undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles17
3,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 décembre 2010
En entamant ma lecture de Days, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et, une fois la dernière page tournée, j'étais sonné.
Ce roman de James Lovegrove est une véritable réussite, une critique de notre société de consommation qui touche au but, mais tout en finesse. Voici un auteur que je ne connaissais pas et auquel je vais m'intéresser de très près...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2007
Le sujet est simple et peut aisément être peau de banane : une journée dans un centre commercial gigantesque. On y suit plusieurs personnes qui ce jour là s'interrogent sur le sens de leur existence par rapport à cet univers tentaculaire. On trouve l'employé de sécurité qui veut démissionner pour retrouver enfin son identité, la toute nouvelle cliente qui affronte tant bien que mal les us et coutumes du magasin, l'ancienne cliente reléguée au rang de passagère clandestine, la chef de rayon littérature qui se prend pour Jeanne d'Arc et surtout les impayables 7 frères aux commandes de ce paquebot.
Le thème n'est pas neuf, et pourtant il est traité ici à la fois sans pitié et avec légereté. Certaines scènes sont hilarantes, alors que d'autres nous font nous interroger sur notre société de consommation, sans jamais tomber dans un travers moralisateur barbant. Dans un style très différent et moins riche littérairement parlant, on retrouve un petit quelquechose qui fait penser à Zola et son Au Bonheur des Dames.

Bref, ce roman est un digne et même très digne représentant de la SF, sans vaisseau spacial, ni monstre impitoyable.

Faut-il le lire ? Oui. 7 fois oui...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Days est une agréable surprise, un moment de lecture jubilatoire, noir (ou plutôt d'un gris londonien) et dérangeant. Plonger dans un magasin où les soldes donnent lieux à des émeutes sanglantes Où être client est une fin en soit qui est un rêve inaccessible pour la plupart des individus qui à la place se contentent de passer leur journées (et leurs nuits collés aux vitrines...). Où les membres de la sécurité tiennent un peu trop du swat Mais quels peuvent donc être les marchandises capables de susciter tant d'émotions...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2007
On se croirait dans la vie de monsieur tout le monde à quelques détails près: un magasin dont le logo est omniprésent dans la vie de ses "serviteurs"...euh pardon "clients", un personnel au bord de la crise de nerfs qui rêvent de retraite impossible et ne parvient plus à se regarder ni même à se voir dans un miroir.

De la belle science fiction où le réel et le fantastique se mélange avec grand art. On se pose forcément des questions sur notre vie de consommateur. on la compare à celle des habitués du "plus beau gigastore du monde" qui nous rappellent finalement beaucoup les nôtres.

Les chapitres sont courts et bien découpés, les descriptions posent un rythme proche de la perfection entre action et réflexion.

Un roman qui ravira autant les amoureux de science fiction que les amateur de sociologie éclairée.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Écrit en 1997, mais publié seulement en 2005 en France, le thème de ce roman est toujours brulant d'actualité et sa relative ancienneté ne doit surtout pas freiner le lecteur potentiel.
Sorte de "1984" version consumériste, une critique de la société de consommation à outrance poussée jusqu'à l'absurde. Une version effrayante, tout en restant accessible, de ce que pourrait devenir très vite l'être humain ; humain incapable de se défaire de ses pulsions de consommation et devenu totalement prisonnier.
Le propos est fort, l'histoire lente mais ludique, l'univers crédible et intemporel, le style à la fois moderne et délicieusement suranné.
Une expérience différente de lecture, qui n'en met pas plein la vue et qui fait réfléchir.
Lovegrove est un réel conteur des temps modernes.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2013
Tout peut être mis en rayon et tout ce qui est mis en rayon peut être vendu ! C’est en se basant sur cette maxime que le magasin Days, le plus grand et le plus beau gigastore d'Europe, a été construit. Fort de ses 666 rayons, le magasin reçoit chaque jour des milliers de visiteurs détenteurs de cartes Gold, Silver ou Aluminium, tous conscients de leur position d’heureux privilégiés. Car dans un monde où la pauvreté est partout, où tout va à vaut-de-l'eau en politique comme en économie, être client chez Days n’est pas seulement une commodité, c’est un rêve, le fantasme de millions de petits travailleurs désireux de s’élever au-dessus de leur caste sociale. Et ce rêve, Laura et Gordon Trivett viennent enfin de le réaliser ! Ce jeudi, ils vont mettre pour la première fois les pieds dans l’enceinte sacrée du magasin, participer aux émoustillantes ventes flash et accéder à ce statut envié de tous, celui de consommateur.

Mais si certaines personnes brûlent d’entrer dans le magasin, d’autres n’ont qu’une envie, le quitter. C’est le cas de Franck, membre du service de sécurité de Days et si habitué à fondre sa personnalité dans celle du gigastore qu’il ne distingue même plus son reflet dans les miroirs. Avant de se perdre totalement, Franck décide de prendre la fuite : ce jeudi sera son dernier jour dans le magasin. Mais tout ne se passe pas comme prévu, pour les uns comme pour les autres. Car des rumeurs d’insurrection grondent dans les entrailles de Days... Le rayon des livres a déclaré la guerre à celui de l’informatique qui ne cesse de lui voler des clients et de l’espace de vente, un conflit que les sept directeurs de Days – les sept fils de Septimus Days, fondateur du magasin – ont trop longtemps ignoré, absorbés qu’ils étaient par leurs rivalités fraternelles. Pour défendre la cause de la Littérature et se venger du gigastore qui récompense si mal ses années de loyaux services, la directrice du rayon des livres est prête à toutes les extrémités, même les pires…

Si ce livre me fait penser à un film, c’est bien à « Brazil » de Terry Gilliam, mais là où le réalisateur américain s’attaquait avec un humour noir ravageur aux dérives de la bureaucratie, Lovegrove, lui, prend pour cible le consumérisme à outrance. Les deux œuvres ont en commun le même humour grinçant, la même foudre satirique, le même goût pour l’absurde et la même cruauté acide. Véritable temple dédié au dieu Argent, le gigastore Days est une jungle, un monde impitoyable où les plus forts dévorent sans trêve ni complexe les plus faibles, où des jeunes fils de riches balafrent le visage de pauvres bourgeois du bord aiguisé de leurs cartes Gold pour le simple plaisir de prouver leur prééminence sociale. Roman à la fois inquiétant et jubilatoire, « Days » s’avère un digne héritier de « Fahrenheit 451 » de Bradbury et de « 1984 » d’Orwell.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 21 novembre 2008
Ce livre décrit ce que la société de consommation peut produire de pire, c'est à dire exacerber la passion de la possession jusqu'à ce que les digues de la dignité humaine soient rompues. Comme dans tout livre d'anticipation, "Days" se fonde sur des éléments actuels et pousse la logique jusque dans ses retranchements absurdes.

La technique romanesque repose sur plusieurs itinéraires qui se croisent et se rejoignent à la fin du livre, pour le meilleur et pour le pire. L'action est dynamique, le temps mort inexistant et on parcourt les allées de ce magasin avec autant de fascination que d'effarement.

Un très bon bouquin qui fait que l'on va regarder différemment la carte de fidélité gardée au chaud dans le portefeuille.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2010
Ce livre est l'un des premiers d'anticipation que j'ai lu et que puis-je dire, à part que j'ai adoré !
Ce livre narre l'histoire de Franck, un employé du magasin Days, un Superstore où tout se vends et quand je dis tout, c'est de la chose la plus inutile à celle la plus incongrue. Ce livre est une critique sur notre société de consommation, on peut suivre l'histoire de ces personnages que se croisent dans ce temple des achats, qui s'endettent, qui s'aiment, qui se font la guerre... Un livre qui pousse à réfléchir de la place que l'on accorde aux achats, où le "je suis ce que je possède" semble prendre une belle part dans notre vie quotidienne.
Un livre à lire et qui porte à réflexion.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Au Bonheur des Dames" (Emile Zola) ne semble pas très loin dans ce superbe roman d'anticipation .
Septimus Day a fondé "DAYS"; le plus beau gigastore du monde, un Temple de la consommation ou tous les coups sont permis pour vendre et vendre encore.
Les 7 fils du fondateur ont repris les rennes et dirigent le magasin comme une Nation, avec ses propres lois.
Une ligne de conduite unique: la recherche du profit et de l'abondance.
L'humain n'a pas sa place. Il n'est qu'un mouton qui vit pour consommer.
Pour fuir la folie généralisée, la fureur animale, il faut partir, dire non, se révolter. Une décision difficile à prendre et effrayante.

Une oeuvre intelligente sur le comportement grégaire de l'homme, sa bestialité et sa soumission.
Résister, "casser le cercle infernal" est rare.
L'auteur referme néanmoins son livre avec l'Espoir .
La rédemption pour certains, l'Amour pour d'autres, la mort aussi.
Malheureusement pas (plus) une oeuvre d'anticipation !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2014
très bien écrit ou très bien traduit ou les deux.
ce "Days" se déguste vraiment très bien.
mais si vous recherchez de la SF pure et dure , passez votre chemin.
Ce n'était pas ce que je cherchais , ni ce à quoi je m'attendais mais j'ai quand même pris énormément de plaisir à lire ce livre.
En effet , il fais moins de 500 pages et est de ces genres de livres dont on prend plaisir tout au long de la lecture ; et pas comme de trop nombreux autres où l'on s'ennuie pendant des centaines de pages pour en prendre plein la vue juste à la fin .
Bref , ce n'est pas mon style mais j'ai été agréablement surpris sans toutefois "monter au plafond".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,00 €
7,10 €
11,00 €
8,20 €