Acheter d'occasion
EUR 2,53
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Ships from USA. Please allow 2 to 3 weeks for delivery.  Minimal damage to cover and binding. Pages show light use. With pride from the Motor City.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Demain j'aurai vingt ans Broché – 19 août 2010


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,92 EUR 2,53

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Alain Mabanckou est l'auteur de plusieurs romans dont Verre Cassé, Mémoires de porc-épic et Black Bazar, traduits dans une douzaine de langues. Il enseigne la littérature francophone à l'université de Californie, Los Angeles (UCLA).

Quatrième de couverture

Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d'une dizaine d'années qui fait l'apprentissage de la vie, de l'amitié et de l'amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d'indépendance sous la houlette de «l'immortel Marien Ngouabi», chef charismatique marxiste. Les épisodes d'une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleur : le père adoptif de Michel, réceptionniste à l'hôtel Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l'oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l'ami Lounès, dont la sœur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d'hormones ; bien d'autres encore. Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges... Au fil d'un récit enjoué, Alain Mabanckou nous offre une sorte de Vie devant soi à l'africaine. Les histoires d'amour y tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante, pleine d'images cocasses, et sa fausse naïveté fait merveille.


Détails sur le produit

  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Gallimard (19 août 2010)
  • Collection : Blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070129624
  • ISBN-13: 978-2070129621
  • Dimensions du produit: 20,5 x 2,4 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (27 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 146.757 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Né en République du Congo en 1966, Alain Mabanckou passe son enfance dans la ville côtière de Pointe-Noire où il obtient un baccalauréat en Lettres et Philosophie avant de poursuivre des études de Droit en France.

Depuis 1993 il a publié plusieurs romans, poèmes, récits, livres de jeunesse et essais. Ses écrits sont traduits dans une quinzaine de langues.
Il a reçu de multiples distinctions littéraires, notamment le PRIX RENAUDOT en 2006 pour son roman "Mémoires de porc-épic" paru aux éditions du Seuil.
En 2010 Mabanckou a publié "DEMAIN J'AURAI VINGT ANS" (Gallimard), devenant au passage le premier auteur d'Afrique noire francophone à être publié dans "La Blanche", la collection littéraire de référence créée il y a un siècle (mai 1911) par les Editions Gallimard.

Il vit depuis 2002 aux Etats-Unis où il est Professeur de littérature à l'université de Californie-Los Angeles (UCLA).




Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE le 19 août 2010
Format: Broché
Changement de registre pour Alain Mabanckou avec son nouveau roman : Demain j'aurai vingt ans. Mais modéré, hein, que les fans se rassurent, l'auteur de Verre cassé, Mémoires de porc-épic ou Black bazar n'a toujours pas sa langue dans sa poche et son style, toujours imagé, rebondit comme une balle de ping pong dans des figures cocasses à l'irrésistible saveur. Simplement, le genre est neuf pour lui, celui du roman à hauteur d'enfant, auto-biographique forcément, du coté de Pointe- Noire, au sud du Congo sur la façade atlantique. Michel, le jeune narrateur, alter ego de Mabanckou, découvre littéralement le monde en ces années 70. Le petit monde qui l'entoure, avec ses personnages hauts en couleur et le grand combat entre le capitalisme et le communisme (l'injure suprême étant de traiter son ennemi "d'opium du peuple") et le vaste monde, à travers la radio, et les nouvelles qui traversent les ondes : l'exil du Shah, les diamants de Giscard, la saga de Mesrine ...
Et puis bon, il y a les filles, continent à explorer. La tendresse est le sentiment qui irrigue le livre mais attention, sans mièvrerie, avec juste une naïveté désarmante qui cache une ironie mordante. Demain j'aurai vingt ans est le roman le plus "gentil" de Mabanckou, dépourvu de noirceur (quoique) et de cynisme. On a déjà lu ailleurs de tels souvenirs de jeunesse, Mabanckou ne prétend pas révolutionner le genre et c'est cette modestie, alliée à cette langue fluide et revigorante, qui donne tout son intérêt à un livre au doux parfum d'enfance.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fou des livres TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 17 septembre 2010
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
Je ne connaissais qu'un seul roman de l'auteur, à savoir Mémoire de Porc-épic, une fois encore je n'ai pas été déçu.
L'auteur change de registre mais conserve bien son identité africaine qui fait tout le charme de ce roman. Cette fois-ci, le héros principal est un gamin de 10 ans avec tout ce que cela implique, à savoir de la naïveté, et surtout beaucoup de fraicheur.
On retrouve beaucoup de superstitions et aussi beaucoup d'humanité dans ce roman.
Le héros principal est attachant et à travers toutes ses aventures, il nous décrit une image de Brazzaville qui peut paraître exagérée mais qui cependant reste bien dans l'esprit africain.
Un roman qui se lit d'une traite, et à découvrir sans faute.

Au final, un roman authentique, pétillant, drôle et aussi très poétique.
En un mot : un régal !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par sholby TOP 500 COMMENTATEURS le 13 septembre 2010
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
On perçoit d'abord « Demain j'aurai vingt ans », le roman visiblement très autobiographique d'Alain Mabanckou, comme une sorte de « Petit Nicolas au Congo ». L'époque correspond, et le ton aussi, cette sorte de narration enfantine à la syntaxe parfois approximative qui pose un regard décalé et parfois incompréhensif sur le drôle de monde des adultes. Ici, l'environnement est cette double famille joyeuse et aimante, foutraque et truculente, et plus largement la société de Pointe Noire au Congo.

Ce n'est cependant pas simplement un mille-feuille de tranches de vie communautaire : à travers les adultes qui entourent le petit Michel, comme son papa Roger féru de radio ou son riche tonton René au communisme opportuniste, toute l'Histoire de l'époque (Le Chah d'Iran et Khomeiny, Idi Amin Dada, Yasser Arafat, Anouar El Sadate, Mohammed Ali et ainsi de suite) est convoquée, mais avec toujours la légèreté de cette vision et cette indignation enfantine.

Si on ne sait trop que penser au départ de ce jeune narrateur, on apprend peu à peu à le connaître, et à apprécier sa candeur. On l'accompagne dans ses premiers contacts avec Rimbaud, ses premiers émois amoureux et son éveil aux responsabilités. Et pour finir, quand on le quitte, on réalise à regret qu'on quitte un ami, et on voudrait par delà le temps le serrer dans ses bras.

« Moi je cherche une autre route, ma route du bonheur, celle que je prendrai pieds nus, en plein soleil, même si le goudron me brûle. »
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par mov la lectrice VOIX VINE le 3 octobre 2010
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
Les coutumes, les situations vécues et la politique internationales de la fin des années 70 vues par un enfant africain d'une dizaine d'années = c'est frais et drôle. Les bases du marxisme sont revisitées, avec des commentaires très pertinents sur les contradictions constatées par ce jeune garçon autour de lui. Le bémol, c'est qu'il n'y a pas d'intrigue, c'est une simple succession d'anecdotes, des petites scènes de la vie courante. Il manque vraiment une progression dans le script.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Astou Esso le 23 octobre 2010
Format: Broché
C'est un livre très intime si l'on prend la peine de s'arrêter sur certains passages. Maman Pauline, Papa Roger meritent amplement cet hommage.
D'abord il y a la langue de Mabanckou qui est elle aussi parlée dans certains pays africains (avec des variantes suivants les regions) Merci d'avoir donné ses lettres de noblesse à une langue qu'on souhaite cantonner aux "quartiers", alors que c'est un français qui vient enrichir le français "soutenu" dont on pense qu'il est le seul utilisable par un ecrivain pour communiquer avec son lecteur.
La langue de Mabanckou est vivante et a plusieurs niveaux de lecture, sans vouloir faire le singe savant par exemple lorsque Caroline dit "laisse ma robe tranquille!" ça peut paraitre un peu benet mais Michel comprend qu'il ne s'agit pas de la robe uniquement! l'expression "en pagaille" et le must "opium du peuple"!
bref c'est un moment de bonheur.
Alain revit et interprète tout ce que Michel à vecu tout simplement.La radio qui permet de se connecter au monde avec les explications de Papa Roger!, les sautes d'humeur de l'amoureuse de Michel,l'amitié le desir d'enfant de sa mère, l'ecole, la litterature, Brassens, Tonton Roger, Engels, Lenine, Marx, le capitalisme: tout un programme pour un enfant de 10ans...je vous laisse decouvrir la suite!
Ce livre vaut vraiment le detour.Il y a des sortent en pagaille à la rentrée: ne ratez pas celui-ci!
enfin qui livre qui parle tout simplement du vécu...à quoi ressemblait la vie à cette période?
ah on voudrait redevenir enfant à la même epoque..
un livre sur la vie, l'amour, le bonheur, les souffrances d'une famille de Pointe Noire, loin des clichés.
allez y!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?