EUR 5,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Effroyables jardins Broché – 12 février 2004


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,00
EUR 3,50 EUR 0,12

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Effroyables jardins + Antigone
Prix pour les deux : EUR 10,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Amazon.fr

Quelle est la différence entre un clown et un assassin ? Tous deux sont des personnages-clés des romans de Michel Quint. Mais, alors que le dernier traverse tous les romans policiers de l'écrivain, le premier n'apparaît que dans le petit phénomène qui lui sert de dernier roman : Effroyables jardins. Curieuse petite prose en vérité que ces soixante pages à peine, véritable coqueluche des critiques de tous bords, depuis sa parution !

Mais que signifie à la fin le nez rouge, comme abandonné, oublié sur la couverture ? Il est d'abord l'absence, ou le dévoilement trop tardif d'un père dont il a connu l'histoire trop tard, trop tard pour découvrir quel héros était ce père, ce qui lui aurait évité les sarcasmes méprisants du "morveux" qu'il était alors. Du mépris, il en avait aussi, et à revendre, pour l'oncle Gaston et la Nicole, sa petite femme potelée. Mais voilà qu'un jour, tous sur leur trente et un, ils sont allés ensemble au cinéma, comme on va à la messe. Et dans le générique, un nom allemand est apparu, et tous ont été parcourus par un frisson que l'auteur, adolescent, ne pouvait pas comprendre. Pas encore. Il a fallu attendre la fin du film, et que Gaston s'installe devant une bière, au café d'en face, pour lui rapporter toute l'histoire. Celle qui a fait de son père, d'un simple instituteur qui faisait aussi le clown le dimanche, pour arrondir (tous) les mois difficiles, un résistant. Un résistant - avec son nez rouge - à toutes les indignités de la guerre et à toutes les mascarades, à toutes les pitoyables pitreries d'après-guerre, où les accusés finissent par apparaître comme les véritables augustes aux cheveux rouges. Ce livre vous happe, et derrière les "effroyables jardins", on en découvre d'autres, incroyablement soignés et beaux comme des paradis, où l'on peut continuer, dignement, à "être des hommes". --Laure Anciel --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Pudeur, humour et tendresse caractérisent ce récit simple et bouleversant que Michel Quint a dédié à son grand-père, ancien combattant à Verdun, et à son père, ancien résistant.


Détails sur le produit

  • Broché: 80 pages
  • Editeur : Folio (12 février 2004)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070313492
  • ISBN-13: 978-2070313495
  • Dimensions du produit: 11,7 x 0,8 x 17,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.589 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Yspaddaden sur 7 juillet 2009
Format: Broché
Le narrateur se souvient de son père, cet homme dont il avait honte parce qu'il faisait le clown à la moindre occasion : nez rouge, grosses chaussures, il revêt toute la panoplie, comme pour mieux humilier son fils... Car quand on a une dizaine d'années, comment être fier d'un homme qui se ridiculise ainsi ? Comment cet homme pourrait-il être un modèle pour lui, à quelle virilité pourrait-il s'identifier ? "Tous les pères sauf celui-là..." Effroyables jardins ou de la difficulté d'être fils...
Son oncle comprend un jour son désarroi et lui raconte l'histoire de son père qui pendant la guerre, alors que tout était perdu, a vu l'espoir grâce au sourire d'un clown.
J'ai trouvé à ce texte une grande dignité et une sobriété qui dit le regret de ne pas avoir compris plus tôt, d'avoir si mal jugé. L'enfant a une dette envers son père, il doit reprendre le flambeau pour témoigner lui aussi, pour dire que le Mal n'est pas un, que la nature humaine est belle quand elle n'est pas aveuglée par la haine et que l'humour et la dérision peuvent faire du bien quand tout est perdu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Loutarwen sur 28 avril 2007
Format: Broché
J'ai beaucoup de mal à savoir ce que j'ai vraiment ressentit en lisant ce livre, même après plusieurs jours de réflexion. Je n'ai lu que de très bonnes critiques, et pourtant...

Une histoire magnifique en elle-même: un petit garçon qui a honte de son père qui ne cesse de faire le clown devant ses élèves et l'abandonne à la première occasion, lui et sa mère, pour aller faire rire d'autres enfants, l'histoire étonnante et particulièrement émouvante de ce père qu'il ne comprend pas mais que son oncle va lui apprendre à connaître à travers le récit d'une période de sa vie durant la seconde guerre mondiale qu'ils ont vécu ensemble.

L'auteur sait nous faire transparaître la honte et la tristesse de ce petit garçon face à son père-clown, il décrit avec une cruelle réalité le trou boueux qui a failli voir mourir son père et son oncle, et la fin du récit est tout simplement magnifique. Un très bel hommage à son père, son oncle, son grand-père (qui a vécu la première guerre mondiale dans les tranchées)...

Et pourtant, j'avoue, j'ai eu beaucoup de mal à lire ce tout petit livre. J'ai du le poser, attendre un peu, m'y remettre et le reposer. Je n'ai cessé de le lire 2-3 pages par 2-3 pages. L'histoire en elle est magnifique mais la façon dont elle est retracé par l'auteur: le récit d'un veil homme du nord qui parle un patois incompréhensible, m'a beaucoup gêné.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Kreen TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 3 octobre 2006
Format: Broché
Il est précieux. Il faut le garder dans sa bibliothèque. Il m'a touchée. Il m'a émue.

Le seul hic, c'est qu'il était trop bref. J'ai dû le lire en moins d'une heure. J'ai eu l'impression de rester sur ma faim.

Trop court, trop court, trop court car vraiment trop bien. Très belle histoire sous fond de guerre.

Je l'ai passé à une amie qui avait vu le film. Elle a trouvé le bouquin pas mal, mais elle a nettement préféré l'adaptation cinématographique plus longue qui en a été fait.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pierre-yves Champenois TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 29 août 2006
Format: Broché
Le livre de M.Quint est de bonne facture. Il est riche en émotions, et l'histoire qui nous est contée dans le cadre de la résistance lors de la seconde guerre mondiale est magnifique. Toutefois, j ai ressenti un manque à la lecture de cet opuscule très court (70 pages). En effet, de par sa brieveté, je n ai pas réussi à entrer parfaitement dans l'histoire..une mise en situation plus longue ou une fin davantage détaillée auraient sans doute évité cette sensation.

Il s'agit malgré tout d'un bien joli livre à lire...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Christelle TOP 500 COMMENTATEURS sur 10 mars 2012
Format: Broché Achat vérifié
Réflexion sur la vérité et la mémoire, ce petit ouvrage qui se lit en à peine une heure, condense de fortes émotions sur la guerre, la résistance, l'humanité. Il révèle peu à peu des vérités humaines cachées au narrateur-enfant qui découvre qui était son père et pourquoi pendant ses heures perdues, il a toujours désiré faire jouer en lui le clown ("cet espèce de Matamore d'arrière-cuisine, un Tintin des bas-fonds").
Le titre de cet ouvrage est tiré du poème d'Apollinaire "Les Grenadines repentantes" où les grenades ne sont plus ces fruits savoureux, mais ces projectiles destructeurs qui s'abattent sur nos jardins.

Petit roman historique, au style très particulier, mêlant le familier et le soutenu. Petite histoire simple de deux hommes banals, mais si héroïques dans leur humanité. Chronique d'un homme condamné qui a accepté de mourir sous le feu des balles ennemies, alors que ses pansements volaient sous les tirs, pour sauver ses camarades.
Et enfin, histoire d'un clown-instit qui n'a pas oublié que l'ennemi avait revêtu une figure humaine, qu'il avait renoncé à la barbarie en empruntant le masque du rire ( hommage à Berhard Wicki).

Beau récit en somme. Si le style m'a globalement plu, car il est original, je ne l'ai pas trouvé constant dans sa beauté, d'où mon 4 étoiles. De plus, certains passages auraient -à mon goût- mérité un plus long développement (le procès Papon, la rencontre amoureuse des deux hommes Gaston et André).

Je tiens à signaler que le film tiré du livre m'a beaucoup plu, qu'il offre de beaux développements et ne trahit pas l'esprit de l'oeuvre originale. A voir également!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?