Dans la nuit brune et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 6,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Dans la nuit brune a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Dans la nuit brune Poche – 15 septembre 2011


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,60
EUR 3,99 EUR 0,01
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 10,80

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Dans la nuit brune + Un secret sans importance + Mangez-moi
Prix pour les trois: EUR 19,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

«Une boule de feu qui valdingue d'un côté à l'autre de la nationale et puis, à un moment, après le virage, vlan ! dans l'arbre. La boule de feu s'écrase contre le tronc et brûle tout, les feuilles, les branches, même les racines. J'ai cru que c'était un phénomène paranormal. Mais non, c'était le gamin. Le gamin sur sa moto. Y paraît que ça n'arrive jamais des motos qui prennent feu comme ça, pour rien, mais là c'est arrivé. J'y étais. Je regardais d'en haut, sur le pont par-dessus la nationale. C'est là que je l'ai vue. Une boule de feu.»
Jérôme relit le témoignage paru dans le journal local. Ses mains tremblent. Son ventre aussi. Il lit une nouvelle fois, se demande pourquoi le journaliste n'a pas «arrangé» le français de Mme Yvette Réhurdon, ouvrière agricole. Un instant, il parvient à se distraire en imaginant la conférence de rédaction durant laquelle le comité a décidé de transcrire, à la lettre, les paroles enregistrées sur le magnétophone de poche de l'institutrice qui s'occupe de la rubrique faits-divers.
Très vite, le tremblement, qui s'était calmé, reprend. Jérôme voudrait pleurer, il pense que ça le soulagerait, mais les larmes ne viennent pas. Le gamin n'était pas son fils, c'était l'amoureux de sa fille. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Agnès Desarthe (Un secret sans importance, prix du livre Inter 1996) publie peu. Mais elle écrit juste. Dans la nuit brune - elle aurait pu trouver un titre moins banal - est l'une des plus convaincantes réussites de la rentrée parce que la romancière y déploie un talent tout en nuances, en retouches, en clair-obscur...
Surtout, ne pas croire que toutes les pistes ouvertes par Agnès Desarthe, qu'elles soient policières ou forestières, aboutiront. Les indices trop voyants sont trompeurs. Pour trouver il faut plus creuser dans les archives que dans la terre. La vérité ne sortira pas du puits convoité par l'Ecossaise. Sauf qu'elle y a trouvé un homme, un vrai, qui lui plaît. Mais comment vivre "quand on ne peut pas vivre ce qu'on doit vivre" ? Surtout quand un passé tragique s'en mêle ? La réponse d'Agnès Desarthe n'est cependant pas pessimiste. Subtile romancière, elle a su "comment s'y prendre ". (Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 29 août 2010)

Romancière, essayiste et traductrice, déjà couronnée par le prix du livre Inter en 1996, Agnès Desarthe signe un très beau roman sur l'énigme de l'existence et les non-dits d'une vie...
Agnès Desarthe entraîne le lecteur au coeur d'un voyage, onirique et réaliste, qui passe de la mort à la vie, en suivant des chemins initiatiques, jalonnés de bifurcations décisives autant que surprenantes, qui, peu à peu, révèlent la réalité des mots, le langage des sensations, le miracle d'une rencontre. D'une plume douce, très féminine, Agnès Desarthe signe un beau roman des origines où la mort qui s'invite trop souvent sans être conviée, jetant son terrible voile noir sur les espérances des vivants, ouvre pourtant la voie à des renaissances imprévues. (Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 15 septembre 20115)

Le dernier roman d'Agnès Desarthe explore l'inconscient mutilé d'un enfant trouvé, et on s'apercevra en cours de route qu'il est le fruit gâté de l'histoire...
La force de Dans la nuit brune tient à cet entrelacs d'histoires individuelles et de causes historiques profondes. L'auteur parvient ainsi, à travers l'histoire d'un homme, à laisser entendre la tragédie de millions d'autres. (Muriel Steinmetz - L'Humanité du 22 octobre 2010)

Son dernier roman, Dans la nuit brune, reprend avec profondeur cette question de l'amour par substitution. Mais il tire sa propre aura de son héros, Jérôme, un enfant des bois trouvé en 1956 par Annette et Gabriel, qui l'adoptent et mènent avec lui une vie de "bohème"...
En réponse à ce questionnement sur la compassion, Dans la nuit brune esquisse une délicate et étrange "écologie du chagrin", notamment par de superbes scènes d'errance dans la forêt, matrice de l'ancien enfant des bois. Mais le roman construit aussi son univers à partir des signes infimes captés dans les paysages et les coeurs par le regard atypique de Jérôme, signes de tristesse et d'allégresse confondus, détails palpitants d'un "saccage sans importance, (de) la fin de la perfection. Les enfants font ça. L'amour fait ça. Du désordre". Et nous ramène ainsi, tous âges confondus, devant ce "territoire de grande sauvagerie" que révèlent les marques de l'enfance et de l'adolescence dans l'oeuvre d'Agnès Desarthe. (Fabienne Dumontet - Le Monde du 5 novembre 2010)

Le leitmotiv de Jérôme, son «motif», dirait son ami de la police, appartient à la nature, ce sont les feuilles et les brindilles, les promenades «à la recherche d'une clairière, d'un sous-bois où régnait une paix parfaite, une lumière veloutée, un silence de nef ponctué par les menues paroles incompréhensibles des oiseaux». Agnès Desarthe ne perd jamais de vue la couleur des saisons, la tonalité du soleil. Dans ce paysage, les jeunes gens endeuillés ont une place de rois. «Tous sont d'une incroyable gentillesse, serviables, polis, tendres. Ils appellent Jérôme par son prénom et, il ne sait pourquoi, ça le bouleverse.» Mais ce n'est pas ce seul regard bienveillant qui a valu à Dans la nuit brune le prix Renaudot des lycéens la semaine dernière. Le chagrin a révélé Jérôme à lui-même, il l'a rendu fréquentable, mieux, séduisant. (Claire Devarrieux - Libération du 18 novembre 2010) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Poche: 232 pages
  • Editeur : Points (15 septembre 2011)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757824694
  • ISBN-13: 978-2757824696
  • Dimensions du produit: 10,8 x 2,2 x 18 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 75.772 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Agnès Desarthe est née en 1966 à Paris, où elle habite. Son père, né en Lybie, a grandi en Algérie, sa mère est née en France de parents émigrés de Bessarabie dans les années 1930 : «J'ai fait du russe à l'école, du yiddish à la fac, je suis allée en Russie quand j'avais quinze ans, mais c'est lorsque j'ai lu Singer que je me suis enfin représenté ma famille maternelle.» Agrégée d'anglais, elle est aussi traductrice et a cosigné avec Geneviève Brisac un essai sur Virginia Woolf, V.W. ou le Mélange des genres en 2004. Romancière, elle publie son premier roman, Quelques minutes de bonheur absolu, aux Éditions de l'Olivier en 1993. Un secret sans importance obtient le prix du Livre Inter 1996, Le Remplaçant le prix Version Femina Virgin Megastore 2009.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Macail TOP 1000 COMMENTATEURS le 4 octobre 2010
Format: Broché
Je n'avais jamais lu Agnès Desarthe et j'ai été un peu déçue par ce roman.

Il me semble que l'auteur a traité trop de sujets, trop de drames ( accident d'Armand, peine de marina, disparition de Clémentine, origines mystérieuses de Jérôme en liaison avec la déportation...) et n'a pas réussi à capter l'émotion du lecteur.

Le personnage de Jérôme est fade parce qu'il ne ressent que peu d'émotion. Il se laisse porter par les autres. Son ex-femme, Laura, est insensible. Elle ne ressent aucune peine pour la douleur de sa fille. Le policier homosexuel, Alexandre, semble un "Columbo" indéfinissable. Seule, Rosy, une amie de Marina a un caractère intéressant et une émotion.

Au cours de l'histoire, des pistes sont ouvertes mais elles s'avèrent fausses. Le lecteur a l'impression qu'il y a une énigme puis tout se dilue dans les différentes histoires.

Je n'ai donc pas été touchée par cette histoire parce que la dispersion rend le récit superficiel et les personnages manquent d'émotion.

Je pense que je lirais quand même un autre roman de cet auteur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par CathyG le 15 janvier 2012
Format: Poche
J'ai adoré ce petit livre et je comprends qu'il ait obtenu le prix Renaudot des lycéens (2010).
L'intrigue sert de prétexte à des réflexions bien vues sur la solitude qui s'abat sur les parents lorsque les enfants quittent le nid. Qui est le plus fragile des protagonistes ? Marina qui a perdu son amour, Rosy aux allures de poney mandchou, Jérôme l'enfant des bois, Alexandre l'enquêteur mystère ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par HJ TOP 1000 COMMENTATEURS le 9 octobre 2010
Format: Broché Achat vérifié
C'est un peu le lecteur qui erre dans cette "nuit brune" dans laquelle A. Desarthe l'a plongé et dont elle tarde un peu trop à le sortir, par la multiplication des genres et des thèmes qu'elle aborde.
Ce roman est avant tout un roman psychologique qui se construit à partir des états d'âme de Jérome, personnage lunaire, homme en souffrance toujours à côté de sa vie, incapable d'agir, de penser, de parler comme il le souhaiterait. Pendant toute la première partie du roman nous sommes plongés dans les affres de ce personnage qui assiste impuissant au desespoir de sa fille qui vient de perdre son amoureux et qui souffre de ne pas arriver à la soulager de ce deuil terrible.
C'est aussi un roman sur la quête des origines car Jérôme est un enfant trouvé et cette clé qui nous est donnée dès le départ nous permet de mieux cerner ses angoisses.
Et brusquement, dans la deuxième partie du roman, tout va se précipiter; nous sommes d'abord plongés dans une enquête policière avec l'entrée en scène d'un détective, personnage solitaire à la fois chaleureux et inquiétant, qui nous entraîne sur la piste de la disparition d'une ado et d'un meurtre déguisé en accident. Puis dans un second temps, vient s'ajouter une histoire d'amour menée tambour battant par une écossaise fantasque et plutôt virile qui va mettre un peu d'animation dans un récit qui commençait à tourner en rond.
Malgré une écriture rythmée, agréable et souvent poétique, je dois avouer que je suis restée sur ma faim et que j'ai parfois galéré comme Jérome pour atteindre un dénouement qui m'a laissée indifférente.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Athanase le 10 septembre 2010
Format: Broché
Le jour où Armand, le bon et bel Armand, s'explose en moto sur un arbre, Jérôme se découvre impuissant devant le chagrin de Marina, son ado-bonsaï, « petite dehors, grande dedans ». Cette mort ouvre toutes les portes et toutes les fenêtres de sa maison et de son agence immobilière et la vie de Jérôme devient un courant d'air, tantôt glacial tantôt brûlant. Brûlant lorsque Paula sa femme, qui l'a quitté sans raison apparente trois ans auparavant, revient, le temps des obsèques d'Armand, passer quelques jours auprès de sa fille et de son ex. Glacial lorsque s'entrouvre le passé de Jérôme, enfant trouvé dans les bois, passé dont il n'a jamais rien dit ni à celle qui fut son épouse, ni à sa fille. Un mystérieux enquêteur, Alexandre Cousinet, apparaît alors, sorti de nulle part sans doute parce qu'il est spécialisé dans les disparitions de jeunes gens. Car Clémentine, une « gothique » des environs, ne donne plus signe de vie et son père garagiste, celui-là même qui a vendu la Triumph mortelle à Armand, s'est lui aussi évanoui dans la nature. Ce qui semblait clair comme un banal fait divers suivi d'un gros chagrin s'enveloppe de mystères, s'embrume, tandis que Jérôme commence à zigzaguer comme la bille folle d'un flipper, touché par tout ce qu'il heurte : par Rosy, la « meilleure amie » de Marina qui se vante de pouvoirs médiumniques, par Vilno une Canadienne excentrique qui déboule dans son agence cherchant la chaumière de ses rêves.Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?