EUR 26,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Dictionnaire de la Marine a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 5,32 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Dictionnaire de la Marine Broché – 26 septembre 2007


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 26,40
EUR 15,00 EUR 18,00

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Il y a plusieurs milliers d'années, un homme primitif découvrait que, en chevauchant un tronc d'arbre flottant au fil de l'eau, il pouvait commodément traverser une rivière ou un lac. Notre lointain ancêtre avait inventé la navigation ; il lui restait à trouver les mots pour désigner l'eau, le courant, le vent, mais aussi les différentes parties de son tronc d'arbre, ainsi que la branche utilisée pour le faire avancer.

Quelques centaines d'années plus tard, un homme un peu moins primitif découvrait que, en creusant le tronc d'arbre, on obtenait une embarcation légère et commode. Parallèlement, il définissait les différentes parties de son bateau ainsi que les outils utilisés pour le construire. En ajoutant une voile, la pirogue devenait plus performante, mais les problèmes de vocabulaire se multipliaient. Cette voile, il fallait en effet la décrire ; il fallait également désigner la vergue qui la soutenait et le mât qui portait l'ensemble. Et, comme les chavirements étaient fréquents, les anciens navigateurs ont dû trouver le mot qui désignait cet accident. En même temps, ils ont défini la stabilité, ou plus exactement le manque de stabilité, qui les faisait chavirer, et également le balancier qui permettait d'éviter cette mésaventure.

Lorsque de courageux aventuriers ont osé quitter la terre de vue, il leur a fallu mettre au point des méthodes de navigation pour se repérer. Le vocabulaire maritime s'est alors enrichi de mots pour désigner la dérive, les courants, le vent et les instruments permettant de connaître la hauteur des astres au-dessus de l'horizon. Ces marins de l'Antiquité découvraient également que la mer est peuplée de dangers. De nouveaux termes ont donc été créés pour les définir et pour s'en prémunir.

Au Moyen Âge, deux langages maritimes coexistent. Il y a le parler du Levant et celui du Ponant qui deviendront, au XVIIe siècle, la langue des galères et la langue des vaisseaux. Ces deux terminologies entièrement différentes fusionneront après la dissolution du corps des galères, en septembre 1748. Mais, bien avant cette date, la langue des galères s'était marginalisée. Il en subsiste aujourd'hui quelques bribes que les marins de la Méditerranée conservent jalousement.

La langue des vaisseaux s'est en revanche particulièrement développée à l'époque des grandes découvertes. Dans le domaine du gréement en particulier, les oiseaux exotiques ont donné leurs noms aux perroquets, à la perruche et aux cacatois - mot qui, de toute évidence, dérive de cacatoès.

La révolution industrielle de 1830 est accueillie avec méfiance par les marins, car les premiers navires à vapeur sont lents et peu fiables. Mais les choses s'améliorent et, à partir des années 1850, la marine accueille des mécaniciens spécialistes. Ces «étrangers» proviennent de l'industrie et du transport ferroviaire. Ils apporteront à la marine leur propre vocabulaire technique. En retour, ils feront sortir le langage maritime de son isolement en l'étendant à d'autres secteurs de l'activité humaine.

Pendant les deux guerres mondiales, la marine utilise des navires nouveaux, notamment des porte-avions et des sous-marins, dont chaque partie ou presque nécessite de nouvelles définitions. La marine marchande n'a pas été épargnée par cette évolution. Elle a dû également trouver les néologismes qui lui ont permis de désigner les nouveaux bâtiments qu'elle a mis en service. De son côté, la pêche n'est pas non plus avare de mots inédits pour définir le poisson et le matériel utilisé pour le capturer. Sa contribution à l'enrichissement du langage maritime est essentielle.

Biographie de l'auteur

Gérard Piouffre est historien de la marine et de l'aviation. Il publie régulièrement des articles techniques et historiques dans les revues Bateau modèle et Navires et Histoire. Il a également écrit plusieurs livres d'histoire maritime qui ont recueilli l'approbation des spécialistes.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,32
Vendez Dictionnaire de la Marine contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,32, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?