undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

102
4,1 sur 5 étoiles
Dracula [Édition Deluxe - 15ème anniversaire]
Format: Blu-rayModifier
Prix:14,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

28 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'image n'a pas été travaillé à partir du Master d'époque, on dirait plus un DVD « upscalé » qu'un vrai Blu-Ray l'image est vraiment horrible, je vous conseille la version DVD
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 juin 2010
Conversion fade, couleurs baveuses, la profondeur de champ est banale, en bref la conversion est ratée, même si le film est bien en HD, on ne gagne rien par rapport à la version dvd. Dommage pour un film de cette carrure!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 octobre 2009
Bram stoker avait en son temps révolutionner le roman Victorien avec Dracula à l'instar d' Oscar Wilde et Le Portrait de Dorian Gray. Une époque sur les non-dits et la chasuble en guise de Blue Jean... En effet, deux romans se servant du fantastique pour mieux infiltrer la libido de l'époque sans choquer personne. Oscar Wilde sous prétexte de jeunesse éternelle comme thème discourait sur l'homosexualité tandis que Stoker parvenait sans faute de goût à faire monter la température en imaginant un conte Roumain venant de Transylvanie jusqu'en Europe pour mieux dépuceler des vierges Anglaises si chastes et si niaises. Les morsures et les différentes transformations qu'opérait Vlaad Tépés créature maudite, reniée par la Sainte mère l' église, représentant ainsi tout le bestiaire connu et récupéré des contes de Péreau... Le Loup, La chauve Souris, les rats, la vapeur verte... Autant d'animaux et d'éléments chargés de symbole et d'analogie rattaché aux choses de la sexualité.

Par contre, le roman de Stoker ne faisait jamais état d'un quelconque penchant amoureux pour une des victimes du conte. L'illustration du romancier se bornait uniquement à montrer les manifestations bestiales de ce que pouvait représenté un mâle hétéro assoiffé de sexe sans distinction et appartenance de caste pour l'époque...

Pour le film de Coppola, il est curieux donc de lire sur l'affiche qu'il s'agit là de la version la plus fidèle du roman de l'auteur du 19 ème siècle. Ce n'est pas tout à fait juste.

Pour les circonstances atténuantes qui pousserait le vampire de coppola à mordre et à tuer, il faut plutôt se pencher sur une romancière qui au début des années 80 à réinvestie en grande pompe le monde vampirique avec un éclairage nouveau sur ces caractères. Il s'agit d' Anne Rice; Entretien avec un Vampire, Lestat Le Vampire, Armand etc... Tous ses romans montrent en effet que ces personnages fascinants et dangereux étaient avant tout des humains au par avant et par le biais de leur transformation, leur pouvoirs et leur soif accrue, les ont non pas transformée en Vampire de la définition Larousse ne pensant qu'à montrer les crocs mais à sublimer les sentiments humains et notamment ceux de l'amour. Alchimie donc réussie dans la plupart des romans de cette Américaine Cajun.

Le film proposé donc, est un héritage narratif qui utilise les mêmes références de pudibonderie Victorienne magnifiquement traité avec son imagerie, ses décors et cette ambiance studio reflétant tout à fait les longues descriptions du roman de Stoker, l'aspect épistolaire du roman d'origine est ici traité de même et converge vers une forme inattendue et servant judicieusement le propre récit du film, sa construction, jusqu'à des détails ornementaux. Le film devient ainsi objet visuel non pas d'un film dans le film mais d'un film dans le roman, une mise en abîme qui passerait par les écrits, ses origines pour se transformé au fur et à mesure en une histoire de papier à une histoire en celluloîd et fusionné donc ainsi avec ce renouveau littéraire et moderne orchestré par Anne Rice. Une telle déclaration d'amour à la fiction et au cinéma donc n'avait pas été faite depuis Godard et son Histoire Du Cinéma.

le nouveau Dracula tue peut être mais plus avec plaisir. Il est une de ses créatures romantiques, tristes recherchant depuis des centaines d'année sa défunte amante sacrifié à l'ennemi et aujourd'hui réincarnée sous les traits d'une jeune fille Anglo-saxonne.

Tout y est magnifisciance; les costumes, le nouveau look proposé pour un Dracula campé par Garry Oldman tour à tour inquiétant, attirant, beau, touchant et pathétique.
Alors que Francis Ford Coppola n'avait plus rien à proposer en terme de cinéma, il revient avec un chef d'oeuvre, une synthèse sur l'amour, celui des sentiments et des amants, l'amour du cinéma, de cet objet infini et fascinant, l'amour des histoires, des contes et merveilles, du bestiaire de monstres qui hantent nos nuits et règne sous notre lit.
Tout avait déjà été dit par Lewis Caroll, Perreau, La fontaine... En littérature, peut être au théâtre mais jamais encore au cinéma.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 février 2010
Dracula, romantique et gothique.
Veuillez quitter vos capes noir et rouges, vos fausses dents, cessez de me regarder avec ces yeux injectés de sang. Tenez-vous bien, morbleu !!!
On l'a bien compris, les films de la Hammer, délicieusement kitsch avec Christopher Lee aussi avenant qu'un contrôleur du fisc noté à la performance; tout ça, c'est bien loin.
Coppola est revenu un peu plus près d'une ambiance 19ème siècle, avec toutefois des entorses au fameux bouquin. Mais qu'importe si l'on n'est pas aussi proche de la lettre de l'œuvre de Bram Stoker.
En effet, le personnage de Dracula prend de l'épaisseur, il est autre chose qu'un monstre, il peut être beau, touchant. Ah, Gary Oldman, chevelu en habit "Purple Rain" se promenant dans Londres, n'est-ce point romantique à souhait ? Et Monica Bellucci, magnifiquement dénudée, et les autres femmes : Lucy, Mina : Argh, gasp, goulp, gargl !!!... Tout ceci est d'un érotisme victorien, si british, délicieusement contenu comme un 95C dans un corset d'époque : on ne demande qu'à l'arracher pour libérer la donzelle et lui mordre le cou à pleines dents !!!... Mais je m'égare, je m'émoustille moi-même... oups ! qu'il fait chaud tout à coup ! hmm...hmm.
D'autres choix artistiques rendent ce film très attachant, par exemple, la volonté d'avoir utilisé le plus possible des décors et des effets spéciaux à l'ancienne.
Egalement, la direction d'acteur très variée, Gary Oldman, tour à tour passionné ou assoiffé, Keanu Reeves coincé autant qu'arriviste. Mentions spéciales à Tom Waits en mangeur d'insectes zélé et à Anthony Hopkins visiblement pas remis du "Silence des Agneaux".
Coppola ne tourne pas beaucoup, quel dommage, car lorsqu'il se réveille, il nous fait une petite merveille.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 septembre 2012
1993. Le destin décide de nous faire un magnifique cadeau : L'adaptation du roman culte de Bram Stocker par l'un des plus grands cinéastes de l'histoire du cinéma : Francis Ford Coppola !
Le réalisateur du "Parrain" prend le public à contre-pied en s'éloignant majestueusement de son style lyrique habituel pour nous offrir une plongée totalement décomplexée dans le romantisme flamboyant le plus extrême et le plus esthétique possible ! Collant au plus près du roman (davantage que tous ses prédécesseurs, mais avec tout de même quelques libertés...), Coppola nous livre le Dracula ultime ! Baroque et gothique à la fois, dynamité par de fulgurantes apparitions horrifiques et dominé par la composition inoubliable de Gary Oldman (bizarrement, le grand Anthony Hopkins se révèle décevant, cabotinant à l'excès pour finalement composer un Van Helsing n'ayant rien à voir avec celui du roman. Quant à Keanu Reeves, il est tout simplement inexistant).
Décors majestueux, hommage au cinématographe (qui fut créé 1 an avant la parution du roman), régurgitation post-moderne de l'histoire du cinéma fantastique (vous y verrez tous les effets spéciaux possibles et imaginables, allant du trucage antique à la Méliès aux trouvailles numériques dernier cris -pour l'époque-), montage d'une liberté et d'une imagination folle (Ah ! ces fondus enchaînés sublimes : l'oeil du loup qui s'efface devant l'entrée du tunnel qui mène à la Transylvanie, les larmes de Dracula qui deviennent l'océan sous le zoom de la caméra, les bulles d'absinthe qui laissent entrevoir les globules rouges du sang de Mina...), musique envoûtante (splendide score de Wojcieh Killar)... Et une histoire d'amour aussi improbable qu'évidente, où quand l'amour pour une créature monstrueuse devient monstrueusement romantique. Tout y est !

Cette édition collector aurait dû être un must-have. Mais ce n'est pas le cas. Premièrement, le transfert en haute définition n'est franchement pas mirobolant. Autant attendre une version beaucoup mieux restaurée.
Ensuite, les scènes coupées, bien qu'intéressantes, n'apportent rien au film dans son état initial. Il ne s'agit réellement que de scènes déjà existantes dans une sorte de version longue ou alternative. Inutile d'espérer une version director's cut...
Pour le reste, on a tout de même droit à de nombreux bonus, soit les mêmes que pour l'édition Dracula: Edition Deluxe 2 DVD - 15ème anniversaire :
- Introduction et commentaire audio de Francis Ford Coppola.
- 12 scènes supplémentaires
- Making off en 4 parties :
- "In-camera : les effets visuels de Dracula".
- "Rigueur et folie : visualisation de Dracula".
- "Le sang, c'est la vie".
- "Les costumes, éléments de décor : le style de Eiko Ishioka".
- Bandes-annonces
Mes 5 étoiles concernent donc le film, pas le contenu technique du Blu-ray.
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 février 2007
Enfin un film sur le celèbre Comte, fidèle au roman original.... Cet oeuvre est magnifique, tout est réussi... Les acteurs sont époustouflants (mention particulière à Gary Oldman et à Anthony Hopkins), les costumes et décors somptueux et la musique envoutante. On retrouve dans ce film l'atmosphère si particulière du livre de Bram Stocker qui passe tour à tour de l'horreur au charme sous cette forme épistolaire si caractéristique... Si on aime Dracula : on adorera ce film !

Chapeau Mr Coppola pour ce chef-d'oeuvre !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 décembre 2007
Superbe film de Francis Ford Coppola qui reconstitue bien l'histoire de Dracula. De grands acteurs y débutent comme Keanu Reeves, Monica Bellucci,un grand rôle pour Anthony Hokkins en Van Helsing. Gary Oldman en Dracula et ses multiples facettes, tantôt en chauve-souris, en monstre bestial,en vieillard et en jeune homme crève l'écran. Cette édition est merveilleuse, un DVD documentaire avec des interviews, un making-off et autres surprises vous attendent...
Attention le DVD 1 pour regarder le film demande un mot de passe qui n'est pas transmis à l'achat, il faut taper 8888 pour le visionner.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'amour au delà du temps! Un être ni vivant ni mort, si cruel et si puissant, craint de tous, et pourtant si fragile, si attachant lorsqu'il se laisse aller aux sentiments. Gary Oldman, acteur au 100 visages nous fait aimer Dracula, et comprendre Wynona Rider qui interprète avec beaucoup de justesse, cette touchante fiancée des ténèbres. Sombre et majestueusement beau, la musique nous transcrit merveilleusement bien cet univers si envoutant, au point de se laisser croquer volontiers par ce si beau Comte...

Cette version du mythe de Dracula inspiré par le roman de Bram Stocker est de toute beauté! L'esthétisme assez gothique des paysages de Transylvannie tranche avec les couleurs chaudes de l'Angleterre de Mina, de même que le côté sanglant du personnage s'oppose aux sentiments puissants d'un amour au delà de la mort!
Nous voyons les deux facettes de ce personnage si troublant, tantôt vieux et sans âge à l'apparence assez effrayante lorsqu'il poursuit ses sombres desseins, vivant sa condition de non mort obligé de succomber à ses instincts primaires, mais qui, guidé par la force d'un espoir, celui d'aimer à nouveau, se transforme en un homme beau, élégant et fascinant, prêt à tout pour conquérir sa belle!
Face à ce charme et ce charisme, le pauvre Keanu Reeve nous parait bien fade en Jonathan perturbé par son séjour au château, envoûté par ses créatures de la nuit assez sulfureuses dont les morsures le privé de toutes ses facultés...

Abraham Van Helsing magistralement interprété par Anthony Hopkins nous apparaît vieillissant voire un peu sénile tant je n'ai pas eu envie qu'il ne débusque le comte! Ici tout est mis en œuvre pour que nous compatissions pour cette créatures que la perte d'un amour a poussé à se damner, et qui cherche la rédemption auprés de celle qu'il aime!
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 mars 2010
Ce film est un véritable chef d'oeuvre et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, Francis Ford Coppola a essayé d'être le plus fidèle possible au roman de Bram Stoker, ce qui permet de connaître la véritable histoire de Dracula alors que nous n'en connaissons souvent que des versions déformées. D'autre part, le jeu des acteurs est formidable (Gary Oldman, Winona Ryder, Anthony Hopkins, Keanu Reeves). Enfin, le film est très "esthétique" avec des images qui se rapprochent de l'oeuvre d'art. Bien que le film soit fidèle à l'oeuvre littéraire classique, il est très moderne dans sa réalisation avec des images qui mêlent habilement horreur et érotisme.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 mars 2005
Coppola revisite avec une très grande habilité le mythe de Stocker. Il y ajoute plus de séduction et de mystère.
Servi par de magnifiques acteurs: Reeves, Hopkins....Dracula reste un chef d'oeuvre qui a marqué et qui continue de marquer l'histoire du cinéma.
A voir et à revoir !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Entretien avec un vampire [Blu-ray]
Entretien avec un vampire [Blu-ray] de Tom Cruise (Blu-ray - 2008)
EUR 8,53