undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles8
4,0 sur 5 étoiles
Format: Blu-rayModifier
Prix:19,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Sur le film : une très bonne série B de l'âge d'or du cinéma de SF / Fantasy / Fantastique des années 1980, bien écrit, astucieux, et avec quelques scènes bien horrifique sans être gore. Dreamscape s'inscrit dans la lignée des films consacrés aux pouvoirs paranormaux - The Power, Fury, Scanners. Ses idées ont souvent été copiées-collées dans des films et des séries télévisées postérieures. Les rêves et les cauchemars ressemblent à de vrais rêves et de vrais cauchemars. J'ai vu ce film lors de sa sortie au cinéma. Notez que je dispose de l'édition blu-ray US région A sortie en 2010 chez Image Entertainment

Sur l'édition blu-ray : il s'agit de la version censurée du film (sans les scènes de nudité de bon goût), soit la même version que sur le blu-ray américain.

Image : Médiocre, voire catastrophique. Couleurs délavées, détails fins brouillés, image brouillée en cas de mouvement, divers artefacts. Tous les plans sombres, les plans truqués sont presque brûlés (artefacts) et difficiles à comprendre visuellement. Les plans bien éclairés sortent pâlots et peu stable. Je dirais que nous avons affaire au même transfert médiocre que l'édition américaine, qui en plus a peut-être été passé n'importe comment à l'anti-bruit pour faire disparaître les coups à l'image de l'édition américaine. Avec une image aussi dégradée, le transfert ne peut pas provenir d'un scan des négatifs originaux correctement restaurés. Je parierais sur le scan d'une copie déjà abîmée réalisé pour une édition DVD à bas prix (de la version censurée du film). En aucun cas j'ai retrouvé les sensations et le plaisir de la projection cinéma à l'époque de la sortie du film.

Notez que le format de l'image annoncé sur la jaquette française est 1.85 (format respecté selon la jaquette française et imdb). Le format du blu-ray américain région A est de 1.78 (HD widescreen). Je n'ai pas eu le temps de faire des comparaisons plan par plan pour l'instant, par exemple pour voir s'il y a de l'image coupée dans l'une ou l'autre des éditions blu-ray.

Son : correct à bon. Il y a trois pistes. La piste par défaut est un 5.1 HD MA anglais, mais il est faiblard et de qualité légèrement inférieure au 5.1 HD MA anglais du blu-ray américain, ce qui m'a étonné. En revanche, la piste 2.0 HD MA semble sonner très bien, très réaliste et sur mon système qui convertit la stéréo en 5.1, j'obtiens une bonne immersion - l'expérience est cependant très différente de la piste 5.1 et il faudrait que je revois tout le film avec ce son pour me faire une opinion plus précise. La piste française HD MA 2.0 est faiblarde (comme la version anglaise 5.1), avec une image sonore ouatée et moins définie en comparaison de la version anglaise.

Bonus : un entretien avec Denis Quaid que je n'ai pas encore visionné, plus une bande-annonce (pas plus visionnée). Sur le blu-ray américain, il y a le commentaire audio de la production (avec le producteur, le scénariste et le responsable des effets spéciaux) qui lui dure le temps du film et est très intéressant, plus une galerie photo et un test de maquillage / effets spéciaux muet (rien de bien brillant).

Conclusion : J'avais parié que le blu-ray français présenterait le film avec une plus belle image que le blu-ray américain. C'était une lourde erreur de ma part, l'image est de qualité encore inférieure au blu-ray américain, déjà bien moche. De même, j'aurais pensé que l'éditeur nous aurait vendu le montage international non censuré du film, et je me retrouve avec le montage censuré, donc grosse déception. Si c'est une bonne chose de voir Dreamscape disponible en version française et en r"gion européenne, ou d'avoir en prime l'entretien avec Denis Quaid, l'état du film est catastrophique, et empêche de trouver plaisir à le revoir. Et si vous n'avez jamais vu Dreamscape, vous allez probablement le détester en blu-ray alors qu'avec une bonne restauration (à supposer que celle-ci soit encore possible) ou à sa sortie au cinéma, vous l'auriez probablement adoré.

Et j'en suis désormais réduit à me renseigner sur les éditions DVD de Dreamscape au cas où la version internationale serait disponible dans une présentation de qualité qui me donnerait une image mise à l'échelle bien meilleure que ce blu-ray...
11 commentaire19 sur 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous remarqué que lorsqu'on fait un cauchemar, on s'en sort toujours indemne ? Soit on se réveille (et bonjour le flip !), soit le cerveau invente une pirouette pour nous tirer d'affaire... et heureusement, on ne meurt jamais.

Le film de Joseph Ruben détourne ce principe, et en pose un autre : si l'on meurt dans son rêve, on meurt dans la réalité. Il suffirait de faire quelques expériences avec des télépathes notoires, pour pouvoir entrer dans les rêves d'autres personnes (des personnages politiques très haut placés, par exemple) pour les défendre d'éventuelles attaques d'une autre organisation ayant fait le même constat mais étant animé d'un noir dessin ...

Réalisé avec d'excellents acteurs (les confirmés Max Von Sydow, Christopher Plummer et Eddie Albert, les "débutants" Dennis Quaid et l'irrésistible Cate Kapshaw), le scénario du film tient la route. Malgré des effets spéciaux qu'aujourd'hui on qualifieraient d'obsolètes (le film date de 1984), on se fond littéralement dans cette histoire fantastique (comprenez par là "en dehors de la réalité").

On pourrait rapprocher ce film du Scanners de David Cronenberg, sorti à peu près à la même époque, où 2 protagonistes ayant les mêmes pouvoirs s'affrontent à la fin.

En plus de passer un bon moment, et même si le scénario est au final axé sur un combat de titans, ce film ouvre tout au long de son déroulement plusieurs portes : la possibilité d'influencer les rêves de personnes ayant de gros problèmes de sommeil. Cauchemars récurrents, problèmes psychologiques datant de la petite enfance, stress de la vie quotidienne, autant de sujets pouvant être traités... si un jour la possibilité d'étudier les rêves de cette manière pouvait être à la portée de l'être humain !

Il y a là matière à réflexion... mais de jour, pas de nuit !!!

;-)
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 19 septembre 2014
Bon, c'est sûr, ça a pris un sacré coup de vieux. Au niveau effets spéciaux mais pas que: la réalisation n'est ni bonne ni mauvaise, mais bien typée années 80. En cela, le film peut être regardé avec un petit sourire en coin, qui ne serait, d'ailleurs, en rien méprisant. Le gros truc du film demeure de toute façon son excellente idée de base: rentrer dans les rêves de quelqu'un pour changer le cours des choses. Cela reste donc un film éminnement sympathique et original, et une bonne série B dont on se fait bien volontiers le complice pour passer une agréable et divertissante soirée.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2015
Un très bon film qui m'était parfaitement inconnu jusqu'à une date récente. Le jeu de Dennis Quaid jeune et excellent, bien plus réaliste que certains de ses rôles dans des blockbusters. Le scénario pourrait sembler osé par son originalité mais pourtant on est rapidement pris dans l'intrigue du film qui est captivante. Les trucages sont de bonne facture.

Donc au final, excellent film dont je m'étonne encore une fois de n'en avoir jamais entendu parler et d'être tombé dessus vraiment par le plus grand des hasards.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2014
Science fiction, pour notre époque, oui, mais dans l'avenir, qui sait, car la médecine, la recherche nous ont ouvert les portes jusque là, insoupçonnées.
Pas de grands effets numériques comme c'est la mode actuellement, juste des visons qui nous font travailler l'esprit et dont "notre" solution se fait naturellement sans notre subconscient.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2014
Pour un film de l'epoque (1985) j'ai trouver la version blu-ray asser honorable en qualité d'imge.Outre le fait que le film a vieilli.mais cela reste quand meme un bon film.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2010
Is it true that if you die in your dream that you die in real life?

The Upanishads show that dreaming is just another reality.

This is revolutionary for its time. Now we have seen the schema several times since and there is more versions to come. However, this still plays well today. You will have to overlook the cheap cheesy electronic background music. O.K. and the cheap cheesy graphics. However, there is a beautiful shot of the Pacific coast Highway.

Psychic Alex Gardner (Dennis Quaid) is compelled to take part in an experiment that as with any science can have a great impact for good or evil. Therefore, we need to figure out who are the good people and who are not. He works with a beautiful doctor Jane DeVries (Kate Capshaw), his old mentor, Doctor Paul Novotny (Max von Sydow) and a mysterious authority Bob Blair (Christopher Plummer).

Watch the commentary with producer Bruce Cohn Curtis, writer David Loughery and special effects artist Craig Reardon on the Blu-ray version. This will fill in all the items that the review overlooked.

The Thirteenth Floor (Blu-ray) (1999)

Inception [Blu-ray]
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 décembre 2012
Une très bonne idée que celle d'entrer et d'influencer les rêves des autres.

Certes les effets spéciaux sont un peu dépassés, on est en 1984, tout de même.
Mais le scénario béton, les fait oublier.

Christopher Plummer est épatant (comme à son habitude) dans le rôle du "méchant".

Des prix mérités pour ce thriller fantastique.

Et réfléchissez à cette phrase. "Si on meurt dans son rêve, on meurt aussi dans la réalité".
Vous ne dormirez plus de la même manière ...
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles