David Hallyday


David Hallyday : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 118
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de David Hallyday

Biographie

La famille Smet

Né le 14 août 1966 à Boulogne-Billancourt, David Smet, dit Hallyday est, ce n'est guère une surprise, le fils de Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday et de Sylvie Vartanian, dite Vartan. Fils du couple vedette de chanteurs yé-yés, David est une vedette avant même sa naissance : sa mère prendra longtemps soin de le protéger des paparazzi. Grandissant dans un foyer de stars surbookées, avec un père souvent absent, David « Hallyday » prend néanmoins goût à la musique, et révèle vite des dons de batteur. Son enfance est faite d'allers-retours entre la France et les ... Lire la suite

La famille Smet

Né le 14 août 1966 à Boulogne-Billancourt, David Smet, dit Hallyday est, ce n'est guère une surprise, le fils de Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday et de Sylvie Vartanian, dite Vartan. Fils du couple vedette de chanteurs yé-yés, David est une vedette avant même sa naissance : sa mère prendra longtemps soin de le protéger des paparazzi. Grandissant dans un foyer de stars surbookées, avec un père souvent absent, David « Hallyday » prend néanmoins goût à la musique, et révèle vite des dons de batteur. Son enfance est faite d'allers-retours entre la France et les Etats-Unis, où Johnny et Sylvie ont fait l'acquisition d'une maison, et où il finit par y faire une partie de sa scolarité.

David Hallyday fait sa première apparition sur scène en 1979, pour un spectacle donné à l'occasion des vingt ans de carrière de son père : à la surprise de Johnny, le fiston intervient dans le spectacle pour accompagner son père à la batterie le temps d'un morceau. Mais le divorce de ses parents, l'année suivante, va entraîner une cassure dans la vie de David, qui suit sa mère aux Etats-Unis et voit se distendre d'autant plus ses relations avec son père. Devenu un vrai gamin californien, il est élevé au sein de la tribu Vartan, où il côtoie notamment son cousin Michael, qui atteindra plus tard le vedettariat comme acteur dans la série Alias. Sa mère et sa grand-mère maternelle, des Bulgares « durs à cuire » qui auront quelque peu tendance à l'étouffer, lui apporteront une certaine stabilité morale.

Scotti et frères

En grandissant, il ne perd pas goût à la musique et forme un groupe avec des amis, les Weekenders. Sa mère n'est, initialement, pas ravie de le voir se diriger vers le monde du spectacle et lui fait rater une occasion qui aurait pu s'avérer fructueuse : en 1983, David Hallyday, qui a seize ans, est repéré par le groupe Duran Duran, qui cherche un nouveau batteur, mais sa mère refuse. Excédé, l'adolescent quitte la maison, mais finit par revenir une fois sa scolarité achevée, et fait son entrée dans l'industrie musicale par la toute petite porte, en tenant un emploi de manutentionnaire dans la société Scotti Brothers Records, tenue par le nouveau mari de sa mère, le producteur américain Tony Scotti.

C'est ce même Tony Scotti qui va lancer David Hallyday sur le marché musical : sa mère, acceptant finalement de soutenir les ambitions artistiques de son fils, met même sa carrière entre parenthèses durant quelques années pour le soutenir. En 1987, Tony Scotti produit la comédie He's My Girl, et confie à David l'un des rôles masculins principaux, ainsi que l'écriture de deux chansons pour le film. He's My Girl ne marque pas l'histoire du cinéma (il ne sortira d'ailleurs qu'en VHS en France, malgré le succès au Top 50 du single « He's My Girl »), mais il permet à David Hallyday de se faire remarquer avec deux tubes, la chanson-titre du film et « Church of the Poison Spider ». Parfaitement bilingue, s'adressant au public américain, David Hallyday chante en anglais. Il sort l'année suivante son premier album, True Cool, qui remporte un succès international, notamment grâce au single « High ». Durant la promotion de son album en France, David Hallyday rencontre le mannequin Estelle Lefébure, qui deviendra son épouse, au grand bonheur de la presse people.

Dans les années 1990, David Hallyday a un peu plus de mal à s'imposer auprès du public français : passée la surprise de découvrir le fils de Johnny chantant en anglais, les fans de l'éternelle idole des jeunes ne l'adoptent pas vraiment, car son rock un peu lisse et son choix de la langue de Shakespeare ne convainquent pas. Le chanteur a même du mal à trouver un label français et peine à promouvoir son second album Rock 'N' Heart (1990), ses concerts français n'attirant pas les foules. Alors que les médias français ne s'intéressent qu'à son épouse, David Hallyday passe du statut de « fils de Johnny » à celui de « mari d'Estelle ». Le jeune chanteur s'accroche tout de même et enregistre un album live à Paris lors de son passage à La Cigale en 1991, qui sort l'année suivante.

Entre deux rives

En 1993, avec le concours prestigieux de Gérard Manset, il enregistre sa première chanson en français, le single « Héros », allusion à peine voilée à un père aussi distant qu'écrasant, avec lequel il a fini par se réconcilier. Mais l'anglais demeure la langue privilégiée du chanteur. Le public français n'accroche toujours pas et l'album, qu'il enregistre avec son groupe, Blind Fish (David Hallyday and Blind Fish, 1997) ne remporte guère de succès. Nouveau groupe, Novocaine, et nouvel album - du même nom - en 1997 : en France, on est passé de l'échec au silence total, le disque n'y étant même pas sorti. Le chanteur mène cependant bien sa barque, continuant tranquillement de chanter aux Etats-Unis, tout en composant pour les autres : il collabore en 1998 à l'album de sa mère, Sensible, et l'année suivante à celui de son père, Sang Pour Sang, dont il compose toutes les musiques, convainquant autant la critique que le public. On le verra au fil des ans écrire des mélodies pour divers artistes, notamment Florent Pagny, Tina Arena ou Emma Daumas.

Mais entre-temps, dans le sillage du succès de Sang Pour Sang, David Hallyday sort son premier album entièrement en français, Un Paradis / Un Enfer. Ayant adapté son style de chant à la langue française, soutenu par des textes écrits par de grands noms comme Zazie et Lionel Florence, David Hallyday s'impose enfin dans le registre de la variété pop-rock francophone. « Pour toi » et « Tu ne m'as pas laissé le temps » sont des tubes venant couronner le succès d'un album primé aux NRJ Music Awards. Première tournée hexagonale en 2000 pour David Hallyday, qui s'est enfin fait un prénom ; le chanteur se permet en outre de se consacrer un peu plus à sa passion pour la course automobile, dont il devient en 2001 champion de France en catégorie GT.

Séparé, puis divorcé de sa femme, David Hallyday compense ses déboires privés par une ribambelle de succès professionnels. En 2002, il sort un nouvel album, Révélation et compose un titre sur le nouvel album de son père (« A la vie à la mort » sur l'album Arrêter Le Temps). Par ailleurs, il interprète la voix du personnage principal dans la version française du dessin animé Disney La Planète au trésor, dont il compose la chanson principale, « Un homme libre ». Après un nouvel album rock en 2004, Satellite, David Hallyday sort en 2007 un album simplement intitulé, David Hallyday, aux textes très personnels, manière de souligner le tardif mais magistral accomplissement d'un quadragénaire encore très juvénile. Finalement, la malédiction du « fils de » peut quelquefois être brillamment surmontée.

En 2008, David Hallyday crée sa propre société de production de cinéma DHCV Productions avec pour associé Cyril Viguier. En mars 2010 sort son dixième album Un Nouveau Monde, précédé du duo « On se fait peur » avec sa soeur Laura Smet. Un album co-écrit par Pierre-Dominique Burgaud qui ne contient qu'un titre chanté en anglais et accueille également Grand Corps Malade pour « New York City (Moi je) » et Emma Daumas sur le titre « Ma dernière séance ». Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

La famille Smet

Né le 14 août 1966 à Boulogne-Billancourt, David Smet, dit Hallyday est, ce n'est guère une surprise, le fils de Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday et de Sylvie Vartanian, dite Vartan. Fils du couple vedette de chanteurs yé-yés, David est une vedette avant même sa naissance : sa mère prendra longtemps soin de le protéger des paparazzi. Grandissant dans un foyer de stars surbookées, avec un père souvent absent, David « Hallyday » prend néanmoins goût à la musique, et révèle vite des dons de batteur. Son enfance est faite d'allers-retours entre la France et les Etats-Unis, où Johnny et Sylvie ont fait l'acquisition d'une maison, et où il finit par y faire une partie de sa scolarité.

David Hallyday fait sa première apparition sur scène en 1979, pour un spectacle donné à l'occasion des vingt ans de carrière de son père : à la surprise de Johnny, le fiston intervient dans le spectacle pour accompagner son père à la batterie le temps d'un morceau. Mais le divorce de ses parents, l'année suivante, va entraîner une cassure dans la vie de David, qui suit sa mère aux Etats-Unis et voit se distendre d'autant plus ses relations avec son père. Devenu un vrai gamin californien, il est élevé au sein de la tribu Vartan, où il côtoie notamment son cousin Michael, qui atteindra plus tard le vedettariat comme acteur dans la série Alias. Sa mère et sa grand-mère maternelle, des Bulgares « durs à cuire » qui auront quelque peu tendance à l'étouffer, lui apporteront une certaine stabilité morale.

Scotti et frères

En grandissant, il ne perd pas goût à la musique et forme un groupe avec des amis, les Weekenders. Sa mère n'est, initialement, pas ravie de le voir se diriger vers le monde du spectacle et lui fait rater une occasion qui aurait pu s'avérer fructueuse : en 1983, David Hallyday, qui a seize ans, est repéré par le groupe Duran Duran, qui cherche un nouveau batteur, mais sa mère refuse. Excédé, l'adolescent quitte la maison, mais finit par revenir une fois sa scolarité achevée, et fait son entrée dans l'industrie musicale par la toute petite porte, en tenant un emploi de manutentionnaire dans la société Scotti Brothers Records, tenue par le nouveau mari de sa mère, le producteur américain Tony Scotti.

C'est ce même Tony Scotti qui va lancer David Hallyday sur le marché musical : sa mère, acceptant finalement de soutenir les ambitions artistiques de son fils, met même sa carrière entre parenthèses durant quelques années pour le soutenir. En 1987, Tony Scotti produit la comédie He's My Girl, et confie à David l'un des rôles masculins principaux, ainsi que l'écriture de deux chansons pour le film. He's My Girl ne marque pas l'histoire du cinéma (il ne sortira d'ailleurs qu'en VHS en France, malgré le succès au Top 50 du single « He's My Girl »), mais il permet à David Hallyday de se faire remarquer avec deux tubes, la chanson-titre du film et « Church of the Poison Spider ». Parfaitement bilingue, s'adressant au public américain, David Hallyday chante en anglais. Il sort l'année suivante son premier album, True Cool, qui remporte un succès international, notamment grâce au single « High ». Durant la promotion de son album en France, David Hallyday rencontre le mannequin Estelle Lefébure, qui deviendra son épouse, au grand bonheur de la presse people.

Dans les années 1990, David Hallyday a un peu plus de mal à s'imposer auprès du public français : passée la surprise de découvrir le fils de Johnny chantant en anglais, les fans de l'éternelle idole des jeunes ne l'adoptent pas vraiment, car son rock un peu lisse et son choix de la langue de Shakespeare ne convainquent pas. Le chanteur a même du mal à trouver un label français et peine à promouvoir son second album Rock 'N' Heart (1990), ses concerts français n'attirant pas les foules. Alors que les médias français ne s'intéressent qu'à son épouse, David Hallyday passe du statut de « fils de Johnny » à celui de « mari d'Estelle ». Le jeune chanteur s'accroche tout de même et enregistre un album live à Paris lors de son passage à La Cigale en 1991, qui sort l'année suivante.

Entre deux rives

En 1993, avec le concours prestigieux de Gérard Manset, il enregistre sa première chanson en français, le single « Héros », allusion à peine voilée à un père aussi distant qu'écrasant, avec lequel il a fini par se réconcilier. Mais l'anglais demeure la langue privilégiée du chanteur. Le public français n'accroche toujours pas et l'album, qu'il enregistre avec son groupe, Blind Fish (David Hallyday and Blind Fish, 1997) ne remporte guère de succès. Nouveau groupe, Novocaine, et nouvel album - du même nom - en 1997 : en France, on est passé de l'échec au silence total, le disque n'y étant même pas sorti. Le chanteur mène cependant bien sa barque, continuant tranquillement de chanter aux Etats-Unis, tout en composant pour les autres : il collabore en 1998 à l'album de sa mère, Sensible, et l'année suivante à celui de son père, Sang Pour Sang, dont il compose toutes les musiques, convainquant autant la critique que le public. On le verra au fil des ans écrire des mélodies pour divers artistes, notamment Florent Pagny, Tina Arena ou Emma Daumas.

Mais entre-temps, dans le sillage du succès de Sang Pour Sang, David Hallyday sort son premier album entièrement en français, Un Paradis / Un Enfer. Ayant adapté son style de chant à la langue française, soutenu par des textes écrits par de grands noms comme Zazie et Lionel Florence, David Hallyday s'impose enfin dans le registre de la variété pop-rock francophone. « Pour toi » et « Tu ne m'as pas laissé le temps » sont des tubes venant couronner le succès d'un album primé aux NRJ Music Awards. Première tournée hexagonale en 2000 pour David Hallyday, qui s'est enfin fait un prénom ; le chanteur se permet en outre de se consacrer un peu plus à sa passion pour la course automobile, dont il devient en 2001 champion de France en catégorie GT.

Séparé, puis divorcé de sa femme, David Hallyday compense ses déboires privés par une ribambelle de succès professionnels. En 2002, il sort un nouvel album, Révélation et compose un titre sur le nouvel album de son père (« A la vie à la mort » sur l'album Arrêter Le Temps). Par ailleurs, il interprète la voix du personnage principal dans la version française du dessin animé Disney La Planète au trésor, dont il compose la chanson principale, « Un homme libre ». Après un nouvel album rock en 2004, Satellite, David Hallyday sort en 2007 un album simplement intitulé, David Hallyday, aux textes très personnels, manière de souligner le tardif mais magistral accomplissement d'un quadragénaire encore très juvénile. Finalement, la malédiction du « fils de » peut quelquefois être brillamment surmontée.

En 2008, David Hallyday crée sa propre société de production de cinéma DHCV Productions avec pour associé Cyril Viguier. En mars 2010 sort son dixième album Un Nouveau Monde, précédé du duo « On se fait peur » avec sa soeur Laura Smet. Un album co-écrit par Pierre-Dominique Burgaud qui ne contient qu'un titre chanté en anglais et accueille également Grand Corps Malade pour « New York City (Moi je) » et Emma Daumas sur le titre « Ma dernière séance ». Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

La famille Smet

Né le 14 août 1966 à Boulogne-Billancourt, David Smet, dit Hallyday est, ce n'est guère une surprise, le fils de Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday et de Sylvie Vartanian, dite Vartan. Fils du couple vedette de chanteurs yé-yés, David est une vedette avant même sa naissance : sa mère prendra longtemps soin de le protéger des paparazzi. Grandissant dans un foyer de stars surbookées, avec un père souvent absent, David « Hallyday » prend néanmoins goût à la musique, et révèle vite des dons de batteur. Son enfance est faite d'allers-retours entre la France et les Etats-Unis, où Johnny et Sylvie ont fait l'acquisition d'une maison, et où il finit par y faire une partie de sa scolarité.

David Hallyday fait sa première apparition sur scène en 1979, pour un spectacle donné à l'occasion des vingt ans de carrière de son père : à la surprise de Johnny, le fiston intervient dans le spectacle pour accompagner son père à la batterie le temps d'un morceau. Mais le divorce de ses parents, l'année suivante, va entraîner une cassure dans la vie de David, qui suit sa mère aux Etats-Unis et voit se distendre d'autant plus ses relations avec son père. Devenu un vrai gamin californien, il est élevé au sein de la tribu Vartan, où il côtoie notamment son cousin Michael, qui atteindra plus tard le vedettariat comme acteur dans la série Alias. Sa mère et sa grand-mère maternelle, des Bulgares « durs à cuire » qui auront quelque peu tendance à l'étouffer, lui apporteront une certaine stabilité morale.

Scotti et frères

En grandissant, il ne perd pas goût à la musique et forme un groupe avec des amis, les Weekenders. Sa mère n'est, initialement, pas ravie de le voir se diriger vers le monde du spectacle et lui fait rater une occasion qui aurait pu s'avérer fructueuse : en 1983, David Hallyday, qui a seize ans, est repéré par le groupe Duran Duran, qui cherche un nouveau batteur, mais sa mère refuse. Excédé, l'adolescent quitte la maison, mais finit par revenir une fois sa scolarité achevée, et fait son entrée dans l'industrie musicale par la toute petite porte, en tenant un emploi de manutentionnaire dans la société Scotti Brothers Records, tenue par le nouveau mari de sa mère, le producteur américain Tony Scotti.

C'est ce même Tony Scotti qui va lancer David Hallyday sur le marché musical : sa mère, acceptant finalement de soutenir les ambitions artistiques de son fils, met même sa carrière entre parenthèses durant quelques années pour le soutenir. En 1987, Tony Scotti produit la comédie He's My Girl, et confie à David l'un des rôles masculins principaux, ainsi que l'écriture de deux chansons pour le film. He's My Girl ne marque pas l'histoire du cinéma (il ne sortira d'ailleurs qu'en VHS en France, malgré le succès au Top 50 du single « He's My Girl »), mais il permet à David Hallyday de se faire remarquer avec deux tubes, la chanson-titre du film et « Church of the Poison Spider ». Parfaitement bilingue, s'adressant au public américain, David Hallyday chante en anglais. Il sort l'année suivante son premier album, True Cool, qui remporte un succès international, notamment grâce au single « High ». Durant la promotion de son album en France, David Hallyday rencontre le mannequin Estelle Lefébure, qui deviendra son épouse, au grand bonheur de la presse people.

Dans les années 1990, David Hallyday a un peu plus de mal à s'imposer auprès du public français : passée la surprise de découvrir le fils de Johnny chantant en anglais, les fans de l'éternelle idole des jeunes ne l'adoptent pas vraiment, car son rock un peu lisse et son choix de la langue de Shakespeare ne convainquent pas. Le chanteur a même du mal à trouver un label français et peine à promouvoir son second album Rock 'N' Heart (1990), ses concerts français n'attirant pas les foules. Alors que les médias français ne s'intéressent qu'à son épouse, David Hallyday passe du statut de « fils de Johnny » à celui de « mari d'Estelle ». Le jeune chanteur s'accroche tout de même et enregistre un album live à Paris lors de son passage à La Cigale en 1991, qui sort l'année suivante.

Entre deux rives

En 1993, avec le concours prestigieux de Gérard Manset, il enregistre sa première chanson en français, le single « Héros », allusion à peine voilée à un père aussi distant qu'écrasant, avec lequel il a fini par se réconcilier. Mais l'anglais demeure la langue privilégiée du chanteur. Le public français n'accroche toujours pas et l'album, qu'il enregistre avec son groupe, Blind Fish (David Hallyday and Blind Fish, 1997) ne remporte guère de succès. Nouveau groupe, Novocaine, et nouvel album - du même nom - en 1997 : en France, on est passé de l'échec au silence total, le disque n'y étant même pas sorti. Le chanteur mène cependant bien sa barque, continuant tranquillement de chanter aux Etats-Unis, tout en composant pour les autres : il collabore en 1998 à l'album de sa mère, Sensible, et l'année suivante à celui de son père, Sang Pour Sang, dont il compose toutes les musiques, convainquant autant la critique que le public. On le verra au fil des ans écrire des mélodies pour divers artistes, notamment Florent Pagny, Tina Arena ou Emma Daumas.

Mais entre-temps, dans le sillage du succès de Sang Pour Sang, David Hallyday sort son premier album entièrement en français, Un Paradis / Un Enfer. Ayant adapté son style de chant à la langue française, soutenu par des textes écrits par de grands noms comme Zazie et Lionel Florence, David Hallyday s'impose enfin dans le registre de la variété pop-rock francophone. « Pour toi » et « Tu ne m'as pas laissé le temps » sont des tubes venant couronner le succès d'un album primé aux NRJ Music Awards. Première tournée hexagonale en 2000 pour David Hallyday, qui s'est enfin fait un prénom ; le chanteur se permet en outre de se consacrer un peu plus à sa passion pour la course automobile, dont il devient en 2001 champion de France en catégorie GT.

Séparé, puis divorcé de sa femme, David Hallyday compense ses déboires privés par une ribambelle de succès professionnels. En 2002, il sort un nouvel album, Révélation et compose un titre sur le nouvel album de son père (« A la vie à la mort » sur l'album Arrêter Le Temps). Par ailleurs, il interprète la voix du personnage principal dans la version française du dessin animé Disney La Planète au trésor, dont il compose la chanson principale, « Un homme libre ». Après un nouvel album rock en 2004, Satellite, David Hallyday sort en 2007 un album simplement intitulé, David Hallyday, aux textes très personnels, manière de souligner le tardif mais magistral accomplissement d'un quadragénaire encore très juvénile. Finalement, la malédiction du « fils de » peut quelquefois être brillamment surmontée.

En 2008, David Hallyday crée sa propre société de production de cinéma DHCV Productions avec pour associé Cyril Viguier. En mars 2010 sort son dixième album Un Nouveau Monde, précédé du duo « On se fait peur » avec sa soeur Laura Smet. Un album co-écrit par Pierre-Dominique Burgaud qui ne contient qu'un titre chanté en anglais et accueille également Grand Corps Malade pour « New York City (Moi je) » et Emma Daumas sur le titre « Ma dernière séance ». Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page