• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Delirium a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par chapitre_libraire
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Spécialiste du livre. Service professionnel. Expédition en 24 heures des Pays de la Loire (France) en colis suivi. Confirmation de l'expédition par mail. Suivi de commande en ligne. 200 000 clients satisfaits.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Delirium Broché – 9 janvier 2014

3.7 étoiles sur 5 12 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 17,00 EUR 11,34

Boutique BD Boutique BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Delirium
  • +
  • La Nuit - NE
  • +
  • Salammbô : L'intégrale
Prix total: EUR 70,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

LE LAID SUR LE FEU
C'est ce qui s appelle un destin.
Tout petit, Philippe Druillet est soigné par le docteur Destouches, mieux connu sous le nom de Louis-Ferdinand Céline. Pas n'importe où. À Sigmaringen, où ses parents avaient fui, avec leurs amis de l'état-major vichyste, dont ils étaient. La cavale s'est poursuivie dans l'Espagne de Franco. La vie est chiche et triste. L'enfant mutique, solitaire, « les poings serrés », s'évade grâce au « Guerrier masqué », un illustré espagnol, et se pâme devant la Sagrada Familia, à Barcelone.
Déjà un bon début, et ça va continuer. Le père meurt, Philippe et sa mère retournent dans leur maison du Gers, en famille avec un oncle qui « pinait » les petits garçons. « A la campagne on s'emmerde », mas « l'ennui est créateur », surtout lorsque l'unique livre de la maison est illustré par Gustave Doré. Ensuite, c'est Bobigny, en HLM, où sa mère a du travail. « On se fait chier. » Le voisin de la barre d'à côté s'appelle Albert Uderzo, qui « s'est tiré dès qu'il a pu ». La mère est maintenant concierge dans le chic XVIe, ça n'empêche pas que les gens de l'immeuble y soient « odieux », « ils nous humiliaient ». Sa mère, Philippe la hait, « c'était instinctif ». Le drame, c'est qu'elle l'adore. Parfois, elle le met en garde contre un ami : « Attention, c'est un Juif ! » Il en vomirait.
Heureusement, il y a les bédés, les dessins, les rêves, le fantastique, l'ésotérisme, le « choc » de la peinture et de « 2001 l'odyssée de l'espace ». Dans sa chambre de bonne, le jeune Druillet ne mange pas, il dessine. C'est le temps des folies. Il s'y jette. Boire, baiser, sniffer, tout essayer, tout oser. Avec avidité. Il court chez Losfeld, ses planches sous le bras ; publié, pas payé.
Enfin naît Sloane, son héros, pendant le service militaire, et « sous les quolibets des appelés ». Philippe passe à la télé, s'y ridiculise, joue chez Ariane Mnouchkine, vit une passion, dessine avec rage, est arrêté en Mai-68, pleure la mort de sa grand-mère chérie, s'effondre à celle de sa jeune femme, est censuré, frappe à la porte de « Hara-Kiri ».
Avec lui, tout est mythique. Ses fresques et ses décors déments, ses albums, ses statues démesurées. Sa vie, ses rencontres. Les artistes, la jet-set, les médecins, les copains. Il dit tout ce qu'il en pense. C'est très surprenant. Les gens si « cash » se font rares. Et ce n est pas parce que, désormais, il est élevé à son tour au grade de génie que Druillet pense pouvoir tout se permettre. Non, il est comme ça. Tout est fou, tendre et méchant chez lui, et à quoi bon vivre si ce n'est dans l'excès ? « Je suis né dans une famille inculte, à l'esprit étriqué, tout était laid », dit-il. Il est tout le contraire.
Dominique Simonnot --Le Canard enchaîné, 12/03/2014, Dominique Simonnot

Philippe Druillet
JE SUIS UN BARBARE
Cet homme est une légende. Ses fresques de science-fiction ont révolutionné la bande
dessinée des années 1970. Du côté du cinéma, les réalisateurs de Star Wars ou de Mad Max
n'ont jamais caché ce qu'ils devaient à ce Frenchie cofondateur du magazine Métal hurlant.
Sa vie aussi est une légende, faite d'excès en tous genres qui ont culminé au moment de La
Nuit, son requiem de papier, réédité ce mois-ci par Drugstore. Mais Philippe Druillet cachait
un lourd secret: celui de sa naissance de parents miliciens condamnés à mort par contumace
à la Libération. A la veille de son anniversaire, le père de Lone Sloane s'est enfin décidé
à publier ses Mémoires (en collaboration avec David Alliot), sous le titre Delirium (éd. des
Arènes). Entre saga hollywoodienne et roman très français, porté par un réjouissant
franc-parler, il raconte tout: Sigmaringen, le whisky, les étoiles ...

« Tout le monde vous connaît sous le nom de Druillet. Pourtant, n'est-ce pas plutôt votre
prénom qui vous a marqué à vie?
Je suis né le 28 juin 1944. Ça ne vous dit rien, cette date? C'est le jour où Philippe Henriot, le chef de la Milice, le «Goebbels français», a été assassiné. Il se trouve que mon père était un haut responsable de la Milice et qu'Henriot était l'un de ses amis. Le jour de ma naissance, mon paternel n'a rien trouvé de mieux que d'écrire à la veuve d'Henriot pour lui annoncer qu'on allait me prénommer Philippe en hommage au défunt. Mon père était une ordure. Et ma mère ne valait pas beaucoup mieux. Drôle de début dans la vie, non?
La suite Immédiate n'est pas mal non plus
Quelques mois plus tard, à l'été 1944, mes parents se sont repliés à Sigmaringen, avec le maréchal Pétain et tout le gratin de la collaboration. Le premier médecin à m'avoir ausculté était un certain Louis Destouches, alias Louis-Ferdinand Céline. A la Libération, mes deux parents ont été condamnés à mort par contumace. Par miracle, je me demande encore comment, ils ont réussi à passer en Espagne, où mon père a retrouvé des franquistes aux côtés desquels il avait combattu - et un peu torturé, je crois bien ... pendant la guerre d'Espagne. Durant toute mon enfance, j'ai entendu des adultes parler de choses mystérieuses, d'où il ressortait que le maréchal Pétain était le gentil et les autres étaient les méchants. Un beau mensonge. Seul point positif de ces années en Espagne: un jour, je me retrouve devant la Sagrada Familia, la basilique de Gaudi, à Barcelone. Et là, je reste en arrêt devant ce déluge de formes, ces hauts triangles, ces frises en forme de sexes féminins.
Comment se passe le retour en France?
J'ai 7 an quand mon père meurt. Avec ma mère, nous nous installons en banlieue parisienne, puis nous rejoignons ma grand-mère, qui est concierge dans un immeuble du XVI arrondissement. Au-dessus de nous vivent de bourges et des nobles, qui nous méprisent. Je rêvais d'être prince ou mécène, j'étais le « petit-fils de la concierge ». Quand, voilà quelques années, un Rothschild m'a demandé de redessiner les armoiries de sa famille, je me suis marré. Et je l'ai fait.
Enfant, vous dessiniez déjà?
Oui mai je me cherchais. L'été, nous retournions dans notre fief familial du Gers. Là, je suis fasciné par les vieilles moissonneuses-lieuse que je découvre dans un hangar. Toutes ce griffes ces roues dentées ce transmissions, ce métal! Sans le savoir notre oeil stocke des images et notre imaginaire cherche une clef. Mes vaisseaux spatiaux sont nés indirectement de vieux tracteurs rouillés du Gers. Et puis, il y avait des ciels étoilé incroyables, 1'été! Superposez une machine agricole et ces galaxies et vous avez mon univers graphique. --L Express, 08/01/2013, Jérôme Dupuis

Biographie de l'auteur

PHILIPPE DRUILLET est un géant de la bande dessinée. Entré au journal Pilote en 1970, il publie la série Lone Sloane qui marque une rupture par son graphisme baroque et une mise en page éclatée. En 1975, il participe à la fondation des éditions Les Humanoïdes associés et du magazine Métal hurlant. Aujourd'hui Philippe Druillet est un artiste complet : ses peintures, ses sculptures ou encore ses bijoux sont exposés et vendus dans le monde entier.
DAVID ALLIOT est spécialiste de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline et du poète martiniquais Aimé Césaire. Il est éditeur et auteur d'une dizaine d'ouvrages.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 24 janvier 2014
Format: Broché
Pilote, Metal Hurlant, les Humanoides Associés, Philippe Druillet a été de toutes les aventures qui ont conduit la bande dessinée à sortir de son statut de passion pour adolescents attardés à celui de neuvième art à part entière. Aujourd'hui reconnu pour son oeuvre graphique, mais aussi pour ses peintures, sculptures et décors pour le théâtre ou la télévision, il aura été le premier dans son genre à voir son oeuvre vendue à Drouot. C'est dire si l'homme est une référence, au même titre qu'un Moebius, Bilal ou, ses grands héros, EP Jacobs et Hergé.

Pourtant, de l'homme en lui même, on ne savait pas grand chose. Du décès de Nicole, sa première épouse, qui éclaire d'un jour nouveau sa magistrale oeuvre inaugurale La Nuit, à son amour pour le Gers où il retourne régulièrement se ressourcer, de son enfance de petit fils de concierge dans le XVIème arrondissement de Paris à ses débuts anarchiques de dessinnateur, c'est l'histoire de sa vie qu'il a confié à David Alliot Ce dernier a d'ailleurs fidélement et magnifiquement su restituer la passion, la verve et le verbe fleuri du bonhomme. Point de départ de toute cette histoire, un secret honteusement gardé pendant des années, des parents collabos pendant la seconde guerre mondiale et qui fuiront pour Sigmaringen avant de gagner, miraculeusement, l'Espagne franquiste qui leur ouvrira les bras.

Si cette histoire tragique marque le livre de façon irrémédiable, il ne faudrait surtout pas croire qu'elle en est l'unique trame.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 12 sur 13 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Confessions plus que biographie...
Ne faisant pas l'impasse sur ses addictions et ses chagrins DRUILLET raconte et se raconte : ses parents haïs , sa jeunesse, ses débuts, ses amis et sa réussite.
Il se livre dans un récit sincère et impudique, mais aussi narcissique et parfois teinté de jalousie envers son collègue GIRAUD/MOEBIUS. Le petit fils de concierge n'en revient pas de sa réussite et la fin vire un peu à l'autosatisfaction quand il s'émerveille "du talent" déployé pour la récente adaptation des ROIS MAUDITS.
Ceux dont l'adolescence a été marquée par la lecture de PILOTE et METAL HURLANT ne manqueront pas de retrouver un peu de ces années là dans cet autoportrait où figurent nombre de personnages emblématiques des années 60/70.
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Amazon clientèle TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 29 janvier 2014
Format: Broché Achat vérifié
Cette biographie racontée à un tiers qui la retranscrit est un long cri de révolte. Révolte contre tout, contre ses parents collabos purs et durs condamnés à mort par contumace et dont le parcours "sale" pollue la vie de leur fils; contre la misère qui conduit sa grand-mère bien-aimée à être concierge; contre tout ce qui détient le pouvoir de nuire aux autres; contre l'intolérance... Je me demande si cette révolte a été engendrée par le rejet de sa famille ou si elle était innée. Tout ça chez un homme nanti du don de dessiner produit un grand dessinateur de BD qui vit sa vie à toute allure et dans l'exagération la plus totale avec alcool et drogue à l'appui mais aussi avec un grand amour magnifique. La perte de Nicole (morte à 30 ans d'un cancer) a laissé en lui une marque indélébile et probablement influencé pour toujours son art. Il y a aussi de grandes amitiés, des rencontres... Bref, ça se lit très vite et avec beaucoup d'intérêt.
Remarque sur ce commentaire 7 sur 8 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Philippe Druillet est un cador de la bande dessinée. Il a une carrière incroyable, il a connu les plus grands et ses œuvres font partie des plus grands chefs-d'œuvre de notre temps. Au travers de son ouvrage, Delirium, Philippe Druillet se met totalement à nu. Il nous dévoile sa vie du début à aujourd'hui, sa naissance dans une famille fasciste, son arrivée à l'école, ses difficultés à suivre les cours, ses rencontres, sa vie sexuelle comme sa vie professionnelle, etc. Philippe Druillet est une personne réellement passionnante à lire, autant ses BDs, et son univers déjanté, que son autobiographie, et sa vie, tout aussi déjantée que ses BDs. Druillet a eu une vie assez chargée, et plutôt variée. Tout d'abord photographe pour Midi-Minuit Fantastique auprès de Jean Boullet, il a aussi été comédien et est monté sur les planches, avant de se tourner totalement vers la BD et d'entrer chez Pilote, Metal Hurlant, etc. En plus de sa, Druillet est quelqu'un de passionnant à lire, et certainement encore plus à écouter. Il a une énorme culture, très influencé par le cinéma fantastique, la littérature SF, le comics, etc. Une personne qui aime H.P. Lovecraft ET Star Wars ne peut être que bonne ! Enfin bref, Delirium est un superbe ouvrage que je vous conseille vraiment de lire. Celui-ci a été écrit par David Alliot qui s'est chargé de retranscrire les dires de Philippe Druillet, et le travail mérite d'être découvert !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?