivante, il sort les inédits de Lost and Found et la compilation Welcome To My World via son label Eternal Yip Eye Music. Le DVD The Angel and Daniel Johnston: Live at the Union Chapel, publié fin 2008, retrace un concert donné à Islington (Angleterre).

En octobre 2009 paraît son dix-septième album Is And Always Was, suivi de Beam Me Up! en 2010. Entre chaque album, l'artiste exposé régulièrement ses oeuvres, surtout des dessins d'inspiration naïve. Un film sur sa vie et son oeuvre est annoncé pour 2011. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né le 22 janvier 1961 à Sacramento, en Californie (Etats-Unis), Daniel Dale Johnston grandit en Virginie Occidentale.

Pianiste autodidacte et intuitif, il enregistre ses premières cassettes à la fin des années 1970 sur un simple radio-cassette mono, termine ses études artistiques et s'installe à Austin (Texas). Atteint de troubles du comportement qui font de lui un être instable et maniaco-dépressif, Daniel Johnston gagne l'approbation du public local par ses prestations et sort une dizaine d'albums autoproduits sur cassette : Songs of Pain (1981), Don't Be Scared (1982), Yip/Jump Music (1983), Hi, How Are You (1983, réédité sur CD en 1989), Respect (1985), Continued Story (1985, réédité en 1991) ou Live at South By Southwest (1990).

Reconnaissance des pairs

Signé par le label Shimmy Disc de Mark Kramer (Bongwater), Daniel Johnston voit ses nouvelles productions distribuées à plus grande échelle. C'est le cas de l'album 1990, réalisé dans un studio professionnel entre deux hospitalisations et issu la même année. Admiré par un fan nommé Kurt Cobain, 1990 est considéré comme l'une de ses oeuvres majeures (« True Love Will Find You in the End » sera repris par Beck et Headless Heroes). En 1994, la major Atlantic distribue Fun, album produit par Paul Leary (Butthole Surfers) qui fait connaître son auteur en Europe (encensé par Les Inrockuptibles). Deux titres de Daniel Johnston sont inclus dans le film Kids sur la génération grunge.

Artiste singulier dessinant lui-même ses pochettes de disques, Johnston tourne en Europe (Why Me? est enregistré à Berlin en 1999) où il présente ses compositions primitives jouées au piano ou à la guitare, et développe un véritable culte autour de sa personnalité et de ses chansons naïves, brutes ou tourmentées.

En 2001 sort Reject Unknown, suivi de Fear Yourself (2003) avec Mark Linkous, de Sparklehorse. En 2004, l'album The Late Great Daniel Johnston lui rendant hommage comprend son comparse Jad Fair - avec qui il a enregistré It's Spooky en 2001 --, Eels, Beck, Mercury Rev, Sparklehorse, The Flaming Lips et Tom Waits.

Ange et démon

En 2005, Daniel Johnston compose la musique du film Speeding Motorcycle, tandis qu'un documentaire de Jeff Fueurzeig qui lui est consacré, The Devil and Daniel Johnston, est primé au festival Sundance. L'année suivante, il sort les inédits de Lost and Found et la compilation Welcome To My World via son label Eternal Yip Eye Music. Le DVD The Angel and Daniel Johnston: Live at the Union Chapel, publié fin 2008, retrace un concert donné à Islington (Angleterre).

En octobre 2009 paraît son dix-septième album Is And Always Was, suivi de Beam Me Up! en 2010. Entre chaque album, l'artiste exposé régulièrement ses oeuvres, surtout des dessins d'inspiration naïve. Un film sur sa vie et son oeuvre est annoncé pour 2011. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page