Dis-moi qui te cite et je saurai ce que tu vaux et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Dis-moi qui te cite, et j... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par livrelivre2
État: D'occasion: Comme neuf
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Dis-moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux : Que mesure vraiment la bibliométrie ? Broché – 21 mars 2013


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,00
EUR 14,00 EUR 10,89

A court d'idées pour Noël ?

A court d'idées pour Noël ?
Découvrez dès aujourd'hui toutes nos Idées Cadeaux Livres. Vous trouverez sur nos étagères des milliers de livres disponibles pour combler ceux que vous aimez.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Dis-moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux : Que mesure vraiment la bibliométrie ? + Le cerveau n'est pas ce que vous pensez : Images et mirages du cerveau
Prix pour les deux : EUR 32,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

L'évaluation des chercheurs par la bibliométrie

Il fut un temps où la recherche scientifique était le fait d'individus érudits, passionnés, riches ou soutenus par des mécènes, et souvent venus de la philosophie. Ce temps n'est plus. Depuis la professionnalisation de la recherche au XIXe et, surtout, au XXe siècle, les chercheurs sont formés de façon plus ou moins spécialisée aux pratiques de recherche d'une discipline ou d'un ensemble de disciplines. Ils doivent apprendre à réaliser un rapport scientifique aux objets de connaissance. Ce rapport n'a rien d'évident, d'une part, parce qu'il s'ancre dans des démarches scientifiques qui se détachent de l'impressionnisme arbitraire qui peut prévaloir dans des rapports sociaux ordinaires et, d'autre part, parce qu'il implique une épistémologie qui n'est pas l'épistémologie de l'homme de la rue. Cette différence tient au fait que les rapports ordinaires que les gens ont avec les autres, les objets et les institutions n'ont pas pour objectif leur connaissance scientifique mais la connaissance de leur valeur sociale. Aussi, lorsque leur formation à la recherche scientifique est acquise, les jeunes chercheurs doivent trouver un emploi dans lequel ils seront salariés. Et en recherche, comme dans les autres secteurs, chercher un emploi se réalise aujourd'hui dans un contexte concurrentiel, les chercheurs étant des agents sociaux formés dans un État, une société, et employés, après sélection, dans des organisations pour réaliser un travail au bénéfice, non de l'humanité (on aimerait le croire !), mais de l'organisation qui les emploie. Ce travail est sans ambiguïté la production de connaissances scientifiques. Comme tous les agents sociaux travaillant dans et pour une organisation, les chercheurs n'échappent pas à l'évaluation et doivent être évalués par d'autres qu'eux-mêmes. Cette évaluation ne va pourtant pas sans poser quelques problèmes qui relèvent, au moins, de trois questionnements : qui doit évaluer ? À quel rythme ? Et sur quelles bases ?
Pour ce qui est de la première question, on peut se demander par qui les laboratoires de recherche et les chercheurs qui les composent doivent être évalués. Des pairs de l'organisation dans laquelle ils travaillent, des pairs de leur discipline, un supérieur comme le voudrait le principe hiérarchique qui prévaut dans la plupart des organisations - par exemple, un directeur de laboratoire, un directeur de département, un directeur d'Unité de formation et de recherche (UFR), un président d'université, etc. ? Ou encore des pairs appartenant à une instance supérieure de l'organisation dans laquelle ils travaillent (comme par exemple le conseil scientifique de leur université), un comité national relevant de la recherche (CNU), un comité international ad hoc ou encore une agence (AERES) qu'on voudrait tenir pour affranchie de ces instances mais qui fait partie de l'administration de la recherche scientifique ? Concernant la deuxième question, on peut se demander à quel rythme les chercheurs doivent être évalués. Ponctuellement, par exemple, lorsqu'ils sollicitent une promotion ou une mutation, lorsqu'ils veulent s'impliquer dans un projet particulier pour lequel il faut obtenir un financement, ou bien encore à la fin d'un contrat particulier liant leur organisme à l'État ? Régulièrement, tous les ans, tous les deux ans, tous les quatre ans ou plus ? En particulier dans ce dernier cas, le temps de l'évaluation est-il synchronisé avec le temps nécessaire à la production scientifique ? Quant à la troisième question, on peut se demander sur quelles bases les chercheurs doivent être évalués. Sur leur réputation, le nombre de leurs conférences invitées, leur présence dans la littérature scientifique, etc. ? Mais alors quelle littérature ? Celle publiée dans leur langue, en langue anglaise ou dans d'autres langues ? Comment apprécier cette présence ? Par le nombre de textes publiés et/ou cités, la diversité des revues scientifiques les ayant publiés ou encore par l'écho qu'ils ont dans ces littératures ? Et avec ces trois questions, nous sommes encore loin d'avoir fait le tour de tous les problèmes. Nous avons en particulier négligé le cas de quelques rares collègues qui avancent, ce qui nous paraît une position intenable, que le travail de recherche, purement intellectuel, dont la valeur peut n'apparaître qu'à long terme, ne peut et ne doit pas être évalué, même par les pairs.

Présentation de l'éditeur

Comme tous les travailleurs, les chercheurs ne peuvent échapper à l'évaluation. Celle-ci ne peut être conduite par eux-mêmes. De nombreuses questions se posent : qui doit les évaluer ? À quel rythme ? Et surtout, sur quelles bases ? Sur leur réputation, leurs interventions, leur implication dans la discipline, leur présence dans la littérature scientifique ? Mais alors quelle littérature ? Comment apprécier cette présence ? Par le nombre de textes publiés ? La diversité des revues ? Par l'écho qu'ont les textes dans la littérature ?

La bibliométrie tend aujourd'hui à saturer l'évaluation. Elle est une réponse à quelques-unes de ces questions. Elle propose une forme d'évaluation comptable qu'on voudrait objective mais qui comporte de nombreuses limites et ambiguïtés.

Ce livre présente quelques outils bibliométriques comme les fameux «facteur d'impact» et «h-index» et, à travers une analyse des pratiques mises en oeuvre, montre que l'objectivité n'est pas au rendez-vous et que la littérature sollicitée n'est pas vraiment internationale. Il décrit comment la bibliométrie peut devenir un outil de globalisation scientifique et culturelle.

Pascal Pansu est professeur de psychologie sociale de l'éducation à l'université Grenoble Alpes (LSE, univ. Grenoble Alpes).

Nicole Dubois est professeur de psychologie sociale à l'université de Lorraine. Jean-Léon Beauvois est professeur de psychologie sociale expérimentale.

Il est notamment le coauteur du best-seller Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens publié aux PUG.

La collection Points de vue et débats scientifiques, créée et dirigée par Pascal Pansu et Alain Somat, traite de thèmes qui, au sein de la communauté scientifique, font débat et sont sources de polémique Sans recourir à des jugements de valeur, les ouvrages de la collection s'ancrent dans une position critique et alimentent la controverse.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Dis-moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux : Que mesure vraiment la bibliométrie ? contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 127 pages
  • Editeur : PUG (21 mars 2013)
  • Collection : Points de vue et débats scientifiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 270611780X
  • ISBN-13: 978-2706117800
  • Dimensions du produit: 21 x 0,7 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 360.774 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mlle Netto Stéphanie sur 27 mai 2013
Format: Broché Achat vérifié
Très bon ouvrage, que je conseille largement au sein de la communauté universitaire sur tout ce qui tourne autour de la bibliométrie.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?