David Guetta

Les clients ont également acheté des articles de

Top albums (Voir les 75)


Voir les 75 albums de David Guetta

David Guetta : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 296
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de David Guetta
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

davidguetta

Whos ready for New Years Eve? Im putting together a @Spotify playlist with the best tracks of the year, what should definitely be in it?


Biographie

David Guetta est né en 1967 à Paris. Adolescent calme, il commence à s'intéresser à la musique. Mais, alors que ses petits camarades poussent leurs premiers vagissements punk en grattant frénétiquement les cordes de leurs guitares, c'est l'univers électronique qui attire déjà David, qui commence à mixer derrière des platines improvisées dès l'âge de treize ans. Le rap commence à faire son apparition timide dans l'Hexagone et les premiers disc jockeys scratchant leurs 33-tours à qui mieux mieux commencent à passer dans l'émission H.I.P.- H.O.P., présentée par Sidney, popularisant cette musique ... Lire la suite

David Guetta est né en 1967 à Paris. Adolescent calme, il commence à s'intéresser à la musique. Mais, alors que ses petits camarades poussent leurs premiers vagissements punk en grattant frénétiquement les cordes de leurs guitares, c'est l'univers électronique qui attire déjà David, qui commence à mixer derrière des platines improvisées dès l'âge de treize ans. Le rap commence à faire son apparition timide dans l'Hexagone et les premiers disc jockeys scratchant leurs 33-tours à qui mieux mieux commencent à passer dans l'émission H.I.P.- H.O.P., présentée par Sidney, popularisant cette musique sans instrument. Sampling et scratching deviennent donc deux arts dans lesquels David Guetta s'illustre bien avant l'âge adulte.

Le Troll, la Factory et le Board deviennent les trois premiers temples dans lesquels s'illustre le jeune David Guetta alors âgé de dix-sept ans. L'ère est au début des musiques électroniques et l'échantillonnage devient un style bien particulier. Popularisée dans les clubs de la capitale, l'acid-house devient une musique de référence pour une partie de la jeunesse. Comme à l'habitude, en matière de nouvelles tendances, le milieu gay est l'un des précurseurs dans le domaine.

Associé au directeur artistique freelance Kien, organisateur de soirées branchées, David Guetta rejoint ce dernier lorsque le Rex Club lui propose d'organiser les soirées Unity. S'inspirant de ce qui se fait de mieux à Londres et New York, Kien et Guetta multiplient les sets et les employeurs, passant du Rex au Central ou au Boy, alors l'un des lieux-phares du microcosme gay parisien. DJ apprécié pour son professionnalisme, David Guetta devient alors l'une des figures des nuits parisiennes, alors qu'en parallèle, un autre petit jeune commence lui aussi à se faire un nom dans le domaine de la house : Laurent Garnier.

Début 1990, Kien et David Guetta se voient approcher par les nouveaux propriétaires d'un ancien cabaret de Pigalle, transformé en club ultra-branché, les Folies Pigalle pour assurer la direction artistique de la boîte. Haut-lieu de la prostitution, le quartier Pigalle devient peu à peu clinquant et arty, dédié aux musiques parallèles et aux sonorités nouvelles. Ainsi, la Boule Noire, l'Elysée-Montmartre ou même le mythique Chat Noir d'Aristide Bruant deviennent autant de salles de concerts et de clubs à la mode, drainant une foule de plus en plus nombreuse. Désormais installé aux platines de la boîte, David Guetta n'y reste que le temps de taper dans l'oeil du nouveau propriétaire du Central, bien décidé à revaloriser cette boîte des Champs-Elysées en perdition pour en faire le Queen, haut lieu de la branchitude.

Mais les propositions affluent et, à peine débarqué aux manettes du Queen, voilà déjà David Guetta embarqué dans les valises d'une certaine Cathy, ancienne physionomiste des Bains-Douches, pour le Bataclan, une salle de concert reconvertie en temple de la techno. Les deux oiseaux de nuit se découvrent très rapidement des atomes crochus et convolent en justes noces, alors que la cote du DJ ne cesse de monter dans le milieu. Mixant pour la première fois à Ibiza en 1996, c'est grâce à l'influence de Cathy que David se découvre homme d'affaires et prend conscience que sa carrière de DJ peut lui permettre d'aller beaucoup plus loin que les simples soirées qu'il contribue à animer. 

Désormais soutenu efficacement par son épouse, David Guetta passe la surmultipliée et commence à mixer dans des festivals internationaux en plus de ses activités de businessman. Le nom « Guetta » commence a avoir un potentiel déclinable sur de multiples supports et, alors que David Guetta s'acharne sur ses platines, son épouse Cathy, en coulisses, s'occupe de faire fructifier les affaires du couple.Un premier album, Just a Little More Love, sort en 2002. Si la French touch a bonne presse, David Guetta vise clairement le public international et le hit « Love Don't Let Me Go » fait danser d'Ibiza à Londres, en passant par Amsterdam. Cet énorme carton est le prélude à une vaste opération marketing dont le nom Guetta est le produit à vendre: sortie d'un parfum au nom de Cathy, tout d'abord, puis investissement dans l'un des premiers clubs de strip-tease de la capitale, le Pink Platinum, inauguré à grands frais en présence de tout le gratin des nuits parisiennes.

Le bootleg F... Me, I'm Famous remet David Guetta dans la course lors de sa sortie, d'autant que la promo de l'album ne met plus seulement l'accent sur David le DJ, mais sur les Guetta en tant que couple et entité à part entière. La pochette de l'album, par ailleurs, évoque une sorte de Janus post-moderne, mêlant les visages de l'époux et de l'épouse. Plus qu'une femme de DJ, Cathy Guetta se pose comme le Pygmalion, la muse et surtout, la mère-poule de son mari.

En 2004, Guetta Blaster se classe honorablement, bien qu'ayant obtenu un succès un peu plus modeste que celui de Just a Little More Love. Recevant l'Award du meilleur DJ en 2005 pour le mix KissDaFunk, David Guetta voit la reconnaissance de la profession compenser quelque peu les soucis judiciaires dont il a fait l'objet. Cette récompense lui permet de rebondir en 2007 avec Pop Life, son troisième album, qui fait un tabac (ventes de disques et téléchargements légaux confondus). Multipliant les performances ici et là (mix dans un avion, à Ibiza, sur des plateaux télévisés, pour l'inauguration de clubs prestigieux aux quatre coins du monde...), David Guetta (et surtout sa femme) ont su faire d'un nom et d'une activité de loisir une entreprise rentable et fort lucrative.

En août 2009, David Guetta sort l'album One Love. Ce nouveau succès lui apporte quelques hits de plus et une notoriété planétaire, consolidée par une collaboration sur l'album best-seller des Black Eyed Peas. L'année suivante, il glane le Grammy Award du « meilleur titre dance de l'année » pour sa collaboration au titre « When Love Takes Over » de Kelly Rowland. En mai 2010, il connaît la consécration en étant élu meilleur DJ du monde aux World Music Awards à Monaco.

Pile avant l'été durant lequel il ne manque pas de faire tourner les platines des clubs les plus huppés, l'éternellement jeune DJ sort un nouvel épisode de sa série F*** Me I'm Famous: Ibiza Mix 2010. 2011 est encore une année faste pour David Guetta, invité à clore en beauté le festival des Francofolies de La Rochelle d'ordinaire plus habitué à la chanson qu'à la dance. Son impressionnant carnet d'adresses de producteur de haut vol, permet à David Guetta d'inviter Nicki Minaj, Taïo Cruz, Jessie J, ou Akon sur l'album Nothing But the Beat sorti à la fin du mois d'aôut. Chaque année, le couple Guetta donne rendez-vous à ses fans avec la série F*** Me I'm Famous. L'année 2012 ne fait pas exception avec un huitième épisode prêt à enflammer les dancefloors de la planète pendant tout l'été. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

David Guetta est né en 1967 à Paris. Adolescent calme, il commence à s'intéresser à la musique. Mais, alors que ses petits camarades poussent leurs premiers vagissements punk en grattant frénétiquement les cordes de leurs guitares, c'est l'univers électronique qui attire déjà David, qui commence à mixer derrière des platines improvisées dès l'âge de treize ans. Le rap commence à faire son apparition timide dans l'Hexagone et les premiers disc jockeys scratchant leurs 33-tours à qui mieux mieux commencent à passer dans l'émission H.I.P.- H.O.P., présentée par Sidney, popularisant cette musique sans instrument. Sampling et scratching deviennent donc deux arts dans lesquels David Guetta s'illustre bien avant l'âge adulte.

Le Troll, la Factory et le Board deviennent les trois premiers temples dans lesquels s'illustre le jeune David Guetta alors âgé de dix-sept ans. L'ère est au début des musiques électroniques et l'échantillonnage devient un style bien particulier. Popularisée dans les clubs de la capitale, l'acid-house devient une musique de référence pour une partie de la jeunesse. Comme à l'habitude, en matière de nouvelles tendances, le milieu gay est l'un des précurseurs dans le domaine.

Associé au directeur artistique freelance Kien, organisateur de soirées branchées, David Guetta rejoint ce dernier lorsque le Rex Club lui propose d'organiser les soirées Unity. S'inspirant de ce qui se fait de mieux à Londres et New York, Kien et Guetta multiplient les sets et les employeurs, passant du Rex au Central ou au Boy, alors l'un des lieux-phares du microcosme gay parisien. DJ apprécié pour son professionnalisme, David Guetta devient alors l'une des figures des nuits parisiennes, alors qu'en parallèle, un autre petit jeune commence lui aussi à se faire un nom dans le domaine de la house : Laurent Garnier.

Début 1990, Kien et David Guetta se voient approcher par les nouveaux propriétaires d'un ancien cabaret de Pigalle, transformé en club ultra-branché, les Folies Pigalle pour assurer la direction artistique de la boîte. Haut-lieu de la prostitution, le quartier Pigalle devient peu à peu clinquant et arty, dédié aux musiques parallèles et aux sonorités nouvelles. Ainsi, la Boule Noire, l'Elysée-Montmartre ou même le mythique Chat Noir d'Aristide Bruant deviennent autant de salles de concerts et de clubs à la mode, drainant une foule de plus en plus nombreuse. Désormais installé aux platines de la boîte, David Guetta n'y reste que le temps de taper dans l'oeil du nouveau propriétaire du Central, bien décidé à revaloriser cette boîte des Champs-Elysées en perdition pour en faire le Queen, haut lieu de la branchitude.

Mais les propositions affluent et, à peine débarqué aux manettes du Queen, voilà déjà David Guetta embarqué dans les valises d'une certaine Cathy, ancienne physionomiste des Bains-Douches, pour le Bataclan, une salle de concert reconvertie en temple de la techno. Les deux oiseaux de nuit se découvrent très rapidement des atomes crochus et convolent en justes noces, alors que la cote du DJ ne cesse de monter dans le milieu. Mixant pour la première fois à Ibiza en 1996, c'est grâce à l'influence de Cathy que David se découvre homme d'affaires et prend conscience que sa carrière de DJ peut lui permettre d'aller beaucoup plus loin que les simples soirées qu'il contribue à animer. 

Désormais soutenu efficacement par son épouse, David Guetta passe la surmultipliée et commence à mixer dans des festivals internationaux en plus de ses activités de businessman. Le nom « Guetta » commence a avoir un potentiel déclinable sur de multiples supports et, alors que David Guetta s'acharne sur ses platines, son épouse Cathy, en coulisses, s'occupe de faire fructifier les affaires du couple.Un premier album, Just a Little More Love, sort en 2002. Si la French touch a bonne presse, David Guetta vise clairement le public international et le hit « Love Don't Let Me Go » fait danser d'Ibiza à Londres, en passant par Amsterdam. Cet énorme carton est le prélude à une vaste opération marketing dont le nom Guetta est le produit à vendre: sortie d'un parfum au nom de Cathy, tout d'abord, puis investissement dans l'un des premiers clubs de strip-tease de la capitale, le Pink Platinum, inauguré à grands frais en présence de tout le gratin des nuits parisiennes.

Le bootleg F... Me, I'm Famous remet David Guetta dans la course lors de sa sortie, d'autant que la promo de l'album ne met plus seulement l'accent sur David le DJ, mais sur les Guetta en tant que couple et entité à part entière. La pochette de l'album, par ailleurs, évoque une sorte de Janus post-moderne, mêlant les visages de l'époux et de l'épouse. Plus qu'une femme de DJ, Cathy Guetta se pose comme le Pygmalion, la muse et surtout, la mère-poule de son mari.

En 2004, Guetta Blaster se classe honorablement, bien qu'ayant obtenu un succès un peu plus modeste que celui de Just a Little More Love. Recevant l'Award du meilleur DJ en 2005 pour le mix KissDaFunk, David Guetta voit la reconnaissance de la profession compenser quelque peu les soucis judiciaires dont il a fait l'objet. Cette récompense lui permet de rebondir en 2007 avec Pop Life, son troisième album, qui fait un tabac (ventes de disques et téléchargements légaux confondus). Multipliant les performances ici et là (mix dans un avion, à Ibiza, sur des plateaux télévisés, pour l'inauguration de clubs prestigieux aux quatre coins du monde...), David Guetta (et surtout sa femme) ont su faire d'un nom et d'une activité de loisir une entreprise rentable et fort lucrative.

En août 2009, David Guetta sort l'album One Love. Ce nouveau succès lui apporte quelques hits de plus et une notoriété planétaire, consolidée par une collaboration sur l'album best-seller des Black Eyed Peas. L'année suivante, il glane le Grammy Award du « meilleur titre dance de l'année » pour sa collaboration au titre « When Love Takes Over » de Kelly Rowland. En mai 2010, il connaît la consécration en étant élu meilleur DJ du monde aux World Music Awards à Monaco.

Pile avant l'été durant lequel il ne manque pas de faire tourner les platines des clubs les plus huppés, l'éternellement jeune DJ sort un nouvel épisode de sa série F*** Me I'm Famous: Ibiza Mix 2010. 2011 est encore une année faste pour David Guetta, invité à clore en beauté le festival des Francofolies de La Rochelle d'ordinaire plus habitué à la chanson qu'à la dance. Son impressionnant carnet d'adresses de producteur de haut vol, permet à David Guetta d'inviter Nicki Minaj, Taïo Cruz, Jessie J, ou Akon sur l'album Nothing But the Beat sorti à la fin du mois d'aôut. Chaque année, le couple Guetta donne rendez-vous à ses fans avec la série F*** Me I'm Famous. L'année 2012 ne fait pas exception avec un huitième épisode prêt à enflammer les dancefloors de la planète pendant tout l'été. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

David Guetta est né en 1967 à Paris. Adolescent calme, il commence à s'intéresser à la musique. Mais, alors que ses petits camarades poussent leurs premiers vagissements punk en grattant frénétiquement les cordes de leurs guitares, c'est l'univers électronique qui attire déjà David, qui commence à mixer derrière des platines improvisées dès l'âge de treize ans. Le rap commence à faire son apparition timide dans l'Hexagone et les premiers disc jockeys scratchant leurs 33-tours à qui mieux mieux commencent à passer dans l'émission H.I.P.- H.O.P., présentée par Sidney, popularisant cette musique sans instrument. Sampling et scratching deviennent donc deux arts dans lesquels David Guetta s'illustre bien avant l'âge adulte.

Le Troll, la Factory et le Board deviennent les trois premiers temples dans lesquels s'illustre le jeune David Guetta alors âgé de dix-sept ans. L'ère est au début des musiques électroniques et l'échantillonnage devient un style bien particulier. Popularisée dans les clubs de la capitale, l'acid-house devient une musique de référence pour une partie de la jeunesse. Comme à l'habitude, en matière de nouvelles tendances, le milieu gay est l'un des précurseurs dans le domaine.

Associé au directeur artistique freelance Kien, organisateur de soirées branchées, David Guetta rejoint ce dernier lorsque le Rex Club lui propose d'organiser les soirées Unity. S'inspirant de ce qui se fait de mieux à Londres et New York, Kien et Guetta multiplient les sets et les employeurs, passant du Rex au Central ou au Boy, alors l'un des lieux-phares du microcosme gay parisien. DJ apprécié pour son professionnalisme, David Guetta devient alors l'une des figures des nuits parisiennes, alors qu'en parallèle, un autre petit jeune commence lui aussi à se faire un nom dans le domaine de la house : Laurent Garnier.

Début 1990, Kien et David Guetta se voient approcher par les nouveaux propriétaires d'un ancien cabaret de Pigalle, transformé en club ultra-branché, les Folies Pigalle pour assurer la direction artistique de la boîte. Haut-lieu de la prostitution, le quartier Pigalle devient peu à peu clinquant et arty, dédié aux musiques parallèles et aux sonorités nouvelles. Ainsi, la Boule Noire, l'Elysée-Montmartre ou même le mythique Chat Noir d'Aristide Bruant deviennent autant de salles de concerts et de clubs à la mode, drainant une foule de plus en plus nombreuse. Désormais installé aux platines de la boîte, David Guetta n'y reste que le temps de taper dans l'oeil du nouveau propriétaire du Central, bien décidé à revaloriser cette boîte des Champs-Elysées en perdition pour en faire le Queen, haut lieu de la branchitude.

Mais les propositions affluent et, à peine débarqué aux manettes du Queen, voilà déjà David Guetta embarqué dans les valises d'une certaine Cathy, ancienne physionomiste des Bains-Douches, pour le Bataclan, une salle de concert reconvertie en temple de la techno. Les deux oiseaux de nuit se découvrent très rapidement des atomes crochus et convolent en justes noces, alors que la cote du DJ ne cesse de monter dans le milieu. Mixant pour la première fois à Ibiza en 1996, c'est grâce à l'influence de Cathy que David se découvre homme d'affaires et prend conscience que sa carrière de DJ peut lui permettre d'aller beaucoup plus loin que les simples soirées qu'il contribue à animer. 

Désormais soutenu efficacement par son épouse, David Guetta passe la surmultipliée et commence à mixer dans des festivals internationaux en plus de ses activités de businessman. Le nom « Guetta » commence a avoir un potentiel déclinable sur de multiples supports et, alors que David Guetta s'acharne sur ses platines, son épouse Cathy, en coulisses, s'occupe de faire fructifier les affaires du couple.Un premier album, Just a Little More Love, sort en 2002. Si la French touch a bonne presse, David Guetta vise clairement le public international et le hit « Love Don't Let Me Go » fait danser d'Ibiza à Londres, en passant par Amsterdam. Cet énorme carton est le prélude à une vaste opération marketing dont le nom Guetta est le produit à vendre: sortie d'un parfum au nom de Cathy, tout d'abord, puis investissement dans l'un des premiers clubs de strip-tease de la capitale, le Pink Platinum, inauguré à grands frais en présence de tout le gratin des nuits parisiennes.

Le bootleg F... Me, I'm Famous remet David Guetta dans la course lors de sa sortie, d'autant que la promo de l'album ne met plus seulement l'accent sur David le DJ, mais sur les Guetta en tant que couple et entité à part entière. La pochette de l'album, par ailleurs, évoque une sorte de Janus post-moderne, mêlant les visages de l'époux et de l'épouse. Plus qu'une femme de DJ, Cathy Guetta se pose comme le Pygmalion, la muse et surtout, la mère-poule de son mari.

En 2004, Guetta Blaster se classe honorablement, bien qu'ayant obtenu un succès un peu plus modeste que celui de Just a Little More Love. Recevant l'Award du meilleur DJ en 2005 pour le mix KissDaFunk, David Guetta voit la reconnaissance de la profession compenser quelque peu les soucis judiciaires dont il a fait l'objet. Cette récompense lui permet de rebondir en 2007 avec Pop Life, son troisième album, qui fait un tabac (ventes de disques et téléchargements légaux confondus). Multipliant les performances ici et là (mix dans un avion, à Ibiza, sur des plateaux télévisés, pour l'inauguration de clubs prestigieux aux quatre coins du monde...), David Guetta (et surtout sa femme) ont su faire d'un nom et d'une activité de loisir une entreprise rentable et fort lucrative.

En août 2009, David Guetta sort l'album One Love. Ce nouveau succès lui apporte quelques hits de plus et une notoriété planétaire, consolidée par une collaboration sur l'album best-seller des Black Eyed Peas. L'année suivante, il glane le Grammy Award du « meilleur titre dance de l'année » pour sa collaboration au titre « When Love Takes Over » de Kelly Rowland. En mai 2010, il connaît la consécration en étant élu meilleur DJ du monde aux World Music Awards à Monaco.

Pile avant l'été durant lequel il ne manque pas de faire tourner les platines des clubs les plus huppés, l'éternellement jeune DJ sort un nouvel épisode de sa série F*** Me I'm Famous: Ibiza Mix 2010. 2011 est encore une année faste pour David Guetta, invité à clore en beauté le festival des Francofolies de La Rochelle d'ordinaire plus habitué à la chanson qu'à la dance. Son impressionnant carnet d'adresses de producteur de haut vol, permet à David Guetta d'inviter Nicki Minaj, Taïo Cruz, Jessie J, ou Akon sur l'album Nothing But the Beat sorti à la fin du mois d'aôut. Chaque année, le couple Guetta donne rendez-vous à ses fans avec la série F*** Me I'm Famous. L'année 2012 ne fait pas exception avec un huitième épisode prêt à enflammer les dancefloors de la planète pendant tout l'été. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page