undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles20
3,8 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:16,46 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 août 2012
"Que" trois étoiles, malheureusement: le film est bon, la musique fabuleuse, mais le plaisir est gâché par la médiocrité de l'édition.
Oui, la musique de Williams est extraordinaire. Le bonhomme est un grand musicien de toutes façons, mais celle-ci est la partition que je préfère : une vraie et forte atmosphère de romantisme noir...
Oui, un Dracula romantique, c'était nouveau à l'époque, et je trouve personnellement la composition de Langella fascinante. Rien à voir avec les jolis garçons fadasses que l'on sert actuellement aux ados énamourées (comment peut-il y avoir des êtres assez stupides pour rester bloqués pendant un siècle au stade du lycée sans courir s'exposer aux rayons du soleil pour en finir une bonne fois pour toutes avec ce cauchemar ?). Alors, on oublie le brushing d'époque -tout ce qui est à la mode sera un jour démodé- et on regarde le film.
Il y a certes quelques fautes de goût, comme la scène entre Van Helsing et sa fille vampire dans les catacombes, qui tranche avec le parti pris esthétique du reste, mais il faut bien faire plaisir aux amateurs de gore, j'imagine...
Bref, ce film a fait date dans l'histoire du film de vampires, même s'il a souffert d'être sorti en même temps que "Love At First Bite" (titre français imbécile : "Le vampire de ces dames") qui lui a fait concurrence. C'est un film que j'aime bien.
Par contre, on peut tonner le canon contre Bach. L'édition est un saccage. J'ai eu le plaisir de voir ce film en salle à sa sortie (2 fois), et j'affirme que les couleurs originales, tant diurnes que (et surtout) nocturnes, étaient magnifiques ! L'arrivée de Lucy chez Dracula était un véritable enchantement. Les fameuses nuances grisâtres de la diffusion télé mentionnée par un internaute, ainsi que celles du dvd, ne sont dues qu'à la mauvaise qualité du travail de l'éditeur. J'attends avec impatience une réédition digne de ce nom.
11 commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2013
En 1979, le réalisateur John Badham adaptait le roman de Bram Stocker dans une version flamboyante, baroque et romantique. Tout juste auréolé du succès de son Saturday Night Fever (quel éclectisme !), le réalisateur s'adonnait à une adaptation particulièrement soignée, aux superbes décors gothiques, le tout rehaussé par la présence des acteurs Laurence Olivier et Donald Pleasance, et surtout par le score exceptionnel de John Williams.

Des années plus tard, cette troisième version cinématographique officielle du plus célèbre vampire (après le Dracula de 1931 et Le Cauchemar de Dracula de 1958) était décriée, les puristes lui préférant largement les versions antérieures, voire les adaptations officieuses (par exemple le remake de Nosferatu, sorti la même année !). En cause : l'interprétation suave et roucoulante de Frank Langella dans le rôle-titre, arborant un brushing typiquement 70's et une jolie peau délicatement bronzée !
Pourtant, avec le recul, le jeu de l'acteur n'est pas si mal. Ce sont plutôt les choix esthétiques apportés au personnage, qui ne montre d'ailleurs jamais ses dents (un vœu de l'acteur lui-même), qui font tâche et paraissent aujourd'hui anachroniques. Un teint davantage blafard, des yeux un peu rouges et une coupe de cheveux gominée auraient largement suffit à inverser le poids dans la balance. Certes, on peut penser que cette rupture avec la tradition instaurée par Béla Lugosi et Christopher Lee est parfaitement intentionnelle, auquel cas on s'oriente vers une perception plus ouvertement érotique du vampire, mais on ne fait alors plus du tout le rapprochement avec la transformation radicale de "Mina", qui apparaît le temps d'une scène traumatisante, en goule de cauchemar !

Pour le reste, la réalisation de Badham est à la fois extrêmement classique et classieuse, rehaussée par quelques séquences psychédéliques (comme la scène "d'amour" entre Dracula et Lucy).
Avec le recul, il faut avouer que le film, au delà du look suranné de son personnage principal, n'a pas si mal vieilli que cela, et qu'il ne mérite pas sa réputation d'adaptation anecdotique et inutile. Placé en troisième position entre le premier "Dracula" de Todd browning, "Le Cauchemar De Dracula" et le Dracula de Francis Ford Coppola (on peut même y ajouter Les Nuits de Dracula de Jess Franco, version très fidèle au roman, mais trop étiquetée "série B" pour figurer au palmarès ; ainsi que Dracula et ses Femmes Vampires, téléfilm réalisé en 1973 par Dan Curtis, le créateur de la série "Dark Shadows", avec Jack Palance dans le rôle-titre...), il trouve parfaitement sa place dans l'évolution cinématographique du mythe. Ainsi annonce-t-il le romantisme flamboyant du film de Coppola, tout en rendant hommage aux versions précédentes (aucune impasse n'est faite sur les phrases cultes : "Je ne bois jamais de vin" et "Ils sont les enfants de la nuit" sont bel et bien reprises !). Le scénario opère d'ailleurs une synthèse entre les deux versions précédentes. Dans ce sens, on peut le considérer autant comme un hommage que comme une étape supplémentaire vers l'adaptation ultime de 1993.

Cette édition "Bach Films" est une catastrophe. L'image est tellement délavée que certaines scènes nocturnes apparaissent carrément en noir et blanc, quand celles filmées en plein jour sont d'un monochrome pastel qui le font ressembler à une vieille série TV allemande. Sachant que le film avait été voulu comme une adaptation flamboyante au technicolor éclatant, il y a quand même de quoi déchanter. Le son est également minable, avec décalage sur la diction des acteurs et coupures chroniques ! Ajoutez à cela une image saccadée, un cadre étriqué qui occupe le tiers de l'écran, et vous avez la totale. Non, franchement, je remercie cet éditeur de nous offrir des films rares, mais cette copie est franchement lamentable. Heureusement, on peut se consoler avec l'excellent documentaire de 40 mn, qui revient sur le tournage, avec les interviews de John Badham, Frank Langella, John Williams et bien d'autres encore...
66 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2014
Ce Blu ray sans AUCUN bonus et avec un terne parti pris de couleurs voulu parait il par le réalisateur , nous offre néanmoins une vision plus intéressante du personnage que la très surestimée version de COPPOLA.

Le roman est passablement trahi (mais il en est toujours ainsi) commençant par l'arrivée de Dracula en Angleterre , et donc en ignorant son premier tiers et la mort de Johnatan HARKER qui devient ici un personnage central assez falot.
Van HELSING devient le père de MINA et Laurence OLIVIER en fait un curieux mélange de vieillard malheureux et de savant fou.
Mais la destruction du Comte est traitée de manière neuve et forte .
Tout le monde l'a souligné, la musique de John WILLIAMS est splendide, les décors poussiéreux et couverts de toiles d'araignées semblent sortir d'une production Roger CORMAN et nous valent ce plan superbe en plongée sur Lucy.
Quant à Frank LANGELLA , il transforme le Comte en un inquiétant Don Juan Byronien.
Les effets spéciaux ne sont pas extraordinaires même pour l'époque et le sang plutôt absent.
Loin de LA FIEVRE DU SAMEDI SOIR, John BADHAM a sans doute voulu faire oeuvre d'esthète; de ce côté le pari est réussi.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2014
Passons sur l'affreuse jaquette : photomontage raté de chez raté (tête de Dracula collée de travers sur les épaules) et faute d'orthographe bien visible sur le texte d'accroche... Personne ne vérifie le travail chez Universal ?

Sinon voici une édition Blu-ray à "petit" prix de très belle qualité, image et son HD impeccables - la superbe musique de John Williams en particulier peut s'y faire entendre avec une belle ampleur.

MAIS ATTENTION : comme les précédentes éditions vidéo, ce master conserve la désaturation des couleurs, c'est un choix du réalisateur John Badham et en aucun cas un problème de mastering comme semblent le croire certains Internautes. Malheureusement, les belles couleurs dosées par le chef opérateur Gil taylor visibles lors de la sortie ciné ne seront donc pas au rendez-vous. Après, on aime ou on aime pas ! Il est toutefois possible, simplement en poussant le niveau de saturation de votre écran, de palier en partie le problème ; on obtient alors des couleurs certes pastel mais dans un style plus Hammer films, ce qui ne peut pas nuire au Comte Dradula et, au moins, les scènes "solaires" retrouvent un orangé bienvenu.

Pour les bonus on repassera, ce beau film mériterait une édition plus documentée, mais bon, ce n'est pas l’essentiel. L'essentiel, c'est que vous pouvez jeter aux ordures l'immonde galette Bach Films qui n'avait de DVD que le support, et redécouvrir ce Dracula (avec ses qualités et ses défauts) dans d'excellentes conditions.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2011
Difficile de faire une critique tranchée de ce film qui alterne d'excellents moments avec des longueurs navrantes... Dracula manque un tantinet de charme mais s'en sort bien (ça doit être la coiffure bouffante qui me perturbe :D ) et les acteurs tiennent globalement bien leurs rôles. Esthétiquement, le film offre quelques prises de vue et décors vraiment bons. L'histoire originale est modifiée, notamment en changeant des noms et des liens de parenté, ce qui est particulièrement inutile (à part si le réalisateur a envie d'agacer les fans, mais l'intérêt m'échappe !). Il reste pourtant des choses très fidèles et on se demande à quoi joue le scénariste... Le début est assez poussif et c'est dans la seconde moitié voire la dernière demie-heure que le film trouve un second souffle et récupère un spectateur occupé à penser conjointement à Lugosi, Coppola et à sa liste de courses du lendemain. Un élément digne de figurer dans une DVDthèque consacrée au genre sans être cependant un chef-d'œuvre inoubliable.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2010
Cette version de DRACULA réalisée par John Badham (ETROITE SURVEILLANCE) est l'une des meilleures, l'une des plus romantiques aussi. Soutenu par un casting ultra-British (Laurence Olivier & Donald Pleasence, qui dit mieux?), Frank Langella trouve là l'un de ses plus beaux rôles (au cinéma du moins, car il a surtout brillé sur les planches semble-t-il), auxquels on peut ajouter un très convaincant Richard Nixon dans le très bon film de Ron Howard (le seul, me souffle-t-on non sans un certain bon sens) FROST/NIXON.
Revenons à nos chauves-souris. Estimable film, donc, classiquement réalisé, doté d'une belle photo délavée (pas un problème du DVD a priori, je me souviens d'avoir déjà remarqué le caractère particulier de la photo, entre noir & blanc et couleur, lors d'une diffusion télévisée du film voici déjà quelques pleines lunes).

Oui, mais voilà. L'éditeur Bach Films m'a souvent déçu par la qualité des DVD qu'il propose. Une fois de plus, l'image présente un je-ne-sais-quoi de saccadé, donnant aux images un désagréable "écho" flouté là où il ne doit pas être. Le problème persiste tout au long du métrage. C'était déjà le cas de nombreux autres DVD estampillés Bach Films, tels les Abbott et Costello avec Boris Karloff par exemple, ou encore le BARBE-BLEUE interprété par John Carradine, dont l'image semblait hautement trafiquée...
Le bon point de ce DVD, c'est le bonus. Les principaux artisans du film reviennent sur leur travail pendant une quarantaine de minutes, et c'est passionnant. Notamment quand Langella et Badham évoquent les "trucs" d'acteur de Pleasence, ce dernier se débrouillant à l'aide de bonbons à ce que ses scènes ne puissent être coupées au montage. J'ai toujours dit que Donald était un acteur de génie, j'en ai ici la confirmation par des professionnels des deux côtés de la caméra!

Ce DVD pourra faire l'affaire en attendant une meilleure édition de ce très bon film fantastique daté de 1979, entre imagerie traditionnelle et modernisation discrète du mythe par petites touches ici et là.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2015
Un très bon coffret qui réuni les meilleurs films notamment le très bon Nosferatu avec Kinski l'un de mes films fétiches pour les autres pareille difficile de ne pas les aimé bref très bon coffret très bon prix cependant faire attention au coffret il est très fragile
5/5
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le casting prestigieux me plaît. Laurence Olivier, Frank Langella et ce 1000 fois adoré Donald Pleasance...
Kate Nelligan est troublante de sensualité toute en retenue et colle à merveille à son personnage de jeune femme bien comme il faut et fiancée. Les effets spéciaux sentent bon "la Hammer touch" et ces scènes souterraines où le père met fin aux souffrances éternelles de sa fille sont déchirantes et lugubres à souhait.
Ado, chez mon correspondant anglais, en 1984, je jouais sur la plage, en Cornouaille, près de St Austell, là où les scènes du naufrage du Demeter avaient été tournées.
Que de souvenirs émouvants... tout comme ce DVD!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2015
Meme s'il est en carton,la forme est originale.les films qu'en dire? ils sont tous bien,le dernier avec luke evans est moins traditionnel,mais ne m'a pas déplu,ne cherchez pas à retrouver le dracula mordant pour se nourir,dans un chateau à l'ambiance sombre romantique,ce dernier opus est plus violent avec des scènes de batailles sanglantes;après à vous de vous faire votre avis sur le film;mais le coffret est honnête pour le prix.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2014
Etonnant que ce réalisateur JOHN BADHAM qui a fait la fièvre du samedi soir avec Travolta ,un registre carrément opposé au fantastique ait pu réaliser un des plus beau DRACULA du cinéma ,et pourtant il est passé inaperçu en France , je l'avais découvert en vidéo dans les années 90 ,et là ce film m'a scotché .
je le conseille sans hésiter au jeune public.
amicalement .
jp.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)