Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 8,91
 
 
 
 
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Earthling - Réédition

David Bowie CD
4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
Prix : EUR 6,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 8,91.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste David Bowie

Discographie

Image de l'album de David Bowie

Photos

Image de David Bowie

Biographie

David Bowie, de son vrai nom David Robert Jones, est né le 8 janvier 1947 à Brixton, dans la banlieue de Londres. Il découvre le jazz et les poètes de la Beat generation avec son frère Terry, avant de succomber au charme du rock'n'roll.

En 1962, il joue du saxophone au sein des Kon-Rads, et reçoit un mauvais coup qui lui laisse une ... Plus de détails sur la Page Artiste David Bowie

Visitez la Page Artiste David Bowie
349 albums, 16 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Earthling - Réédition + Outside - Réédition + Reality
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Outside - Réédition EUR 8,80
  • Reality EUR 8,49

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (15 septembre 2003)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Columbia
  • ASIN : B0000AKP2J
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 33.861 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
Écouter  1. Little Wonder (Album Version) 6:01EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  2. Looking For Satellites (Album Version) 5:20EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  3. Battle For Britain (the Letter) (Album Version) 4:48EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  4. Seven Years In Tibet (Album Version) 6:21EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  5. Dead Man Walking (Album Version) 6:50EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  6. Telling Lies (Album Version) 4:50EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  7. The Last Thing You Should Do (Album Version) 4:57EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  8. I'm Afraid Of Americans (Nine Inch nails V1 MIx) (Album Version) 4:59EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter  9. Law (Earthlings On Fire) (Album Version) 4:48EUR 0,99  Acheter le titre 


Descriptions du produit

Critique

Après le très conceptuel Outside, David Bowie étonne avec Earthling  un de ses album les plus maîtrisés et les plus risqués, rencontre de musiques club et de mélodies pop. Il décide de se colleter aux tout nouveaux rythmes électroniques de la techno et surtout de la « jungle » ou « drum’n’bass » dernière création musicale anglaise, déluge de rythmiques de batteries accélérées. Sur Earthling, Bowie va assimiler ces nouvelles sources dans des cadres classiques de « pop songs ». L’album enregistré à New York dans l’improvisation réunit Mark Plati, producteur, bassiste et ingénieur du son, Reeves Gabrels, le guitariste déjà présent sur Outside, le pianiste Mike Garson, la bassiste Gail Ann Dorsey et le batteur Zachary Alford. Dans « Telling Lies », Bowie rencontre le style « jungle ». Sous un imposant « mur du son », mix de guitares métal et de rythmes drum’n’bass et techno, il livre des mélodies aux textes très travaillés, le but étant d’incorporer les recherches technos et jungle comme «  base » de travail.

« Little Wonder », dédié à Gail Ann Dorsey, bombe « dancefloor », reste un des plus violents singles de sa carrière. Les breakbeats déchiquetés mêlés à des guitares tonitruantes basculent le morceau dans un magma sonore intense avec un texte assez loufoque revisitant « Blanche Neige et les sept nains » dans un contexte urbain et crasseux. Ce single se hissa aux premières places des charts anglais. Plus calme, « Looking for Satellites », magnifique pop song, possède tous les attributs du single idéal : intro parfaite,  solo de guitare recherché, et accroche vocale phénoménale. On retrouve le thème de la science-fiction, clin d’œil à « The Man who sold the world » sous un angle plus désabusé. Le renversant « Battle for Britain », opère une synthèse entre des éléments jazz et les percussions syncopées de la « drum’n’bass ». Malgré la force de frappe sonique (le riff de Reeves Gabrels), l’ambiance du morceau reste mélodique. L’interaction de la batterie de Zachary Alford et des parties de piano de Mick Garson confère au morceau son caractère hybride et singulier qui en font un des titres phares de l’album.

« Seven Years in Tibet » précédemment intitulé « Brussels » allie des couplets chuchotés  et un refrain frontal avec guitares et batteries survoltées. La partie d’orgue de Mike Garson, colore habilement cette réflexion assez « codée » sur le bouddhisme, hommage au peuple tibétain maltraité par la Chine. Le rythme s’accélère avec « Dead Man walking » morceau euphorisant taillé pour devenir un hit dancefloor. Le riff d’origine fut emprunté à Jimmy Page et déjà utilisé par Bowie pour « The Supermen » en ...1970. Quelques notes en cascade de Mike Garson viennent idéalement terminer ce titre énergique dont le texte est un hommage à Neil Young.

« The Last Thing You Should Do » est une tentative de « jungle » ambient. Après quelques couches de guitares métal, de grosses basses à la Goldie emmènent la musique vers des contrées plus industrielles. «  I’m Afraid Of Americans » seul morceau co-signé avec Brian Eno  est une charge violente contre le mode de vie américain. Bowie fut ulcéré en découvrant à Java un Mac Donald, symbole de l’ invasion du monde par une culture américaine standardisée et omniprésente. Il alterne couplets sinueux et menaçants et refrain electro-industriel dévastateur. Dans l’étrange« Law (Earthling on fire) » une mélopée techno supporte cette curieuse phrase inspiré du philosophe Bertrand Russel: « I don’t want knowledge/ I want certainty » Pour obtenir une sonorité inattendue, il chanta dans un bidon réfrigérant accentuant le côté désincarné et froid de la chanson. « Law » clôt l’album avec brutalité. Earthling  fut jugé durement par la presse musicale qui taxa Bowie de jeunisme, d’opportunisme, le renvoyant à son âge vénérable. Dix ans après, s’il est marqué par le son de l’époque, il est l’un des albums les plus audacieux de Bowie le plaçant bien au-dessus de la mêlée de ses contemporains. de Bowie le plaçant bien au-dessus de la mêlée de ses contemporains.                                         

François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

EARTHLING - RÉÉDITION

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.7 étoiles sur 5
4.7 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 quand Bowie sort les griffes... 8 mai 2010
Par prince saphir TOP 500 COMMENTATEURS
Format:CD
L'album le plus tonitruant de David Bowie. Intercalé entre le sombre et expérimental "Outside" et le très lisse "Hours", "Earthling" renoue avec la danse comme au temps de "Young Americans" et de la trilogie des années 80, "Let's Dance"/"Tonight"/"Never Let Me Down", mais avec les éléments des années 90, électronique, samples, rythmes drum & bass, ambiance industrielle (comme dans "Outside") et même sonorités heavy metal.
Un album qui ne laisse aucun répit à l'auditeur, mais qui n'oublie pas pour autant les - bonnes - mélodies (l'un des grands talents de l'artiste). Finalement pas très éloigné de "Black Tie White Noise" sorti quatre ans plus tôt, mais beaucoup plus extrême. Une pierre de plus à l'édifice musical d'un génie aux mille visages, dont le dernier album, "Reality", date déjà de sept ans (mais qui vient de sortir - bien qu'enregistré en 2003 - l'un de ses tout meilleurs albums live, "A Reality Tour", à la play-list qui donne le tournis et à l'interprétation époustouflante).
"Earthling", l'un des meilleurs albums de Bowie depuis "Scary Monsters & Super Creeps", et sans doute le plus virulent de toute son incroyable discographie.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef-d'œuvre méconnu 25 février 2010
Par Nardis TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:CD
Les ultimes enregistrements de David Jones n'ont pas toujours été salués à leur juste valeur, à commencer par celui-ci, dont on ne saurait trop louer l'extraordinaire puissance musicale. Rarement Bowie aura autant puisé au plus profond de lui-même, de sa folie, de son énergie, sans rompre avec ses impératifs esthétiques les plus rigoureux. Toute un époque est là, bien sûr, avec ses rythmes et ses uppercuts saccadés, que Bowie assimile avec sa science coutumière, mais il y met une hargne, une vigueur phénoménales. Il dévore son temps, le digère et le vomit sans concession aucune, comme si lui et son temps ne faisaient qu'un. En quoi il dépasse son temps, allègrement, car il possède ce quelque chose qui survit à toutes les modes - le génie, pour dire les choses simplement.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'empereur britannique scrutant l'horizon 1 août 2004
Format:CD
Cet album 100% techno-rock (fait unique parmi les vétérans de la pop) est hyper speedé du début à la fin. Pas de place pour une ballade , ni le temps de souffler...
Ce périple Jungle nous montre un Bowie conquérant, arborant fièrement son identité anglaise avec une énergie incroyable réhaussée par Reeves Gabrels et Mark Plati.
Tout est quasiment parfait, extatique à souhait et proche de la transe...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs de Bowie 19 février 2010
Par Barthel Damien TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:CD
Sorti en 1997, "Earthling" ne fait pas partie, généralement, des albums les plus réputés de Bowie, mais ce disque est indéniablement un de mes préférés, et même le seul de la période post-"Scary Monsters" (1980) que j'adore. Pour moi, son meilleur album depuis, justement, "Scary Monster". On y trouve "Little Wonder", "Dead Man Walking", "I'm Afraid Of Americans", "Seven Years In Tibet", "Looking For Satellites", que des merveilles, et les musiciens accompagnant Bowie (Gabrels, Dorsey, Garson...) sont fantastiques. Peu de vrai succès à sa sortie, mais assurément un chef d'oeuvre !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Life on Earth? 17 mai 2013
Par Stefan TOP 50 COMMENTATEURS
Format:CD
A la relance depuis, chronologiquement, les deux Tin Machine, Black Tie White Noise et Outside - Réédition, c'est un David Bowie tout artistiquement revigoré qui prend fièrement la pose vêtu de son Union-Jack coat le regard rivé sur la campagne anglaise... de dos ! Visuellement, si la pochette "flashe", elle n'est pas exactement belle et ce terrien vraiment trop spatial pour coller à ce bucolique entourage...

De fait l'album n'a pas le moindre cousinage avec quelque folk pastorale que ce soit, quelque badinerie campagnarde non plus, c'est un Bowie à la pointe, qui paraîtrait presque industriel s'il n'y accouplait un maniérisme tout anglais via sa grand-britannité intrinsèque et une bonne grosse louche de pulsions gigotatoires par des patterns drum'n'bass (ou jungle comme on disait alors) bienvenus, spécialité, comme vous n'êtes pas sans le savoir, de quelques DJs anglo-jamaïcains ou anglo-asian (dont Apache Indian ou Goldie (qui invitera d'ailleurs Bowie sur son monumental, et raté, Saturnzreturn).

On a dit que Bowie, tout époustouflé qu'il avait été par les prestations de Trent Reznor et de son Nine Inch Nails lors d'une récente tournée commune, décida de se glisser dans la brèche, de se réinventer, encore !, à la source d'une jeunesse chez lui depuis longtemps envolée.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?