Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Egalement disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 8,99
 
 
 
 

Diamond dogs [Enregistrement original remasterisé, Bonus]

David Bowie CD
3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
Prix : EUR 9,88 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 2 octobre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 8,99.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Après qu'il ait enfanté quelques chefs d'œuvres, on a souvent à tort reproché à David Bowie la médiocrité de Diamond Dogs. Livré à lui-même, il réalise un album noir parfois proche du mythique Berlin de Lou Reed: l'œuvre d'un mutant aux abois (le guitariste Mick Ronson ne fait pas partie du casting) à l'image d'Halloween Jack, son personnage mi-homme mi-chien peint pour la pochette signée Guy Peellaert. Fasciné par l'écriture de Burroughs et l'univers d'Orwell ("1984" et "Big Brother" y font allusion), Bowie signe un album conceptuel dont émerge le single "Rebel Rebel" qui rappelle Ziggy Stardust. Le reste annonce en partie la dance sophistiquée de Young Americans. --Philippe Robert

Critique

Un projet de comédie musicale autour du roman d’anticipation 1984 de Georges Orwell tournant court, David Bowie décida de livrer sa propre interprétation d’une société post-apocalyptique et se mit à réaliser une sorte d’ « album concept ». Guy Peellaert fit la pochette : David Bowie, avec sa coupe teintée de rouge est allongé sur le sol déployant un corps hybride d’humain et de chien avec en arrière plan deux créatures féminines hideuses tout droit sorties du film Freaks  de Tod Browning. L’effet glauque et nauséeux au possible annonce un des plus sombres et pessimistes albums depuis The Man Who Sold The World . Diamond Dog s  est entièrement l’œuvre de Bowie avec quelques collaborations de musiciens extérieurs. Après la dissolution acrimonieuse des  Spiders From Mars  Bowie s’éloigne du classicisme « rock » des précédents disques de l’ère Ziggy. Diamond Dogs   s’ouvre sur une introduction terrifiante où Bowie très influencé par Williams Burroughs chef de file du mouvement littéraire de la « Beat Generation » décrit la cité délabrée de « Hunger City ». Burroughs avait créé la technique du « cut up» consistant à écrire un texte, à découper chaque ligne et à mélanger les morceaux au hasard. Cela donne un style éclaté, reflétant le chaos d’une situation ou d’une pensée. Bowie se servit du « cut up» sur « Future Legend » : vision hallucinée inspirée d’un récit du 19ème siècle des quartiers misérables de Londres où de jeunes enfants en haillons, sortes de proto-punks vivent sur les toits. Soudain, parmi des hurlements de chiens à l’agonie une voix clame : « ce n’est pas du rock’n’roll, c’est un génocide ». « Diamond Dogs » prolonge ces visions sordides sur un riff stonien et nous présente « Halloween Jack » sa nouvelle incarnation, un survivant échappé aux hordes de « Diamond Dogs ». Il semble à l’aise dans cet univers désolé et hostile : « Halloween Jack est un gars très cool, il vit sur les sommets de Manhattan / L’ascenseur est cassé, il descend par un câble ». S’ensuit ce qui reste pour de nombreux fans comme l’acmé de Bowie la fameuse suite de neuf minutes qui enchaîne « Sweet Thing » , « Candidate » et « Sweet Thing » (reprise). « Sweet Thing » est une ballade mélancolique sur les peines d’amour du personnage dans une ville décrite comme dans un vieux film. David Bowie prend des intonations de crooner pour déclamer un texte obscur écrit en « cut up » tandis que la musique ne cesse de changer de ton et de tournoyer.

Dans « Rebel Rebel » , Bowie fait toutes les parties de guitare. Le texte renvoie au thème familier de l’ambiguïté sexuelle. Ce sera l’un de ses plus gros succès atteignant la 5ème place des charts anglais. « Rock’n’Roll With Me » est un slow envoûtant où Bowie traite de son rapport avec le public. On perçoit l’ angoisse de voir son statut de star submerger l’artiste. Le titre sonne comme une variation de « Rock’n’Roll Suicide » . « We Are The Dead » est un des morceaux subsistant de la comédie musicale avortée autour du 1984 d’Orwell. L’ouverture au piano électrique évoque une musique de film d’horreur. L’imagerie employée est très gothique avec en  filigrane l’histoire de deux amants qui se demandent si leur amour va survivre à travers les âges.

« 1984 » est le titre le plus étonnant de l’album déclinant une soul urbaine à la Isaac Hayes. Ce style soul dominera bientôt les futures travaux de Bowie. Le texte est malicieux (ou cynique ?) avec une allusion à la fameuse phrase de Bob Dylan de « The Times The Are a-Changing » : « On peux dire que si les temps changent ce n’est pas en faveur de la liberté ». « Big Brother » , ainsi que le morceau avec lequel il s’enchaîne, « The Chant Of The Ever Cercling Skeletal Family » est l’un des sommets de Bowie. Il y fustige la suprématie du dictateur mais constate qu’il n’est pas si déplaisant de s’en remettre à lui. Avec  Diamond Dog s, David Bowie livre un album intense, désespéré qui anéantit toute tentative de prolonger le glam rock. La complexité des arrangements et la diversité des atmosphères, en font un disque novateur qui mit du temps à être reconnu à sa juste valeur.  



François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

DAVID BOWIE Diamond Dogs (1999 UK 11-track 24 bit digitally remastered CD album including Sweet Thing & Big Brother picture sleeve)
‹  Retourner à l'aperçu du produit