Dino Egger et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Dino Egger a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Dino Egger Broché – 20 janvier 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,20
EUR 11,00 EUR 5,67

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Dino Egger + Démolir Nisard
Prix pour les deux : EUR 28,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Enfin j'en tiens un et nous allons savoir. Nous allons savoir. Nous allons savoir ! Nous allons obtenir une réponse à cette question qui ne laisse plus en paix une seconde l'esprit qui l'a un jour conçue incidemment ou au terme d'une réflexion bien ordonnée : que serait aujourd'hui le monde si Homère ou Marco Polo n'avaient pas existé ? Ou Platon. Ou Pythagore. Ou Léonard. Ou Mozart, Einstein, Archimède, Colomb, Rembrandt, Marx, Newton, Shakespeare, Cervantès, l'un de ceux-là qui ont à un moment donné de l'histoire impulsé un mouvement, un désordre, ou mis en branle une ingénieuse et fatale mécanique dont a procédé la réalité nouvelle - événement à jamais irrécusable, inscrit dans le cours du temps, perpétré infiniment par ses conséquences et ses effets en chaîne et qui modifia fondamentalement l'état des choses -, si l'un de ceux-là ou un autre encore de ces personnages décisifs - ils sont connus, inutile de poursuivre l'énumération - n'avait pas existé, que serait devenu le monde ? Cette fois, nous allons le savoir.
Nous allons le savoir car j'en tiens un, je tiens Egger, et Egger - du moins cet Egger-là - Dino Egger - ce Dino Egger du moins - n'a jamais existé. Et force est de constater que le monde ne ressemble pas à ce qu'il eût été inévitablement si Egger avait vécu. Il faut se rendre à l'évidence : ce monde est tel parce que Dino Egger n'a jamais existé. On peut dire d'une certaine façon que l'absence de Dino Egger a été remarquée. Et même qu'elle s'est rudement fait sentir. Car Egger, on s'en doute - Dino Egger tout de même ! - n'eût pas été n'importe qui, certainement pas un de ces anonymes dont le nombre forme foule et que l'on comptabilise ou recense comme têtes de bétail sans se soucier de leurs qualités individuelles pour évaluer la population d'un pays à une époque donnée, pas un de ces braves ou moins braves types qui vont bon an mal an d'un bout à l'autre de leur vie et n'en excèdent jamais les bornes, qui existent dans le temps qui leur est imparti, opiniâtrement sans doute mais sans éclat, et rejoignent le néant d'où ils avaient surgi sans nécessité pour n'en plus jamais sortir, demeurant il se peut dans la mémoire d'un fils, d'un petit-fils parfois, exceptionnellement d'un arrière-petit-fils qui se souvient d'une barbe jaune, d'une odeur sure et d'un veston démodé assez comique.

Revue de presse

Dino Egger... eh bien c'est du pur Chevillard, c'est-à-dire de la littérature absolue. Pas de psychologie, d'aventures en mer, d'analyse sociale. C'est de la métaphysique mise sous forme narrative. Dans sa grande somme publiée en 2004, Qu'est-ce que la métaphysique, Frédéric Nef se réfère, comme exemple d'ontologie formelle, aux Shadoks. Chevillard, c'est cela : les shadoks puissance 12, de l'ontologie pure, mais sous la forme de l'humour ou de l'émotion...
Ce portrait de Dino Egger nous raconte aussi son effort pour venir au monde. Et, accessoirement, tout ce qu'il aurait inventé s'il avait été...
Du rire, de l'effroi, de l'étonnement, de l'admiration devant l'audace des acrobaties et l'habileté du prestidigitateur : lire un livre de Chevillard, c'est être un enfant au cirque (Pierre Jourde - Le Nouvel Observateur du 27 janvier 2011)

«Qu'est-ce qu'une vie qui n'est pas vécue ?» se demande Albert Moindre, son biographe, narrateur du roman...
Albert Moindre donne vie à Dino Egger, le met au monde, lui prête son souffle et sa voix, jusqu'à se fondre en lui, jusqu'à se laisser surprendre par sa créature. Moindre, forcément moindre... Et si le sujet de ce récit virtuose et hautement réjouissant était, au bout du compte, l'écriture elle-même, le rapport entre l'auteur et son personnage ? Et la dimension fictionnelle de cette construction qu'on appelle une vie ou un destin ? (Michel Abescat - Télérama du 2 février 2011)

Le miracle n'est pas dans la créature, mais dans le processus qui la fait vivre. Pour le mettre en oeuvre, Chevillard s'est fait, plus que voyant, savant à l'espièglerie délicate et référencée. Dans l'éprouvette, les cellules verbales s'activent et créent d'autres membranes vivantes par-dessus la vie, fictives par-dessus la fiction...
Comme toujours chez Chevillard, le paradoxe est le nerf de la page. Le livre déjoue les habitudes de la fiction et célèbre sa magie : c'est parce que Dino Egger n'a pas été qu'il peut tout être et le devient, mais sans le devenir tout à fait, puisqu'alors, plutôt qu'une vie de mots, ce ne serait qu'une vie de plus, ce que Chevillard a appelé un jour «un bon vieux roman». «Les forces restent entières, vouées à l'immense besogne, dit Albert Moindre. L'imagination a mieux à faire que de s'épuiser dans les rêves.» Elle s'épuise dans les mots. (Philippe Lançon - Libération du 3 février 2011)

On ne saura jamais ce que serait le monde sans Homère ou Platon. Mais il est très possible de concevoir 
ce que le monde aurait été si Dino Egger avait existé. Il suffit pour ça d'un peu d'imagination. Chevillard en a...
Le lecteur enhardi pourrait se demander, arrivé à ce stade, ce qui distingue Dino Egger d'un personnage littéraire ordinaire. C'est que si Œdipe, Ulysse, Tintin ou Hamlet ont changé quelque chose, c'est dans la tête et dans la vie de leurs lecteurs. Ici, Chevillard postule l'efficacité réelle de la non-existence même. Solution radicale, qui dépasse L'homme qui n'était pas là de Mearns, ou le Chevalier inexistant de Calvino, pour une proposition qui enchante les amateurs d'imaginaires et qui ravirait les traqueurs du boson de Higgs. Mais que deviendrait ce bel édifice si Dino Egger avait réellement existé  ? (Alain Nicolas - L'Humanité du 10 février 2011)

On ignore tout de ce que Dino Egger aurait prémédité pour se rendre intéressant. C'est agaçant. Le bougre se défend de façon si magistrale que rien, aucun miracle, aucune volonté, aucune enquête ne saura lui rendre vie, au regard des conditions somme toute futiles et banales qu'il lui a fallu réunir presque distraitement pour assurer son inexistence : son père n'a jamais rencontré sa mère, voilà tout, ce qui se voit tous les jours. C'est statistique. On pourrait même se contenter, dans le cas accidentel et fort improbable où ils se seraient pourtant connus, d'un simple retard d'ovulation. A l'évidence, Dino Egger s'est longtemps tâté. Empereur de Chine ? Milliardaire saoudien ? Non, tout ça ne lui a rien dit. Il attendait son heure. Il voulait être héros d'un roman de Chevillard. La figure et le prétexte d'un étourdissant exercice de nonsense, une fable sublime sur l'absence et la virtualité. Et l'on en passe. Pour lui, la vie commence. (Jean-Louis Ezine - Le Nouvel Observateur du 24 février 2011)

Éric Chevillard n'est pas membre de l'Oulipo, mais il fait bien oeuvre de littérature potentielle (un pléonasme à bien des égards). La sienne s'inscrit sur un mode moins formel que mythologique, ce que marque son art inépuisable du bestiaire. Chez lui, les mondes, les hommes ou les animaux demeurent des virtualités toujours susceptibles de muter, d'être remises en cause, reformulées, écartées au profit d'une hypothèse concurrente. On pourrait penser à Borges devant ces mises et remises en abyme, cette manière d'ériger la labilité littéraire comme seul principe de réalité...
Mais, contrairement au maître argentin, Chevillard ne goûte pas aux labyrinthes cristallins : il les tapisse de boue, de musc, de viandes de tous poils. Et c'est bien toujours vers Henri Michaux - ou le rêve d'un Lautréamont bon enfant - que tendent ses embryologies voraces. (Hervé Aubron - le Magazine Littéraire, mars 2011)


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez Dino Egger contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 153 pages
  • Editeur : Les Editions de Minuit (20 janvier 2011)
  • Collection : ROMANS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707321435
  • ISBN-13: 978-2707321435
  • Dimensions du produit: 18,5 x 1,2 x 13,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 237.636 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cap le 10 mars 2011
Format: Broché
Dès la première page du roman, on sourit. À la fin, on sourit toujours. Et entre temps parfois, on se marre franchement ! Attention, n'allez pas croire que le dernier Chevillard n'est qu'une bonne blague qui s'étale sur une centaine de pages. Il y matière à penser, même en souriant, il y a là de très belles choses aussi. Bref ! Je ne suis pas un critique, je n'ai pas l'âme d'un commercial non plus, mais, mon état de consommateur anonyme qu'on invite à donner son avis me permet de vous dire : ce livre et un bon livre, et vous ne regretterez pas le temps passé à le lire !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par rhumbs le 14 octobre 2012
Format: Broché
Dino Egger, ce grand homme, n'a pourtant jamais existé. Pourquoi ? Comment ? Quelle aurait pu être sa vie ? C'est le sujet de ce livre, portrait en creux d'un illustre personnage tout en potentialités avortées. On enquête sur son entourage, sur les raisons de sa non existence (un avortement ? un faiblesse génétique d'un des géniteurs ?), sur ses potentiels parents, sur ses inventions, conquêtes, oeuvres géniales ou découvertes scientifiques qui n'ont jamais vue le jour et dont nous devons malheureusement nous passer, comme : "100. Le soulier en cirage, toujours impeccable" ou "122. La poursuite des travaux de Darwin avec moins de complaisance et plus de pénétration, aboutissant à la conclusion que la tarentule descend de l'homme, qu'elle est sa main devenue si habile tueuse qu'elle n'a plus besoin du bras."

La nature absente de Dino Egger rend la tache bien compliquée à son biographe, Albert Moindre, qui dans ses périodes de découragement nous parle de sa propre vie. Rejeton d'une dynastie d'éclusiers, il veut s'échapper de l'avenir monotone qui lui est promis. Mais ses capacités d'intégration sociale sont plus que limitées et il a bien du mal à trouver sa voie.

Un exercice de style comme Eric Chevillard en a l'habitude, avec un humour proche de l'absurde. Certains se lasseront de ne pouvoir s'accrocher à une réelle intrigue : il ne semble pas y avoir de progression dans les livres de Chevillard, les pages peuvent presque être lues dans un ordre aléatoire. Le thème est décliné avec intelligence et superbement écrit, mais n'y a pas rebondissement ou de théorie extraordinaire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?