undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
61
4,4 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:5,84 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 mai 2011
A quoi reconnaît-on que ce livre et pas un autre va vous coller à la peau pendant un bon moment ? Dès la dernière page tournée, le sentiment de manque vous assaille. Malgré tous vos efforts, impossible de ralentir votre rythme de lecture. Le temps passe, et vous y pensez toujours. Au fil des pages, vous avez aimé, détesté, versé quelques larmes, poussé des cris de stupeur, senti votre coeur battre très fort... Parce que, moi je vous le dis, Divergent est le nouveau phénomène littéraire ! Celui qui peut battre The Hunger Games de Suzanne Collins (ou au moins lui arriver à la cheville).

Pour la petite histoire, nous sommes dans un monde divisé en cinq factions déterminées par les traits de caractère de l'espèce humaine (Amity, Erudite, Candor, Abnegation, Dauntless). A seize ans, vous passez un test qui déterminera votre place au sein de cette société. Beatrice, l'héroïne, a grandi auprès de sa famille dans la section Abnegation, mais ses résultats de test sonnent le début d'un grand bouleversement.

Je vais m'en tenir au minimum, le reste n'appartient qu'à vous ! Sachez simplement que c'est un roman qui parle d'aventure, d'action, d'émotions, de trahisons, de sang, de larmes et d'amour. Ce sont près de 500 pages palpitantes, étouffantes, et peu glamour (je précise, car romance il y a, mais pas de guimauve écoeurante, c'est tout le contraire). Au centre, vous avez une petite nana déterminée à se tailler une place dans sa section, prête à se défendre et à vaincre tous les obstacles. Et vous avez le héros dans toute sa superbe : fort, mystérieux, qui ne laisse rien paraître, un vrai dur ! (J'ai apprécié que l'histoire ne tourne pas autour des sentiments amoureux, cela aurait nui à son côté brut de décoffrage qui fait tout son charme, je trouve.) Enfin bref, ce roman a tout pour plaire et il m'a plu énormément. Je ne peux que vous le recommander chaudement.
0Commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 29 juillet 2014
J'ai fini par craquer, une fois encore, pour le nouveau phénomène de la littérature jeunesse. Et une fois encore je suis loin d'être convaincue, même si ce n'est pas mauvais, mais c'est loin d'être aussi bien que j'ai osé l'espérer. Je ne ressors pas vraiment conquise par cette lecture et je commence à me dire que je ne dois tout simplement pas aimer les dystopies... Mais ce qui m'a le plus dérangée dans ce roman, c'est avant tout le style très plat et les personnages très creux.

Avant de commencer, j'annonce que j'ai lu le roman en anglais, donc je m'excuse d'avance si je n'utilise pas les bons noms de factions ou de personnages. Je ne vais pas revenir sur les horribles couvertures françaises, je crois que tout le monde en a assez souffert, mais je n'ai pas hésité longtemps avant de me diriger vers la VO. D'ailleurs, ce fut une lecture facile, avec un vocabulaire plus qu'abordable, du genre que l'on voit au collège. N'hésitez donc pas à vous tourner vers la VO aussi. Mais passons à l'histoire.

Dans un futur plus ou moins proche, le monde est divisé en cinq factions : les Altruistes, les Intrépides, les Francs, les Gentils et les Érudits. Je précise à nouveau que ce ne sont pas forcément les noms que vous trouverez dans la traduction française (édit : Bon, ben en copiant le résumé français au dessus de ma critique, j'ai pu voir les noms donnés aux factions en français, finalement!) Chacune des factions a un rôle bien précis, et on ne peut avoir accès qu'à certains métiers selon sa faction. Ceux qui sont désintéressés gouvernent et les honnêtes s'occupent de la justice, par exemple.

Beatice ou Tris, l'héroïne, vit dans une famille d'altruistes et a bien du mal à toujours faire passer les autres avant elle-même. Il faut dire que le simple fait de se regarder dans un miroir est considéré comme un acte d'égocentrisme, je vous dis pas comme ça rigole bien à la maison. Jusqu'à l'année de leur seize ans, tous les jeunes vivent chez leurs parents dans la faction de ces derniers. Puis, il passent un test sous forme de simulation censé leur révéler à quelle faction ils appartiennent vraiment. Et enfin, tout le monde choisit sa nouvelle faction durant une cérémonie. Mais chez Tris, tout ne se passe pas comme prévu et le test ne lui révèle pas pour quelle faction elle est faite : elle est Divergente, elle pourrait appartenir à trois des cinq factions. Elle découvre alors qu'être Divergent est rare et surtout dangereux, mais elle n'en sait pas plus au début, et nous non plus. Il lui reste à faire un choix et à tenter par tous les moyens de s'adapter à sa nouvelle vie tout en cachant qui elle est vraiment.

L'idée n'était pas mauvaise, comme souvent dans les Dystopies que j'ai pu lire. Mais Tris m'a été antipathique dès le début. Je ne peux guère vous en dire sans vous révéler la faction qu'elle choisit lors de la cérémonie, mais j'ai trouvé son personnage creux, sans aucune profondeur. Le roman étant écrit à la première personne, nous partageons ce qu'elle pense des gens qui l'entourent et elle est d'une intransigeance qui m'a beaucoup dérangée. Sans trop en dire, elle juge par exemple de façon bien sévère les gens qui font preuve d'une faiblesse passagère, alors qu'ils ont l'air physiquement fort. Je n'ai pu m’empêcher de me dire que pas mal de lecteurs auraient été considérés comme faibles aux yeux de l'héroïne. Donc zéro identification au personnage principal...

Aussi, et là c'est strictement personnel, j'en ai maaaaarre de ces jeunes filles de seize ans qui ne sont « pas prêtes » dans touuuus les romans destinés à la jeunesse que j'ai lu récemment. Est ce qu'on peut zapper la conversation niaise avec le copain compréhensif, s'il vous plait ? Sommes nous obligés d'en passer par là à chaque nouveau livre où une romance commence ? Ce serait vraiment bien que les auteurs américains du genre arrêtent de partager leur convictions comme çaaaaaaaallez j'arrête. Mais voilà, la jeune Tris qui n'a jamais vu de démonstrations publiques d'affections et qui est super mal à l'aise devant, qui devient semi coquine avant de calmer le jeu, c'est lourd.

Je n'ai donc pas du tout apprécié Tris, et ce fut handicapant étant donné que l'on est dans sa tête tout au long du livre. Heureusement, vers la fin du roman elle devient moins tranchée et les événements qui surviennent dans les quelques cinquante dernières pages vont sûrement la changer aussi, la faire grandir et mûrir. Ce qui promet une suite plus intéressante. Je dis ça pour me rassurer, un peu, vu que j'ai pris un coffret contenant les trois tomes...

Les personnages secondaires m'ont tous plus intéressée que Tris. Sa mère, surtout. Mais pas Four. Oh non, je viens de réaliser qu'il doit s'appeler Quatre en français, ahahahaha ! Pardon. Donc Four ne m'a pas plu non plus. Parce qu'il est l'éternel stéréotype du mec parfait trop fort et trop beau dont l'héroïne s'éprend et que je ne les supporte plus. Je ne supporte plus ces romances téléphonées en littérature jeunesse, ces romances tout sauf crédibles qui n'ont aucune profondeur. Ne peut-elle pas s'intéresser au mec laid mais drôle, pour une fois, ou même à personne ? Mais au moins, on n'a pas eu droit à un triangle amoureux, c'est déjà ça.

Aussi, on ne sait pas vraiment ce qu'il en est du monde lui-même, l'époque n'est pas précisée, on ne sait pas vraiment ce qui a poussé à la création des factions, ni comment, ni qui... Pour le moment en tout cas, mais je ne pense pas que ce point là va être éclairci. J'aurais aimé un background plus fouillé, une Histoire avec un grand H.

Je suis très critique mais je n'ai pas non plus trop détesté. Les chapitres sont courts et le romans se lit très vite, car malgré tout j'ai eu envie de voir où on allait. Divergent est de ces romans qui ont du potentiel, et je ne sais pas, de ceux dont j'ai envie de lire la suite même si je n'ai pas passé un si bon moment que ça. J'espère juste que la suite sera moins niaise et que le personnage de Tris va évoluer positivement, ce sera déjà ça.

Je n'ai donc pas été conquise par Divergent, mais je vais quand même lire les tomes suivants sous peu. N'hésitez pas à vous faire votre propre avis sur le roman, je répète que j'ai du mal avec le genre dystopique qui ne me plaît pas plus que ça.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ayant beaucoup aimé les Hunger Games je découvre cette dystopie sur la base des excellents et très nombreux commentaires positifs sur Amazon.com.
C'est un énorme coup de coeur et comme des milliers d'autres lecteurs j'attends impatiemment la suite.

Une extraordinaire aventure dans un monde contrôlé, ou les habitants sont divisés en cinq factions, chacune représentant une qualité morale qu'elle cultive, oeuvrant ainsi à l'éradication du défaut qu'elles antagonisent.
A l'âge de seize ans les habitants doivent passer des tests qui vont déterminer leurs aptitudes pour intégrer l'une des factions. Mais il arrive parfois qu'une personne présente des aptitudes pour plusieurs factions.
Elle est alors « divergente »... et en danger de mort.

La narration à la première personne nous immerge totalement dans la peau de Béatrice. Issue d'une famille « altruiste », les tests révèlent qu'elle est divergente.
Elle devra choisir entre la faction de sa famille ou quitter pour toujours celle-ci si elle désir rejoindre une autre faction.
Quel choix va-t-elle faire ?... Je ne dirai rien de plus sur l'histoire de cette fantastique saga.

Le récit est palpitant et magnifiquement bien construit.
La maîtrise harmonieuse du rythme et des ambiances fait battre notre coeur quasiment à l'unisson avec celui de Béatrice, on est emporté dans ses joies et ses peines, ses peurs et son courage pour les affronter et les dépasser.

L'écriture est soignée, agréable et particulièrement efficace.
Destiné à un public jeunes adultes (mais parfaitement adapté pour les moins jeunes, comme-moi), la langue est facile d'accès, en version originale également.

Un livre qui mélange avec délice aventure, action et romance tout en développant avec brio des thèmes très intéressants qui amèneront le lecteur à une réflexion se prolongeant au delà du livre.

Les personnages sont complexes, crédibles avec une certaine profondeur psychologique développant intelligemment leurs parts d'ambivalences, de doutes, de peurs.
Veronica Roth soulève habilement la question sur les différentes facettes de la personnalité dans une société qui tend à n'en développer qu'une seule en refoulant le reste, en limant les imperfections et tout ce qui fait notre humanité. ...Et bien d'autres themes brillament mis en lumière vous attendent...

Bref : Une dystopie très intelligemment construite, palpitante, dévellopant plusieurs sujets passionants et qui donne irrésistiblement envie de connaître la suite.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2016
Après avoir découvert Hunger Games je souhaite à nouveau me plonger dans une lecture du même type! Quelle ne fut pas mon erreur!
Le style de l'autrice est bas de gamme, sans m'attendre à du Victor Hugo j'espérais quand même mieux de ce livre! et si son style est bas de gamme, l'histoire aurait pu relever le niveau et bien non, même pas! L'univers en huis clos de cette société post apocalyptique est peu crédible et le nombre de détails qui ne collent pas son affligeants et finissent par desservir l'histoire. Si vous hésitez passez votre chemin! Il y a des livres bien meilleurs que celui-ci!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2014
…mais tout aussi passionnant !
Il n’existe pas dans le récit cette notion centrale de « jeu » dont un seul doit sortir vivant et c’est tout aussi bien !
Ce livre décrit les aventures de Beatrice (auto-surnommée Tris) dans une société imaginaire divisée en cinq factions : Abnégation (Abnegation), Franchise (Candor), Intrépide (Dauntless) et Erudit (Erudit) et Bonne entente (Amity).
L’année de leurs 16 ans, les adolescents de chaque faction sont soumis à un test psychologique visant à mettre en avant leurs aptitudes et valeurs morales. Selon le résultat obtenu, il leur est demandé de choisir entre rester dans leur faction ou bien choisir d’aller vivre dans une autre faction et couper entièrement les liens avec leur famille. Suite à ce test, Beatrice, d’Abnégation, apprend par son examinatrice qu’elle est « Divergente » c’est-à-dire qu’elle possède les qualités de plusieurs factions. Elle apprend également que la société élimine les divergents et que si elle souhaite rester en vie, elle doit taire à tout jamais ses résultats. Beatrice finit par choisir Dauntless. Commence alors son initiation digne d’un camp d’entrainement de tueurs professionnels ou de soldats pour missions impossibles. Au cours de cette initiation, elle découvre la liberté, l’amitié, la camaraderie, l’amour mais aussi l’intolérance, le dénigrement, la sauvagerie et les horribles sévices qu’ils peuvent engendrer. Elle découvre surtout qu’une faction agit dans l’ombre afin de prendre le pouvoir manu militari sur toutes les autres…
Bon premier volet. A lire absolument ! Et en anglais !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2014
Depuis la fin de la saga Harry Potter, plus aucun livre ne me passionnait au point de le dévorer en quelques jours. Et puis, au cinéma, j'ai vu une bande annonce qui a attiré mon attention : Divergente. Je suis allée voir le film - j'ai adoré. Puis j'ai découvert que c'était tiré d'un livre, mieux d'une trilogie. J'ai donc commandé ce livre... en anglais (comme pour HP)... et l'ai dévoré en moins d'une semaine ! Plus de télé, le soir c'est lecture non stop pendant 3-4h d'affilée, pas de doute je suis accro !
L'histoire est passionnante, obsédante, les mystères qui s'y trouvent m'ont fait cogiter toute la journée tous les jours. J'ai développé des tas de théories, d'analyses. J'étais fascinée par ce nouveau concept de société même si je me demandais comment on pouvait vraiment être majoritairement des êtres "catégorisables" dans une seule faction (la réponse à cela arrive dans le tome 3). On y trouve une vraie analyse sur la nature humaine, ses qualités, ses défauts. Cette édition de "Divergent" est d'ailleurs dotée de très précieux bonus, à commencer par les manifestes des factions que je trouve très justes et qui donnent à méditer.
On se prend très vite d'affection pour Tris, la narratrice et héroïne de l'histoire. On découvre et ressent l'intrigue à travers elle. On vit avec elle ses incertitudes et sa quête d'identité.
Puis on rencontre Four, personnage énigmatique mais au combien charismatique. Il rentre très vite dans le coeur de l'histoire et sa relation "magnétique" avec Tris devient très vite addictive.
L'auteur a donné à tous ses personnages, principaux comme secondaires, une vraie personnalité, un passé, un point de vue sur les évènements voire même des motivations. On s'attache très facilement à la plupart d'entre eux et c'est sans doute une des raisons pour laquelle on se laisse absorber si facilement par tout cet univers.
Après avoir fini ce premier tome, et n'ayant pu recevoir le 2e à temps pour enchainer, je n'ai pas pu faire autre chose que de relire une seconde fois ce livre. Au début, je pensais ne relire que les passages que j'avais préférés mais très vite, je me suis retrouvée à tout relire sans exception !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Que dire d'autre après avoir fini ce livre que "ouaw" ? C'est vrai, je viens juste de le finir est je suis encore sous le choc. Il est plein de rebondissements surprenants, de passages à couper le souffle et d'instants magiques époustouflants.
Divergent est un nouveau roman dystopique que j'ai adoré. En même temps, quel livre de ce genre ne me plaira pas ? Ici, nous sommes loin du contexte de Delirium ou Promise, et plus proche du style de Hunger Games. En effet, dans le monde de Beatrice, nous devons choisir entre cinq factions : Candor ( l'honnêteté ) Abnegation ( la générosité ), Dauntless ( le courage ), Amity ( la patience ) et Erudite ( l'intelligence ). Depuis sa plus tendre enfance, elle vit dans la faction Abnegation avec Caleb, son frère. Leurs parents et lui se sont toujours montrés à l'écoute, gentils sans rien attendre en retour. Mais pour Beatrice, les choses sont différentes.
Depuis toujours, elle a beaucoup de mal à s'adapter à sa faction, et bien que sa vie lui plaise, elle sait que quelque chose cloche. Heureusement pour elle, elle est âgée de seize ans. A cet âge là, les adolescents choisissent à quelle faction ils vont dédier leur vie jusqu'à leur mort. Beatrice va alors devoir passer un test pour savoir vers quelle vertu elle va se tourner. Malheureusement, les résultats de ce dernier vont se révéler être très étranges...
Là je me tais, et je vous laisse découvrir le suspense totalement prenant que cache cette fabuleuse histoire. Et quelle histoire ! Tout d'abord, il faut que vous sachiez que Beatrice va se faire surnommer Tris durant le roman. Pourquoi ? Je vous laisse le plaisir de le comprendre. Mais vous devez également savoir que cette héroïne est juste parfaite. Oubliez les protagonistes qui ne font aucune faute et qui semblent "bons" à chaque instant. Ici, on a le droit à une personne qui fait des erreurs, qui doute, qui souffre et qui ressent des émotions brutales. On ne peine pas à s'attacher à ce personnage troublant et touchant. Tris est courageuse et vulnérable à la fois. On sent en elle une véritable volonté de se battre pour vivre.
D'ailleurs, ce point est un élément clé de l'histoire. On découvre avec émerveillement jusqu'où l'héroïne est prête à aller pour découvrir qui elle est. Ce livre est également basé sur la découverte de soi d'ailleurs... En effet Tris va apprendre à dépasser ses limites et à se battre contre elle-même pour avancer. Cela n'a fait que renforcer mon admiration pour elle.
De plus, derrière cette personnalité forte et poignante, on entre dans un univers passionnant. Veronica Roth possède en effet ce rare pouvoir, celui de nous déchirer par de simples mots. Elle n'hésite pas à décrire de sanglants spectacles pour nous bouleverser et à nous décrire des scènes d'amour à nous en donner la chair de poule. Car oui, la romance n'est tout de même pas oubliée. Beatrice va rencontrer un homme durant son initiation. Un qui va énormément la troubler. Comme nous grâce à leur histoire.
Qu'est-ce que je peux ajouter ? Ce livre est vraiment sensationnel. On voyage au cœur d'une intrigue fascinante et palpitante. C'est vrai, j'ai ressenti plusieurs fois de fortes montées d'adrénaline, de stress et de tension. L'atmosphère de Divergent est à la fois oppressante et captivante...
Vous savez, ce livre nous attire alors qu'on sait qu'en le lisant, on va se faire mal. On sait pertinemment qu'il va y avoir des morts, que la douleur ne va pas s'arrêter pour les héros et que les cicatrices vont mettre du temps à se fermer. Mais on y retourne, inlassablement. C'est angoissant et extraordinaire. C'est Divergent, tout simplement.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2015
Dystopie dans l'air du temps, très accessible en anglais (c'est à dire plus que pour Hunger games) les tomes 1 et 2 sont pour moi les meilleurs. Le tome 3 est plus confus même si le final est inhabituel !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2014
Histoire de SF qui peut en rappeler d'autres par ses thèmes , mais redoutablement efficace : pas de temps mort, on visualise parfaitement les scènes (ce qui explique l'adaptation si rapide au cinéma peut être?), bref on plonge dans le récit sans pouvoir s'arrêter !
Alors oui bien sûr la syntaxe n'est pas plus élaborée que ça, mais franchement qu'importe ! C'est d'ailleurs en partie pour ça que j'ai choisi de le lire en anglais car ce livre est accessible , et pour ne pas être déçue par la traduction française aussi je l'avoue...
J'attends maintenant de lire la suite , en espérant juste ne pas être déçue, ni par un changement de rythme qui pourrait être fatal, ni par l'histoire qui doit avant tout tenir la route ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2013
I probably shouldn't read other reviews before I write mine... and other reviewers shouldn't have such massive expectations when they read a new book and/or should not constantly compare said new book to previous loved ones....

Anyhoo, let us consider Divergent on its lonesome; good entertainment. Yes, some things were expected (the love story, Four's real identity...), others made no sense (more on this later), but overall it was readable and I read it in one sitting.

Many readers were offended by the strict division into 5 factions (6 if you include the factionless) and thought it would never fly in the 'real world'. I see they have great faith in their fellow men and women; there have been MANY insane political systems in the history of the world, and even today there are countries where women have to walk around like undead mummies and get killed when they show an ankle, get married/raped at 12, many places where violence is the only true currency, many places where dictators rule... So what's another crazy system? We as a species are nothing if not adaptable - and our own systems could legitimately be considered cuckoo by outside observers (and they are).

It also doesn't bother me that we're in future Chicago without knowing (yet) how we got there. It may be explained or not - whatever.

Tris - the heroine - is not perfect, but she turned off many people by showing disgust for anything Erudite (although she could have been one of them, her brother became one, and so was her father). Also she loves guns.
So?!
Let me make this clear; heroines don't have to be perfect (ie; like 'ME'!) for me to appreciate them.
I also suspect Tris will have to come round to this part of her personality and the world at large and learn to love 'intelligence', she will have to deal with her bias and prejudice. That's a character arc. Like Harry making his peace with Slytherin. I think the point is that we destroy our own selves if we keep fragmenting everything (society, ourselves)... and that's exactly what being Divergent means. Tobias is a lone voice in the dissenting choir, but I think events will prove him wise. We're all everything, so stop bashing the world they live in; that was VRoth's point!

Yes choosing your whole life at 16 sucks, especially when it means you will NEVER see your family again etc. Again, the point of the book maybe?

Now for some inconsistencies;

If the Dauntless only keep 10 people/year.... how many of them can really be around?! Especially with their high mortality rate and with getting rid of older people...?
Getting rid of so many applicants makes no sense.
Utter violence IS NOT bravery. Bullying, torture, gratuitout beat-ups, enucleation, attempted rape or murder without accountability or justice IS NOT BRAVERY. Killing kids IS NOT BRAVERY. Sucking it up, moving on and plottting your revenge IS NOT... well, you get my drift. Some of the tasks are LUDICROUS in difficulty - and then again; on on earth do they have to do with couraaaaaaage? The Dauntless all seem to be sadistic or masochistic. Or both.
I love that there is so much violence and death around the Dauntless but Tris is all 'shocked' 'gasps' 'horror' 'disbelief' when she hears Divergents are in danger - dude, when are you NOT in danger exactly?!
Also, qualms and pain over defending herself... when again the setting is so violent and Tris is supposed to be so badass and explosive, and people kill other people right and left. The guilt trip is really just annoying.
Why is Tris always mentioned as being 'selfless'? I see her as refreshingly and necessarily selfish - if she weren't, she would be dead. A lot. And liking guns makes perfect sense for a tiny woman in such an environment!
I don't understand what exactly drew Tris (annoying nickname) to the Dauntless, or how someone who had such a mousy existence prior could turn into a fit athlete in a month - or in an hour. She's not appalled by the violence, she's not looking for justice, she's more an 'eye for an eye' kind of girl. Why is she digging the 'need' for survival, why does she accepts blindly the idiotic and random tasks set before her that will also get some of her peers killed or thrown on the streets? Why does she buy into all that? I understand the need for freedom and adrenalin, of course, but not the random ruthlessness. Did her moral sense disintegrate when she left her gray clothes behind?
The book title could have us hope for more information into, you know, Divergents. How come everyone isn't divergent to some degree? Even changing factions at 16 makes you 'conversant' in 2 factions! And they all go to school together before the choosing ceremony. Wouldn't there be more interaction?
As someone said, 'what's the deal with the trains???!!'

Ok, gotta stop, getting myself worked up.
Overall, I liked it and read it quickly. When I slow down, I see the cracks - so maybe I shouldn't. It was fun while it lasted.
On to book 2
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles