• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Danse classique est-elle ... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par legrandfleuve
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Danse classique est-elle en danger ? (La) Broché – 1 septembre 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,50
EUR 9,03 EUR 8,00

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

LA DANSE CLASSIQUE EST-ELLE EN DANGER ?

Deux grands écrivains de la littérature française et du journalisme, Théophile Gautier et Pierre Gaxotte, ont écrit, préfacé des oeuvres ou des articles à propos de la danse classique. Pierre Gaxotte a également été un historien, auteur de plusieurs ouvrages. Je n'ai malheureusement pas leur talent et ne suis pas plus danseur qu'eux. Néanmoins, à l'instar de ces personnalités de la culture française, et avec mes dons propres, qu'il me soit permis d'écrire ce petit essai dans l'intérêt de la danse classique. Comme beaucoup de jeunes gens de ma génération, j'ai connu le service militaire en Algérie. Au milieu de tant de drames qui se déroulaient alors sous mes yeux, conséquences de la guerre, je recherchais un havre de paix quand cela était possible. J'allais donc au théâtre d'Alger, ce qui m'a permis de découvrir le monde de l'art lyrique et de l'art chorégraphique. Les circonstances ont contribué à sympathiser avec quelques-uns des artistes de ce théâtre et ces derniers m'ont aidé à mieux connaître leur art. A mon retour en France, cette amitié s'est développée grâce à la rencontre d'une grande artiste de l'art lyrique, Mady Mesplé, et d'une grande dame de la danse, Madeleine Lafon, à qui je dois beaucoup quant à mes connaissances actuelles de l'art chorégraphique.
Depuis cette époque, les mentalités ont bien changé. L'esprit et les sentiments ne sont plus les mêmes ; l'individualisme s'est installé dans les coeurs en même temps qu'un certain laxisme dans le respect de la morale publique. Cela n'a pas arrangé les choses pour l'art. Notre patrimoine architectural national se trouve en danger par défaut d'argent et d'engagement véritable de la part de l'élite dans le but d'une protection efficace ; le patrimoine culturel également, et en particulier celui de la danse classique. La production radiodiffusée ou télévisée est en très grande partie mobilisée par des spectacles souvent médiocres et, en tout cas, ne demandant pas la même intensité de travail voire d'abnégation qu'exigent l'art lyrique et l'art chorégraphique. Dans ces émissions, l'électronique remplace trop souvent l'insuffisance de talent ou de moyens de la part de l'exécutant par le biais des microphones, du playback ou autres artifices ; ce qui constitue quelque part - disons-le franchement - une escroquerie vis-à-vis du public. Escroquerie d'autant plus grande que parfois le «succès» permet à certains de s'enrichir au-delà de toute mesure. Un directeur de chaîne m'avait avoué, non sans une véritable gêne, que les concerts ou spectacles d'art lyrique ou chorégraphique ne représentaient qu'à peine huit pour cent d'écoute ! Compte tenu des contraintes de rentabilité auxquelles doit faire face un directeur de chaîne, comment voulez-vous que dans ces conditions un spectacle d'opéra ou de danse puisse avoir sa place en prime time ? Et pourtant, n'est-ce pas le devoir de l'élite politique de faire en sorte qu'il en soit autrement ? N'est-ce pas leur devoir d'inculquer le sens des vraies valeurs, le goût du bel canto et des beaux spectacles aux enfants et aux adolescents par le biais de l'Éducation nationale ?

(...)

Biographie de l'auteur

Daniel Picard a été durant les années 1960 le jeune président d'une association regroupant principalement des artistes chorégraphiques dont beaucoup étaient de l'Opéra de Paris. Deux présidentes d'honneur figuraient au sein du conseil d'administration, Madeleine Lafon, prestigieuse étoile de l'Opéra et Mady Mesplé, célèbre cantatrice. La disparition de Madeleine Lafon a contribué à la dissolution de l'association. Parvenu à la retraite, après plus de quarante-quatre ans de vie professionnelle bien remplie, son grand intérêt pour la danse classique a entraîné Daniel Picard à rédiger ce livre et exprimer ses inquiétudes quant à la conservation des chorégraphies d'origine et les difficultés de quelques danseuses par insuffisance du nombre de corps de ballet.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?