undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Beauty nav_egg15 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Gifts
1 neuf à partir de EUR 189,00
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Deadwood: L'integrale des saisons 1 à 3 - Coffret 12 DVD [Import belge]

27 commentaires client

1 neuf à partir de EUR 189,00

Guide d'idées cadeaux divertissement
Guide d'idées cadeaux divertissement
Découvrez plus de 500 idées cadeaux livres, DVD & Blu-ray, jeux vidéos ainsi que musique sélectionnés par les équipes d'Amazon.fr.

Offres spéciales et liens associés

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Détails sur le produit

  • Acteurs : Powers Boothe, Keith Carradine, Kim Dickens, brad Douri
  • Format : PAL
  • Audio : Français, Anglais, Allemand
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Studio : _
  • Date de sortie du DVD : 1 novembre 2007
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (27 commentaires client)
  • ASIN: B000Y1CX50
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 46.324 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Contenu additionnel

Tous les bonus des saisons individuelles

Descriptions du produit

Description du produit

Contient :
- "Deadwood - Intégrale Saison 1"
- "Deadwood - Intégrale Saison 2"
- "Deadwood - Intégrale Saison 3"
Contient les 36 épisodes des saisons 1 à 3


Season One

The remarkable first season of Deadwood represents one of those periodic, wholesale reinventions of the Western that is as different from, say, Lonesome Dove as that miniseries is from Howard Hawks's Rio Bravo or the latter is from Anthony Mann's The Naked Spur. In many ways, Deadwood embraces the Western's unambiguous morality during the cinema's silent era through the 1930s while also blazing trails through a post-NYPD Blue, post-The West Wing television age exalting dense and customized dialogue. On top of that, Deadwood has managed an original look and texture for a familiar genre: gritty, chaotic, and surging with both dark and hopeful energy. Yet the show's creator, erstwhile NYPD Blue head writer David Milch, never ridicules or condescends to his more grasping, futile characters or overstates the virtues of his heroic ones. Set in an ungoverned stretch of South Dakota soon after the 1876 Custer massacre, Deadwood concerns a lawless, evolving town attracting fortune-seekers, drifters, tyrants, and burned-out adventurers searching for a card game and a place to die. Others, particularly women trapped in prostitution, sundry do-gooders, and hangers-on have nowhere else to go. Into this pool of aspiration and nightmare arrive former Montana lawman Seth Bullock (Timothy Olyphant) and his friend Sol Starr (John Hawkes), determined to open a lucrative hardware business. Over time, their paths cross with a weary but still formidable Wild Bill Hickok (Keith Carradine) and his doting companion, the coarse angel Calamity Jane (Robin Weigert); an aristocratic, drug-addicted widow (Molly Parker) trying to salvage a gold mining claim; and a despondent hooker (Paula Malcomson) who cares, briefly, for an orphaned girl. Casting a giant shadow over all is a blood-soaked king, Gem Saloon owner Al Swearengen (Ian McShane), possibly the best, most complex, and mesmerizing villain seen on TV in years. Over 12 episodes, each of these characters, and many others, will forge alliances and feuds, cope with disasters (such as smallpox), and move--almost invisibly but inexorably--toward some semblance of order and common cause. Making it all worthwhile is Milch's masterful dialogue--often profane, sometimes courtly and civilized, never perfunctory--and the brilliant acting of the aforementioned performers plus Brad Dourif, Leon Rippy, Powers Boothe, and Kim Dickens. --Tom Keogh

Season Two

Deadwood: The Complete Second Season continues the Shakespearean brilliance of the landmark first season, created by NYPD Blue head writer David Milch. Milch either wrote or supervised the writing of each of the 12 episodes in this stunning follow-up, which contains more than a few surprises for anyone who thought they knew the myriad characters in the late 19th century town of Deadwood--a mucky, ungoverned, exceptionally violent development in South Dakota. As with the first season, Deadwood continues to be about many things--survival, loyalty, alliances, duty--but all of them are happening against a titanic battle between several parties to consolidate power and real wealth in the territory. Despite his cutthroat ethics, astonishing profanity, and bursts of cruelty, it's hard not to side in this bid for a piece of America's future with saloon owner Al Swearengen (a magnificent performance by Ian McShane), a visionary monster who is nevertheless more recognisably human than his rivals. Entering an uneasy partnership with Al is Seth Bullock (Timothy Olyphant). Seth begins the second season by teaching Al a few lessons in chivalry, and their brief but bloody feud commences physical ailments for Al that become increasingly shocking to behold. Yet Al's difficulties have the practical effect of sidelining him for a couple of episodes while the story sets up more complex power struggles. Al takes on Deadwood's other saloon-brothel owner, the unstable Cy Tolliver (Powers Boothe), as well as an off-screen millionaire who is intent on owning all the gold-mining interests by buying out weary prospectors' claims. Meanwhile, Seth's wife and son (actually, his late brother's widow and child) arrive, an unsettling development for Seth's lover, the widow Alma Garret (Molly Parker), who soon reveals herself to be a more complicated person than in the first season. The prostitute Trixie (Paula Malcomson) begins thinking about her future and asserts independence from Al by having sex with Seth's friend, Sol Star (John Hawkes). Best of all, Calamity Jane (Robin Weigert) is back and more endearingly uncivilized than ever. Special features include actor commentaries on select episodes, the best of which finds Olyphant and McShane cracking each other up while watching the season premiere. --Tom Keogh

Season Three

The final complete season of HBO's remarkable Deadwood series is full of surprises and devastating experiences as the nascent, dangerous town prepares to join Dakota territory in 1877. As in the previous two seasons, the question of who will control the town's resources, assets, and people drives much of the drama, affecting all manner of relationships and alliances, often between the most unlikely people. The dominant storyline in Deadwood Season 3 concerns upcoming elections for mayor and sheriff of the mucky, gold-mining town. The real juice, however, is not so much between the individuals running for office as between two power brokers each trying to steer the results toward their own purposes. Saloon owner and Deadwood's puppetmaster, Al Swearengen (Ian McShane sustaining his brilliant peformance in the previous two seasons), works closely with incumbent lawman Seth Bullock (Timothy Olyphant) on retaining the latter's seat. But Bullock himself has difficulty surrendering his penchant for taking unambiguous action and relying on few words, especially when he has to act like a politician and deal with people such as George Hearst (Gerald McRaney, playing the real-life father of William Randolph Hearst).Swearengen's rival, Hearst--a self-made industrialist who gained his fortune through mining--has every intention of overtaking Deadwood, with his eye particularly on the lucrative mine owned by Bullock's former lover, Alma (Molly Parker). (The violence Hearst employs to get to Alma's claim will stun many Deadwood fans.) Meanwhile, Bullock's old friend, Sol Starr (John Hawkes), runs for mayor against the feckless E.B. Farnum (William Sanderson), and tries to navigate through his difficult relationship with Trixie (Paula Malcomson) as she grows enraged by former lover Swearengen's manipulation of her and everyone else. Calamity Jane (Robin Weigert) is encouraged to become a public speaker, telling of her misadventures with General George Custer, and she commences a lesbian relationship with Joanie (Kim Dickens), the saloon owner who is becoming increasingly despondent and suicidal. Bullock's relationship with his wife, Martha (Anna Gunn) continues to deepen and become more of an influence on him, Wyatt Earp comes for a visit, and a newcomer to town, Jack Langrishe (Brian Cox), an old friend of Swearengen, attempts to open a theatre. As expected, the season finale concludes with the long-awaited election, but HBO's decision to bring Deadwood to an end required creator David Milch to wrap everything up in a pair of two-hour movies. Still, The Complete Third Season is very satisfying on every level, and will always be, along with the rest of the series, a television landmark. --Tom Keogh --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Voir l'ensemble des Descriptions du produit

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 11 novembre 2011
Format: DVD Achat vérifié
Les trois saisons de 12 épisodes chacune de la série Deadwood raconte l'histoire mouvementé de ce camp de chercheurs d'or à partir de 1876. Custer vient d'être massacré par les Sioux à Little Big Horn, après avoir signalé la présence de riches filons aurifères dans les Black Hills. Deadwood, véritable ville champignon, est en situation illégale, car implantée sans autorisation en territoire indien.

Dès lors, patrons de saloons, quincaillers, proxénètes, journalistes, patrons d'hôtels, chercheurs d'or et communauté chinoise doivent s'organiser pour contrôler et gérer Deadwood, dans l'attente de son annexion par les Etats-Unis. Tout est permis, « car il n'y a pas de loi à Deadwood ». Il faut quand même un sheriff, dont la position devient très vite centrale, même si Deadwood est gouverné depuis le Gem Saloon.

La série HBO nous donne une vision très réaliste et crue de l'ouest sauvage. Elle met en scène des personnages historiques : Wild Bill Hickok, Calamity Jane, Seth Bullock, Al Sweareangen, le révérend Smith et même brièvement Wyatt et Virgil Earp. On y découvre la violence et les paradoxes de la conquête de l'ouest, celle d'une société ou tout est permis mais qui cherche aussi à maintenir les espoirs et l'idéalisme d'un pays neuf. Les dialogues, à ne pas mettre entre toutes les oreilles, sont savoureux. L'histoire s'appuie sur des personnages sans scrupules, particulièrement bien campés par des acteurs très crédibles (Ian McShane, tout simplement génial, Timothy Olyphant ou Molly Parker).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par MilOvni le 10 mars 2010
Format: DVD
Peu de fusillades mais une galerie de personnages fascinants, des dialogues aux petits oignons, un manichéisme laissé aux portes du saloon, des intrigues qui s'entrelacent ... voilà la perle que l'on espèrait depuis tant d'années !
Une série qui sue la saleté, l'alcool et les hormones : un pur chef-d'oeuvre du petit écran !
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par P. Arnaud le 24 décembre 2010
Format: DVD
Deadwood, existe encore là ou elle a été fondée illégalement, dans le dakota du sud, sur un territoire initialement accordé, par un traité, aux indiens.
Mais de l'or a été trouvé dans les Blackills, que vaut donc un morceau de papier pour des yeux qui ne voient que par les reflets jaunes?
Le décors est posé, la ville elle même, est marquée du sceau de l'avidité et du crime.
Cette série montre ce qui se passe quand les hommes se sentent tous les droits.
Rien, même le crime le plus vil, ne les arrête.
Sans loi, la ville n'étant pas en territoire américain, la bride est lachée, seuls la force, l'avidité, l'égoïsme, le mépris des individus, la richesse (quels que soient les moyens de l'obtenir)comptent.
Admirable scénario, magnifique réalisation (dont le budget pharaonique explique sans doute l'absence de quatrième saison), et enfin des acteurs remarquables (VO !), expliquent qu'il s'agit d'une série marquante de notre époque.
Habillez les protagonistes de façon contemporraine, cela ne vous rappelle rien?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Folyden TOP 1000 COMMENTATEURS le 6 août 2011
Format: DVD
J'étais passé complètement à côté de cette série apparemment diffusée sur canal+
C'est sympa de retrouver Keith Carradine, Powers Boothe et Walter Hill 30 ans après "Sans retour".
L'ambiance de la série est sauvage,violente et crade(wild wild west!).
Libre interprétation de personnages ayant vraiment éxistés,si j'avais reconnu d'emblée Wild Bill Hickok et Calamity Jane(un petit bémol,le rôle est bien joué mais le parti pris du scénariste rend l'héroîne trop gnan-gnan)c'est avec un plaisir certain que j'ai découvert l'existence des autres personnages des premiers épisodes,surtout Al Swearengen crevure de première catégorie dont on comprend parfaitement la façon d'agir et qui est magnifiquement interprété par Ian McShane.
Encore une série HBO qui dépote!
Je vous conseille vivement de suivre la sortie prochaine de Game of Thrones"Le trône de fer"elle est, elle aussi, excellente mais dans un registre médiéval/fantastique cette fois-çi.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dupriez le 20 février 2009
Format: DVD Achat vérifié
Moi qui n'aimais plus les westerns, à force d'en avoir trop vus pendant ma jeunesse....
Deadwood est la serie qui vous renoue avec le genre... Si toutefois...
Des crapules - la boue - des ivrognes - la pluie - des cochons dévoreurs de cadravres ambarassants - et pas mal d'or...quand même!
Un jeux d'acteurs exceptionnels...
Bref, je recommande à tous ceux qui aiment les films sans romance.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fabien Fallon le 28 octobre 2012
Format: DVD
Est-ce que c'est le regard de Calamity Jane quand Hicock se fait descendre ? Ou le sourire de Sweringen quand il a fini de trancher la gorge à un des hommes de Hearst ? Ou encore ces soldats de la cavalerie couvert de boue et de sang se présentant plus sauvage encore que ceux qu'ils prétendent combattre ? Ou un combat digne de la préhistoire entre Dan Dority et le capitain ? Il y aurait temps à dire sur Deadwood. Mais ici, on est loin des western spaghs et crépusculaires, non, ici, les Colts se taisent, laissant place aux bonnes vieilles lames rouillées qui coupe des gorges et perforent des rates à tout va. Que l'on aime pas cette vulgarité, que l'on trouve cette vue de la ruée vers l'or trop noire, soit, mais c'est cela qui en fait son charme. Les acteurs, Ian McShane et Oliphant en tête son tous trier sur le volet avec brio. Seule l'apparition du d'ordinaire génial Brian Cox dans la saison 3, m'a déçus. Quand à la bande originale ! Du sur mesure ! Le regard de Al quand il reviens de l'infirmerie et croise le docteur dans l'épisode 1x2 me glace encore le sang. Quand au scénario, il est spectaculaire de bout en bout. Que reprocher à Deadwood alors ? L'ultime saison sacrifier. Je me rappelle encore dans les années 90, HBO avait la réputation de toujours finir ces séries. On sais depuis qu'au contraire, c'est surement la chaine la plus doué pour créer des fans, puis pour les décevoir après. Qu'ils annulent une série comme ...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Première publication:
Aller s'identifier

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon

Rechercher des articles similaires par rubrique


Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?